Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 04:13

La "femme adultère"... et ?

 

Pour mes lecteurs en complément à la publication de F. Micciché...

Cet article de Jean-Yves apporte un éclairage complémentaire, voilà pourquoi je le publie.

http://jyhamon.eklablog.com/la-femme-adultere-et-a94406158

 

Avez-vous remarqué qu'à chaque fois que des femmes "chrétiennes" (mais c'est valable aussi pour des hommes) parlent de la "femme adultère" du chapitre 8 de la shem tov (bonne nouvelle) selon Yohanan (Jean), elles rappellent toujours, toujours, que l'homme complice n'est pas là, que Yeshoua lui a dit "Je ne te condamnes pas non plus", mais que jamais, JAMAIS, elles ne parlent de SON MARI qu'elle a trompé ?!... PAS UN MOT !

(Il y a donc deux hommes absents dans l'histoire !)

 

En revanche, on a toujours droit aux habituels couplets sur "l'amour (humaniste !) de Jésus" et Sa "bonne Justice", ainsi que le renvoi des "méchants juifs" dans leurs foyers.

(Notez bien les termes soulignés car ils donnent déjà une idée de ce qu'est la "sagesse d'en bas" et l'usage de "l'arbre de la connaissance du bien et du mal")

 

Quel problème ces femmes ont-elles avec l'homme et "le mari" ("l'époux") ?

(Je ne parle pas pour l'instant des "hommes" qui leur ont enseigné ces choses, mais j'ai déjà expliqué ailleurs que c'était des "femmelettes" ou "gunaikarion", 2 Tim 3:6)

 

... cela fait au moins 20 ans que ça me travaille, alors je le dis et je voudrais réétudier ce sujet qui n'est pourtant pas une parabole réservée à ceux qui peuvent "voir" et "comprendre" (Luc 8:10), mais une suite de faits concrets avec signification spirituelle compréhensible ("entendu" et "vu")... sans doute pourtant au-delà de ce qui semble à première vue ou "a priori".

 

 

 

D'abord les faits

 

 

1 - "Alors les scribes et les pharisiens amenèrent une femme surprise en adultère; et, la plaçant au milieu du peuple, ils dirent à Yeshoua (jésus): Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère.

Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes: toi donc, que dis–tu ?" (Jean 8:3-5)

 

Jusqu'ici, tout va bien. Les scribes et les pharisiens ont un "flagrant délit" et ils veulent appliquer la Loi donnée à Moïse (et non pas "de" Moïse) dans sa partie "sanction pénale" tout à fait justifiée et prévue par Elohim-YHWH.

(Lévitique 20:10)

 

 

2 - "Ils disaient cela pour l’éprouver, afin de pouvoir l’accuser. Mais Yeshoua (jésus), s’étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre." (verset 6)

 

Ici, on apprend quelque chose de moins "juste" !... puisqu'il s'agit "d'éprouver" Yeshoua et de le mettre Lui aussi sous la condamnation prévue s'Il s'oppose à la Loi. C'est l'utilisation du "piège" si cher aux religieux de toutes les époques, y compris aujourd'hui sous d'autres formes et/ou pour d'autres sujets, mais toujours à propos de "la Loi" (et "la grââce") !

 

... et bien sûr, le fameux et apparemment mystérieux "Yeshoua écrit sur la terre", Lui qui n'a jamais rien "écrit"... ce qui est tout simplement normal puisqu'Il est la "Torah vivante", donc d'abord "Parole"... ce que les chefs religieux ignoraient et continuent d'ailleurs à ignorer 2000 ans après.

 

 

3 - "Comme ils continuaient à l’interroger, il se releva et leur dit: Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. Et s’étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre.

Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu’aux derniers; et Yeshoua (jésus) resta seul avec la femme qui était là au milieu." (versets 7 à 9)

 

Ici, il y a un fait nouveau: Yeshoua "parle" enfin et dit une chose que tous les abolitionnistes de la Loi et autres nombrilistes connaissent par coeur: "Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre" !

... mais Yeshoua continue à "écrire" et les "accusateurs" sont à leur tour "accusés dans leur conscience" ... et partent un à un, au fur et à mesure qu'ils comprennent, les plus anciens comprenant plus vite.

 

 

4 - "Alors s'étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Yeshoua (jésus) lui dit: Femme, où sont ceux qui t'accusaient ? Personne ne t'a–t–il condamnée ?Elle répondit: Non, Seigneur. Et Yeshoua (jésus) lui dit: Je ne te condamne pas non plus: va, et ne pèche plus."

 

Maintenant, Yeshoua n'écrit plus du tout, Il parle, et Il dit surtout "deux" choses:

- "Je ne te condamne pas non plus"

- "va, et ne pèche plus."

 

... ce sur quoi nous allons revenir.

 

 

 

Etude des faits et explications

 

 

1 - Il n'y a rien à rajouter ou à contester sur les premiers faits.

Comme déjà dit, il s'agit de la mise en pratique de la Juste Loi de YHWH.

 

L'adultère est un "péché" (transgression de la Loi, 1 Jean 3:4) et ce genre de péché mérite la mort... encore aujourd'hui !

[A noter qu'il n'y a pas beaucoup plus de 50 ans, l'adultère était condamné même au plan civil par les Etats, même si ce n'était plus "la mort" pour ce cas, mais que la (pseudo) "libération des moeurs" (et de la femme !) a renvoyé ce genre de choses dans les faits divers !]

 

Toutefois, la Loi de Elohim-YHWH ne change pas (même si elle est souvent appelée "Mosaïque"), et nous allons voir que c'est le principe de la "sanction" ("Code pénal" de Elohim) qui a changé pour la période dite de "l'année de grâce".

 

 

2 - Les pièges tendus par les religieux (de toutes sortes et de toutes les époques) reposent toujours sur le calcul pervers parce que appuyé sur les "raisonnements d'hommes" et la "sagesse d'en bas" dont on sait qu'elle est "terrestre, charnelle, diabolique" (Jacques 3:15).

 

Puisque j'ai mentionné "la Loi et la grâce", il faudrait préciser que beaucoup de religieux d'aujourd'hui utilisent la même méthode avec une doctrine pourtant inverse !... à savoir "l'abolition de la Loi" dont ils se servent pour condamner ceux qui oseraient la rappeler en accusant de "pharisianisme", de "judaïsation", de "manque d'amouur" et bien sûr de "manque de sintespri" (puisque c'est le seul "espri", pas Saint (!), qu'ils ont reçu !)

 

Pour ce qui concerne "l'écriture" que Yeshoua dessine par terre, elle a semblé poser un véritable mystère pour ceux qui ne veulent pas comprendre que "la Parole a été envoyée en chair" par Elohim le Père, et que Yeshoua étant la "Torah -Loi- vivante", Il pouvait rappeler cette Loi en l'écrivant, de la même façon que le doigt de Elohim l'avait gravée dans la pierre (le "Rocher") avec Moïse !

 

 

3 - Les faits suivants confirment cela puisque Yeshoua "parle" et c'est toute la différence qui va apparaître entre "l'écrit" et "le vivant", la Vie.

 

Ainsi, Yeshoua va pouvoir "ajouter" une interprétation qui n'était pas écrite dans la "Loi pénale", c'est à dire: "Que celui de vous qui est sans péché"...

... or, "Qui" donc est "sans péché" sinon Yeshoua Lui-même ?!... et pourtant Yeshoua ne va pas lancer de pierre !

... et pourtant aussi, les accusateurs ne vont pas lancer de pierre non plus ! Pourquoi ?

Parce qu'il est dit qu'ils sont "accusés dans leur conscience", autrement dit ils sont en état de péché parce qu'ils connaissent la Loi (eux !) ou vont se mettre en état de péché puisqu'ils vont être obligés de "tuer" en transgressant le 6ème commandement !

N'est-ce pas cela que Yeshoua a écrit sur le sol (la terre dont l'homme est fait !) après avoir écrit les 5 premiers commandements ?! (Et non pas je ne sais quel "dessin" kabbalistique imaginé par les religieux ignorants !)

On peut ajouter, à la lumière de l'article qui suit, la règle des "témoins" chargés d'appliquer la Loi (Deutéro 17:7).

 

 

4 - Cette fois, nous en arrivons à la "femme adultère" elle-même !

 

D'abord quelques questions préalables à ceux (celles) qui disent "où est l'homme adultère ?" et "c'est pas juste, c'est macho" !

 

- Qui vous a dit qu'il n'a pas déjà été lapidé ?!!

- Est-il mentionné quelque part que les scribes et pharisiens si scrupuleux à propos de Loi ne l'auraient pas fait ?! (Lévitique 20:10 !)

- Savez-vous que "l'homme est le chef de la femme" et que dans le péché commun il est donc toujours le premier responsable et le premier à être sanctionné ?!

Figurez-vous que c'est ainsi depuis Adam (même si "c'est la femme qui a été séduite") et que c'est pour cela que Yeshoua est le "nouvel Adam" et qu'il n'est pas une "nouvelle Eve" !

Hélas, cette notion fondamentale s'est complètement évaporée en moins d'un siècle et les dames et demoiselles ont reçu un outil précieux de la part de satan: internet pour "enseigner" leur insoumission et leur rébellion contre la Loi parfaite de Elohim !

 

Mais revenons à ce que Yeshoua dit:

 

- "Je ne te condamne pas non plus"...

Déjà, il est logique qu'Il dise "non plus" puisque les accusateurs ne l'ont pas fait, mais surtout Il introduit "le pardon qui vient d'en haut" sans la sanction pénale terrestre, car bien que n'ayant pas encore été exécuté sur le poteau comme "sacrifice parfait", Il est là en tant que "Parole vivante", Celle qui va "accomplir parfaitement" la Loi et se substituer à tout autre sacrifice ou sanction terrestre. Et Lui, le "sans péché", a le droit de pardonner comme représentant et "voix" de Elohim !

 

- "Va et ne pèche plus" !

Ceci est un ordre strict conforme à la Loi ! ... car si Yeshoua a le pouvoir de pardonner, Il commence à faire comprendre qu'Il est Lui-même cette Torah vivante, cette "Loi vivante", et que seule la partie pénale de cette Loi va être interrompue pendant "l'année de grâce", tandis que la Loi dans ses commandements va non seulement être maintenue mais amplifiée !... au point que c'est, par exemple, la simple colère qui va devenir meurtre !

(Mat 5:21,22)

Pour le reste, on sait (ou devrait savoir !) qu'Il est maintenant notre "avocat auprès du Père" (1 Jean 2:1)... ce qui montre bien qu'il y a toujours un tribunal, un Juge et une Loi !

On sait aussi (ou devrait savoir !) que si cette femme recommence, elle va perdre son droit au pardon en manifestant une "fausse repentance" !

Voir aussi:

http://jyhamon.eklablog.com/13-sans-les-oeuvres-de-la-loi-au-lieu-de-sans-les-lois-sacrificielles-a88629827

 

Mais continuons avec ce "ne pèche plus" puisqu'à l'évidence cette femme est mariée, que nous allons retrouver l'autre partie du problème de l'introduction, et que Yeshoua, "l'Epoux", a encore autre chose à nous enseigner... au point que j'en fais un cinquième "fait", même s'il n'était pas mentionné au départ:

 

 

5 - La femme a péché... et son mari a été trompé !

 

Dans ce cas précis, il n'y a pas besoin de réfléchir longtemps pour voir qu'il reste une coupable: la "femme adultère", et une victime: "le mari".

Cet "oubli" assez général est très symptomatique de l'esprit religieux avec lequel on traite de façon trop habituelle "la Parole" en lui substituant des raisonnements et/ou des sentiments-émotions d'hommes et "de femmes" (y compris les "femmelettes" ou "enseignants religieux").

 

J'ai mentionné que Yeshoua était aussi "l'Epoux" !... est-ce que cela vous suggère quelque chose ?

 

Est-ce que Yeshoua a pensé au mari bafoué et trahi quand il a d'une part pardonné, et d'autre part exigé "ne pèche plus" ?!

 

Est-ce que d'une façon plus générale et hautement spirituelle, Yeshoua a voulu dire à toute Son Eglise-épouse: (et à chaque partie du "Corps" pour toute sorte de "péché"-"transgression de la Loi")

 

- "Oui, Je peux pardonner parce que mon Père pardonne et j'en ai payé le prix" !

- "Tu as été infidèle mais reviens et ne me trahis plus si tu veux que je te garde" !

- "JE T'AIME ET MON PERE T'AIME mais je ne serai jamais l'époux d'une prostituée ou d'une femme à la robe salie" !

 

Voilà ce à quoi je pensais, en surface et en profondeur, quand j'ai commencé cet article à la fois douloureux et rempli de promesses... dont on sait bien (ou devrait savoir !) qu'elles sont toutes "conditionnelles".

 

Reviens, "fais retour" (repens-toi), ne pèche plus.

 

Shalom, soyez bénis.

JYHamon 29/07/2013

Partager cet article

Repost 0
Nicolas Papaïconomou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens