Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 07:43

Article de S. R. Shearer (Antipas Ministries)

Pour manifester pleinement la nature de Christ, l'Eglise doit se libérer du système pastoral actuel. L'auteur étudie aussi les rapports entre la triple nature de l'homme (esprit, âme et corps) et le pré-millénarisme.

 

Source http://www.endtimesnetwork.com/oldnews/vol4no2.html

 

S. R. Shearer est l'un des responsables d'Antipas Ministries. Il continue d'expliquer dans cet article, qui fait suite à l'article, quelles sont les caractéristiques de ces temps de la fin, à la lumière de la Bible, et encourage les Chrétiens véritables à persévérer dans l'attendre du retour du Seigneur.

 

"Je vous ai dit ces choses, afin qu'elles ne soient pas pour vous une occasion de chute. Ils vous excluront des synagogues ; et même l'heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre un culte à Dieu. Et ils agiront ainsi, parce qu'ils n'ont connu ni le Père ni moi. Je vous ai dit ces choses, afin que, lorsque l'heure sera venue, vous vous souveniez que je vous les ai dites. Je ne vous en ai pas parlé dès le commencement, parce que j'étais avec vous" (Jean 16 :1-4).

 

Nous sommes parvenus à la fin des temps.

 

Comme nous l'indiquions dans notre article précédent, "Eglise organisée et fin des temps", nous sommes maintenant parvenus à la fin des temps. Le monde se dirige inexorablement vers une conclusion, et une seule : la terre entière est en train de s'organiser en un immense système pyramidal, qui regroupe toutes les organisations humaines, y compris toutes les églises organisées. Toutes les entreprises, toutes les cultures, et toutes les nations seront incorporées dans cette immense structure planétaire, qui revêtira le caractère de la "Bête" (Apocalypse 13 :11-17). La Bible décrit ce système comme "une femme qui est assise sur une bête". Cette Bête, qui représente le pouvoir civil, et cette femme, qui représente le pouvoir religieux, sont indissolublement associées, pour aboutir à la formation d'un empire politique mondial, et d'une Eglise mondiale, au milieu d'une séduction généralisée.

 

Nous avons vu ce que devaient faire les Chrétiens véritables, pour ne pas être enlacés dans ce processus. Si nous voulons éviter d'être pris dans ce système, nous devons nous écarter de cette "Eglise organisée". Car la plus grande partie de cette "Eglise organisée" se trouve déjà engagée dans cette organisation mondiale. Ce phénomène conduit inévitablement dans le système de l'Antichrist, qui, selon la Bible, dominera le monde à la fin des temps. C'est dans cette direction que sont engagées la plupart des églises chrétiennes américaines aujourd'hui. C'est le courant universel caractéristique de notre époque…

 

Vous pourriez dire : "Mais nous sommes Baptistes ! Nous sommes de vrais Baptistes !" Ou : "Nous sommes membres des Assemblées de Dieu ! Historiquement, il est prouvé que nous avons enseigné la saine doctrine !" Certes, mais c'est de l'Histoire, ce qui ne veut plus rien dire aujourd'hui ! Rappelez-vous ce que signifie le mot "apostasie" ! "Apostasier" signifie "s'écarter de la vérité, chuter". La Bible dit : "Que personne ne vous séduise d'aucune manière ; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition" (2 Thessaloniciens 2 :3).

 

Vous ne pouvez pas chuter d'une position que vous n'aviez pas atteinte auparavant ! Par exemple, vous ne pourriez pas chuter du premier étage d'un immeuble avant d'avoir d'abord atteint ce premier étage ! En employant ce mot "apostasie", la Bible fait donc référence à une Eglise qui était manifestement dans la foi et dans la vérité, à un moment donné de son existence. La Bible ne fait pas référence à une religion étrangère, ni à une secte comme celle des Témoins de Jéhovah, des Mormons ou de l'Eglise Moon. Ces groupes n'ont jamais été dans la vérité ! Ils ne peuvent donc pas "chuter" d'une position qu'ils n'avaient jamais atteinte !

 

Vous devez savoir où vous en êtes vous-mêmes !

Vous pourriez me dire que vous ne savez pas si votre église est réellement engagée dans ce processus, qui vise à organiser une Eglise mondiale unique. Pourtant, il n'est pas bien difficile de le savoir ! Il vous suffirait de poser quelques questions simples ! Par exemple, est-ce que votre église est activement engagée dans ce mouvement d'unification que l'on appelle aussi le "mouvement œcuménique", et que les Chrétiens conservateurs associaient naguère aux églises libérales ?

Vous seriez sans doute surpris d'apprendre combien de Chrétiens connus, combien de responsables évangéliques célèbres, sont engagés dans ce mouvement d'unification ! Je citerai Charles Stanley, D. James Kennedy, Tim LaHaye, John Wimber (maintenant décédé), Juan Carlos Ortiz, C. Peter Wagner, Beverley LaHaye, Ern Baxter, Kenneth Copeland, Kenneth Hagin, Oral Roberts, Pat Robertson, Jerry Falwell, Chuck Colson, Jack Hayford, David Yonggi Cho, etc… Je pourrais aussi citer des personnalités moins connues, comme Robert Stearns, Mike Bickle, Reuven Doron, Che Ahn, Franck Hammond, Cindy Jacobs, Bill Hamon, John Eckhardt, Bobbie Byerly, Dutch Sheets, Jim Goll, John Paul Jackson, James Ryle, Franck Damasio, Ed Silvoso, Carlos Annacondia, Claudio Freidzon, Roger Mitchell, Ted Haggart, Paul Cain, Chuck Pierce, Rick Joyner, Kingsley Fletcher, Jim Laffoon, Barbara Wentroble, etc, etc…

 

La liste est très longue, et va des Catholiques Charismatiques aux Pentecôtistes de la "vieille école", sans compter une foule de Chrétiens "fondamentalistes". Tous ceux-là sont plongés jusqu'au cou dans le mouvement d'unification. Est-ce que l'église que vous fréquentez est associée en quoi que ce soit à l'une ou l'autre de ces personnalités ? Si c'est le cas, ne soyez plus aussi certains que votre église n'est pas touchée par ce mouvement œcuménique moderne !

 

Prenez un autre exemple ! Est-ce que votre église a pris part à des rapprochements avec l'Eglise Catholique Romaine ? Qu'il soit clair ici que nous n'avons rien contre les Catholiques Romains en soi ! Nous ne disons pas non plus que l'Eglise Catholique Romaine ne contient pas de véritables Chrétiens. Mais, pour la plupart, ce sont des gens qui sont Chrétiens en dépit du système Romain, et non pas grâce à lui ! En fait, le système religieux de l'Eglise Romaine est tellement apostat que la plupart des spécialistes évangéliques de la Bible ne doutent aucunement que la "Grande Prostituée" de l'Apocalypse soit l'Eglise Romaine !

 

Si vous me dites : "Notre église n'est absolument pas impliquée dans un tel rapprochement !", je vous suggèrerais de n'en être pas si certain ! Car c'est un fait que ce rapprochement a concerné presque tous les milieux évangéliques, et qu'un grand nombre de responsables évangéliques se sont énergiquement impliqués dans le mouvement œcuménique, des gens comme Pat Robertson, fondateur de la "Coalition Chrétienne" et Président du "Christian Broadcasting Network", Charles Colson, responsable de "l'International Prison Fellowship Ministry", Steve Sheldon, Directeur de la "Coalition des Valeurs Traditionnelles", les Docteurs Richard Land et Larry Lewis, dirigeants de la Convention des Baptistes du Sud (1).

 

Tous ces gens, et bien d'autres encore, se sont récemment réunis avec des dirigeants de l'Eglise Catholique Romaine pour rédiger et signer une déclaration commune, sous l'impulsion du Révérend Richard John Neuhaus, un théologien catholique qui dirige "l'Institute on Religion and Public Life" (Institut pour la Religion et la Vie Publique), situé à Manhattan. Ce document est intitulé "Chrétiens Evangéliques et Catholiques ensemble : La Mission Chrétienne dans le Troisième Millénaire". Le but de cette déclaration est de resserrer les liens entre les groupes religieux les plus actifs sur le plan politique, et d'encourager l'engagement accru des Chrétiens dans l'action politique, pour "regagner le pays pour Christ et pour l'Eglise".

L'unité à tout prix.

Des Chrétiens Evangéliques, qui travaillent la main dans la main avec l'Eglise Catholique Romaine ? On pourrait l'envisager, dans le cadre d'une action strictement politique ! Mais cela n'a aucun sens, dans le cadre d'une action spirituelle. Quelle relation spirituelle des Chrétiens Evangéliques pourraient avoir avec des Catholiques Romains, quand ces derniers continuent à croire :

 

Que Marie est le chef-d'œuvre de la création de Dieu ("Quatrième glorieux mystère" du Rosaire).

Qu'elle est exempte de tout péché (Quatrième glorieux mystère du Rosaire).

Qu'elle bénéficie d'une unité intrinsèque avec la Trinité ("Sa maternité divine et son alliance avec la Très Sainte Trinité", "Quatrième glorieux mystère du Rosaire").

Qu'elle est médiatrice et avocate des hommes auprès de Dieu ("Cinquième glorieux mystère du Rosaire").

Qu'elle est la détentrice des grâces de Dieu, des mérites de Jésus-Christ, et des dons du Saint-Esprit ("Cinquième glorieux mystère du Rosaire").

Qu'elle est la Reine du Ciel et de la terre, des anges et des hommes ("Cinquième glorieux mystère du Rosaire").

Qu'elle est la destructrice et la ruine du diable et des hérésies ("Cinquième glorieux mystères du Rosaire").

Qu'elle est l'Arche de l'Alliance.

Qu'elle est la Porte du Ciel.

Qu'elle est l'Etoile du Matin.

Qu'elle est le Refuge des pécheurs.

Comment est-il possible de faire croire de telles doctrines au peuple de Dieu ?

 

Que devient Christ dans tout cela ? La Bible dit : "Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme" (1 Timothée 2 :5).

 

Les Catholiques disent en revanche que Marie est la "Médiatrice et l'Avocate des hommes auprès de Dieu".

 

C'est l'enseignement clair de l'Eglise Catholique ! Elle ne s'en cache absolument pas ! S'il en est ainsi, cela signifie qu'il n'y a aucun salut possible dans l'Eglise Catholique en tant que telle. Comment pourrait-il y en avoir ? Certes, Marie fut une croyante merveilleuse et très spirituelle, au sens le plus vrai de ces termes, mais elle ne peut nullement sauver. Seul Christ peut nous sauver ! Il n'y a absolument aucune place pour le moindre compromis dans ce domaine ! (2).

 

Nous pourrions encore citer l'hérésie de la messe, et un nombre incalculable d'autres doctrines Catholiques, tellement idolâtres et offensantes pour Dieu, qu'aucun Chrétien authentique ne pourrait jamais envisager de les défendre en quoi que ce soit ! Par exemple, le culte rendu aux prétendus "saints" de l'Eglise Catholique, le culte des reliques (qui ne sont souvent que des morceaux de cadavres, des doigts, des mains, des ossements, etc…), la confession, le Purgatoire et les Indulgences (qui découlent logiquement de la doctrine du Purgatoire), etc…

 

En outre, J.I. Packer et Richard John Neuhaus, pour ne pas citer les noms d'un grand nombre de responsables Protestants et Evangéliques, ont eu la fantastique témérité et l'immense présomption de prétendre que la Réforme n'était fondée que sur un malentendu ! La colossale insolence et l'insondable naïveté de cette affirmation laissent pantois ! A quoi pensaient donc ces hommes ? Pourquoi se sont-ils comportés comme si toutes les hérésies Catholiques étaient enfouies dans un lointain passé, alors qu'elles continuent à se pratiquer chaque jour dans le monde entier, ne serait-ce que dans la messe, à laquelle tout Catholique devrait normalement participer ?

 

Comment raisonnent aujourd'hui les Evangéliques.

 

Il y a pourtant des gens qui ne voient aucun mal à cela, comme Paul Crouch, du Trinity Broadcasting Network. Voici ce qu'il dit, à propos de ceux qui s'opposent à l'unité avec l'Eglise Catholique :

 

"Ceux qui appartiennent à ce vieux Sanhédrin corrompu (c'est-à-dire ceux qui s'opposent à l'unité entre Catholiques et Evangéliques pour des raisons d'incompatibilités de doctrines) sont deux fois morts, déracinés… Ils sont damnés et en route vers l'Enfer ! Je ne pense pas qu'ils puissent encore être rachetés… Ce sont des hypocrites, des chasseurs d'hérésies, qui veulent toujours trouver la paille des mauvaises doctrines dans les yeux des Chrétiens, alors qu'ils ont toute une forêt dans leurs propres yeux ! Je vous le dis : allez en Enfer ! Otez-vous de mon chemin ! Cessez de bloquer les ponts de Dieu (les ponts de l'œcuménisme) ! Je suis fatigué de tout cela ! C'est dans mon esprit ! Oh, alléluia !… Avez-vous vu ce vieux film sur le Général Patton ? C'est mon héros, oui, mon héros ! Ce vieux suceur de clous et mastiqueur de tabac, ce vieux Patton, qui lisait pourtant sa Bible tous les jours ! J'ai le sentiment que nous verrons ce vieux général au Ciel ! Il y a dans ce film une scène merveilleuse. Ils essayaient de faire traverser un pont à la Troisième Armée, en France, pendant la guerre, et voilà qu'un baudet bloquait le pont à tout un convoi de troupes… Le vieux Patton s'est mis à rugir, a sorti son revolver à crosse d'ivoire, et a abattu l'âne !… Nous pouvons en faire une application spirituelle ! Et je veux vous dire, à vous, tous les scribes et les pharisiens, qui chassez les hérésies, qui passez votre temps à chercher la petite bête doctrinale chez tout le monde, et à diviser le Corps de Christ : Libérez le chemin du Seigneur, cessez de bloquer les ponts de Dieu (les ponts de l'unité), sinon Dieu va vous abattre ! Laissez Dieu S'occuper de toutes ces saletés de questions de doctrine ! Je refuse de discuter plus longtemps avec vous ! Sortez de ma vie ! Je ne veux plus vous parler ! Je ne veux plus voir votre visage hideux !" (4).

 

Réfléchissez un moment à ce que Crouch dit dans cette déclaration : Ceux qui ne sont pas d'accord avec l'engagement des Chrétiens dans la politique, et, en particulier, ceux qui ne veulent pas que les Chrétiens militent pour "regagner l'Amérique pour Christ et pour l'Eglise", sont damnés et en route vers l'Enfer !

 

Il n'y a plus aucune rédemption pour eux.

 

Il faudrait les "abattre" parce qu'ils s'opposent à "l'unité". Si Dieu ne le faisait pas, Crouch et ses amis seraient manifestement prêts à le faire !

 

La "saine doctrine" est à mettre au rang des "saletés" !

En fait, cette tendance à l'œcuménisme est devenue tellement puissante dans certains milieux chrétiens, notamment chez les charismatiques, qu'ils soient Catholiques ou Protestants, qu'elle entraîne le rejet catégorique de tout ce qui tendrait à dévoiler les véritables motivations de ce mouvement vers l'unité. Car la vraie motivation de l'œcuménisme est de créer une grande Eglise mondiale. On n'hésite donc pas à qualifier ceux qui s'y opposent de "manquer d'amour", d'être des "diviseurs" et des "méchants". Selon les propres termes de Francis Frangipane, ce mouvement vers l'unité a pour objectif ultime "l'établissement du Royaume de Dieu sur la terre" et la manifestation d'une "nouvelle race de Chrétiens, qualifiés avec puissance pour exécuter physiquement la volonté de Dieu, ici et maintenant".

 

Les Chrétiens qui militent pour "regagner l'Amérique pour Christ et pour l'Eglise" ne sont tout simplement pas intéressés par les faits qui s'opposent à leur programme. Ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour cacher ces faits aux autres Chrétiens Evangéliques, qui seraient disposés à agir, s'ils avaient une occasion d'examiner ces faits. On ne peut attendre de ceux pour lesquels la fin justifie les moyens d'être très scrupuleux dans leurs méthodes, malgré leurs sourires, leurs contorsions et leurs douces protestations ! Il suffit de voir quelles violentes attaques ils lancent contre tous ceux qui s'opposent à eux !

 

Ce que veulent ces gens, en fait, c'est enrôler les Chrétiens dans un grand mouvement politique, même s'il faut pour cela sacrifier l'authenticité spirituelle du Christianisme ! Ce qui intéresse Dobson, LaHaye, Benny Hinn, Robertson, Kennedy, et tant d'autres, c'est la formation d'une grande armée de gens capables de voter pour "regagner l'Amérique pour Christ et pour l'Eglise". Pour réussir ce projet, il leur faut donc enrôler dans leur mouvement tous ceux qui "confessent le nom de Christ", depuis les Catholiques Romains jusqu'aux Mormons, en passant par les adeptes de la secte Moon, etc… Ils ont besoin de tous les votes disponibles ! Et ils sont également prêts à "régler leur compte" à tous ceux qui leur barrent la route !

 

Sortez du milieu d'elle !

Alors, nous posons à nouveau la question : "Que devons-nous faire ?" La Bible donne une réponse très claire. Elle nous demande de "sortir du milieu d'elle" (Apoc. 18 :4). Il ne peut que ce ne soit pas nous qui décidions de partir. Mais si nous nous efforçons de rester fidèles à nos convictions, et si nous refusons de nous taire, on nous "invitera" à partir. Il se peut même que nous subissions un traitement plus sévère, car la Bible nous dit qu'il viendra un temps où "ils vous excluront des synagogues ; et même l'heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre un culte à Dieu" (Jean 16 :2).

Le fait de "sortir du milieu d'elle" ne libère pas les Chrétiens de l'obligation de "manifester" l'Eglise. Si cela signifie que nous devons nous retirer dans nos maisons et établir des "églises de maisons" pour répondre à cette obligation, alors, faisons-le !

Quelles que soient nos déceptions dans notre vie d'église passée, quelles que soient les souffrances que nous avons pu endurer de la part de nos frères et sœurs en Christ, ne baissons jamais les bras en ce qui concerne l'Eglise du Seigneur ! L'Eglise est le témoignage de Dieu sur la terre, et si nous baissons les bras en ce qui concerne l'Eglise, nous abandonnons ce témoignage ! Voici ce que la Bible nous dit à ce sujet :

 

"Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle. Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à la charité et aux bonnes œuvres. N'abandonnons pas notre assemblée (littéralement : "le fait de nous rassembler"), comme c'est la coutume de quelques-uns ; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d'autant plus que vous voyez s'approcher le jour" (Hébreux 10 :23-25).

Pourquoi l'Eglise est-elle le témoignage de Dieu ? Parce qu'elle répond à un besoin principal du cœur de l'homme, le besoin s'appartenance à une communauté ! Sans Dieu, il est impossible de satisfaire ce besoin. Je vous dis la vérité, rien n'est aussi impossible à atteindre pour l'homme que des relations d'amour durables avec les autres. En fait, il semble que l'existence des hommes soit une longue suite de relations brisées, entre mari et femmes, frères et sœurs, partenaires commerciaux, amis, etc… A tel point que les hommes et les femmes sont confondus quand ils rencontrent l'amour véritable ! Ils sont alors contraints de s'exclamer que cela doit venir de Dieu ! Il est vrai que très peu d'entre nous sont capables d'établir de telles relations d'amour !

 

C'est cela, le témoignage de l'Eglise ! C'est la gloire de l'Eglise d'être une communauté de Chrétiens animés de sentiments de compassion et d'amour, car ils ont reçu l'amour de Christ. L'amour ! C'est là le cœur de l'Eglise !

 

"Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas la charité (l'amour de Christ), cela ne me sert de rien. La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n'est point envieuse ; la charité ne se vante point, elle ne s'enfle point d'orgueil, elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne soupçonne point le mal, elle ne se réjouit point de l'injustice, mais elle se réjouit de la vérité ; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. La charité ne périt jamais" (1 Corinthiens 13 :3-8).

 

L'Eglise, c'est cela : une communauté d'êtres de chair et de sang qui manifestent l'amour de Dieu, et qui sont engagés dans des relations d'amour et d'affection les uns envers les autres. Je le répète, l'Eglise, c'est cela ! Elle doit pouvoir prouver à un monde perdu dans son cynisme, sa haine et son égoïsme, qu'il est possible d'établir de tels liens d'amour, au sein d'une communauté qui n'a rien à voir avec une organisation hiérarchique soumise à une discipline et un contrôle. Dans cette communauté vivante, tout n'est qu'une question d'amour, tout revient à rechercher le bien de l'autre en premier, et à mettre ses intérêts propres en dernier. Seul Dieu peut édifier une telle communauté ! Devant elle, l'homme ne peut que s'exclamer : "Cela vient de Dieu !"

Un amour de cette qualité ne peut être trouvé qu'en Christ. Seul cet amour peut nous permettre d'édifier une communauté véritable ! Cette communauté n'est possible que si le "moi" et l'ego sont cloués sur la croix, pour que l'on recherche en priorité le bien de l'autre. Cet amour-là ne se trouve qu'en Christ. C'est pour cela que l'apôtre Paul nous a dit :

"Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, (2 :8) il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix" (Philippiens 2 :5-8).

 

L'Eglise est la réponse de Dieu au besoin de l'homme d'appartenir à une communauté.

 

L'homme a un besoin profond d'appartenir à une communauté. En vérité, la Bible dit : "Il n'est pas bon que l'homme soit seul" (Genèse 2 :18).

 

L'homme a besoin d'autres êtres humains avec lesquels il peut entrer en relations, avec lesquels il peut échanger, partager ses joies, ses chagrins, ses victoires, ses défaites, ses réussites et ses échecs. Oui ! Même ses échecs ! En vérité, l'un des passages les plus poignants de l'Ecriture décrit le besoin de pouvoir partager ses échecs avec quelqu'un :

 

"Car, s'ils tombent, l'un relève son compagnon ; mais malheur à celui qui est seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever !" (Ecclésiaste 4 :10).

 

Cette triste lamentation se répète souvent dans l'Ecriture (Exode 18 :18, Nombres 11 :14, Ecclésiaste 4 :11, etc…)

Même Dieu ne demeure pas seul. C'est cela, plus que toutes les horreurs de la crucifixion, qui a sans doute déchiré le cœur de Jésus-Christ, quand Il a été abandonné par le Père à la mort de la croix :

 

"Et vers la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voix forte : Eli, Eli, lama sabachthani ? c'est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?" (Matthieu 27 :46).

 

L'horreur de la solitude.

La solitude est assurément quelque chose d'horrible. L'une des choses les plus haïssables concernant le péché est qu'il détruit les relations interpersonnelles et qu'il crée la séparation et l'isolement. Après tout, qu'est-ce qui rend l'adultère aussi abominable ? N'est-ce pas le fait qu'il détruit la confiance qui permettait à un mari et à son épouse de vivre ensemble dans l'amour ? N'en est-il pas de même pour l'idolâtrie ? L'idolâtrie ne porte-t-elle pas un coup fatal à la relation que Dieu désire avoir avec l'homme ? Si, certainement ! De même, si des enfants cessent d'honorer leurs parents, cela ne brise-t-il pas leurs relations avec eux ? Il en est de même pour le vol, la convoitise et tous les autres péchés. Ne détruisent-ils pas les relations entre les êtres humains ? Ne ruinent-ils pas les liens de confiance qui permettent à toute communauté de subsister ? Ne créent-ils pas la suspicion, le cynisme, la haine, etc… ? C'est-à-dire exactement tout ce qui est à l'origine de l'isolement et de la division ? Oui, certainement !

 

L'homme a besoin d'une communauté, et le péché la détruit. Le péché détruit la relation entre l'homme et Dieu, ainsi qu'entre l'homme et ses semblables. Sans cette communauté, sans cette relation avec Dieu et avec les hommes, l'homme cesse d'être un homme. Il perd son humanité. Et c'est pour cette raison que Dieu nous a donné l'Eglise :

 

"Afin que tous soient un (afin qu'ils forment une "communauté" entre eux), comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous (afin qu'ils forment une "communauté" avec Dieu), pour que le monde croie que tu m'as envoyé" (Jean 17 :21).

 

"Pour que le monde croie que tu m'as envoyé". C'est très important ! Comment le monde va-t-il croire que Dieu a envoyé Christ dans le monde ? Quand les Chrétiens formeront une vraie "communauté" entre eux, et avec Dieu. C'est cela notre témoignage, former une vraie communauté !

 

"Je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, afin qu'ils soient un comme nous sommes un, moi en eux, et toi en moi, afin qu'ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m'as envoyé et que tu les as aimés comme tu m'as aimé" (Jean 17 :22-23).

 

Comment réaliser cette communauté ? Par l'Eglise ! La Bible dit :

 

"Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ! En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d'adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de la gloire de sa grâce qu'il nous a accordée en son bien-aimé. En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d'intelligence, nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu'il avait formé en lui-même, pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre… En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d'après le conseil de sa volonté, afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d'avance avons espéré en Christ… Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ. A moi, qui suis le moindre de tous les saints, cette grâce a été accordée d'annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ, et de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses, afin que les dominations et les autorités dans les lieux célestes connaissent aujourd'hui par l'Eglise la sagesse infiniment variée de Dieu, selon le dessein éternel qu'il a mis à exécution par Jésus-Christ notre Seigneur, en qui nous avons, par la foi en lui, la liberté de nous approcher de Dieu avec confiance. Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous : elles sont votre gloire. A cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père, duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre, afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur, en sorte que Christ habite dans vos cœurs par la foi ; afin qu'étant enracinés et fondés dans l'amour, vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu. Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui soit la gloire dans l'Eglise et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen !" (Ephésiens 1, 2 et 3).

 

Ces passages nous parlent d'une véritable communauté, d'une communion spirituelle entre Dieu et les hommes, et entre les hommes eux-mêmes.Cette communauté ne se rencontre que dans l'Eglise !

 

Que puis-je faire ?

Vous vous dites peut-être : "Mais, que puis-je faire ? Je suis seul. Parfois, il me semble que je suis seul à rester fidèle !" Je vous répondrais : "Même si cela vous semble vrai, en fait, ce n'est pas vrai ! ! Dieu a toujours eu un peuple de fidèles, même s'ils sont cachés. Paul a dit :

 

"Je dis donc Loin de là ! Car moi aussi je suis Israélite, de la postérité d'Abraham, de la tribu de Benjamin. Dieu n'a point rejeté son peuple, qu'il a connu d'avance. Ne savez-vous pas ce que l'Ecriture rapporte d'Elie, comment il adresse à Dieu cette plainte contre Israël : Seigneur, ils ont tué tes prophètes, ils ont renversé tes autels ; je suis resté moi seul, et ils cherchent à m'ôter la vie ? Mais quelle réponse Dieu lui fait-il ? Je me suis réservé sept mille hommes, qui n'ont point fléchi le genou devant Baal. De même aussi dans le temps présent il y a un reste, selon l'élection de la grâce" (Romains 11 :1-5).

 

Vous pouvez vous dire encore : "Mais, je suis si faible ! Que puis-je faire ? La Bible dit : "Il m'a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi" (2 Cor. 12 :9).

 

Nous devons nous dégager de notre dépendance du système pastoral.

Nous ne devons jamais "abandonner le fait de nous assembler" (c'est la vraie traduction d'Hébreux 10 :23-25). Pour cela, la première chose que nous devons faire est de bien regarder en face notre dépendance psychologique du système pastoral qui domine l'Eglise moderne. Il faut dire que la Chrétienté évangélique, telle qu'elle est constituée aujourd'hui, a vraiment tout fait pour rendre les saints de Dieu dépendants de "professionnels salariés". Nous ne voulons nullement manquer de respect envers ceux qui sont "ouvriers de Dieu salariés à plein temps", car il s'agit d'une réalité. Nous voulons seulement dénoncer la manière dont la Chrétienté évangélique a perverti cette réalité, en empêchant tous les saints d'exercer un ministère efficace au sein de l'Eglise.

 

Voici la triste réalité actuelle : les Chrétiens d'Amérique, qui ont été élevés et formés au sein du "système pastoral" actuel ont perdu toute idée d'exercer leurs propres responsabilités dans la vie normale de l'Eglise. On leur a enseigné qu'ils devaient se contenter de s'asseoir tranquillement sur une chaise, tout au long de l'année, en laissant les "professionnels salariés" enseigner et prendre en charge toutes les fonctions au sein de l'Eglise. Quelle honte, de voir de quelle manière des Chrétiens qui se disent "évangéliques" acceptent de se satisfaire d'un tel système, voire de l'encourager et de le propager. Cette grande vérité biblique de la "prêtrise universelle de tous les Chrétiens", que la Chrétienté du 19e siècle et du début du 20e siècle avait eu tant de mal à remettre en honneur, n'est plus aujourd'hui qu'une doctrine morte, qu'un enseignement qui n'est plus honoré qu'en théorie.

 

Pourtant, cela n'a rien enlevé à l'universelle vérité de cette doctrine. Tous les Chrétiens sont des prêtres et des sacrificateurs. Ce "tous" inclut aussi les femmes, surtout aujourd'hui, alors que nous connaissons une situation d'urgence (5). Cette doctrine est parfaitement confirmée par l'Ecriture. La Bible dit :

"Et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ" (1 Pierre 2 :5).

 

Elle dit encore : 

"Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière" (1 Pierre 2 :9).

 

Le Corps de Christ, c'est-à-dire l'Eglise, est un organisme vivant. Elle n'est pas une entreprise ni une structure sans vie. Cela implique que tous les membres de l'Eglise doivent exercer leurs fonctions. Tout comme dans notre corps physique, tous nos organes exercent une fonction précise. Aucun organe n'est inutile. De même, tous ceux qui sont membres du Corps de Christ doivent absolument pouvoir fonctionner en tant que membres de ce Corps. Personne n'a aucune excuse pour ne pas exercer sa fonction de prêtre et de sacrificateur dans la vie de l'Eglise. Tous les membres doivent fonctionner, et tous les prêtres doivent remplir leurs fonctions. Ce n'est que lorsque tous les membres du Corps vont pouvoir fonctionner que nous connaîtrons une véritable vie d'église.

 

C'est nous qui sommes fautifs.

 

Si les églises évangéliques n'enseignent plus cette doctrine, c'est parce que nous sommes fautifs, nous qui sommes appelés les "laïcs". Ce ne sont pas nos responsables qui sont les premiers fautifs. Nous devons nous en prendre à nous-mêmes, à notre paresse et notre négligence, qui ont laissé se mettre en place le système pastoral que nous connaissons. Ce système ressemble en fait à celui du clergé de l'Eglise Catholique Romaine, ou du "pastorat" organisé au sein de toutes les principales dénominations protestantes traditionnelles. C'est ce système qui a fini par s'infiltrer dans nos assemblées chrétiennes. Le "clergé" s'est emparé du pouvoir, alors que nous, les "laïcs", nous avons laissé faire parce que nous dormions.

 

Il suffirait que tous les "laïcs" se réveillent, retournent aux clairs enseignements de l'Ecriture, et commencent humblement à reprendre en mains leurs responsabilités. Nous découvririons alors les merveilleuses provisions que Dieu a préparées pour nous, pour tous les Chrétiens. Nous comprendrions que nous pourrions recevoir directement nos directives de Dieu Lui-même, sans avoir besoin d'une classe d'intermédiaires ni d'un "clergé" quelconque. C'est ainsi que Dieu nous a créés. C'est pour cela qu'Il nous a donné une nature composée de trois parties !

 

Il s'agit là d'une question extrêmement importante. Car elle nous permet de comprendre comment nous avons pu nous laisser dominer par le système pastoral. C'est aussi une question que la plupart des responsables d'églises ont pris bien soin de ne pas mettre en lumière !

 

Nous ferions bien d'étudier soigneusement cette question. Car, dès que nous l'aurons comprise, nous pénètrerons dans l'intimité de Christ, et nous pourrons libérer dans notre vie une puissance spirituelle qui bénéficiera à toute l'Eglise. Nous pourrons alors prier avec Paul :

 

"Afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, et qu'il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints, et quelle est envers nous qui croyons l'infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force" (Ephésiens 1 :17-19).

 

Quand nous comprenons la triple nature de notre être, nous reprenons l'initiative !

C'est la triple nature de notre être qui nous permet de reprendre l'initiative ! Cela nous permet de comprendre que la vie réelle de l'Eglise, notre communion réelle avec Dieu, dépend de notre marche individuelle avec Christ. Elle ne dépend pas de la manière dont nous sommes encadrés et contrôlés ! Notre vie dans l'Eglise est, en tout premier lieu, une question de marche personnelle avec Dieu ! Il ne s'agit pas en priorité du problème de notre environnement ou de la qualité du groupe qui nous entoure. Il s'agit d'abord d'un problème individuel. La vie d'église commence au cœur d'une relation personnelle avec Dieu, et peut alors s'épanouir dans quelque chose de collectif !

 

C'est pour cette raison précise que nous avons besoin de comprendre la triple nature de notre être complet. Il ne s'agit pas d'une question théorique et académique. La réponse que nous donnerons à cette question conditionnera directement la qualité des initiatives que nous prendrons au sein de l'Eglise. C'est nous qui devons prendre l'initiative, que nous soyons un homme ou une femme, riche ou pauvre, Russe ou Chinois. Nous ne sommes pas des éternels perdants qui passent leur temps "en attendant Godot" (6), ou quelque autre personne ! Ce qui se passe dans l'Eglise concerne chacun de ses membres en particulier ! Où que nous soyons, dans quelque situation difficile où nous pouvons nous trouver, c'est toujours nous qui devrons prendre l'initiative, quand il s'agit de la vie de l'Eglise.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

milliearuna 09/06/2011 09:23


Merci Nicolas pour ce texte, il est vraiment percutant et je suis d'accord avec tout ce que dit l'auteur. Je reprends le passage suivant : "C'est la triple nature de notre être qui nous permet de
reprendre l'initiative ! Cela nous permet de comprendre que la vie réelle de l'Eglise, notre communion réelle avec Dieu, dépend de notre marche individuelle avec Christ. Elle ne dépend pas de la
manière dont nous sommes encadrés et contrôlés ! Notre vie dans l'Eglise est, en tout premier lieu, une question de marche personnelle avec Dieu ! Il ne s'agit pas en priorité du problème de notre
environnement ou de la qualité du groupe qui nous entoure. Il s'agit d'abord d'un problème individuel. La vie d'église commence au cœur d'une relation personnelle avec Dieu, et peut alors
s'épanouir dans quelque chose de collectif !" Notre vrai probblème est vraiment celui-là. Si nous nous laissons aller à la facilité, en n'ayant pas une sainte horreur de notre nature dégénérée,
nous resterons assis le dimanche matin, bien confortable dans notre "systême religieux", aidé en cela par ceux qui "travaillent pour leur ventre", accompagnés de tous ceux qui nous ressemblent,
i.e. non pas les brebis du Seigneur, mais les moutons de Panurge.
Je suis très virulente, je sais, mais j'ai une telle indignation contre tout "le systême" que je ne peux m'en empêcher.
Puissent tous ceux qui ont été séduits, être dégagés de ce piège diabolique et commencer à honorer notre cher Sauveur, à qui nous devons la grâce de le connaître et de lui être reconnaissant de
nous avoir tiré du bourbier nauséabond dans lequel nous sommes tombés !
Sois béni Nicolas pour ton amour de la vérité avant tout, et que le Seigneur t'aide et te soutienne dans ta démarche de retour aux vraies sources de la foi, de la vérité, qu'IL enlève les pierres
sur ton chemin et que tu trouves soutien et encouragement autour de toi !


Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens