Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 21:27

Ecrit de E.W. KENYON

Préliminaires

 

Ce petit livre avec son puissant message vient du coeur même du Maître pour toi. Si tu as été vaincu dans le combat de la vie, si tu n'as pas réussi à t'inscrire dans un programme de victoire, ce petit livre te montrera comment vaincre.

Si tu es malade, il y a une guérison pour toi.

Si tu es faible, ce livre te donnera des forces.

Si tu es découragé, il mettra en toi un esprit de vainqueur.

Sois honnête avec lui. Ne le lis pas avec un esprit rempli de notions préconçues.

Prends-le loyalement, honnêtement et laisse-le renverser la montagne qui se dresse entre toi et la Victoire.

 

Chapitre 1 Les deux sortes de connaissance

L'une des récentes découvertes de notre laboratoire spirituel, c'est qu'il existe deux sortes de connaissance.

La connaissance que nous ont enseignée les écoles, les lycées et les universités nous est parvenue au travers des cinq sens.

Il est permis de dire qu'aucune connaissance en chimie, en biologie, en métallurgie, ou en mécanique, ou en aucun autre domaine de la recherche ne nous est parvenue si ce n'est par les cinq sens de la vue, du goût, de l'ouïe, de l'odorat et du toucher.

Nos corps ont vraiment été le laboratoire dans lequel s'est poursuivi sans relâche le travail de recherche tout au long des âges.

Cette connaissance est limitée. Elle ne peut pas trouver l'esprit humain.

Elle ne peut pas découvrir comment la pensée agit dans le cerveau physique.

Elle ne peut pas trouver Dieu, ni découvrir l'origine de la matière, de la vie, de la force ou de la création.

Tout ce qu'elle peut découvrir, ce sont les choses qu'elle peut voir, entendre, goûter, sentir ou toucher.

C'est ce que nous appelons la “connaissance sensorielle”.

Puis il y a une autre sorte de connaissance qui nous est parvenue au travers de la révélation appelée la Bible.

C'est la “connaissance révélée”. Elle nous met en contact avec le Créateur.

Elle explique le “pourquoi” de la création, la raison d'être de l'homme, la nature de l'homme et le but suprême de l'homme.

Elle s'occupe de choses que les sens ne peuvent ni découvrir ni connaître sans l'aide de cette connaissance révélée.

Ce qui est malheureux, c'est que cette connaissance sensorielle a pris le dessus dans l'Église. L'Église est un organisme spirituel, un corps spirituel qui doit être gouverné par l'esprit au lieu de l'être par les sens.

Quand la connaissance sensorielle a pris le dessus dans l'Église et à la source de l'Église, l'institut de théologie, l'Église a alors cessé d'être un corps spirituel pour devenir un simple groupe d'hommes gouverné par la connaissance sensorielle.

Tu peux voir pourquoi la connaissance sensorielle, qui ne peut comprendre les choses spirituelles, ne croit pas aux miracles, ni aux réponses à la prière, ni à la divinité de Jésus, et dénigre sa résurrection et ses miracles.

Il faut s'attendre à ce que la connaissance sensorielle rejette le miraculeux, car elle ne peut pas l'expliquer ni le comprendre.

La quête principale de la connaissance sensorielle a été la vérité. L'esprit de l'homme en est affamé.

Mais la vérité ne peut pas être trouvée par les sens. Elle ne peut être découverte que par l'esprit.

La connaissance sensorielle a produit des hommes appelés philosophes, des chercheurs en quête de la vérité.

C'est un fait fondamental, méritant que l'homme y réfléchisse, qu'un homme qui connaît vraiment Jésus-Christ et qui a reçu la Vie éternelle ne se tourne plus vers la philosophie.

S'il a été philosophe, il ne l'est plus car il est parvenu à la vérité en Christ.

Jésus a dit : “Je suis le chemin, la vérité, et la vie”. Jésus est donc la réponse de toute vraie philosophie.

 

Chapitre 2 Dieu est un Dieu de foi

 

Je n'avais jamais connu le “pourquoi” de la foi avant de lire Hébreux 11:3 “Par la foi nous reconnaissons que le monde a été formé (ou créé) par la parole de Dieu, en sorte que ce qu'on voit n'a pas été fait de choses visibles”.

Comme en un éclair, j'ai saisi le secret de Genèse 1 : “Au commencement Dieu créa …”

Comment a-t-il créé ? Par la Parole de Foi.

Il a dit : “Qu'il y ait”. Il a créé avec des mots.

Jésus connaissait le secret des mots. Il guérissait les malades avec des mots. Il ressuscitait les morts avec des mots. Il a calmé la mer en disant: “Reste tranquille !

Pierre guérissait les malades en utilisant le Nom de Jésus. Paul chassait les démons en disant : “Au Nom de Jésus-Christ, sors !”

Ils employaient des mots nés de la foi. C'était des paroles de foi.

Nous sommes devenus des fils de Dieu, des participants à Sa propre Nature en agissant par des mots.

Nous devenons des hommes et des femmes de foi, nous employons des paroles de foi, et nous produisons des fruits de foi.

 

Foi en ma foi

Quand ces mots me sont parvenus pour la première fois, ils m'ont étonné. J'ai commencé à m'examiner et à m'interroger : “Pourquoi ces gens n'ont-ils pas foi en leur propre foi ? Ils avaient foi en ma foi.

J'ai reçu en provenance de nombreux pays lointains des lettres demandant la prière.

Pourquoi ? Parce que les gens qui demandent la prière des autres n’ont pas confiance en leur propre foi.

Pour une raison ou une autre, ils ne croient pas en eux-mêmes. Ils ne croient pas en ce que Jésus-Christ leur a apporté, ni en ce qu'ils sont en Christ.

La raison de leur incrédulité, c'est qu'ils ne savent pas qu'ils sont en Christ. Ils ont le sentiment de ne pas être assez bons, et que leur foi n'est pas assez forte.

Ils sont accoutumés à tous leurs échecs et à leurs faiblesses.

Ils acceptent toute condamnation venant de l'estrade. Ils veulent toujours croire tout ce qui est dit contre eux, leur indignité, leur incapacité, leur faiblesse et leur manque de foi.

Voici quelques faits : Le Père n'a pas de favoris. Tout individu né dans Sa Famille possède la même Rédemption.

Il a été racheté des mains de son ennemi et Satan a été vaincu pour lui personnellement.

Il peut dire : “Il a été livré pour mes péchés, et il est ressuscité pour ma justification”.

Il peut dire avec confiance : “Il m'a délivré de la puissance des ténèbres et m'a transporté dans le royaume du Fils de son amour, en qui j'ai la rédemption, la rémission des péchés”.

Christ a été ton Substitut.

Quand Jésus a réduit Satan à rien et l'a dépouillé de son autorité, c'est toi qui, en Christ, a fait ce travail. Christ a agi à ta place ; il l'a fait pour toi.

Tu peux dire : “En Christ, j’ai vaincu Satan. Je l'ai dépouillé de son autorité, et quand Jésus a ressuscité d'entre les morts, je suis ressuscité avec lui”.

Tu peux dire avec confiance : “Mais Dieu qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il m'a aimé, - moi qui étais mort par mes offenses, m'a rendu à la vie avec Christ (c'est par grâce que je suis sauvé ou guéri) ; - il m'a ressuscité avec lui et m'a fait asseoir avec lui dans les lieux célestes, en Jésus-Christ” [cf. Eph. 2:4-6].

 

C’est quand tu prendras ta position et commenceras à assumer tes droits et privilèges que Dieu commencera à te répondre.

Tu as la même Vie éternelle que Jésus avait.

Celui qui a le Fils a la vie”. Tu as le Fils ; tu as la Vie.

Tu pourrais dire : “J'ai accepté Jésus-Christ comme mon Sauveur. Je l'ai confessé comme mon Seigneur. Dieu m'a donné la Vie éternelle, Sa propre Nature. Je suis maintenant une nouvelle créature, créée en Christ Jésus, et j'ai la capacité de Dieu pour accomplir les bonnes oeuvres qui ont été préparées d'avance afin que je marche en elles.

J'ai la capacité de Dieu parce que j'ai la Nature de Dieu. Je possède demeurant en moi le même Esprit grand et puissant qui a ressuscité Jésus d'entre les morts.

Celui qui est en moi est plus grand que celui qui est dans le monde” [cf. 1 Jean 4:4].

 

Tu es sa justice

Tu possèdes la même justice que Jésus. “Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour toi, afin que tu deviennes en lui justice de Dieu” [2 Cor. 5:21].

Tu peux dire : “Je suis devenu Justice de Dieu en Lui.

Il n'y a donc maintenant aucune condamnation contre moi, car je suis en Christ Jésus”.

Cette justice te donne le privilège de te tenir dans la présence du Père comme si tu n'avais jamais péché.

Tu possèdes Sa Nature. Tu es Son propre enfant. Il est ton Père.

Tu peux dire : “Il m'a déclaré juste. Il m'a fait juste. Je suis Justice de Dieu en Christ”.

En tant que fils, tu as le droit légal d'employer le Nom de Jésus.

Personne n'a plus que toi le droit d'utiliser le Nom de Jésus.

 

Toute autorité en ce Nom

Tu dis maintenant avec moi : “Jésus déclare que tout ce que je demande en Son Nom, Il me le donnera. Sans crainte, j'occupe ma position. Je pose mes mains sur ce bien-aimé qui est malade et je dis : Maladie, quitte ce corps au Nom de Jésus ! Démon, quitte ce corps et va-t-en dans l'abîme auquel tu appartiens. Ne touche plus à ce bien-aimé !

Christ m'a dit qu'ils imposeraient les mains aux malades et que les malades seraient guéris, qu'en Son Nom ils chasseraient les démons. Il m'a dit cela. Je l'accepte pour argent comptant, et j'agis sur cette base car Il me l'a dit”.

 

Chapitre 3 Le Père n’a pas de favoris

Ce fut une grande consolation pour mon coeur lorsque j'ai compris que le Père n'avait pas de favoris, et que tous les enfants avaient leur propre place en Son coeur.

Il aime chacun d'eux comme Il aime le Seigneur Jésus.

Jésus a dit : “Que le monde connaisse que tu les as aimés comme tu m'as aimé” [Jean 17:23].

Nous avons tous la même Rédemption. L'oeuvre qu'Il a accomplie en Christ a totalement détruit la puissance de l'ennemi, et rachète désormais chaque personne qui accepte Christ comme Sauveur et le confesse comme Seigneur.

Cette Rédemption affranchit des oeuvres de l'adversaire et de sa domination sur nos vies.

Chacun possède la même Justice. Personne ne possède une meilleure Justice, ni plus de Justice.

La Justice vient par la Nouvelle Création. Quand nous sommes nés de nouveau, nous recevons la Vie et la Nature de Dieu, le Père. Sa Nature nous rend Juste.

 

Personne n’est plus juste qu’un autre.

Tous ceux qui reçoivent Sa Nature font partie de la Famille et sont considérés comme les fils et les filles du grand Dieu-Père.

Dans la Famille, chacun a les mêmes droits.

Chacun peut avoir un don différent, mais le don ne le rend pas plus précieux au coeur du Père.

Chacun a la même nature d'amour, le même grand Saint-Esprit qui a ressuscité Jésus d'entre les morts.

Chacun a droit à la même sorte de communion avec le Père.

Chacun a le droit d'utiliser le Nom de Jésus.

Chacun a droit à l'autorité attribuée dans ce Nom pour délivrer les hommes de la domination de Satan, pour guérir les malades et pour chasser les démons.

Le Père n'a pas de favoris.

Plus ta communion avec le Père sera étroite, et plus ta vie sera douce et riche.

 

Chapitre 4 La Parole vivante

Le problème de la guérison est le problème de la véracité de la Parole. Beaucoup ne l'ont jamais reconnu, mais aujourd'hui la Parole est le Médecin.

Dieu, en Christ, a accompli une parfaite Rédemption. Dans cette Rédemption est comprise la guérison parfaite de chaque croyant. Mais, à cause d'un manque de connaissance de la Parole, il y a partout des Chrétiens malades.

Le Psaume 107:20 illustre cela parfaitement : “Il envoya sa Parole et les guérit”.

Jean 1:1 “Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu”.

Au verset 14 : “Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père”.

C'est cette Parole qu'Il a envoyée. Il a envoyé Sa Parole parlée au travers des prophètes. La Parole a été faite chair.

Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie” (Jean 6:63).

Car le Logos de Dieu est vivant et efficace, plus tranchant qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrant jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles ; il juge les sentiments et les pensées du coeur” (Héb. 4:12).

La Parole ne devient une chose vivante que si nous agissons selon Elle.

La Parole, c'est Dieu en train de parler. C'est toujours un fait conjugué au présent. On peut dire que la Parole est toujours “maintenant“, de même que Dieu est toujours “maintenant”.

La Parole est la volonté du Père, de même que Jésus, la Parole faite chair, était la volonté du Père durant Son ministère terrestre.

Ce que Dieu dit, “est”. Ce que Dieu dit “se produira”. S'Il n'avait pas voulu que la chose soit, Il n'aurait pas dit la chose.

Tu peux t'appuyer totalement sur la Parole. Tu t'es appuyé sur les institutions et sur les hommes.

Les institutions peuvent échouer, les individus peuvent mourir, les nations peuvent se désintégrer, mais Dieu ne peut pas Se renier.

Derrière la Parole se trouve l'intégrité de Dieu. Et derrière la Parole il y a non seulement Son intégrité, mais Son trône même est impliqué dans Sa Parole.

Hébreux 7:22 proclame que Jésus est le garant de la Nouvelle Alliance : “Jésus est par cela même le garant d'une alliance plus excellente”.

Il soutient chaque parole, depuis Matthieu jusqu'à l'Apocalypse. Chaque parole est un souffle de Dieu.

Le trône sur lequel se tient Jésus soutient chaque parole.

 

Foi, espérance et acceptation mentale

Il faut dans ta pensée faire clairement la différence entre croire et accepter mentalement.

Croire la Parole, c'est agir selon la Parole.

L'acceptation mentale, c'est reconnaître la vérité de la Parole, son intégrité, mais ne jamais agir selon elle.

Accepter mentalement, c'est se tenir à l'extérieur de la pâtisserie et convoiter le gâteau derrière la vitrine. Ce n'est pas posséder.

L'espérance n'est pas la foi. Espérer n'est pas croire. L'espérance vit toujours dans le futur.

La foi, c'est toujours “maintenant”. Ce n'est pas de la passivité. La passivité s'allonge tranquillement sans agir, sans choisir, inerte.

Croire, c’est agir selon la Parole. Croire la Parole, ce n'est pas seulement admettre sa totale véracité, mais c'est la prendre pour soi maintenant même.

Agir selon Sa Parole, c'est faire Sa volonté et agir dans Sa volonté.

Il est honoré quand nous agissons selon la Parole. Il est déshonoré par notre assentiment mental à sa véracité, par notre espérance qu'Il la rendra vraie un jour, et par notre passivité qui attend tranquillement en se réjouissant dans la Parole mais sans y avoir aucune part. “Celui qui croit possède”. Si tu crois, tu as !

Son Nom est honoré par notre action selon la Parole. Le Père est glorifié par notre action selon la Parole.

Souviens-toi que Son trône garantit Sa Parole. Son intégrité y est impliquée.

Jean 15 :7 “Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. – Si vous portez beaucoup de fruit, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples”.

C'est le fruit de la Parole en nous qui a suscité des prières qui sont exaucées.

 

Ce qui est en cause

Il existe deux opinions au sujet de la guérison. L'opinion la plus commune, c'est que la guérison ne fait pas partie de l'oeuvre Rédemptrice de Christ, mais nous appartient si nous avons assez de foi pour nous l'approprier.

Cette croyance affirme que la foi est un don de Dieu. Si Dieu te donne la foi pour ta guérison, tu seras guéri. S'Il ne te donne pas la foi, il est inutile de combattre pour ta guérison. Ton seul espoir est dans le bras de la chair.

Cette opinion est superficielle. Elle résulte de la “connaissance sensorielle”.

La “connaissance sensorielle” est la connaissance acquise par l'homme naturel au moyen des sens. C'est le genre de connaissance enseignée dans tous nos instituts scientifiques et dans nos universités.

L'autre sorte de connaissance est la “connaissance révélée”. Elle enseigne que les miracles sont pour aujourd'hui.

La “connaissance sensorielle” rejette cela en grande partie, car c'est au-dessus de la connaissance des sens.

Le second point de vue sur la guérison, c'est qu'elle fait partie du plan de la Rédemption, que la maladie est venue avec la chute, et que la maladie est l'oeuvre de l'adversaire.

Puisque la maladie est venue avec la chute, Dieu est le Médecin naturel et logique.

L'homme ne peut pas résoudre le problème du péché. Il ne peut pas se rendre juste par lui-même. Il ne peut pas se débarrasser lui-même de la conscience du péché.

Cela ne peut se faire qu'au travers de l'oeuvre achevée de Christ. Dieu a prévu que lorsque nous sommes recréés (la régénération vient quand nous recevons la Nature et la Vie de Dieu) nous sommes justes, et sommes participants de Sa justice, laquelle est Sa Nature même. Cela nous donne la position de fils.

La Nouvelle Création, c'est plus qu'être baptisé ou confirmé. C'est recevoir la Vie et la Nature du Père. Nos esprits sont régénérés en recevant la Vie Eternelle.

Esaïe 53 tient la clé de la Rédemption. Jésus a été fait péché avec nos péchés. Non seulement Il est devenu péché avec nos péchés, mais Il a été fait malade avec nos maladies.

L'homme naturel est appelé “péché”.

2 Corinthiens 6:14-16 “Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité ? Ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ?”

Le croyant est appelé “Lumière” et l'incroyant est appelé “Ténèbres”.

De même que le pécheur est “péché”, l’homme malade n’est pas seulement malade, mais il est “maladie”. Le péché est en relation avec l'esprit, la maladie est le spirituel révélé dans le corps.

Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ?” Le croyant est appelé “Christ”, car Christ fait partie du corps. Le sarment fait partie du Cep. Le sarment fait autant partie du Cep que le Cep lui-même.

1 Corinthiens 12:12 “Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Christ”.

L'homme en dehors de Christ est appelé “Bélial”. Cela s'accorde parfaitement avec 1 Jean 3:10.

Cest par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable” (1 Jean 3:10).

Quand Dieu a déposé notre péché sur Jésus, Il nous a déposés sur Jésus. Il a déposé l'homme dans sa totalité sur Jésus. Il a déposé ses péchés, ses faiblesses, ses infirmités et ses maladies, et son union avec l'adversaire, sur Jésus. Jésus a été fait péché avec notre péché, Il est devenu malade avec nos maladies. Esaïe 53:10 “Il a plu à l'Eternel de le briser par la souffrance”. Une autre traduction dit : “Il a plu à l'Eternel de l'écraser par la maladie, Il l'a rendu malade”.

Verset 6 : “Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ; et l'Eternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous”.

 

Frappé dans l’Esprit

Jésus a été fait malade avec nos maladies. Il a été fait péché avec nos péchés. Telle a été la méthode de Dieu pour traiter la question du péché. Il a réglé le problème du péché.

Il n'y a pas de “problème du péché”. Christ a éloigné le péché, et satisfait les exigences de la Justice pour l'homme. Le vrai problème est le “problème du pécheur”.

Il n 'y a pas de problème de la maladie. Il y a seulement un problème du croyant arrivant à savoir quel est son héritage en Christ.

Quand Jean-Baptiste a dit en Jean 1:29 “Voici l'Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde !”, il faisait publiquement savoir que cet Homme qu'il venait de baptiser était le “Substitut du péché”, le “Substitut de la maladie” pour la race humaine.

Le péché et la maladie ont la même origine.

Satan est l'auteur des deux. Je suis sûr que c'est un décret de Dieu que le croyant soit aussi libéré de la maladie qu'il est libéré du péché. Il devrait être aussi libéré de la crainte de la maladie qu’il l’est de la condamnation du péché.

Dieu ne peut pas voir le péché dans la Nouvelle Création. Il ne peut pas non plus voir la maladie dans la Nouvelle Création.

Jacques a écrit : “Quelqu'un parmi vous est-il malade ?” (Jac. 5:13).

Il ne devrait pas y avoir de malades parmi vous, mais si quelqu'un est malade, il est dit ici ce qu'il doit faire.

C'était le plan du Père que chaque croyant sache ce que Pierre nous dit en 1 Pierre 2:24 : “Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le dos, afin que morts aux péchés nous vivions aussi pour la justice ; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris”.

Il veut que nous sachions que lorsqu'Il a déposé nos péchés et nos maladies sur Jésus, et que Jésus les a portés au loin, c'était pour que le péché et la maladie ne dominent plus jamais sur nous.

En second lieu Il veut que nous sachions que la maladie n'a pas sa place dans la Famille de Dieu.

S'il y a de la maladie parmi nous, c'est à cause du faible niveau de notre connaissance de nos droits et de nos privilèges dans notre Rédemption. Cela vient d'un manque de connaissance du fait que Dieu, en déposant nos maladies sur Christ, a réglé le problème de la maladie par la Rédemption.

Nous devrions être aussi libérés de la crainte de la maladie que nous sommes libérés de la condamnation du péché. Les deux viennent de l'adversaire.

Lors de la Nouvelle Naissance, les péchés ont été remis. La nature de péché a été remplacée par la Nature de Dieu.

La maladie s'en va avec les péchés.

Ainsi, le Père ne peut voir la maladie dans la Nouvelle Création. Il l'a entièrement mise sur Christ.

Quand nous admettrons le fait que notre maladie a été déposée sur Christ, qu'Il a porté nos maladies en Son corps sur le bois, et que par Ses meurtrissures nous sommes guéris, ce sera la fin de la domination de la maladie dans nos vies. Mais cette connaissance ne sert à rien jusqu'à ce que ton coeur dise : “Il a certainement porté mes maladies et mes souffrances, et je suis guéri par ses meurtrissures”, comme si tu étais la seule personne malade dans le monde.

 

La Parole est comme Dieu : éternelle. Elle ne peut pas être détruite. Il veille sur elle pour qu'elle produise effet. Sa Parole a fait venir l'homme à l'existence. Maintenant Il se construit Lui-même dans l'homme au travers de la Parole. La Parole fait partie de Lui-même, et c'est ce Lui-même qui transforme la conduite des croyants et les met en harmonie avec Lui-même.

Il s'est partagé Lui-même avec nous. Il nous a donné Sa nature dans la Nouvelle Création. Il s'est fait Lui-même un avec nous.

Nous sommes unis avec Lui dans la Nouvelle Naissance.

Nous devons tirer profit de cette union. Sa Nature nous donne une capacité nouvelle, une sagesse nouvelle et nous devons en tirer profit.

Sa force est à la nôtre. Sa Vie est à la nôtre.

Sa santé est la nôtre. Ses capacités sont les nôtres.

La maladie est l'oeuvre de Satan.

Quand tu parles de ta maladie à quelqu'un, c'est faire honneur à Satan. Tu ignores le fait que Dieu a placé cette maladie sur Jésus et qu'Il l'a portée au loin.

La Parole dit que tu es guéri. Habitue-toi à agir selon la Parole. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jeb 02/08/2013 20:29

Bonjour,

je suis très content de cet enseignement de E.W. KENYON.merci beaucoup pour votre travail.avez-vous d'autres livres du même auteur en français? Si oui,je vous prie de bien vouloir me les envoyer par mail si c'est possible car E.W. KENYON est un Homme de Dieu qui a reçu une révélation profonde des saintes ecritures pour ouvrir l'intelligence des membres du corps de christ.encore une fois merci.

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens