Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 09:47

Deux articles intéressants sur le même sujet.   Bonne lecture    Nicolas

La fête des pains sans levain

 

(Beth Yeshoua) Hag Hamatsot Etz Be Tzion

Emprunté au Blog d' Aline Dorven a publié dans COMPRENDRE LA BIBLE

Écrit par Jacques le 14 avril 2014.

 

Durant la semaine de la fête de Pessah, les enfants d’Israël consomment des matzots, des galettes de pain azyme confectionné de céréales non levé sous l’effet du levain ou de la levure mais uniquement constitué d’eau et de farine pétris ensemble. Sous forme de feuille, on parle de pain azyme.

 

Qu’est-ce que Hag Hamatsot, la « Fête des Azymes » חג המצות ? Lorsque les Israélites ont quitté l’Égypte, ils sont partis précipitamment. De ce fait, les pâtes à pain n’eurent le temps de lever. Les Israélites emportèrent ces pâtes ainsi, non levées : « 33 Les Egyptiens pressaient le peuple, et avaient hâte de le renvoyer du pays, car ils disaient : Nous périrons tous. 34 Le peuple emporta sa pâte avant qu’elle fût levée. Ils enveloppèrent les pétrins dans leurs vêtements, et les mirent sur leurs épaules » (Exode 12:34).

L’absence de levain : un signe pour l’ennemi

 

L’absence de levain est un signe, plus pour l’ennemi que pour Dieu. Le peuple a mis du sang sur le linteau et sur les montants de ses portes. Il a donc pu être sauvé de la mort éternelle. Pour Dieu son peuple était sauvé. Plus besoin n’était d’encore en prouver d’avantage. Par contre la raison principale du pain sans levain est le fait que le pain n’a pas eu le temps être levé à cause de la terreur qu’Israël inspirait aux égyptiens qui craignaient devoir une fois de plus subir une plaie supplémentaire. A cause des 10 plaies et surtout la dernière (la mort des nouveaux nés d’Egypte chez ceux qui avaient refusé le sang de l’agneau), le pain n’a pas eu le temps de lever car les égyptiens ont pressé, chassé les israélites.

 

Ce qui est fait de pâte non « levée » est dit מצה (se prononce « matsa ») soit azyme, ce qui donne מצות (se prononce « matsot ») au féminin pluriel. חג המצות Hag Hamatsot la Fête des Azymes, commémore le départ d’Égypte. Elle est aussi appelée « fête de la liberté » (cette appellation n’est pas biblique, mais populaire).

Une montée à Jérusalem

 

La fête des pains azymes est considérée, plus que la fête de Pessah elle-même, comme l’une des 3 fêtes solennelles de pélerinage où l’on doit se rendre à Jérusalem. Dans Deutéronome, la fête de Pessah n’est pas nommée expressément comme étant une fête de pélerinage, par contre la fête des pains sans levain l’est.

 

« Trois fois par année, tous les hommes d’entre vous se présenteront devant l’Eternel ton Dieu, dans le lieu qu’il choisira : à la fête des pains sans levain (hag hamatsot), à la fête des semaines (hag hashavouot), et à la fête des tabernacles (hag hasoukkot) » (Deut 16:16)

 

« Dans le lieu qu’il choisira » : Ce choix ne précise pas le lieu et l’Esprit Saint le révèlera Lui-même à son peuple mais il est clair qu’il s’agit bien ici de Jérusalem. Ce choix (en hébreu « ba’har ») contient la « volonté », le « désir », « l’amour », des « délices ». Toutes ces expressions confirment évidemment le lieu de la « Ville du Grand Roi ».

 

Cette fête פסח Pessah selon la Torah (Pentateuque) se nomme חג המצות Hag Hamatsot la Fête des Azymes.

 

Dans toutes les maisons juives, en obéissance à la Parole de Dieu, tous les enfants d’Israël nettoyent leurs maisons de fond en comble de toute présence de levain, levure, pain levé. Après nettoyage complet de la maison; l’arrêt de consommation de pain levé selon la Bible prend cours le 14 Nissan dans la soirée.

Le levain חמץ le hametz

 

Le levain est une levure naturelle obtenue par une culture symbiotique de bactéries lactiques et de levures se développant dans un mélange de farine et d’eau. La pâte obtenue sert à la fabrication du pain au levain, auquel il confère son goût spécifique par rapport au pain monté sur levure. L’acidité particulière du pain au levain est, en effet, due à l’acide lactique et à l’acide acétique produits par les bactéries lactiques (lactofermentation). Le levain provoque une fermentation. Ce mélange permet d’ensemencer et de faire lever la pâte du pain au levain, qui se caractérise par sa densité, sa mie irrégulière et son goût plus ou moins acidulé. Le levain est une matière vivante : il s’agit d’un élevage de bactéries à qui il faut apporter de la nourriture et des soins sous peine de le voir mourir.

 

La Fête des Pains sans Levain

 

Cette fête tire son nom de la nécessité d’éliminer tout levain, levure ou produit levé de nos demeures et de manger des pains sans levain pendant ces sept jours : « 15 Pendant sept jours vous mangerez des pains sans levain; et dès le premier jour vous ôterez le levain de vos maisons. Car toute personne qui mangera du pain levé, depuis le premier jour jusqu’au septième, sera retranchée d’Israël. » (Exode 12:15).

 

Pendant cette période de fête ordonnée par Dieu à toute l’humanité, le levain symbolise le péché. Cet ingrédient produit un processus chimique permettant à la pâte de lever. Les aliments levés peuvent inclure le pain, les biscuits, les gâteaux, céréales et tartes qui contiennent une levure quelconque.

 

Le levain, image du péché

 

Tel le levain qui fait lever ou gonfler ou enfler, le péché lui aussi fait enfler et est synonyme d’orgueil. Dans la Bible, les péchés que sont la malice, la méchanceté, l’hypocrisie et les faux enseignements – entre autres – (1 Corinthiens 5:8; Luc 12:1; Matthieu 16:11-12) représentent un véritable « levain » spirituel. La levure – le levain – se répand et s’infiltre quasiment « incognito» dans la pâte. Paul utilise notamment cette caractéristique pour évoquer le danger d’un péché qui existait dans l’Église. Il écrit en effet : « Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte ? Purifiez-vous du vieux levain pour être une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain ; car le Christ, notre Pâque, a été sacrifié » (I Corinthiens 5:6-7). Ôter le levain de nos demeures nous donne une leçon pratique sur les efforts à fournir pour éliminer le péché de nos vies. Le levain est difficile à trouver, et parfois même à identifier. Parallèlement, il n’est guère facile de s’examiner à fond à la recherche du péché, de se repentir et de rechercher l’aide de Dieu pour éliminer ce type de levain.

 

Oter le mal et le remplacer par le bien

 

Non seulement nous devons éliminer le péché, mais nous devons aussi le remplacer par des pensées pures et de bonnes actions. Paul déclare encore, dans son épître, « Célébrons donc la fête, non pas avec du vieux levain, ni avec un levain de malfaisance et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la sincérité et de la vérité » (I Corinthiens 5:8).

 

La déclaration très claire de Paul aux chrétiens de la ville de Corinthe « Célébrons donc la fête, » devrait suffire à faire taire les critiques selon lesquelles cette fête merveilleuse et pleine de sens serait démodée et réservée aux Juifs. Il montre aussi clairement le besoin d’extraire le mal (la malice et la méchanceté) de nos vies et de le remplacer par le bien (la sincérité et la vérité).

La soumission au Seigneur

 

Mais bien que notre réaction au péché soit un repentir sincère et profond accompagné d’un vif désir de ne plus pécher, nous découvrons rapidement qu’une telle purification est bien au-delà de nos forces (2 Corinthiens 7:10-11; Jean 8:11; Romains 7:23-25). Nous avons désespérément besoin de l’aide de Dieu.

 

La fête des Pains sans levain nous rappelle que le fait de nous soumettre à notre Libérateur est la seule réaction juste au sacrifice miséricordieux de Jésus Christ. Nous ne sommes pas sauvés par des mitsvot, de bonnes œuvres, bien que nous ayons « été créés en Jésus–Christ pour des œuvres bonnes » (Éphésiens 2:10). Le croyant reconnaissant et pardonné recherche l’aide divine afin de ne pas sombrer à nouveau dans l’esclavage du péché.

Une fête à part entière

 

La fête des pains sans levain est une fête solennelle à part entière, un « Shabbat Hagadol », la première convocation sainte ordonnée par Dieu au même titre que la fête de Shavouot ou Souccot.

 

Durant la période de Pessah on trouve en réalité 3 fêtes : le premier jour (cette année 5774) mardi 15 avril 2014 (la fête commence le 14 avril au soir) : (1) Pessah, et (2) la fête des pains sans levain, le troisième jour (3) La fête des Prémices, le septième jour; le lundi 21 avril 2014 (ce septième jour commence le 20 avril au soir. La fête sera finie le 21 avril lorsqu’il fera nuit.

Il n’existe pas de « huitième jour ». Le « huitième jour » est une invention rabbinique ; la Torah a institué une fête de sept jours.

 

La fête des pains sans levain n’est pas qu’une fête « spirituelle » : elle nous implique nous-même personnellement à consommer de la matsah pendant une semaine afin de nous apprendre à nous souvenir toutes ces choses.

 

 

 

La Fête des pains azymes (ou des pains sans levain)

 

Blog: enquête et temoignage

 

Le levain, symbole du péché

 

Nous savons que pour l'ancien Israël, tout comme pour le peuple juif aujourd'hui, la fête de Pessah (la Pâque) et des Pains sans levain (Azymes) commémorent la libération du joug de la servitude endurée en Égypte (Nom. 33 : 3).

La coutume de manger des pains sans levain durant les sept jours qui suivent la Pâque vient du fait que les Israélites ont dû quitter l'Égypte à l’aube du quinzième jour en n’ayant pas eu le temps de faire lever la pâte de leurs pains. C’est donc en souvenir de cette sortie précipitée que cette fête des Pains sans levain est toujours célébrée aujourd’hui.

 

 

La fête des Pains Azymes

 

« Les Égyptiens, croyant qu'ils allaient tous mourir, poussèrent les israélites à quitter rapidement leur pays. C'est pour cette raison que les Israélites durent emporter leur pâte à pain avant qu'elle ait levé; ils tenaient leur pétrin sur l'épaule, enveloppé dans leur manteau. » (Exode 12 : 33-34).

 

Pour nous, Chrétiens messianiques, si la fête de la Pâque commémore le sacrifice du Messie pour le pardon de nos péchés, la fête des Pains sans levain symbolise la libération de l'esclavage du péché.

 

De la même façon que les Hébreux ont dû quitter l'Égypte, où une multitude de divinités païennes étaient adorées, il nous faut également sortir de ce monde pécheur, dont le levain est la représentation allégorique.

En effet, le levain symbolise le péché, et en s'abstenant d'en manger durant cette fête, nous reconnaissons la nécessité de devoir se libérer de son emprise et de son esclavage :

«... Vous connaissez le proverbe : 'Un peu de levain fait lever toute la pâte'. Enlevez ce vieux levain de péché pour que vous deveniez tout à fait purs. Vous serez alors semblables à une pâte nouvelle et sans levain, ce que vous êtes déjà en réalité. Car notre fête de Pâque est commencée, puisque le Christ a été sacrifié comme notre agneau pascal. Célébrons donc notre fête, non pas avec du pain contenant le vieux levain, le levain du péché et de l'immoralité, mais avec du pain sans levain, le pain de la pureté et de la vérité. » (I Cor. 5 : 6-8). Voir aussi Galates. 5 : 9.

 

 

Mais qu'est-ce que le péché au juste ?

 

La première lettre de Jean nous donne une définition très claire de ce qu'est le péché :

« Tout homme qui pèche désobéit à la loi de Dieu, car le péché est la désobéissance à la loi. » (I Jean 3 : 4).

Ainsi donc, la transgression de la loi de Dieu nous conduit directement au péché (Rom. 7 : 14-20). De la même façon, la satisfaction de la chair, de notre nature humaine, est péché contre Dieu (Rom. 13 : 12-14). Et le fait de vivre dans le péché est considéré comme vivre sous une forme d'esclavage (Rom. 6).

 

 

La fête des Pains Azymes

 

Quelles sont les conséquences du péché ?

 

Nous savons que le salaire du péché est la mort. Mais, bien avant la mort qu'il entraine, le péché conduit d'abord à l'amertume, au chagrin, au remord, au ressentiment et à la dépression (Rom. 5 : 12-14).

Mais, à plus long terme, il peut aussi nous mener à la mort éternelle, car les pécheurs endurcis qui refusent de changer leur comportement mauvais n'hériteront pas du Royaume des Cieux (I Cor. 6 : 9-11; Apoc. 21 : 7-8).

Bien sûr, nous avons tous péché et aucun homme ne peut dire qu'il est sans tache :

« ... car il n'y a aucun homme qui ne désobéisse jamais ... » (I Rois 8 : 46). Voir aussi Rom. 3 : 9-23).

Et malheureusement, ce sont bien nos péchés qui nous éloignent du Seigneur (Esaïe 59 : 1-21).

 

 

Le sang, prix du péché

 

Depuis le début de la création, le sang a toujours été considéré comme le symbole de la vie, et le prix du péché c'est précisément le sang, c'est-à-dire la vie (Héb. 9 : 22; Lév. 17 : 11).

Les sacrifices sanglants d'animaux, qui rythmaient le culte du Temple, étaient là pour nous rappeler ce prix du péché et par la même toute sa gravité.

Pouvez-vous imaginer le fait de devoir se séparer d'un animal qu'on a élevé et auquel on peut être attaché. Cela ne devait pas être très agréable et parfois même insupportable pour les anciens Israélites. Ces sacrifices représentaient un prix très lourd à payer, d'où la nécessité et l'importance d'arrêter de commettre des fautes.

 

 

A présent, ces sacrifices ne sont plus nécessaires, car notre Seigneur Yéchoua a versé son sang une fois pour toute pour tous ceux et celles qui acceptent son sacrifice et se repentent sincèrement (Héb. 9).

« De même, le Christ aussi a été offert en sacrifice une seule fois pour enlever le péché de beaucoup d'hommes. Il apparaîtra une seconde fois, non plus pour enlever le péché mais pour sauver ceux qui l'attendent. » (Héb. 9 : 28).

 

Salutations et cordial shalom

 

Fête des Pains Azymes (Hag Ha-Matzot) Jacquy Mengal

 

Source:http://bibleenquetetemoignage.blogspot.fr/2012/04/la-fete-des-pains-azymes.html

 

Compléments

 

Lors de cette fête des Pains sans levain, les gens devaient faire complètement disparaître le levain de leur maison pendant 7 jours. Le levain est produit par la fermentation de la pâte que l’on met dans un endroit tiède pendant quelques jours. Ils mangeaient donc du pain azyme.

 

Quelle application pratique pour notre vie ?

 

Lévitique 2 v 4 à 6 : « …Si tu fais une offrande de ce qui est cuit au four, qu’on se serve de fleur de farine, et que ce soient des gâteaux sans levain pétris à l’huile et des galettes sans levain arrosées d’huile. Si ton offrande est un gâteau cuit à la poêle, il sera de fleur de farine pétrie à l’huile, sans levain... »

 

Nos pensées, nos paroles et nos actions qui sont sans péché (levain), inspirées par l’Esprit de Dieu (huile), et dans un esprit de prière (encens), sont des offrandes agréables à Dieu.

 

 

 

Matthieu 13 v 33 : « Le royaume des cieux est semblable à du levain qu’une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte soit levée. »

 

Dans la Bible, il y a une femme symbolique appelée « Babylone », la prostituée, tandis que l’église de Jésus Christ est l’épouse fidèle.

 

La fausse église (la prostituée) introduit des fausses doctrines et des pratiques non-bibliques (le levain) dans la vraie église (la pâte).

 

Matthieu 16 v 5 à 12 : « Jésus leur dit : Gardez–vous avec soin du levain des pharisiens et des sadducéens. Les disciples raisonnaient en eux–mêmes, et disaient : C’est parce que nous n’avons pas pris de pains. Jésus, l’ayant su, dit : Pourquoi raisonnez–vous en vous–mêmes, gens de peu de foi, sur le fait que vous n’avez pas pris de pains ? Etes–vous encore sans intelligence, et ne vous rappelez–vous plus les cinq pains de cinq mille hommes et combien de paniers vous avez emportés, ni les sept pains des quatre mille hommes et combien de corbeilles vous avez emportées ?

 

Comment ne comprenez–vous pas que ce n’est pas au sujet de pains que je vous ai parlé ? Gardez–vous du levain des pharisiens et des sadducéens. Alors ils comprirent que ce n’était pas du levain du pain qu’il avait dit de se garder, mais de l’enseignement des pharisiens et des sadducéens. »

 

Les pharisiens et les sadducéens enseignaient de fausses doctrines. (Deutéronome 4 v 2 + Apocalypse 22 v 18 & 19)

 

 

Voici quelques caractéristiques de ces 2 tendances que l’ont trouve de façon modérée dans les assemblées chrétiennes, ainsi que dans la vie des chrétiens qui penchent d’un coté ou de l’autre.

 

 

Levain des pharisiens

 

Légalisme, sectarisme, orgueil spirituel, hypocrisie, formalisme. Ils rajoutent des commandements et des traditions à la Parole de Dieu.

 

 

Levain des saduccéens

 

Libéralisme théologique, relativisme moral, laxisme. Ils refusent l’autorité des écritures dans leur vie, retranche des textes bibliques gênants, ne croient pas aux miracles, et sont souvent ouverts à l’œcuménisme.

 

 

Un autre levain à éliminer

 

Marc 8 v 15 : Le levain d’Hérode, c’est la recherche du pouvoir.

 

 

1 Corinthiens 5 v 6 à 8 : « …Purifiez-vous du vieux levain… » Le péché sous toutes ses formes doit disparaître de l’assemblée pour que nous puissions prendre dignement le repas du Seigneur.

Partager cet article

Nicolas Papaïconomou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens