Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 21:54

Texte de Frank Viola

 

Je rencontre beaucoup de chrétiens, soit en personne, sur les réseaux sociaux, ou par e-mails, qui me disent qu’ils vivent dans un désert spirituel. Ils se sentent seuls, isolés spirituellement, et ils n’ont pas beaucoup d’amis chrétiens avec qui ils expérimentent une communion riche et entière en Christ.

 

Certains d’entre eux fréquentent une église le dimanche matin, et pourtant, ils vivent dans le désert, et ils le savent.

 

Certains ont complètement abandonné la forme traditionnelle de l’Église. Et ils sont sérieusement en quête d’une expression de l’église qui offre une communauté authentique centrée sur Jésus-Christ. Mais ils ne peuvent pas trouver une telle expression dans leur ville.

 

Tous ces gens aiment le Seigneur, et ils aiment le Corps du Christ, mais ils se sentent bien seuls. Et spirituellement, ils sont à sec et vides.

 

En bref, ils expérimentent le désert.

 

En regardant dans l’Ancien Testament, on voit que Canaan était le but de Dieu pour Son peuple. Jérusalem était là, et c’est là que la maison de Dieu devait être construite.

 

Cependant, le peuple de Dieu devait passer par le désert pour passer de l’Égypte à Canaan. Ils ont aussi dû traverser le désert pour passer de Babylone à Canaan. Le désert donc, est une exigence divine. Mais c’est un détour, ce n’est pas la maison. Le temps que vous y passer relève en grande partie de votre décision.

 

Permettez-moi de démêler un peu tout ça.

 

Après que les enfants d’Israël eurent quitté l’Égypte, ils se sont rapidement rendu au Mont Horeb. Ils ont ensuite erré dans le désert pendant quarante longues années. Pourquoi? En raison de leur incrédulité

Hébreux 3:15 Pendant qu’il est dit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez point vos coeurs, comme il arriva lors de la contestation. 16 Qui furent, en effet, ceux qui contestèrent après l’avoir entendu ; sinon tous ceux qui sortirent d’Égypte sous la conduite de Moïse ? 17 Et contre qui Dieu fut–il irrité pendant quarante ans ; n’est–ce pas contre ceux qui péchèrent, dont les corps tombèrent dans le désert ? 18 Et à qui jura–t–il qu’ils n’entreraient point dans son repos, si ce n’est à ceux qui s’étaient rebellés ? 19 Aussi voyons–nous qu’ils ne purent y entrer à cause de leur incrédulité.

 

Hébreux 4:1 Craignons donc que la promesse d’entrer dans son repos nous étant laissée, quelqu’un de vous ne paraisse y avoir renoncé.2 Car l’heureuse promesse nous a été faite aussi bien qu’à eux ; mais cette parole qu’ils avaient entendue ne leur servit point, parce que ceux qui l’entendirent, n’y ajoutèrent point de foi.3 Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, suivant ce qu’il a dit : C’est pourquoi j’ai juré dans ma colère, qu’ils n’entreront point dans mon repos ! Cependant ses oeuvres étaient accomplies depuis la création du monde ;4 Car l’Écriture a parlé ainsi quelque part, du septième jour : Dieu se reposa le septième jour de tous ses ouvrages ;

5 Et ici encore : Ils n’entreront point dans mon repos ! 6 Puis donc qu’il ne laissera pas d’y en entrer quelques–uns, et que ceux à qui l’heureuse promesse a été premièrement faite, n’y sont point entrés, à cause de leur incrédulité, 7 Dieu détermine de nouveau un certain jour, par ce mot : Aujourd’hui, disant par David, si longtemps après, comme il est dit plus haut : Aujourd’hui si vous entendez sa voix, n’endurcissez point vos coeurs. 8 Car si Josué les eût introduits dans le repos, Dieu ne parlerait pas après cela d’un autre jour. 9 Il reste donc au peuple de Dieu un repos de sabbat. 10 Car celui qui est entré dans son repos, se repose aussi de ses oeuvres, comme Dieu des siennes.11 Efforçons–nous donc d’entrer dans ce repos, de peur que quelqu’un ne tombe dans une semblable rébellion.Il y a onze journées depuis Horeb, par le chemin de la montagne de Séir, jusqu’à Kadès Barnéa.

 

Deutéronome 1:2 Il y a onze journées depuis l’Horeb, par le chemin de la montagne de Séir, jusqu’à Kadès–Barnéa.

 

Le désert est temporaire, sauf si vous choisissez d’y construire une maison. Dieu finira par trouver un chemin pour vous sortir du désert. Mais lorsque ce jour viendra, votre foi aura été éprouvée. Laisser le désert peut impliquer un prix scandaleusement élevé. C’est pour cette raison que beaucoup ne le quitte pas.

 

Je crois fermement qu’on ne peut pas construire de maison pour Dieu dans le désert. Tout ce qui arrive dans le désert est temporaire. Le but de Dieu est la Terre Promise. (Je parle spirituellement … l’Égypte, Babylone, le désert, et Canaan sont toutes des images qui pointent vers des réalités spirituelles pour le chrétien.)

 

Certes, le tabernacle de Moïse fut construit dans le désert. Mais c’était une tente mobile. Elle était temporaire, et elle se dirigeait vers Canaan pour trouver le repos.

 

Je voudrais maintenant faire quelques observations sur le désert. S’il vous arrive de vivre là en ce moment, j’espère que cet article pourra vous aider.

 

Tout d’abord, Dieu prend toujours soin de son peuple dans le désert.

 

Il les nourrit de Christ, même si ce n’est pas leur habitat naturel. Cependant, la part de Christ qui vous est donnée     dans le désert n’est pas suffisante pour répondre à tous vos besoins spirituels. Permettez-moi de vous expliquer.

 

Quand le peuple de Dieu habitait dans le désert après la sortie d’Égypte, Dieu lui a donné de l’eau d’un rocher et le pain du ciel. Le pain était appelé «la manne». C’était une image de Jésus-Christ, notre nourriture spirituelle

Jean 6:31 Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon qu’il est écrit : Il leur a donné à manger le pain du ciel.32 Et Jésus leur dit : En vérité, en vérité je vous le dis, Moïse ne vous a point donné le pain du ciel ; mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel. 33 Car le pain de Dieu est celui qui est descendu du ciel, et qui donne la vie au monde. 34 Ils lui dirent : Seigneur, donne–nous toujours de ce pain–là. 35 Et Jésus leur répondit : Je suis le pain de vie ; celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif...

49 Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts.50 C’est ici le pain qui est descendu du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point.51 Je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel ; si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c’est ma chair. Je la donnerai pour la vie du monde.

 

1 Corinthiens 10:1 Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, et qu’ils ont tous passé au travers de la mer ;2 Et qu’ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer ;3 Et qu’ils ont tous mangé de la même nourriture spirituelle ;4 Et qu’ils ont tous bu du même breuvage spirituel ; car ils buvaient de l’eau du rocher spirituel qui les suivait ; et ce rocher était Christ ;

 

Toutefois, il ne fallut longtemps pour qu’Israël se lasse de la manne. De la même manière, vous et moi finirons par nous lasser de la part du Seigneur qui nous est donnée dans le désert. Et comme Israël, nous serons tentés de murmurer contre lui.

 

Il n’existe qu’un seul type de nourriture donnée dans le désert. Et ce n’est pas suffisant pour le long terme. La manne est conçue pour faire survivre au milieu du désert. Mais au-delà de ça, elle ne suffit pas.

 

En revanche, au pays de Canaan, la plénitude et la surabondance de la terre sont entièrement à notre disposition. Lorsque nous vivons à l’endroit où Dieu veut ériger sa maison, le produit riche et bon de la terre deviennent nôtre pour en profiter. Et cela est inépuisable.

 

Deuxièmement, si vous restez dans le désert, vous finirez par y mourir.

 

Laisser les contrefaçons de maison de Dieu de l’Égypte et de Babylone ne suffit pas. Si vous ne quittez pas le désert, vos os blanchiront dans le désert.

 

Dieu amène toujours son peuple hors de, afin de les mener dans un autre endroit.

 

Vous pouvez graver ceci dans la pierre.

 

Il nous a fait sortir de là, pour nous amener dans le pays qu’il avait juré à nos pères de nous donner.

Deutéronome 6 : 23 Et il nous a fait sortir de là, afin de nous amener au pays qu’il avait juré à nos pères de nous donner.

 

Troisièmement, le désert n’a qu’un seul but : de nous passer au crible, de nous dépouiller, de nous réduire à Christ seul.

 

Ceux d’entre nous qui ont quittés l’Égypte et Babylone ont grand besoin d’être vidés de beaucoup de bagage religieux. L’expérience du désert est conçue pour faire exactement cela. C’est le lieu de désintoxication religieuse.

 

Prenez Jean-Baptiste. Il prêchait dans le désert. Ceux qui désiraient entendre son message devaient aller dans le désert pour l’entendre. À cette époque, Dieu en avait fini avec le judaïsme. Il en avait fini avec les vieilles outres. Le Seigneur suscita Jean-Baptiste pour appeler les gens à sortir du judaïsme, la religion organisée de l’époque.

 

Ceux qui suivirent Jean dans le désert furent dépouillés de tout ce que le judaïsme ancien avait à offrir. Ils tombaient de la religiosité de ce système à « rien ». Où est-ce que Jésus-Christ appela ses disciples? La plupart d’entre eux étaient des disciples de Jean-Baptiste.

 

Ils avaient par conséquent vécu l’expérience du désert qui les avait dépouillés. Cette expérience les amena à «rien». Comparés aux Pharisiens, aux Sadducéens, ou aux scribes, ils étaient des pages blanches sur lesquelles le Seigneur Jésus pouvait écrire. Ils étaient des outres vides dans lesquelles le Seigneur put verser du vin nouveau. Jean-Baptiste les avait vidés du vieux vin, et Jésus leur donna le nouveau.

 

Puissiez-vous graver cela dans votre esprit: nous ne pouvons pas recevoir le nouveau tant que nous n’avons pas d’abord laisser l’ancien. Les vieilles outres se rompent facilement. Pour cette raison, Dieu n’a jamais voulu mettre du vin nouveau dans de vieilles outres (Matthieu 9:16-17).

 

En plus des Douze, Paul de Tarse eut également une expérience du désert qui l’amena à «rien». En fait, Paul devait parcourir un long chemin juste pour atteindre ce fond.

 

Peu de temps après sa conversion, Paul un homme raciste, sectaire, arrogant, bigot, un pharisien très religieux qui était devenu un disciple du Seigneur Jésus-Christ Dieu le conduisit dans le désert d’Arabie pendant trois ans.

Galates 1:17 Et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui étaient apôtres avant moi ; mais je m’en allai en Arabie, et je revins encore à Damas. 18 Ensuite, trois ans après, je montai à Jérusalem, pour y visiter Pierre ; et je demeurai chez lui quinze jours . Que faisait-il là? Détoxication.

 

Sans aucun doute, il lui fallait se drainer de plusieurs années de religiosité humaine. Tout ce que Paul connaissait en tant que pharisien zélé saigna hors de lui dans le désert. Paul fut plus que réformé. Il dut subir une lobotomie spirituelle. Et c’est là l’utilité du désert.

 

Dans cette expérience du désert, Dieu se révéla à Paul d’une manière qu’il n’avait jamais connu avant. Il se révéla à lui «sur la face de Christ»

Galates 1:11 Je vous le déclare donc, frères : l’Évangile que j’ai annoncé n’est pas de l’homme ;

12 Car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus–Christ.

2 Corinthiens 4:6 Car le Dieu qui a dit que la lumière resplendisse au milieu des ténèbres, est celui qui a resplendi dans nos coeurs, pour faire briller la lumière de la connaissance de la gloire de Dieu en la personne de Jésus–Christ.

Toutefois, bien que Paul reçu l’Évangile par révélation divine dans le désert, cette révélation était limitée. Il lui fallu vivre cinq années dans le bon environnement, c’est-à-dire dans une ekklesia à Antioche, en Syrie, pour lui apprendre la plénitude de Christ.

 

Paul fut donc « débranché » dans le désert. Il fut royalement dépouillé jusqu’à zéro. Cette expérience était nécessaire pour le ministère apostolique de Paul. Parce que pour pouvoir dispenser adéquatement le vin nouveau, il se devait d’être lui-même complètement vidé de l’ancien.

 

Quatrièmement, le désert est un symbole de nouveaux commencements.

 

Après un séjour de quarante ans dans le désert, Josué conduisit le peuple de Dieu à travers le Jourdain à l’intérieur de la Terre Promise. À l’époque d’Osée, Dieu conduisit Israël au désert pour courtiser la nation et la ramener à lui-même.

Osée 2:14 C’est pourquoi, voici, je l’attirerai, et je la ferai aller au désert, et je parlerai à son coeur.

Après qu’Israël eut été en exil à Babylone, les prophètes annoncèrent qu’on devait préparer un chemin dans le désert, pour que le peuple de Dieu puisse rentrer chez lui.

 

Dans le désert, Jean-Baptiste marqua un nouveau départ pour Israël en introduisant au peuple de Dieu leur Messie tant attendu. Et Paul de Tarse ne débuta son ministère apostolique seulement qu’après avoir passé du temps dans un désert en Arabie.

 

Laisser le désert implique toujours un coût

 

Nous avons une soif pour la maison de Dieu. Nous avons un goût spirituel pour celle-ci. Nous avons un désir, un instinct biologique si vous voulez, qui nous conduit vers notre destinée. Et nous ne serons jamais satisfaits tant que nous ne prendrons pas la décision, quel qu’en soit le coût, de faire partie du travail d’édification de cette maison par Dieu.

 

Ce coût peut impliquer la perte d’amis. Cela peut amener du harcèlement de la part de certains leaders religieux, ou encore ceux-ci nous éviteront. Cela peut signifier des rumeurs vicieuses et méchantes, de la calomnie, et des commérages. Cela peut signifier une marche sur les traces d’Abraham, qui quitta tout pour se diriger vers une ville qu’il ne pouvait pas voir.

 

Il peut s’agir de vendre notre maison confortable, et de quitter notre emploi actuel pour déménager dans une autre ville où il y a des pierres vivantes qui sont assemblées pour former la maison de Dieu. (J’ai déjà déménagé dans le passé pour cette raison, et plusieurs de mes amis aussi.)

 

Cela peut impliquer de gros malentendus, de la critique, et peut-être des problèmes plus sérieux, comme la persécution.

 

Sortons donc pour aller à lui, hors du camp, en portant son opprobre. Car nous n’avons point ici-bas de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir.

Hébreux 13:13 Sortons donc hors du camp, pour aller à lui, en portant son opprobre. 14 Car nous n’avons point ici–bas de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir.

 

Quelle est la vocation céleste de Dieu pour vous et moi? C’est de nous donner nous-mêmes au dessein éternel de Dieu, de le laisser nous édifier avec les autres de la façon qu’Il a toujours voulue. Pour quelle raison? Afin qu’il puisse établir sa maison sur cette terre. Les mots d’Esdras sont toujours appropriés: Que la maison soit rebâtie ! (Esdras 6:3).

 

J’espère sincèrement que ce sera une réalité dans votre propre vie.

 

Si vous vivez dans le désert en ce moment, Dieu pourvoira le moyen d’en sortir. Mais cela impliquera un prix. La question qui se pose alors est celle-ci: êtes-vous prêts à le payer?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

milliearuna 07/03/2011 16:31


Bonjour et merci d'avoir ouvert les commentaires.
Le sujet du désert est effectivement d'actualité pour une personne proche de mon entourage. mi...


Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens