Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 09:19

Devenir un instrument choisi pour porter le nom du Seigneur est quelque chose qui échappe à beaucoup car on oublie que c'est Jésus qui construit lui-même son Eglise.

C'est lui donc qui choisit ceux qui ont fait, qui font partie et qui feront demain partie de son gouvernement dans son royaume.

 

L'histoire de Saul de Tarse est un modèle du genre des choix divins car Jésus a choisi un persécuteur religieux pharisien et fils de pharisien pour en faire son serviteur. Le Seigneur est intervenu directement pour capturer le fauve de Cilicie qui ravageait l'Eglise naissante. Nous savons tous ce qu'il faisait avant de rencontrer Jésus .

C'est cet homme que Jésus a choisi pour être Son ambassadeur parmi les nations. Saul a reconnu en Jésus le Christ de Dieu avant de devenir son ministre des affaires étrangères.

 

Cela nous fait mieux comprendre la souveraineté de Dieu quant au choix de ses serviteurs et du fonctionnement de son Eglise.

 

La première chose que nous constatons c'est que Paul se présente comme apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu et non par la volonté des hommes.

2 Corinthiens 1:1 Paul, apôtre de Jésus–Christ par la volonté de Dieu

Galates 1:1 Paul, apôtre, non de la part des hommes, ni par un homme, mais par Jésus–Christ et Dieu le Père, qui l’a ressuscité des morts,.

Romains 1:1 Paul, serviteur de Jésus–Christ, appelé à être apôtre, mis à part pour annoncer l’Evangile de Dieu,

1 Corinthiens 1:1 Paul, appelé à être apôtre de Jésus–Christ par la volonté de Dieu, …

Colossiens 1:23 ... sans vous détourner de l’espérance de l’Evangile que vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature sous le ciel, et dont moi Paul, j’ai été fait ministre.

 

L'Eglise visible n'est pas toujours la véritable Eglise de Christ car ceux qui les dirigent se sont positionnés bien souvent eux-mêmes à la tête de leur propre gouvernement.

Dans le gouvernement du royaume de Dieu, c'est Jésus qui appelle ses serviteurs, les forme et les nomme en tant que ministre. Dans l'église des hommes ce sont les hommes qui s'emparent du pouvoir pour gouverner selon leurs pensées.

Dans l'Eglise du Seigneur, ce sont ceux qu'il a choisi qui sont gouvernés par lui-même pour accomplir le dessein de Dieu.

Jésusn'est pas venu accomplir sa propre volonté sur terre mais celle de son Père.

 

Saul de Tarse pensait servir Dieu selon la tradition de ses Pères, voyez plutôt son propre témoignage.

Actes 22 : 2 Lorsqu’ils entendirent qu’il leur parlait en langue hébraïque, ils redoublèrent de silence. Et Paul dit: 3 je suis Juif, né à Tarse en Cilicie ; mais j’ai été élevé dans cette ville–ci, et instruit aux pieds de Gamaliel dans la connaissance exacte de la loi de nos pères, étant plein de zèle pour Dieu, comme vous l’êtes tous aujourd’hui. 4 J’ai persécuté à mort cette doctrine, liant et mettant en prison hommes et femmes. 5 Le souverain sacrificateur et tout le collège des anciens m’en sont témoins. J’ai même reçu d’eux des lettres pour les frères de Damas, où je me rendis afin d’amener liés à Jérusalem ceux qui se trouvaient là et de les faire punir. 6 Comme j’étais en chemin, et que j’approchais de Damas, tout à coup, vers midi, une grande lumière venant du ciel resplendit autour de moi. 7 Je tombai par terre, et j’entendis une voix qui me disait : Saul, Saul, pourquoi me persécutes–tu ? 8 Je répondis : Qui es–tu, Seigneur ? Et il me dit : Je suis Jésus de Nazareth, que tu persécutes. 9 Ceux qui étaient avec moi virent bien la lumière, mais ils n’entendirent pas la voix de celui qui parlait.

 

Aujourd'hui, cette même persévérance à la persécution existe. Ceux qui défendent la doctrine de Christ sont persécutés par ceux qui prônent la doctrine des hommes et de la religion.

C'est la raison pour laquelle une fois éclairé le persécuteur de Christ est devenu son meilleur défenseur. Inlassablement cet ambassadeur du royaume cherchait à convaincre les juifs vivant à Rome que Jésus est bien le Christ.

Actes 28:23 Ils lui fixèrent un jour, et plusieurs vinrent le trouver dans son logis. Paul leur annonça le royaume de Dieu, en rendant témoignage, et en cherchant, par la loi de Moïse et par les prophètes, à les persuader de ce qui concerne Jésus. 24 Les uns furent persuadés de ce qu’il disait ; mais les autres ne crurent point.25 Et comme ils n’étaient pas d’accord entre eux, ils se retirèrent, après que Paul leur eut dit cette parole : Le Saint–Esprit a bien parlé à nos pères par Ésaïe le prophète, lorsqu’il a dit : 26 Va vers ce peuple et dis–lui : Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point ; et en voyant, vous verrez, et ne discernerez point.

 

Comme son maître, Paul commencera son ministère en étant rempli préalablement de l'esprit de Dieu. Ce qui est notoire c'est qu'il prêcha aussitôt que Jésus était le Fils de Dieu et non Dieu venu sur terre. Cela suscita le doute même chez les disciples. Il parlait ouvertement du Seigneur Jésus. Il apprendra bien vite combien il devait souffrir pour le nom de Jésus.

 

1 Thessaloniciens 2:15 Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes,

 

2 Timothée 3:12 Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus–Christ seront persécutés.

 

Actes 9 15 Mais le Seigneur lui dit : Va ; car cet homme est un instrument que j’ai choisi, pour porter mon nom devant les Gentils, devant les rois, et devant les enfants d’Israël ; 16 Et je lui montrerai combien il doit souffrir pour mon nom. 17 Ananias sortit donc, et étant entré dans la maison, il imposa les mains à Saul, et lui dit : Saul, mon frère, le Seigneur Jésus, qui t’est apparu dans le chemin par où tu venais, m’a envoyé pour que tu recouvres la vue, et que tu sois rempli du Saint–Esprit. 18 Et aussitôt il tomba de ses yeux comme des écailles, et à l’instant, il recouvra la vue ; puis il se leva, et fut baptisé. 19 Et ayant mangé, il reprit ses forces. Et il fut quelques jours avec les disciples à Damas. 20 Et il prêcha aussitôt dans les synagogues, que Jésus était le Fils de Dieu. 21 Et tous ceux qui l’entendaient étaient hors d’eux–mêmes et disaient : N’est–ce pas celui qui persécutait à Jérusalem ceux qui invoquent ce nom, et qui était venu ici exprès pour les emmener liés, aux principaux sacrificateurs 22 Et Saul se fortifiait de plus en plus, et il confondait les Juifs qui habitaient à Damas, démontrant que Jésus était le Christ. 23 Quelque temps après, les Juifs délibérèrent de faire mourir Saul. 24 Mais il fut averti de leur complot. Or, ils gardaient les portes nuit et jour, pour le tuer. 25 Mais les disciples, le prenant de nuit, le descendirent par la muraille, dans une corbeille. 26 Et quand Saul fut arrivé à Jérusalem, il tâchait de se joindre aux disciples ; mais tous le craignaient, ne croyant pas qu’il fût un disciple. 27 Alors Barnabas le prit et le mena aux apôtres, et leur raconta comment le Seigneur lui était apparu sur le chemin et lui avait parlé ; et comment il avait parlé ouvertement à Damas au nom de Jésus. 28 Dès lors il allait et venait avec eux à Jérusalem, et parlait ouvertement au nom du Seigneur Jésus ; 29 Il parlait et disputait avec les Hellénistes ; mais ceux–ci cherchaient à lui ôter la vie. 30 Les frères l’ayant su, l’emmenèrent à Césarée, et l’envoyèrent à Tarse. 31 Cependant, les Églises étaient en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie, étant édifiées et marchant dans la crainte du Seigneur ; et elles se multipliaient par le secours du Saint–Esprit.

 

Parler ouvertement de Jésus est la liberté de ceux qui sont choisis par Dieu pour être ses ministres. Ils n'ont pas besoin de se mettre en campagne pour le faire, ils sont conduits par l'Esprit de Dieu. Lorsque l'Eglise se multiplie elle grandit au travers de nous puisque nous sommes l'habitation et le temple de Dieu. Paul est devenu l'ambassadeur de Christ parce qu'il était habité par l'Esprit de Dieu comme Jésus pouvait l'être.

Jean 3:34 car celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce queDieu ne lui donne pas l’Esprit avec mesure.

 

Cette plénitude de l'Esprit est le privilège de ceux que Dieu appellent et choisit et qui ont la connaissance de Dieu.

L'apôtre Paul avait une révélation de son Seigneur comme peu de personne l'ont eue.

1 Jean 2:20 Pour vous, vous avez reçu l’onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance...27 Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne ; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés.

 

Etre traité de fou, d'apostat, est le privilège de ceux qui suivent Jésus, et qui sont prêts à souffrir pour son Nom. Ils ne craignent pas les critiques, les trahisons, les rejets mais craignent Dieu !

Actes 26:24 Comme il parlait ainsi pour sa justification, Festus dit à haute voix : Tu es fou, Paul ! Ton grand savoir te fait déraisonner. 25 Je ne suis point fou, très excellent Festus, répliqua Paul ; ce sont, au contraire, des paroles de vérité et de bon sens que je prononce.

 

Romains 16 : 24 Que la grâce de notre Seigneur Jésus–Christ soit avec vous tous ! Amen ! 25 A celui qui peut vous affermirselon mon Evangile et la prédication de Jésus–Christ, conformément à la révélation du mystère caché pendant des siècles, 26 mais manifesté maintenant par les écrits des prophètes, d’après l’ordre du Dieu éternel, et porté à la connaissance de toutes les nations, afin qu’elles obéissent à la foi, 27 à Dieu, seul sage, soit la gloire aux siècles des siècles, par Jésus–Christ ! Amen !

Partager cet article

commentaires

francelle 17/05/2012 11:40

Je me suis plongée à nouveau dans la lecture du livre d’André Lelièvre et Alphonse Maillot « Les psaumes, traduction, notes et commentaires, 3ème édition revue et corrigée » aux pages consacrées au
Psaume 51.
Les livres écrits par Alphonse Maillot, tels « Les paraboles de Jésus », « Qohelet », « Job, pour rien », ont édifié ma foi. Ils m’ont beaucoup appris et fait aimer la Parole de Dieu, au travers de
l’écriture ciselée et des propos souvent étonnants de l’auteur.
J’ai pensé dans un premier mouvement d’enthousiasme écrire tout le commentaire du psaume 51 mais, devant l’ouvrage, les 7 pages concernées, je recule.
Je me limite à l’introduction du commentaire d’André Lelièvre et Alphonse Maillot..
« Le psaume 51 pose de très grandes difficultés d’interprétation. Or curieusement, il est l’un des psaumes les plus lus et les plus priés.
Pas plus qu’un homme n’est simplement ce qu’il pense être, ou ce qu’il veut être en soi, mais aussi tel que les autres le font ou le comprennent, un texte n’est seulement ce que son auteur a voulu
qu’il soit. Un texte est aussi ce que les lecteurs en font. Certes, il y a la priorité de l’interprétation originelle. La pensée de l’auteur est primordiale et décisive, mais il n’est pas possible
d’ignorer, d’oublier ou de mépriser ce que nous appellerons la « vie » d’un texte.
Même s’il y a eu contresens, l’auteur est toujours partiellement responsable, de la même manière que nous sommes responsables de l’idée que les autres se font de nous, même quand ils s’égarent. Ce
raisonnement prend une force singulière quand on se trouve, comme ici, devant un consensus unanime, qui est à notre avis, un contresens unanime, »
Après une telle introduction, impossible de ne pas poursuivre la lecture entreprise.
Le verset 7 : « Voici, je fus enfanté lors d’une faute, et ma mère m’a conçu lors d’un transport coupable ». Notes de l’auteur : le sens de ce verset est qu’il y a eu péché à la naissance et à la
conception du psalmiste. A partir de là les interprétations divergent : péché originel ou amorce de cette doctrine, ou adultère, ou union illégitime.
Résumer le commentaire qui suit, sans en appauvrir la démonstration, est impossible.
Selon Alphonse Maillot et André Lelièvre, ce psaume est devenu « la pierre angulaire d’un dogme, celui du péché originel, qu’il est difficile, très difficile, de tirer d’autres passages de l’Ancien
Testament et du Nouveau Testament ».
L’interprétation habituelle est que « notre psalmiste a commis une faute grave qui l’obsède. Il demande à Dieu, tout d’abord le pardon, et surtout la rénovation, reconnaissant que tout châtiment
serait mérité et que la justice divine n’en serait que plus grande. Il en vient à sa naissance et à sa conception, toutes deux sous le signe du péché, comme pour tout homme… Dieu peut tout vaincre,
même le péché originel, Dieu peut purifier, nettoyer, laver… »
Je cite toujours : « Et nous arrivons au verset clé, le verset 7.... L’homme s’est ni pécheur-tout-court, ni corrompu. Il est loin-de-son-Seigneur. Et certains de ses actes l’en éloignent encore
plus. Le péché est une situation et le salut consistera en un changement de situation… Si l’on s’en tient à cette exégèse, ce verset 7 ne peut signifier plus que ceci : depuis ma conception et ma
naissance, je suis dans une situation d’éloignement à l’égard de Dieu, un être mortel sans justice devant lui. »
« Mais après le dogme traditionnel de la corruption de la nature de l’homme, on voit surgir alors le dogme aussi traditionnel du péché originel… Ce verset 7 signifierait que toute conception est
viciée à son départ même, qu’elle est une misère obligatoire, où en recevant la vie, nous recevons la tâche originelle »
« Le psalmiste va montrer son originalité extrême, verset 9 : il croit que la purification est possible…. Il croit qu’il peut recevoir une deuxième naissance, si Dieu le veut bien, et il ne doute
pas que Dieu le veuille. Une naissance où ce ne seront plus la chair et le sang avec leurs infidélités qui lui donneront la vie, mais la seule miséricorde divine, qui vraiment renouvellera sa
situation. Le passé tout entier sera englouti, blanchi ».
La conclusion des auteurs est « A une époque où les hommes par l’exploration des profondeurs, retrouvent les culpabilités anciennes et cachées, sinon ancestrales, il était bon qu’un texte vienne
nous rappeler que Dieu nous délivre de celles-ci aussi »
J’espère vous avoir donné envie de lire ou relire le et les livres d’Alphonse Maillot.

Watier 16/05/2012 15:05

A propos du Ps 51 v7,il me semble que ce n'est pas parce qu'il prend la fantaisie à un traducteur d'interpréter un texte à sa façon qu'il faut en tirer tout de suite certaines conclusions. Il me
semble plutôt que ce n'est pas la conception de David qu'il faut considérer comme un péché. C'est plutôt une formidable affirmation de l'A T à propos de la doctrine du péché originel: c'est le
témoignage du besoin général de rédemption de l'homme pécheur .

francelle 16/05/2012 12:54

En réalité, j'ai lu ce beau texte dans un livre et je suis vraiment très heureuse de le partager. J'aurai d'ailleurs du mettre des guillemets puisque je n'en suis pas l'auteur.

Dokimos 16/05/2012 13:56



pas de pb    a+   Nicolas 



francelle 16/05/2012 11:42

Un autre instrument choisi : David. Il est le huitième garçon de la famille, le benjamin. Il est traité comme la quantité négligeable, parce qu’il est issu d’une liaison adultère, né d’une union
illégitime, ce qui à cette époque est considéré comme une tache indélébile. Il portera toute sa vie ce lourd fardeau.
Cette origine se voit notamment dans le psaume 51 : 7 que deux éminents exégètes, Alphonse Maillot et André Lelièvre traduisent ainsi : « Voici je fus enfanté lors d’une faute et ma mère m’a conçu
lors d’un transport coupable ».
Le sens de ce verset est qu’il y a eu péché à la naissance et à la conception du psalmiste. Il est un enfant naturel ou adultérin.
Puisque le psaume 51 est bien de David, alors on peut en conclure qu’il est un enfant illégitime. Ici la faute est attribuée à la mère. Notre psalmiste avait sans cesse ce problème qui lui faisait
face, car cela avait des répercussions dans sa vie.
C’est en effet ce fait qui explique les nombreuses réactions vexantes de sa famille, de ses frères en particulier à son égard :
Lorsque Samuel est envoyé vers Isaï, père de David pour prendre un de ses fils comme roi, Isaï ne lui en présente que 7, oubliant David le plus jeune. Il ne lui vient même pas à l’idée d’appeler
David. Pourquoi ? Cela montre le peu de cas qu’il faisait de son huitième fils, juste bon à garder les brebis. Notez le mépris de cette phrase : « Il reste encore le plus jeune, mais il fait paître
les brebis ». Certainement qu’il n’avait pas envie de montrer au prophète le fils qui lui rappelait son péché, ce fils qui n’aurait pas du être.
Lorsque David rejoint ses frères aînés qui sont à la guerre, il est juste bon à leur porter du pain et du des fromages et à prendre de leurs nouvelles. Il est là encore traité avec mépris par son
frère aîné Eliab qui se fait l’écho de l’attitude générale de la famille envers David : « Pourquoi es-tu descendu et à qui as-tu laissé ce peu de brebis dans le désert ? » Humilié David répond : «
Qu’ai-je donc fait ? Ne puis-je pas parler ainsi ? ». C’est à peine s’il a le droit de vivre, de parler, d’agir. Pourquoi, si ce n’est parce qu’il est un enfant différent d’eux.
Ce mépris de son père, de ses frères a marqué et blessé David. Les textes bibliques nous montrent que celui-ci avait une très mauvaise image de lui-même. Ainsi il se désigne comme étant « un chien
mort, une misérable puce » 1 Samuel 24, 1
David, fruit d’un adultère commet à son tour l’adultère avec Bath-Schéba et un enfant nait de cette liaison. Mais celui-ci ne survivra pas. Par projection, cette mort est un vrai drame personnel
pour David, un peu comme si c’était la sienne, ce qui aurait pu lui arriver.
David se voit comme une puce, son entourage l’ayant sans doute surnommé ainsi. Mais Dieu, lui, au-delà de ses parents, le voyait comme un roi, l’avait désiré, choisi.
Nous aussi nous avons été voulus par Dieu. Ne nous considérons pas comme des puces, mais comme des enfants du roi. La Bible dit de nous que nous sommes « une trace élue, un sacerdoce royal, un
peuple acquis » et qu’il nous a élus dès la fondation du monde.
C’est pourquoi David, cet homme tourmenté par ses origines, humilié dans sa famille, peut écrire, beaucoup plus tard après un long travail sur lui : « Je suis une créature merveilleuse »
c’est-à-dire miraculeuse en hébreu !
Ilva même plus loin « Lorsque j’ai été fait dans un lieu secret, tissé dans les profondeurs de la terre, quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient. Et sur ton livre étaient tous
inscrits les jours qui m’étaient destinés, avant qu’aucun n’existât » Il parle là bien sûr de la création du monde, et non de la grossesse de sa mère qu’il évoque dans un verset précédent.
Il prend conscience que son origine est dans la volonté divine, avant même la création du monde. Avant qu’aucun atome de la terre n’existe, Dieu le connaisait.

Dokimos 16/05/2012 12:13



Bonjour Francelle, 


 


Merci pour ton long commentaire avec lequel je suis parfaitement en phase. David est un autre cas spécial dans lequel beaucoup de personnes peuvent se retrouver. Nous sommes des pécheurs. la
grâce que nous avons en Christ est tellement importante. Nous sommes rachetés et vus et connus sans la tare avilissante du péché. La miséricorde triomphe du jugement des hommes, comme tu le
rappelles si bien le héros de Dieu succombe lui même avec Beth Scheba, et Dieu va le relever car il n'a pas essayé de cacher sa faute.  Merci ausssi de rappeler que Dieu voit plus loin que
nos circonstances présentes, il sait toutes choses et  il a fait de nous "une trace élue, un sacerdoce royal, un peuple
acquis » et plus, il nous a élus dès la fondation du monde, ce qui est encore plus fou à comprendre pour nos petites têtes.


Sois  bénie    Nicolas 



Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens