Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 03:42

 

© Rossel Stéphane – Janvier 2006 http://www.aiem.ch

 

Lorsque Jésus était sur la terre, il a passé plus de trois années à former douze disciples. Il savait qu'après son ascension, l'expansion du Royaume de Dieu sur la planète entière serait confié à ces douze personnes remplies du Saint-Esprit. Il devait donc, en plus de la formation pratique sur le terrain, leur laisser des mandats très clairs pour la suite du travail. Il fallait absolument qu'ils sachent ce qu'ils devaient faire et ce qu'ils ne devaient pas faire, ce qui était de leur ressort et ce qui ne l'était pas. Or, contrairement à ce que l'on pourrait s'attendre pour un travail d'une telle envergure, nous ne trouvons dans le Nouveau Testament ni ordonnances ni prescriptions divines. La seule chose que nous trouvons est l'attribution de deux mandats à des personnes différentes.

Le premier mandat que Jésus attribue se trouve dans l'épisode suivant:

"Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples: Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l'homme? Ils répondirent: Les uns disent que tu es Jean-Baptiste; les autres, Élie; les autres, Jérémie, ou l'un des prophètes. Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis? Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux". (Matthieu 16 : 13-19).

Pierre reçoit une révélation de la part du Père. Il saisit soudain qui est Jésus: "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant". Immédiatement après cette révélation, Jésus lui en donne une deuxième: "Et moi, je te dis que tu es Pierre". Écoutez cet échange: Pierre dit: "Tu es le Christ" et Jésus répond: "Tu es Pierre". Nous ne sommes pas au niveau des présentations et de l'échange des adresses. Il y a une révélation profonde de la nature de chacun, de ce qu'est chacun. Pierre réalise qu'il se tient devant Dieu, le Dieu Tout-Puissant, celui qui l'a créé et donc qui sait tout de lui. Et Jésus lui répond: Tu as bien vu, je suis réellement Dieu et donc je te connais parfaitement, tu es un homme, tu es Pierre. Par cette révélation, Pierre est comme "positionné" en Christ. Il sait qui est Jésus, et il sait par conséquent quelle est sa position devant lui.

Que fait Jésus dans ce dialogue? Il met en place la première pierre de son église, la pierre nommée

Pierre. Il le dit explicitement: "sur cette pierre (rocher) je bâtirai mon église". En parlant de pierre (rocher – "petra" en grec) il ne parle pas de l'homme Pierre ("petros" en grec), mais il parle de cette relation établie sur la révélation et sur l'acceptation de la nature et de la position de chacun. De fait, l'église est constituée de tous ceux qui sont entrés et qui vivent dès lors dans cette relation.

Puis Jésus continue d'établir Pierre dans son église en lui confiant un ministère particulier: "Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux" 1. Il reçoit le ministère "d'ouvreur de portes" du Royaume des cieux. C'est effectivement ce qu'il vivra par la suite à trois reprises. Il commence par ouvrir la porte du Royaume des Cieux aux habitants de Jérusalem lors de la Pentecôte. C'est lui qui se présente devant le peuple et qui annonce l'évangile. Résultat: trois mille personnes entrent dans le Royaume des Cieux (Actes 2). Ensuite, alors que Philippe annonce l'évangile à Samarie, beaucoup se font baptiser. Mais il manque quelque chose aux nouveaux chrétiens: le Saint-Esprit. Les apôtres de Jérusalem dépêchent alors sur place Pierre et Jean pour qu'ils imposent les mains aux nouveaux chrétiens, et ceux-ci reçoivent le Saint-Esprit (Actes 1 Note de la Nouvelle Bible Second: "Lié / délié: Dans les textes anciens, des expressions analogues sont employées dans des sens très différents en fonction des contextes (p. ex., dans des écrits magiques, le sens est analogue à celui du couple envoûter / désenvoûter ). Dans l'usage du judaïsme rabbinique, il s'agit le plus souvent d'interdire et d'autoriser; on trouve aussi d'autres nuances, comme exclure et intégrer (dans une communauté), retenir et pardonner (les péchés); c.f. Mat. 18.18; Jn 20.23".

La porte du Royaume des Cieux est alors ouverte aux Samaritains. Puis finalement, un ange envoie chercher Pierre pour qu'il aille chez un centenier romain dénommé Corneille. A peine arrivé chez lui, le Saint-Esprit descend sur Corneille et toute sa maison (Actes 10). Pierre ouvre la porte du Royaume des Cieux aux païens. C'est bien l'accomplissement du ministère que Jésus lui a confié.

Pierre n'a pas commencé à bâtir l'église. Il n'est que la première pierre que Jésus a posée dans son église.

Ce faisant, Jésus met immédiatement en pratique la parole qu'il vient de dire: "Je bâtirai mon église".

Ce premier mandat est donc celui de bâtir l'église et Jésus se l'attribue à lui-même. Il ne donne pas ce mandat aux disciples, mais à lui-même. Bâtir l'église est son travail!

Pendant longtemps j'ai fait l'erreur de croire que Jésus était préoccupé de bâtir uniquement l'église universelle, le corps de Christ mondial. En tant que pasteur je pensais avoir reçu pour mandat de bâtir l'église locale dans laquelle je servais, dans la soumission à Jésus-Christ qui lui, bâtissait l'église mondiale. Chacun sa part. Mais un jour que le conseil de l'église était en prière, le Saint-Esprit nous communiqua la structure d'église que Jésus voulait bâtir dans notre région: un réseau d'églises de maison. Cette révélation m'a fait réaliser que Jésus désirait non seulement bâtir l'église universelle, mais également l'église locale.

Suite à cette révélation j'ai commencé à mettre en place des églises de maison, d'abord une, puis deux et trois. Je pronostiquais déjà une croissance exponentielle lorsque Jésus m'a interpellé en disant: "Je ne t'ai jamais demandé de faire des églises de maison!" Ma réponse a été directe: "Bien sûr que si!" Et Jésus m'a alors dit: "Relis les paroles que je t'ai données". J'ai ressorti mon cahier de prière et j'ai lu que le Seigneur avait dit: "Je veux faire..." Je me suis effondré! Nulle part le Seigneur disait: "Fais ceci, fais cela", mais il disait constamment ce que lui voulait faire. Jésus me parlait de ses intentions et de ses projets pour les gens de ma région et j'ai pris ses paroles pour un ordre de mission personnel. En fait j'avais volé son projet pour le faire à sa place, l'empêchant du même coup de le réaliser.

Après m'être humilié devant Jésus et avoir imploré son pardon, je lui ai demandé: "Que veux-tu que je fasse, quelle est la part que tu m'a réservée dans ton projet?" Sa réponse a été une autre révélation: "Fais des disciples!"

 

J'ai réalisé alors que le seul mandat que Jésus attribue à ses disciples dans tout le Nouveau Testament était celui de faire des disciples.

 

"Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde." (Matthieu 28 :18-20)

Jésus ne nous demande pas de faire des églises, mais il nous demande de faire des disciples. Or il semble que nous ayons inversé les mandats. Nous prenons beaucoup de temps et de moyens pour bâtir  l'église locale, régionale ou nationale et nous demandons à Jésus de produire un réveil et des conversions parmi nos voisins. Nous avons pris son travail et nous lui demandons de faire le nôtre.

Résultat: nous accomplissons très mal son mandat et lui ne fait pas le nôtre puisqu'il nous l'a attribué.

 

Quand bâtissons-nous l'église?

Nous bâtissons l'église lorsque nous avons pour but d'agrandir notre corporation, notre église, notre groupe de maison, notre mouvement, notre mission. Jésus annonçait l'évangile gratuitement, il n'attendait pas de récolter des membres en retour de son investissement en temps, en paroles et en prodiges. Il a toujours laissé les gens libres de le suivre ou non, même ceux qu'il a appelé à sa suite. Il a même été jusqu'à proposer à ses douze disciples de le quitter (Jean 6 : 67). Les gens ne nous appartiennent pas, ils appartiennent à Jésus.

Nous bâtissons l'église lorsque nous pensons qu'il est préférable que les chrétiens participent à notre rassemblement plutôt qu'à celui de l'église voisine. Aucun homme, groupe ou église ne détient la vérité.

Nous appartenons à la Vérité, mais la Vérité ne nous appartient pas. Nous ne sommes que des pécheurs graciés qui "connaissent en partie" (1Cor. 13 : 9) et qui, par conséquent, ont des manquements.

Nous bâtissons l'église lorsque notre confession de foi est tellement pointue qu'elle sépare les chrétiens entre eux. La confession de foi a pour but d'unir les chrétiens. Elle n'a pas pour but de séparer les catholiques des protestants, les pentecôtistes des assemblées de frères, les prémillénaristes des amillénaristes, les plus des moins!

 

Nous bâtissons l'église lorsque nous décomptons nos membres. Ce faisant nous divisons le corps de Christ en identifiant les chrétiens à des mouvements, des églises, ou des types de spiritualités. "Christ est-il divisé?" (1Cor. 1 : 13). Nous n'appartenons pas à une église, mais nous sommes l'église et nous appartenons à Jésus-Christ. Ne sommes-nous pas "membres les uns des autres" (Rom. 12 : 5)?

Nous bâtissons l'église lorsque nous copions un schéma de fonctionnement qui porte du fruit ailleurs. Non pas que le schéma soit mauvais, mais le schéma n'est rien en lui-même. Nous ne sommes pas appelé à reproduire un schéma, un programme, une structure, une recette, une pensée, une pratique, une conception, une philosophie chrétienne, une prophétie, une parole divine ou que sais-je. Nous sommes appelés à suivre l'Agneau partout où il va (Apocalypse 14 : 4).

 

Nous bâtissons l'église lorsque nous nous posons en juge sur la pratique des autres chrétiens. Je suis toujours étonné par la liberté de Jésus. A témoin ce passage de Marc 9 : 38-40: "Jean lui dit: Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en ton nom; et nous l'en avons empêché, parce qu'il ne nous suit pas. Ne l'en empêchez pas, répondit Jésus, car il n'est personne qui, faisant un miracle en mon nom, puisse aussitôt après parler mal de moi. Qui n'est pas contre nous est pour nous." Comme nous sommes prompts à mettre des obstacles devant les gens qui servent les intérêts de Jésus hors des cadres institués !

Bâtir l'église locale et universelle est le mandat de Jésus. Laissons-le lui! Lorsque nous le faisons à sa place, nous créons des catastrophes. Nous sommes comme de tout petits enfants qui veulent courir sur le chantier de papa: nous l'empêchons tout simplement de travailler! Notre mandat à nous est de faire des disciples.

 

Qu'est-ce que "faire des disciples"?

Habituellement, nous comprenons ce mandat de la façon suivante: nous amenons une personne à Jésus par la conversion, puis nous amenons cette personne à l'église pour qu'elle y soit enseignée et prise en charge par le programme de l'église.

Ce n'est pourtant pas de cette manière que Jésus et les apôtres ont pratiqué. Ils n'ont jamais établi de programme d'église ou construit un centre d'enseignement chrétien. Ils ont simplement vécu la plénitude de l'évangile à chaque seconde de leur vie, où qu'ils se trouvent et quoi qu'ils fassent. En fait, l'évangile et eux ne faisaient qu'un. Leurs paroles et leur façon miraculeuse de vivre interpellaient, et les gens venaient les questionner ou leur tendre un piège. Ceux qui désiraient en savoir plus venaient les trouver et passaient du temps avec eux. C'est là qu'ils étaient alors enseignés et formés en disciples de Jésus-Christ. De manière informelle et à chaque occasion, les apôtres formaient et établissaient des gens en Jésus-Christ. Et Jésus bâtissait son église avec ces gens, les connectant les uns aux autres, confirmant leurs paroles par des signes et des miracles, les envoyant en mission, et établissant certains comme ancien, diacre, apôtre, prophète, évangéliste, enseignant et pasteur pour étendre son Royaume plus loin.

Former un disciple commence donc avec une personne qui n'est pas chrétienne. Nous la rencontrons, nous créons une amitié avec elle. Et puisque nous vivons l'évangile et que nous prions pour elle, des occasions s'offrent naturellement pour lui parler de Jésus. Si elle s'intéresse, elle pose des questions et choisit un jour de consacrer sa vie à suivre Jésus. Nous l'aidons à faire ce pas, nous la baptisons, et nous continuons à l'enseigner de manière plus pointue, l'ouvrant sur toutes les réalités du Royaume de Dieu.

Puis un jour elle commence à former un disciple à son tour. Nous continuons alors à l'enseigner sur la façon de former ce disciple jusqu'à ce que celui-ci forme un autre disciple. A ce moment-là, nous pourrons dire que nous avons fait un disciple de Jésus-Christ.

Faire un disciple n'est pas seulement donner naissance à un enfant spirituel. C'est l'élever comme un père élève son fils. Puis, lorsqu'il aura à son tour amené une personne à Jésus et donné

naissance à un fils spirituel, nous devrons continuer à le former, non plus comme un fils, mais comme un père spirituel. Puis lorsque son fils aura amené une personne à Jésus, nous devrons le former comme grand-père spirituel. C'est une chose de former une personne directement. C'en est une autre de former une personne qui en forme une autre. Et c'est encore différent de former une personne qui forme une personne qui en forme une autre. Mais c'est cela faire des disciples: leur transmettre tout ce que Jésus nous a appris tout au long de notre vie.

Faire des disciples est donc un travail à long terme. C'est un investissement de tous les jours, de chaque instant, de chaque contact avec n'importe quelle personne. Faire des disciples ce n'est pas une action ponctuelle mais c'est un style de vie, celui des disciples de Jésus-Christ.

Lorsque nous formons un disciple, l'unique question que nous avons à poser à Dieu est la suivante: "Quelle est le meilleur chemin pour que ce disciple puisse s'épanouir et maturer en Jésus-Christ?" Ce sera peut-être de le prendre avec vous là où vous allez, de le confier à quelqu'un d'autre, de le conduire vers un groupe de chrétiens, de l'envoyer en mission à l'étranger ou que sais-je encore. Pour chaque disciple le chemin sera différent parce que chacun est différent et parce que le projet de Dieu pour chacun est différent. Si nous restons dans cette disposition devant Dieu, nous aurons peu de risques de glisser dans la tentation de construire notre église. Nous travaillons pour Jésus et son Royaume et non pas pour notre profit. Nous cherchons à attacher le disciple à Jésus et non pas à nous-même.

Incarner l'évangile dans la culture du disciple lui permet de s'attacher à Jésus. Peut-être devrez-vous créer un lieu de partage, de prière, et d'enseignement dans sa maison, ou à son lieu de travail, à son club de foot, avec ses amis, ses collègues. Ou peut-être même au bistrot, si c'est le seul lieu où cette personne se sente à l'aise. Rappelez-vous ce que les gens disaient de Jésus: "C'est un homme qui fait bonne chère et un buveur de vin, un ami des péagers et des pécheurs" (Luc 7 : 34). Ce n'est certainement pas à la Synagogue qu'il s'est fait cette réputation, mais bien plutôt en s'incarnant dans la culture des gens.

L'apôtre Paul disait: "Avec les Juifs, j'ai été comme Juif. Avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi. J'ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d'en sauver de toute manière quelques-uns."(1Corinthiens 9 : 20-22).

Ne cherchez pas à amener les gens à l'église pour qu'ils entendent l'évangile, mais amenez l'évangile chez les gens pour qu'ils deviennent l'église.

L'Eglise de Jésus-Christ n'est pas une multitude d'étiquettes ecclésiastiques. Elle est le corps de Jésus, son Temple, le lieu privilégié par lequel Jésus s'exprime sur la terre. Laissons Jésus bâtir son Corps comme bon lui semble et nous, occupons-nous de remplir la mission qu'il nous a confiée.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens