Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 21:33

Ecrits de W-E Kenyon

Chapitre 15 L’origine de la maladie

La cruauté de la Nature

 

Il est difficile pour nous de comprendre que les lois qui gouvernent la terre sont pour la plupart apparues lors de la Chute de l'homme et ont accompagné la malédiction qui a frappé la terre.

C'est pour cette raison que beaucoup accusent Dieu des accidents qui se produisent, de la maladie et de la mort des bien-aimés, des tempêtes et des catastrophes, des tremblements de terre et des inondations qui se produisent continuellement.

Toutes ces lois naturelles, dans la mesure où nous les comprenons, ont été écartées par Jésus à chaque fois que cela a été nécessaire pour bénir les hommes.

Elles sont venues avec la Chute. Leur auteur est Satan, et lorsque Satan sera finalement éliminé de tout contact avec l'homme, ou plutôt avec la terre, ces lois cesseront d'agir.

L’origine de la maladie

La description que Jésus fait du Père et Ses paroles affirmant : “Celui qui m'a vu a vu le Père”, rendent impossible qu’on puisse accepter un seul instant l’enseignement selon lequel la maladie et l’infirmité seraient de Dieu.

La nature même du Père réfute l'argument selon lequel Il se servirait de la maladie pour nous discipliner ou pour approfondir notre piété.

Jésus nous a clairement enseigné en Luc 13, au sujet de la femme affligée d'une infirmité, que la maladie est de l'adversaire :

Cette femme, qui est une fille d'Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat ?

Si tu lis attentivement les Quatre Evangiles, tu remarqueras que Jésus était continuellement en train de chasser les démons hors des malades, et de briser la domination de Satan sur les vies des hommes et des femmes.

En . Actes 10:38, Pierre nous dit : “Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec lui”

Quand il a prononcé Son ordre de mission, il a dit : “Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; - ils saisiront des serpents ; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris” (Marc 16:17-18).

Il n'y a aucune distinction entre Satan et la maladie et les infirmités. La maladie est venue avec la Chute de l'homme.

On ne peut concevoir la maladie dans le Jardin d'Eden avant qu'Adam ait péché. La Chute venait de l'adversaire. La maladie et le péché ont la même origine.

L'attitude de Jésus devant la maladie était un combat sans concession contre Satan. Il guérissait tous ceux qui étaient malades. Personne n'est venu à lui sans recevoir une délivrance immédiate.

L'attitude de Jésus face au péché et Son attitude face à la maladie étaient identiques. Il a traité la maladie comme Il a traité les démons.

Nous en arrivons à la conclusion que si la maladie et l'infirmité sont du démon, et nous avons découvert que c'était le cas, alors il n'y a qu'une seule attitude que le croyant puisse avoir face à elles : nous devons suivre les pas de Jésus et traiter la maladie comme Jésus l’a traitée.

 

Comment Dieu traitait la maladie sous la Première Alliance

 

Quand Israël est sorti d'Egypte, il était le peuple de l'Alliance et appartenait à Dieu. Dès que cette nation a traversé la Mer Rouge et s'est mise en marche vers son pays, l'ange de l'Alliance a dit à Moïse (Exode 15:26) :

Si tu écoutes attentivement la voix de l'Eternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l'oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne mettrai sur toi aucune des maladies dont j'ai frappé les Egyptiens ; car je suis l’Eternel qui te guérit”.

Un étudiant en Hébreu remarquera que j'ai pris la liberté de traduire littéralement cette expression, “je ne mettrai sur toi aucune des maladies”. Je crois que c'est une bonne traduction.

Dieu n'a pas mis des maladies sur Israël. Il n'a pas non plus mis des maladies sur les Egyptiens. C'est Satan, le dieu de ce monde, qui a fait tomber les gens malades.

Jéhovah déclare ici qu'Il est le Médecin d'Israël.

Exode 23:25-26, “Vous servirez l'Eternel, votre Dieu, et il bénira votre pain et vos eaux, et j’éloignerai la maladie du milieu de toi. Il n'y aura dans ton pays ni femme qui avorte, ni femme stérile. Je remplirai le nombre de tes jours”.

Il dit qu'Il ôtera la maladie du milieu d'eux. C'est un fait remarquable que tant qu'Israël a marché dans l'Alliance, il n'y a pas eu de maladie parmi eux.

Il n'est pas fait mention de bébés ou de jeunes gens décédés tant qu'ils ont gardé l'Alliance.

Il n'y aura pas de femme qui avorte. Il n'y aurait ni fausses couches ni avortements anormaux.

Il n'y aurait pas de femmes stériles dans le pays. Il y aurait des enfants dans chaque foyer.

Je remplirai le nombre de tes jours”. Il n'y aurait aucune mort prématurée. Chacun vivrait jusqu'à pleine maturité avant d'arrêter son travail.

Ceci est remarquable. Jéhovah s'était emparé de cette nation. Il est devenu leur médecin, leur protecteur et celui qui pourvoyait à tous leurs besoins.

Il était tout ce dont ils avaient besoin.

Deutéronome 7:13-15, Il t'aimera, il te bénira et te multipliera ; il bénira le fruit de tes entrailles et le fruit de ton sol, ton blé ton moût et ton huile, les portées de ton gros et de ton menu bétail, dans le pays qu'il a juré à tes pères de te donner. – Tu seras béni plus que tous les peuples ; il n'y aura chez toi ni homme ni femme stérile, ni bête stérile parmi tes troupeaux. L’Eternel éloignera de toi toute maladie ; il ne t'enverra aucune de ces mauvaises maladies d'Egypte qui te sont connues, mais il en frappera tous ceux qui te haïssent”.

Jéhovah allait répondre à tous leurs besoins, pourvoir à chaque demande de cette nation.

Il serait en contact intime avec chaque membre de la famille.

Tout ce qui se rattacherait à eux porterait le sceau de la prospérité et de la réussite. La maladie et l'infirmité ne seraient pas tolérées parmi eux.

2 Chroniques 16:11-13, “Les actions d'Asa, les premières et les dernières, sont écrites dans le livre des rois de Juda et d'Israël. – La trente-neuvième année de son règne, Asa eut les pieds malades au point d'éprouver de grandes souffrances ; même pendant sa maladie, il ne chercha pas l'Eternel, mais il consulta les médecins. – Asa se coucha avec ses pères”.

On peut voir clairement ici que Jéhovah n'a pas apprécié qu'Asa recherche l'aide des hommes alors que Dieu avait promis d'être son médecin.

Lis attentivement les Psaumes, et tu verras que Dieu était le Médecin d’Israël. C'est indiqué continuellement.

Psaume 103:3, “C'est lui qui pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes maladies ; c'est lui qui délivre ta vie de la fosse, - qui te couronne de bonté et de miséricorde ; c'est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, qui te fait rajeunir comme l'aigle”.

Que la maladie vienne par la désobéissance à la Loi, c'est évident.

 

Le pardon de la désobéissance signifiait la guérison des corps.

 

Nous participons avec Lui à Sa Vie de résurrection.

Nous régnons comme rois dans le domaine de sa résurrection.

Tu es ce qu'Il dit que tu es, et cela que tu le reconnaisses ou non.

Tu es participant de tout ce qu’Il est ou a fait.

Tu es aujourd'hui comme Il était durant Sa marche sur terre.

De même qu'Il est assis à la droite du Père, tu l'es aussi juridiquement.

 

Chapitre 16    Prophéties relatives à la venue du Médecin

 

Après avoir dit à Israël que la raison de la maladie et de l'infirmité était leur rébellion contre la Parole de Dieu et leur rejet du conseil du Très Haut, Dieu a dit dans le Psaume 107:17-20 :

Les insensés, par leur conduite coupable et par leurs iniquités, s'étaient rendus malheureux” (17). Ils s'étaient eux-mêmes retirés de la protection de l'Alliance.

Je crois qu'il est dans le plan du Père qu'aucun croyant ne soit malade, et qu'il puisse vivre tout son temps avant d'être effectivement usé et de s'endormir.

Il n'est pas dans la volonté de Dieu que nous souffrions du cancer et d'autres terribles maladies qui apportent douleur et angoisse.

Leur âme avait en horreur toute nourriture, et ils touchaient aux portes de la mort. - Dans leur détresse, ils crièrent à l'Eternel, et il les délivra de leurs angoisses ; il envoya sa parole et les guérit, il les fit échapper de la fosse” (18-19).

Les hommes étaient malades à cause des lois enfreintes, ou du péché contre la Parole de Dieu. Je parle ici des Juifs.

Lorsqu'ils gardaient les lois de l'Alliance, il n'y avait pas de maladies au milieu d'eux. Mais quand ils péchaient, leurs corps étaient remplis d'infirmités. Mais ils avaient le droit de se tourner vers le Seigneur pour trouver leur guérison.

En pratique, sous la Première Alliance, tous les étonnants prophètes avaient le pouvoir de guérir les malades.

Esaïe 53 offre un tableau de la venue du Messie. C'est une description très suggestive.

Versets 3 à 4, “Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu et humilié”.

Ces versets s'appliquent aussi bien au problème de la maladie auquel sont confrontés l'église et le monde de nos jours, qu'à celui du péché.

Il a porté nos maladies et nos infirmités. Il a été puni, frappé de Dieu et humilié avec nos maladies. C'est Dieu qui a déposé nos maladies sur Jésus.

Verset 10, “Il a plu à l'Eternel de le briser par la souffrance. Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours ; et l'oeuvre de l'Eternel prospérera entre ses mains”.

Dieu L'a rendu malade avec nos maladies. Il a été humilié avec nos infirmités.

Quant à nos péchés, “Il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris” (53:5).

Il s'est occupé du corps de l'homme, et de son âme et de son esprit. Il a déposé nos iniquités et nos maladies sur Jésus. Il a été puni, frappé et humilié avec nos maladies et nos péchés.

2 Corinthiens 5:21, “Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour toi, afin que tu deviennes en lui justice de Dieu”.

Il t’a déjà guéri. Dans la pensée du Père, tu es guéri.

Jésus sait qu'Il a porté tes maladies.

Combien cela doit Le blesser de t'entendre dire que toi tu les portes.

Apprends à dire : “Je suis guéri parce qu'Il a fait cette oeuvre et a satisfait les exigences de la Cour Suprême de l'Univers”.

Cela t'affranchira.

Le péché ne régnera plus sur toi parce que tu es une Nouvelle Créature.

Quand as-tu été guéri ? Tu as été guéri quand Jésus a vaincu Satan, et l'a dépouillé de son autorité, et est ressuscité.

 

Chapitre 17    Le ministère de Jésus

Aussitôt après avoir été tenté, Il est descendu de la montagne et, comme cela est rapporté en Matthieu 4:24, les foules L'ont entouré.

Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui amenait tous ceux qui souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des lunatiques, des paralytiques ; et il les guérissait”.

Lors de chacune de Ses rencontres avec le peuple, Jésus guérissait les malades. Il n’en a repoussé aucun. Chacun d'eux a été guéri.

Certains voudraient nous faire croire que dans certains cas ce n'est pas la volonté du Père de guérir.

Et pourtant, ces mêmes personnes prendront des médicaments et feront appel au médecin alors qu’elles déclarent que ce n’est pas la volonté de Dieu de les guérir.

En fait, il n'existe aucun cas où ce n'est pas la volonté du Père de guérir. Ce n'est pas la volonté du Père qu'aucun meure de maladie.

Quand Jésus a dit, “Je suis le cep, vous êtes les sarments”, Il voulait dire que nous sommes unis à Lui aussi étroitement et vitalement que le sarment est uni au cep.

Tu es capable de comprendre que Jésus ne peut être victime du cancer, de la tuberculose, de pneumonie, ou de toute autre maladie mortelle. Il est le Cep. Nous, en tant que sarments, nous ne devrions avoir aucune de ces choses.

Il est anormal pour des croyants d'être dans les liens de la misère au point de devoir aller vers le monde pour avoir de l'aide. Il est tout aussi anormal pour eux d'aller chez le médecin pour être guéris.

Le croyant est de Dieu. Il a été Racheté des mains de l'ennemi. Il possède la Nature même et la Vie même de Dieu en lui.

Il est Justice de Dieu en Christ. Il est non seulement Racheté des mains de Satan et devenu une Nouvelle Créature, mais il se tient dans la présence du Père sans aucun sentiment de culpabilité ou de condamnation.

Il possède dès maintenant la même liberté avec le Père que celle qu'il aura après sa mort quand il se rendra au Ciel.

Il se tient dès maintenant devant le Père comme Jésus se tenait devant Lui.

La Nature d'amour du Père a pris la place de la nature de Satan dans sa vie. Il n'a plus peur de la maladie ou des circonstances défavorables.

Il n'est plus rempli de crainte et de liens. Le Fils l'a rendu libre.

L'amour parfait chasse la crainte. Il est rempli de la Nature et de la Vie de Dieu, or la Nature de Dieu est l'amour.

Il n'y a pas de place pour la maladie et l'infirmité dans le Corps de Christ.

Ces Nouvelles Créatures sont les fils de Dieu, héritiers de Dieu et co-héritiers avec Jésus-Christ.

Ils possèdent Dieu demeurant en eux. Ils possèdent la Vie et la Nature de Dieu. Et Dieu Lui-même, dans la personne du Saint-Esprit qui a ressuscité Jésus d'entre les morts, a fait de leurs corps Sa demeure.

Romains 8:11, “Et si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d'entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous”.


Dans le ministère de Jésus, il y avait une parfaite coordination entre Lui-même et le Père.

L'attitude de Jésus envers la maladie et le péché était l'attitude du Père.

Il vivait au milieu des Juifs, le peuple de Dieu de l'Alliance, et il guérissait leurs maladies, brisant la domination de Satan sur chacun d'eux.

Quand Il est allé à la Croix, Il est devenu leur Substitut, le Porteur de leur Péché, le Porteur de leur maladie.

Quand Il a été cloué sur la croix, Esaïe 53 est devenu une réalité. “ Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu et humilié” (53:4).

C'était le bras de la Justice qui tombait sur Lui, alors qu'Il était notre Substitut et qu'Il faisait disparaître nos maladies. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens