Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 10:01

 

Jusqu'où sommes-nous prêts à suivre Jésus dans ses enseignements ? Sommes-nous prêts à préserver et respecter les valeurs du royaume de Dieu dont il est le chef ?

Notre fidélité au Seigneur doit être au cœur de nos préoccupations. Cette dernière doit être éprouvée pour que nous nous trompions pas sur la vérité de notre communion et de notre relation avec lui.

 

Matthieu 10 : 32 C’est pourquoi, quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux ; 33 mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux.

 

L'article de Chip Brodgen qui suit m'a interpellé. C'est un sujet sur lequel je m'étais déjà penché et qui me semble important.

 

Dans quelle église vous situez-vous ? Celles des hommes ou celle de Jésus ?

 

 

«Voulez-vous aussi vous en aller?" Jean 6:67

 

Quand Jésus parlait à la multitude, Il ne se glorifiait pas de la grandeur de la foule. Il ne se félicitait pas Lui-même d'avoir un ministère si influent. A la place, Il cherchait à réduire le nombre de Ses disciples en les mettant à l'épreuve avec une parole difficile « Vous devez manger ma chair et boire mon sang si vous voulez être mon disciple. » A ces paroles, la foule et beaucoup de Ses disciples Lui ont tourné le dos et ont cessé de le suivre. Au lieu de leur courir après pour tenter d'être mieux compris et accepté, Il les a regardés partir.

Ensuite, se tournant vers les douze, il a dit « Voulez-vous aussi me quitter? » Voici un Homme qui n'a pas peur de mal se faire comprendre parce qu'Il n'a pas peur des gens, ce qu'ils penseront, ou ce qu'ils diront de faux sur Lui.

 

Pour vaincre la peur des hommes, nous ne devons pas simplement être prêts à être mal compris et non appréciés, nous devrions nous y attendre. Ensuite nous serons libres de partager le message que Dieu nous a donné et nous ne serons plus troublés si les autres ne peuvent pas comprendre sa signification. Chip Brodgen

 

Après avoir lu cette méditation de Chip Brodgen quelques pensées me sont venues, je vous les livre en toute simplicité...

Je suis convaincu que nous avons déjà tous réfléchi sur notre statut de disciple et du niveau de notre fidélité envers lui.

 

Où en sommes-nous dans notre service pour Dieu ? Dans quel camp sommes-nous ?

 

Jusqu'où sommes-nous prêts à le suivre ? Jusqu'à la mort ? La lapidation comme Etienne ?

Seuls le vécu et l'épreuve pourront le dire …

 

Sommes-nous encore dans le rêve d' un grand "ministère influent pour Dieu" ?

Ou sommes-nous engagés dans le renoncement à tout comme Paul et Jean-Baptiste pour que Son royaume grandisse? ( celui du Christ, celui qu'il remettra à son Père à la fin de toutes choses )

 

Pour la grande majorité d'entre-nous nous avons dépensé beaucoup d'énergie et nous nous avons récolté de piètres résultats...

 

Sommes-nous prêts à choisir à n'être plus rien ou plus grand chose aux yeux du monde pour que Lui soit tout en tous et qu'ils grandissent dans le cœur des autres?

 

Pour cela il nous faudra moins de nous-même, moins d'indépendance afin qu'il soit plus présent et agissant en nous. Devenir dépendant de lui... est-ce un but pour nous ?

 

Jean-Baptiste a été un précurseur de L'Eglise de Jésus. Il est celui qui lui a préparé le chemin. Il est très important de retenir son message :Jean 3:30 Il faut qu’il croisse, et que je diminue.

 

Nous n'entendons pas beaucoup le message de porter l'opprobre de Christ dans les assemblées, car ce n'est pas un message qui flatte la chair.

1 Corinthiens 4 : 10 Nous sommes fous à cause de Christ, mais vous, vous êtes sages en Christ ; nous sommes faibles mais vous êtes forts ; vous êtes dans l’honneur, mais nous sommes dans le mépris.11 Jusqu’à présent nous souffrons la faim et la soif, et nous sommes nus ; on nous frappe au visage, et nous sommes errants çà et là ; 12 Nous nous fatiguons en travaillant de nos propres mains ; outragés, nous bénissons ; persécutés, nous le souffrons ; 13 Calomniés, nous prions ; nous sommes jusqu’à présent comme les balayures du monde, le rebut de tous. 14 Je n’écris point ces choses pour vous faire honte ; mais je vous avertis comme mes chers enfants. 15 Car, vous auriez dix mille maîtres en Christ, que vous n’auriez pas plusieurs pères ; car c’est moi qui vous ai engendrés en Jésus–Christ, par l’Évangile. 16 Je vous en supplie donc, soyez mes imitateurs.

 

Philippiens 3:7 Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. 8 Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus–Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ.

 

Pour moi il y a deux voies : celle de Babylone "l'Eglise des hommes" qui se veut puissante par le nombre et son organisation. Celle où les hommes bâtissent pour Dieu, celle qui fait beaucoup de bruit, dans les milieux réformés on parle d'églises de multitude.

 

L'autre voie est la nouvelle Jérusalem, celle que Jésus bâtit, celle dont il est le seul le fondement. La puissance de ceux et celles qui lui appartiennent réside dans leur faiblesse. Cette Eglise là et celles des rebuts ... des moins que rien, ceux et celles dont on ne voit pas les photos sur les grands magazines ou les sites chrétiens, leurs messages sont sans compromis, leurs messages n'enthousiasment pas les masses. C'est Dieu lui-même qui fait croître Son Eglise (celle qu'il a confiée à Son Fils ). Cette Eglise a une croissance qui n'est pas liée aux techniques d'évangélisation. Cette Ekklesia ne grandit pas seulement par les enseignements nouveaux donnés par des personnes réputées lors de grands séminaires mais par des hommes dont la parole de Dieu a été déposée par l'Esprit sur leurs cœurs pour être mis en pratique humblement.

 

C'est Dieu Lui-même qui donne l'accroissement qu'il veut à cette Eglise, ce n'est pas les hommes qui en fixent le taux.

1 Corinthiens 3:6 J’ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a donné l‘accroissement. 7 C’est pourquoi ni celui qui plante, ni celui qui arrose, n’est quelque chose, mais Dieu qui donne l‘accroissement.

Ephésiens 4:16 De qui tout le corps, bien coordonné et étroitement uni, par le concours de toutes les jointures, tire son accroissement, selon la force assignée à chaque membre, afin qu’il soit édifié lui–même dans la charité.

Colossiens 2:19 Duquel tout le corps, joint et étroitement uni au moyen des jointures et des liens, s’accroît d’un accroissement selon Dieu.

 

Cette Eglise vit dans la dépendance de Celui qui en est le seul chef, et elle avance dans la crainte et la sainteté de Dieu.

 

Je vous invite à lire attentivement Lamentations chapitre 2 et 3 plus particulièrement pour comprendre que pour vivre cela il nous faut une rupture totale avec l'ancien système celui de la religion, de Babylone pour entrer ensuite dans l'Ekklesia de Jésus et vivre dans l'économie spirituelle de son royaume.

Dans ces passages, le peuple crie pour être entendu de Dieu, le seul chemin est le brisement, le cul de sac dans lequel Dieu va nous mettre pour enfin apprendre à marcher avec Lui et entrer dans le royaume de Christ.

Cela passe par la ruine et le désespoir, nous comprenons seulement cela lorsque nous sommes prêts à tout abandonner, à renoncer à tout pour entrer dans Son dessein. Dieu commencera toujours par réformer nos cœurs avant de réformer les structures de l'Eglise. Je dirai même que les structures de l'Ekklesia changent naturellement dès lors que le changement de nos cœurs est réalisé. Si nos cœurs changent l'Ekklesia de Christ à laquelle nous sommes rattachés change car c'est nous qui la constituons.

 

Ephésiens 4 4 Pour que nous ne soyons plus des petits enfants, flottants et emportés çà et là à tous vents de doctrine, par la tromperie des hommes, et par leur adresse à séduire artificieusement ; 15 Mais que, professant la vérité dans la charité (l'amour) , nous croissions en toutes choses dans celui qui est le chef, Christ ; 16 De qui tout le corps, bien coordonné et étroitement uni, par le concours de toutes les jointures, tire son accroissement, selon la force assignée à chaque membre, afin qu’il soit édifié lui–même dans la charité (l'amour). 17 Voici donc ce que je dis et que j’atteste de la part du Seigneur : Ne vous conduisez plus comme le reste des Gentils, qui suivent la vanité de leur esprit ; 18 Ayant leur intelligence obscurcie, étant éloignés de la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur cœur ; 19 Ayant perdu tout sentiment, ils se sont abandonnés à la dissolution, pour commettre toutes sortes d’impuretés, avec une ardeur insatiable. 20 Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris à connaître Christ ; 21 Au moins, si vous l’avez écouté, et si, selon la vérité qui est en Jésus, vous avez été instruits en lui, 22 A vous dépouiller, pour ce qui est de votre conduite précédente, du vieil homme, qui se corrompt par les convoitises trompeuses ; 23 A vous renouveler par l’Esprit dans votre entendement ; 24 Et à vous revêtir du nouvel homme, créé à l’image de Dieu, dans la justice et la sainteté de la vérité. 25 C’est pourquoi, ayant dépouillé le mensonge, que chacun parle selon la vérité à son prochain, car nous sommes membres les uns des autres.

Partager cet article

commentaires

milliearuna 16/02/2012 18:08

Quand Jean-Baptise à dit en désignant Jésus : "Il faut qu'il croisse et que je diminue", cela voulait dire que sa propre mission à lui touchait à sa fin, et irait donc en diminuant, alors que la
sienne (celle de Jésus) commençait à voir le jour, et irait en progressant. Je ne prends pas ce verset pour expliquer que notre "moi" doit diminuer, comme quand tu dis : "moins de nous-même". Ce
n'est pas une question d'être moins rempli de nous quand on se converti, mais plutôt d'être mort, de comprendre que notre vie, notre nature d'avant, n'est plus valable. Nous devons bien digérer le
fait qu'on est vraiment comme si on était mort. Nous ne devons plus faire cas de notre vie, sinon en faveur des autres (mourir comme Jésus à la croix). Sinon, comment comprendre le fait qu'on est
une nouvelle création qui n'a plus rien à voir avec l'ancienne ? Nous sommes un être nouveau, à moins que nous n'ayons jamais été mort et enseveli, et donc nous ne sommes pas passés ni par la
croix, ni par la résurrection (je ne parle pas de la résurrection du corps qui viendra à la fin). Je te laisse un lien sur mon blog sur ce sujet :
http://ma-vie-en-bleu.over-blog.com/article-il-faut-qu-il-croisse-99368129.html
Fraternellement, milliearuna

Dokimos 16/02/2012 20:21



Oui c'est juste le contexte :" il faut qu'il croisse et que je diminue" est relatif à la reconnaissance par Jean Baptiste du ministère de Jésus.


Toutefois la naissance d'en-haut passe par une mise à mort permanente volontaire de notre chair.


La réalité du maintien de la vie de Christ en nous nécessite une mise à mort constante de notre moi. Certes nous devons nous considérer comme mort, enseveli et resuscité avec Jésus mais aussi
agir.


Toutefois, reconnaissons que trop de personne ignorent bien entendu cela et pensent n'avoir plus rien à faire. Se maintenir dans la sainteté commence par nous amener à croire que Jésus est
notre sanctification, mais cela ne nous dispense pas de travailler à notre salut avec crainte et tremblement pour faire tous nos efforts pour fuir l'impudicité . Voilà pourquoi je pense qu'on
doit diminuer en veillant à faire mourir notre chair, pour que la vie de Christ abonde en nous. 


Romains 8:13  En effet, si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si, par l’Esprit, vous faites mourir les œuvres du corps, vous vivrez.


Colossiens 3:5  Faites donc mourir ce qui dans vos membres tient à la terre, la fornication, l’impureté, les passions, les mauvais désirs, et l’avarice, qui est une
idolâtrie ;


Amitiés     Nicolas






Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens