Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 08:33

Ecrit emprunté à Arthur Katz

 

Un impératif qu'il est urgent de mettre en pratique .

 

Avec le Seigneur marcher dans la vérité n'est pas un luxe. C'est un impératif qu'il est urgent de mettre en pratique. Notre esprit, que dis-je, notre être tout entier, a autant besoin de vérité que notre corps a besoin d'air pour pouvoir respirer. Nous sommes faits pour vivre selon la vérité, et quand nous ne le faisons pas, c'est notre être entier qui souffre. Nous voyons bien combien notre environnement partout pollué est préjudiciable à notre corps: un flot ininterrompu d'impuretés contamine tout ce que nous mangeons et buvons et agresse toutes les parties de notre organisme. Il en va de même quand l'atmosphère spirituelle pure de la vérité se trouve polluée par l'hypocrisie, la fausseté, la manipulation et le mensonge; et il suffit d'un peu de levain pour contaminer toute la pâte.

C'est tout l'organisme de l'homme qui se révolte contre l'hypocrisie et le mensonge. Peut-être parviendrai-je à me persuader que ce que je mange est digne du nom d'aliment, assez en tout cas pour me forcer à l'avaler. Mon corps, cependant, a plus de sagesse que ma bouche. Les organes digestifs, dépourvus de papilles gustatives, ne réagissent pas en fonction du goût que peut avoir l'aliment sur le moment: ils réagissent en fonction de la nature même de la substance qui leur parvient, et ils savent à coup sûr s'il s'agit ou non d'un aliment véritable. Le fond de mon être réagit avec la même probité en présence de l'hypocrisie et de la fausseté. J'aurai beau me raconter que je marche dans la vérité, je n'arriverai pas à tromper mon «être intérieur». L'âme et l'esprit ont un mouvement de recul et de révolte quand on les alimente avec le mensonge. D'où viennent les dépressions, les angoisses, les ulcères, les effondrements? Sont-ils absolument sans lien avec une vie infestée par les faux-semblants et l'hypocrisie? Sont-ils totalement étrangers à ce mouvement de recul, à cette contraction que j'éprouve dans mon for intérieur, alors même que j'ai le sourire aux lèvres et que sans réfléchir j'acquiesce quand on me dit qu'on m'aime, quand tout au fond je sais bien que ce n'est pas vrai? Quand je fais semblant d'aimer, quand je réagis à une prière comme si elle était sincère alors que je sais qu'elle ne l'est pas, quand je reçois une parole prophétique comme si elle était authentique alors que je sais qu'elle ne l'est pas, quelles sont les répercussions sur mon corps et sur mon esprit? 

Tout mensonge ôte à la pensée son acuité, crée le désordre dans les émotions, et émousse l'esprit de celui qui l'exprime comme de celui qui le reçoit, en même temps qu 'il accroît la densité d'hypocrisie et de mensonge dans cette atmosphère que nous respirons tous, et dont dépend notre vie commune.

Le monde qui nous entoure est coupé de l'Esprit de Vérité, c'est pourquoi il meurt, asphyxié par ses propres mensonges. Ne serait-il pas insensé de nous figurer qu'au sein de l'Église nous pourrions limiter la vérité à nos formulations doctrinales, et nous attendre encore à rester en vie? Peut-être disons-nous des vérités, et à plus forte raison en les disant, si nous ne les vivons pas, nous irons simplement grossir les rangs de ces victimes dont la vie a été ravagée par l'esprit de mensonge.

 

Le levain de l 'hypocrisie

Lorsque ma compréhension de la vérité change, un autre changement s'opère forcément en moi: j'acquiers une autre perception du mensonge. Si je limite la vérité à des paroles et à des doctrines, du même coup je conçois le mensonge comme quelque chose de verbal, de doctrinal. Mais lorsque je vois que la vérité est un esprit qui trouve son expression dans tous les aspects de l'existence, je vois également que le mensonge, dans son essence même, est un esprit.

Jésus avait une excellente raison de comparer l'hypocrisie des Pharisiens à un levain. L'hypocrisie n'est pas une simple carapace ou un masque qui demeure à la surface des choses: c'est une force qui agit en profondeur et qui pénètre une vie dans toute sa masse. A-t-on jamais vu une boule de pâte où le levain serait localisé en surface seulement? En réalité, cette surface visible sera peut-être la dernière partie à être affectée. Les paroles, qui constituent la surface de ma vie, peuvent bien demeurer véridiques alors même que la fausseté a envahi ma vie intérieure et fait de moi un hypocrite. «Méfiez-vous du levain de l'hypocrisie». Jésus a donné cet avertissement parce que nous avons constamment tendance à négliger la vérité au fond du coeur et à permettre au levain, à l'esprit de mensonge, de venir souiller notre vie. Quand cela se produit, le vernis superficiel de vérité devient, en fait, un masque mensonger; il devient ce sépulcre blanchi qui cache les ossements d'un mort.

Voilà pourquoi, si je ne vis pas dans la vérité, loin d'améliorer mon état en prononçant des vérités, je l'aggrave, car cela revient à dissimuler cette corruption profonde, jusqu'au jour où les paroles et les doctrines elles-mêmes deviendront mensonge, gagnées par ce pourrissement venu de l'intérieur. Quand Adam et Eve ajoutèrent foi au mensonge du serpent dans le jardin, il n'y allait pas que de leur théologie. Les retombées de ce premier mensonge auquel ils ont ouvert leur coeur ont atteint tous les domaines de l'existence, y compris la nature elle-même. Ce levain a contaminé en profondeur toutes les institutions humaines: la politique, l'économie, la psychologie, la religion, le travail, la famille; rien n'échappe à son action, quoique les surfaces visibles retiennent parfois toutes les apparences de la vérité, de l'objectivité, de la moralité. Le mensonge est un loup qui de par sa nature même est revêtu en tout temps d'une toison de brebis méticuleusement toilettée.

 

Royaumes en collision

La collision entre vérité et mensonge n'est pas un simple affrontement verbal, ni quelque dispute aux dimensions cosmiques dont le prix: ira au concurrent qui accumulera le plus d'arguments justes. Il s'agit d'une collision entre deux royaumes, deux modes de vie en tous points incompatibles, deux manières de concevoir les relations, les affaires, la famille. Même les paroles vraies sont incapables de barrer la route à l'esprit de mensonge, qui dans sa subtilité s'insinue partout. Pour barrer la route au mensonge, les chrétiens et l'Église chrétienne doivent être vrais. L'humanité nouvelle, l'Église, doit constituer dans sa totalité l'expression de la vérité, alors que l'ancienne humanité est l'expression du mensonge. L'Esprit de Vérité est la marque distinctive du croyant et de l'Église des croyants, par opposition au monde. Par conséquent, cet Esprit est aussi la marque distinctive du ciel par opposition à l'enfer, la marque distinctive de la nouvelle création par opposition à l'ancienne, au milieu de laquelle elle a été placée.

Quelle sorte d'évangélisation émane de cette image de la vérité plantée au milieu du mensonge? Dès l'origine elle se manifeste par ce cri: "Repentez-vous, car le Royaume des cieux est proche" (Mt 3.2). Par milliers, alors, les gens étaient arrachés à l'ancienne création et transportés dans la nouvelle. « Sauvez-vous de cette génération perverse » s'écriait Pierre; voilà très exactement ce que les gens faisaient! D'où venait cette puissance, cette autorité, qui rendait ces paroles si pénétrantes, capables de briser l'étau du mensonge, de la séduction et des ténèbres là où elles retentissaient? Des hommes criaient: « Repentez-vous, car le Royaume de Dieu est proche! » et ceux qui entendaient se repentaient parce qu'effectivement ce Royaume était proche. Sa proclamation en chair et en os était déjà là: un nouvel Israël pur de toute fraude. Que restera-t-il de puissance dans ma proclamation si ma vie recèle encore de l'hypocrisie, de la fausseté, et ces mêmes manifestations de l'esprit de mensonge qui retiennent le monde en captivité ?

«Sauvez-vous de cette génération perverse et mauvaise ». Quittez entièrement cette façon de vivre, cette façon d'être homme, cet univers asphyxié et détruit par les contrefaçons, par le mensonge. Quittez la mort pour entrer dans la vie, le mensonge pour entrer dans la clarté et la vérité, quittez les exactions et la cupidité pour vivre un amour sans hypocrisie. Telle est la bonne nouvelle que l'Église a reçu mission de proclamer, mais qu'on entend rarement de nos jours; et là où on l'entend, elle a perdu son pouvoir de pénétration. Notre évangélisation reflète notre expérience chrétienne. Là où le salut a réellement consisté en un passage d'une création à l'autre, en un passage du royaume des ténèbres au Royaume de la lumière, la différence est sensible. Là où le salut, en tant qu'expérience quotidiennement vécue, ne va pas jusque-là, cela se voit aussi, quelles que soient les paroles de notre bouche.

Si notre évangélisation est devenue creuse, c'est seulement parce que notre christianisme est devenu creux. Si notre évangélisation est mécanique, remplie de formules toutes faites, c'est qu'il en va très probablement de même dans nos vies de croyants. Si notre proclamation de la Bonne Nouvelle repose sur des mots et des formules, cela veut sûrement dire que dans notre marche quotidienne, la vérité s'est fossilisée en mots et en formules. Il ne m'est pas possible d'attirer quelqu'un dans un lieu où moi-même je ne suis pas. Proclamer un message n'est jamais difficile; il suffit, pour cela, de se rappeler les paroles justes. Mais pour que les gens soient transformés, il faut aussi que nous incarnions cette proclamation, et pour cela il faut que notre vie soit immergée dans l'Esprit de Vérité.

Jésus savait fort bien qu'à elles seules, les paroles justes ne suffisent pas. Toutes les paroles justes, ses disciples les connaissaient bien déjà lorsqu'il leur ordonna d'attendre à Jérusalem la puissance qui allait rendre ces paroles porteuses de vie. "Mais vous recevrez une puissance, celle du Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre" (Ac 1.8).

Quelle est cette puissance qui fait de nous ses témoins? L'Esprit vint, mit des paroles dans leur bouche, leur donna l'audace de les proclamer ainsi que des miracles pour les confirmer. Sans cesse, nous tombons dans cette erreur qui consiste à nous figurer que témoigner, c'est quelque chose que l'on fait, en faisant abstraction de ce que l'on est. Cette erreur que nous commettons découle d'une autre erreur, à savoir: croire que le jour de la Pentecôte le Saint-Esprit a été donné à l'Église comme une puissance, indépendamment de sa nature essentielle qui est d'être l'Esprit de Vérité. Quand il survint, l'Esprit se manifesta effectivement en tant que puissance, mais il vint aussi en tant qu'Esprit de Christ lui-même, l'Esprit de Vérité, seul capable de faire de nous une démonstration vivante, des témoins de la vérité. La puissance que cette Église nouvellement née reçut l'ordre d'attendre était, et n'a jamais cessé d'être, l'Esprit de Vérité.

 

Avoir raison... ou être vrais?

Le monde souffre parce qu'il a choisi de rester indifférent vis-à-vis de la vérité. Comment lui apporterons-nous la guérison, si nous-mêmes nous sommes indifférents vis-à-vis de la vérité? En tant que chrétiens, nous sommes parfois d'une grande exigence en matière de péché, et il est bon qu 'il en soit ainsi. Mais nous poursuivons notre route comme si les faux-semblants et la fraude n'étaient pas aussi des péchés. Dans la chrétienté il y a eu beaucoup trop de contrefaçons et de fausseté; trop souvent nous sommes restés attachés à nous-mêmes, nous avons crâné, fait les fanfarons. Depuis longtemps, nous prononçons les paroles d'usage, sans que notre coeur soit en accord avec ce que nous disons. Nous avons réussi à avoir raison, mais nous n'avons pas été vrais.

Dieu s'est montré très patient, très miséricordieux envers nous. Sa compassion envers nos craintes et nos faiblesses est très grande, mais il nous a donné le pouvoir d'être vrais et il a le droit de nous demander de mettre en oeuvre ce pouvoir-là. Voilà longtemps qu'il nous attend; mais il serait présomptueux de notre part de penser qu'il va attendre indéfiniment. Pour beaucoup d'entre nous, il faudra des changements terribles et douloureux pour que nous commencions à marcher selon la vérité, mais avons-nous le choix? Pour notre santé corporelle, c'est une nécessité ; pour notre santé mentale, c’est capital ; notre vie même en dépend, car une vie qui n’est pas vrai n’est pas la vie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens