Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 08:51

Ecrit de E.W Kenyon

 

Chapitre 12 Guéris en Christ

 

Peu importe sous quel angle on envisage le christianisme, c'est un miracle. Le miracle le plus étonnant est celui de la Nouvelle Création.

Nous n'avons jamais été capables d'en atteindre le coeur. Nous sommes restés en dehors en spectateurs et l'avons étudiée sous différents angles.

Un homme devient une Nouvelle Création en recevant la Vie et la Nature mêmes de Dieu.

Illustrons cela avec les versets suivants.

Colossiens 2:13 “Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses”.

Nous avons été rendus vivants avec Lui.

Verset 12, “… Vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts”.

C'est l'aspect légal de la Nouvelle Création, or tout ce qui nous appartient légalement peut devenir une réalité vivifiante.

Dans la pensée du Père, nous avons été rendus vivants avec Christ.

Quand Il a été rendu vivant dans l'esprit, nous aussi avons été rendus vivants dans l'esprit.

Ceci devient pour nous une réalité quand nous acceptons personnellement Christ comme Sauveur et Le confessons comme Seigneur. La Vie de Dieu pénètre en nos esprits et nous régénère.

Ephésiens 2:1-5, “Vous étiez morts par vos offenses et vos péchés … il vous a rendus à la vie”.

C'est ce qui peut être appelé le miracle du Christianisme, et une véritable Nouvelle Création.

Il devrait y avoir plus de joie pendant la vieillesse que durant la jeunesse si nous n'en avions pas peur.

Nous en avons peur à cause de la crainte permanente de la douleur et de la maladie et du combat contre la mort.

 

La Vie et la Mort

Quelques réalités au sujet de la vie et de la mort peuvent nous être utiles.

La Mort Spirituelle est parente de la mort physique. Il n'y avait pas de mort physique avant qu'Adam ne meure spirituellement.

Il n'y avait pas de mort dans le plan originel de la Création. Nous savons qu'à la fin de cet âge, la mort sera engloutie par l'Immortalité.

1 Corinthiens 15:26, “Le dernier ennemi qui sera détruit, c'est la mort”.

Il y aura une éternité sans mort aucune. Pourquoi n'y aurait-il pas un présent sans maladie ? Je crois que c’est la volonté du Père que l’Église soit aussi libérée de la maladie qu’elle l’est du péché.

La mort est un ennemi. La faiblesse et la maladie sont des ennemis. La mort est non seulement l'ennemi de l'homme, mais est aussi l'ennemi de Dieu.

2 Timothée 1:10 nous dit que dans la Résurrection du Seigneur Jésus, la mort a perdu son pouvoir.

“… la grâce a été manifestée maintenant par l'apparition de notre Sauveur Jésus-Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l'immortalité par l'Evangile”.

 

Il a fait deux choses : Il nous a apporté la Vie et l'Immortalité, et Il a détruit le pouvoir de la mort.

Quand Il est ressuscité d'entre les morts, Il a vaincu personnellement la mort.

Il a vaincu la mort chez Lazare. Il a vaincu la mort chez le fils de la veuve. Il était le Seigneur de la vie.

Apocalypse 20:14, “Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu”.

Apocalypse 21:4, “Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu”.

Ce sera la fin de la mort. Cette promesse de la destruction finale de la mort porte en elle l'idée qu'il existe dans le plan de la Rédemption quelque chose pour nous garantir une vie sans maladie, jusqu'à ce que nos corps soient complètement usés, et que la mortalité gagne sans qu'il y ait combat.

Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas” (Es. 53:3).

Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris” (Es. 53:4-5).

Verset 10, “Il a plu à l'Eternel de le briser par la souffrance”, Il l'a soumis à la souffrance, ou “Il l'a rendu malade”.

Verset 12, “… parce qu'il s'est livré son âme à la mort, et qu'il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes, et qu'il a intercédé pour les coupables”.

 

Il s'agit de Son présent ministère de Souverain Sacrificateur à la droite du Père.

Nous pouvons ainsi voir, au travers de tout ce plan couronné par ces paroles : “Par ses meurtrissures nous sommes guéris”, que les problèmes du péché et de la maladie ont été réglés.

De même que Jésus a été le substitut pour nos péchés, ainsi que cela est dépeint en 2 Corinthiens 5:21, nous sommes tout aussi sûrement devenus Justice de Dieu en Lui.

Il a été fait malade avec nos maladies afin que nous puissions être parfaitement guéris par Sa Vie.

C'est un fait incontournable que, de même qu’Il a résolu le problème du péché, Il a aussi résolu le problème de la maladie.

Hébreux 9:26, “Maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice”.

Hébreux 10:12 “Lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu”.

Il a ôté le péché afin que nous puissions Naître de Nouveau et devenir de Nouvelles Créatures, afin que la nature de péché qui nous maintenait dans les liens de l'adversaire soit expulsée et soit remplacée par la Nature de Dieu.

C'est la Nouvelle Nature qui règle pour chacun de nous le problème du péché.

Le problème du péché est réglé. Les choses que nous avons faites avant d'accepter Christ sont effacées comme si elles n'avaient jamais existé.

Maintenant nous faisons partie de la Famille. Nous sommes Justice de Dieu en Lui.

Hébreux 10:38, “Et mon juste vivra par la foi ; mais, s'il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui”.

Le Nouvellement Créé est appelé Justice de Dieu. Il est Justice de Dieu.

Sa position au regard du Père est exactement semblable à celle de Jésus. Mais, s'il pèche, il a un Avocat auprès du Père, Jésus-Christ le Juste.

Quand il pèche il perd sa conscience de Justice, mais Jésus, le Juste, intercède pour lui et restaure sa communion perdue et sa conscience de Justice.

 

Communion et Guérison

1 Jean 1:9, “Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité”.

C'est ce qui restaure notre communion, et nous ramène dans une pleine communion avec le Père.

Maintenant, par le même signe, une personne qui a été guérie (car “nous sommes guéris par Ses meurtrissures”) est dans la pensée du Père tout autant guérie de la maladie qu'elle est guérie du péché.

Si, après avoir été guéri de la maladie, l'adversaire place sur lui une autre maladie ou une autre infirmité, la seule chose nécessaire est de suivre le processus suivi lorsqu'il a brisé la communion spirituelle avec le Père.

La maladie signifie une rupture physique de la communion avec le Père. Tout comme il peut rétablir la communion et rétablir son sentiment de Justice en confessant ses péchés et par la plaidoirie de Jésus-Christ, il peut de même obtenir sa guérison physique.

La maladie de l'esprit est ce qui empêche la guérison.

 

Les maladies de l’esprit sont les doutes, les craintes, le sentiment de péché, le sentiment d'infériorité, la peur d'être indigne, et le sentiment d'incapacité à se tenir dans la présence de Dieu.

Le Sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, purifie de tout cela, dès lors que la personne reconnaît son péché.

Le pardon signifie l'éradication totale de tout ce qui a été confessé, comme si l'acte n'avait jamais été commis.

2 Corinthiens 5:4-5, “Car tandis que nous sommes dans cette tente, nous gémissons, accablés, parce que nous voulons, non pas nous dépouiller, mais nous revêtir, afin que ce qui est mortel soit englouti par la vie. Et celui qui nous a formés pour cela, c'est Dieu, qui nous a donné les arrhes de l'Esprit”.

Ici, le mot Grec pour “vie” est “Zoe”. Il signifie la Vie Eternelle, la Vie de Résurrection.

En d'autres termes, il signifie que la Vie du Fils de Dieu, la Vie Eternelle, peut parfaitement exercer la domination et le règne sur notre vie physique, la submerger et la contrôler.

Si cela est vrai, alors la maladie est totalement vaincue, et la faiblesse physique est éliminée, et le Psaume 27:1 est la vérité.

L'Eternel est ma lumière et mon salut : de qui aurai-je crainte ? L'Eternel est le soutien de ma vie : de qui aurai-je peur ?

La lumière signifie la connaissance. Jésus est la Lumière du monde. Celui qui marche dans cette Lumière ne trébuchera pas comme celui qui marche dans les ténèbres, car il possèdera la Lumière de la Vie.

Jean 8:12, “Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie”.

La Parole sera sa lampe, sa lumière, son salut. C'est cela la vraie libération ; c'est cela la Rédemption.

Psaume 119:105 Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier”. C'est la libération de tout ce qui n'est pas dans la volonté du Père.

On ne peut croire un seul instant que la mortalité est selon la volonté du Père.

La mortalité signifie la faiblesse, la maladie, la mort. On ne peut concevoir que la maladie et l'infirmité soient la volonté du Père.

L'Eternel est ma lumière et mon salut”. Cela signifie être sauvé de la maladie, de l'infirmité et de la faiblesse du corps physique.

La peur ne dominera plus ta vie.

Si un homme pouvait être délivré de la peur de la faiblesse, ou de la mort, ou de la souffrance, il serait vainqueur.

La Rédemption a prévu cela même, à savoir que ces corps qui sont les nôtres, ne seraient plus jamais soumis à la maladie dès lors que nous sommes Nés de Nouveau.

On m'a demandé : “Et qu'en est-il de l'épine dans la chair de Paul ?

Il ne s'agissait pas d'une maladie. C'était un démon s'immisçant dans son ministère public pendant ses prédications, et le faisant bégayer. Cela n'avait rien à voir avec la maladie.

Toutes ces sottises au sujet de Luc qui aurait été le médecin de Paul sont des mensonges. Les médecins étaient des sorciers. Ils appartenaient à la famille des spirites.

 

Le mot Grec “pharmacie”, d'où nous avons tiré “pharmacien”, est le mot désignant un sorcier.

En 2 Corinthiens 4:10, Paul dit, “portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus”.

Pourquoi ? Ils vivaient dans la crainte permanente d'être lapidés, d'être jetés aux lions ou d'être brûlés vifs.

“… afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle” : c'est une déclaration étonnante ; la Vie de Dieu règne dans nos corps physiques.

Psaume 27:1 “L'Eternel est ma lumière et mon salut : de qui aurai-je crainte ?

Ces corps mortels qui sont les nôtres, nos corps qui sont condamnés à mourir possèdent désormais la force de Dieu, la Vie de Dieu.

La Vie de Jésus a été attribuée à nos corps physiques. Il ne s’agit pas d’être guéri, mais d’être préservé de la maladie. C'est être protégé. Cela signifie la force, la puissance, et la capacité de Dieu dans nos corps physiques.

 

N’essaye pas d’obtenir ta guérison.

Dieu te l'a déjà accordée.

 

N’essaye pas de croire. Tu es croyant et toutes choses sont à toi.

Qu'il n'y ait pas de doute dans tes paroles. Cela engendre encore plus de doute.

 

Chapitre 13 Détruire les oeuvres de l’adversaire

 

L'un des versets les plus puissants en rapport avec la guérison, est Romains 8:11, “Si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d'entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous”.

Il s'agit de la guérison physique. Il s'agit du Saint-Esprit qui prend la Vie de Dieu et la rend efficace dans nos corps physiques, nous donnant la santé, la force et la vie.

Ce même Saint-Esprit qui a ressuscité le corps mort de Jésus est désormais à l'oeuvre dans nos corps condamnés à mort, les rendant parfaits, sans maladie et sans péché.

1 Jean 3:8, “Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable”.

Jésus a accompli Sa part en détruisant les oeuvres du diable. Après avoir quitté la terre, Il a envoyé le Saint-Esprit et nous a donné l'utilisation de Son propre Nom et cette Révélation merveilleuse qu'est le Nouveau Testament, selon laquelle, étant Ses représentants ici-bas, nous pouvons détruire les oeuvres du diable.

Le péché, la maladie et les infirmités qui sont dans l'église aujourd'hui viennent de ce que nous ne prenons pas notre position en Christ.

Ils dominent dans l'église aujourd'hui parce que nous n'avons jamais été exercés à accomplir l'oeuvre que Jésus a dit que nous devions accomplir.

Crois-tu qu'Il nous aurait donné Jean 14:12-14 si nous ne devions pas l'utiliser ?

 

En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père”.

Il a voulu dire que nous ferions de plus grandes oeuvres que celles qu'Il a faites, car nous serions en plus grand nombre.

Notre travail est de détruire les oeuvres de l'adversaire. L'arme que nous devons utiliser se trouve aux versets 13 et 14.

Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai”.

Le verbe “demander” signifie “ordonner”.

Son Nom doit être employé dans le sens que nous voyons à l'oeuvre en Actes 3 lorsque Pierre s'adresse au boiteux de la porte du temple : “Au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche”.

Ce n'est pas une prière. C'est chasser les démons en ce Nom. En ce Nom il y a la guérison des malades.

En ce Nom il y a la puissance pour briser les maladies et les infirmités dans les coeurs et les vies des hommes.

Ce Nom de Jésus peut-il nous préserver de la maladie ? Peut-il nous protéger de l'indigence, de la peur, et de la crainte de la faim et du froid ?

Ce Nom peut-il être employé exactement comme Jésus l'a indiqué en Marc 16:17-18 ?

Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : En mon nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; - ils saisiront des serpents ; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris”.

L'église primitive était totalement indépendante des circonstances. Je ne veux pas dire toute l'église. Je veux parler des apôtres qui avaient pleinement compris l'emploi du Nom de Jésus.

Les hommes pouvaient alors être malades du fait de la communion brisée ou à cause d'un manque de connaissance, tout comme ils le sont aujourd'hui.

La première église, c'est-à-dire la fraction issue des Nations, n'avait jamais eu de Révélation de Dieu.

Elle était totalement une matière brute.

La condition des Juifs était encore pire. Ils avaient brisé l'Alliance, tout comme l'église moderne.

C'est avec les plus religieux qu'il est le plus difficile de traiter aujourd'hui. Qu'il y ait eu la maladie dans la première l'église, ce n'était pas étonnant, car ils n'avaient pas de précédents, pas d'exemples avant eux.

Jésus est venu pour détruire les oeuvres du diable. Nous sommes Ses instruments pour accomplir Son travail.

Nous devons détruire la maladie dans l'église. Notre nouveau mot d'ordre est : “Plus de maladie dans le Corps de Christ”.

Sa Parole doit devenir une réalité dans les vies des hommes.

Le fait qu'Il a porté nos péchés et ôté le péché par le sacrifice de Lui-même, et qu'Il a pourvu à la rémission de tout ce que nous avons fait ou dit, prouve que nous ne devrions être ni malades ni dans les liens du péché.

Il a fait l'expiation pour les péchés, pour les choses que nous avons commises du fait de notre nature de péché.

La Nouvelle Naissance efface tout ce que nous avons commis.

2 Corinthiens 5:17, “Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles”.

 

Romains 8:1 devient une réalité. “Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Christ Jésus”.

Ceux qui sont en Christ Jésus sont libérés du péché, libérés de la maladie, libérés de la condamnation.

En conséquence, levons-nous, occupons notre position, allons porter le message de la délivrance et de la victoire aux autres.

Il est très important de saisir clairement 1 Jean 5:13, “Je vous ai dit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu”.

Nous avons la Nature de Dieu qui nous donne une communion parfaite avec le Père, un droit parfait de faire usage de Son Nom, une délivrance et une libération parfaites de la domination de Satan.

2 Pierre 1:4, “… lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine”.

Jean 14:13-14, “ … Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai”.

Romains 6:14, “Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous”.

Si le péché ne peut pas régner sur vous, la maladie ne peut pas régner sur vous, car tous les deux viennent de la même source.

La Nature et la Vie de Dieu qui sont entrées en vous, vous procureront vie et santé.

Psaume 91:16, “Je le rassasierai de longs jours, et je lui ferai voir mon salut”.

Nous reconnaissons tous que le Psaume 91 appartient à l'église. Il ne pouvait pas s'appliquer aux Juifs, mais il s'applique à nous.

Il te couvrira de ses plumes, et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; sa fidélité est un bouclier et une cuirasse. Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole le jour, ni la peste qui marche dans les ténèbres, ni la contagion qui frappe en plein midi. Que mille tombent à ton côté, et dix mille à ta droite, tu ne seras pas atteint” (v. 4-7).

Il y a là une protection contre les tremblements de terre, contre les tempêtes, contre les épidémies, contre la maladie, contre la guerre.

Cela nous place dans le domaine du surnaturel. Nous sommes liés au Christ de telle sorte qu'Il a dit en Jean 15:5, „Je suis le cep, et vous êtes les sarments”.

La vie du Cep est dans le sarment. Dès que le sarment est blessé, le Cep déverse la Vie dans le sarment blessé pour qu'il puisse continuer à porter du fruit.

Ainsi, la Vie de Dieu se déverse dans le corps de Christ et guérit ses membres de la maladie, de l'infirmité, des besoins, si bien qu'ils peuvent continuer à porter du fruit à la gloire de Dieu.

Les soucis et la crainte empoisonnent le flux sanguin. La foi dans le Seigneur Jésus le purifie.

 

La maladie est vaincue par ta confession de la Parole.

La maladie prendra le dessus si tu confesses le témoignage de tes sens.

Satan est balayé par des mots.

Tu es guéri par des paroles.

Que tes lèvres fassent leur devoir. Remplis-les de Sa Parole.

 

Chapitre 14 La Vie abondante

 

Le christianisme est une réalité vivante. Jean 10:10, “Moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance”. C'est l'abondance de vie qui apporte la guérison, la force et l'énergie.

1 Pierre 5:7, “Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous”.

Cela signifie que dans la pensée du Père la fin est venue pour l'anxiété, la peur et le doute.

Les oeuvres de l'adversaire ont été détruites.

Exode 23:25-26a été donné aux Juifs sous la Première Alliance, mais cela peut devenir une vivante et douce réalité pour nous :

Vous servirez l'Eternel, votre Dieu, et il bénira votre pain et vos eaux, et j’éloignerai la maladie du milieu de toi. Il n'y aura dans ton pays ni femme qui avorte, ni femme stérile. Je remplirai le nombre de tes jours”.

Notre Alliance est-elle aussi bonne que cela ?

Philippiens 4:19 (traduction littérale), “Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon les richesses manifestées en Jésus-Christ”.

Philippiens 4:13, “Je puis tout par celui qui me fortifie”.

Philippiens 4:11 (traduction 20th Century), “Ce n'est pas en vue de mes besoins que je dis cela, car j'ai appris à être indépendant des circonstances quel que soit l'état où je me trouve”.

Nous sommes ressuscités dans le domaine du surnaturel comme des vainqueurs absolus, parfaitement victorieux en Christ.

Il n'est pas étonnant que Paul, à la fin du chapitre 8 aux Romains affirme : “En toutes ces choses, nous sommes plus que vainqueurs” (v. 37).

Rien ne peut nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Christ Jésus, notre Seigneur.

Romains 8:32, “Lui, qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui ?

Nous nous tenons sur la montagne de la victoire. Nous pouvons désormais dire : “Il n'y a plus de maladie dans le corps de Christ”.

Sa Parole est une réalité dans la vie des fils de Dieu. Nous sortons aujourd'hui pour détruire les oeuvres de l'ennemi dans les corps, les pensées et les esprits des hommes.

Il existe plusieurs méthodes de guérison, mais celle qui occupe la première place dans la pensée de l'Esprit se trouve en Esaïe 53:4-6 : “Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu et humilié”.

Il a été frappé et blessé avec nos maladies.

Il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris”.

Dans la pensée du Père, le péché et la maladie sont un. Dieu est contre tout ce qui frappe ou blesse l'homme. La maladie frappe l'homme, mais Dieu l'a déposée sur Jésus. Le péché frappe l'homme, mais Dieu l'a déposé sur Jésus.

Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ; et l'Eternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous”.

Verset 10, “Il L'a rendu malade”.

Quand Il affirme que par Ses meurtrissures nous sommes guéris, cela signifie notre affranchissement de la maladie.

C'est notre certificat de parfaite réception d'une vie sans maladie et sans péché.

 

Nous prenons ce qui nous appartient en tant que fils et filles de Dieu.

Nous savons que le péché n'aura point de pouvoir sur nous, Romains 6:14.

Selon 1 Jean 1:7, nous savons que le Sang de Jésus-Christ nous purifie de tout péché : “Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché”.

Si nous avons péché, nous avons un Avocat auprès du Père.

1 Jean 2:1, “Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat du Père, Jésus-Christ le juste”.

Nous savons que si nous confessons nos péchés, Il nous pardonnera et nous purifiera.

1 Jean 1:9, “Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et nous purifier de toute iniquité”.

Nous venons à Lui avec toutes nos maladies sachant que toutes ces maladies ont été déposées sur Jésus.

Il n'est donc pas juste que nous les endurions. L’adversaire n’a pas le droit de déposer des maladies sur nous, car elles ont été déposées sur Christ.

Je peux dire au Père : “Vois-tu ce que l'adversaire a fait dans mon corps ? Au Nom de Jésus je saisis la délivrance de cette chose que Satan m'a infligée”.

Je murmure à mon coeur, “Par Ses meurtrissures, je suis guéri”. La souffrance doit partir.

De nos jours, des foules ont été guéries de cette façon par notre ministère.

Nous pouvons être autant libérés des maladies que nous sommes libérés des habitudes mauvaises, et, après tout, l'habitude de la maladie est semblable à toute autre habitude impure.

Il a été pourvu pour une guérison parfaite.

Aucun de nous n'a besoin de souffrir de la main de l'ennemi. Ta délivrance se trouve dans l'oeuvre Rédemptrice de Christ. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens