Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 11:38

 

Introduction

 

Pendant dix-sept siècles, le Christianisme a été lié à un système théologique basé sur la Philosophie grecque et en rapport avec le néo-platonisme. La simplicité Unitarienne du message biblique et la révélation cohésive de Dieu à l'homme dans les deux Testaments ont été changées et obscurcies pour le pouvoir et la domination du monde connu de l’époque.

 

Le résultat final a été ce qui a été compris être la structure établie aux conciles de Nicée (325 EC (Ère Courante)), Laodicée (366 EC), Constantinople (381 EC) et Chalcédoine (451 EC). La structure a changé la perception de Dieu le long des lignes métaphysiques produisant finalement la Trinité. Le Concile de Laodicée (canon 29) bannit aussi le Sabbat, sous pénalité, introduisant les fêtes païennes acceptées, du culte du dimanche jusqu’aux festivals du Soleil en décembre et au système des Pâques/Easter en remplacement de la Pâque. Ce qui a été aussi changé fut la façon dont la compréhension du système biblique et de la loi devait être interprétée. On considéra la loi donnée à Moïse comme n’étant plus essentielle et les passages du Nouveau Testament ont été réinterprétés pour justifier les pratiques païennes existantes.

 

Par exemple, on considéra les lois alimentaires comme étant éliminées en appliquant incorrectement Actes 10 et d’autres textes. L’effet sur la santé humaine a été immédiat. Toutefois, le résultat final sur l’environnement n’a pu être vu réellement qu’après environ deux mille ans. La rupture de la chaîne alimentaire est le résultat, en grande partie, de la consommation d’aliments interdits par la loi biblique.

 

La dégradation des systèmes des sols ne peut être complètement réalisée qu’après avoir épuisé le sol par l’échec d’observer les systèmes du jubilé et les Sabbats de la terre, parce qu’ils sont liés inextricablement au calendrier fondé sur les cycles lunaires de dix-neuf ans. L’introduction du calendrier solaire a été en soi une étape majeure dans la destruction de la compréhension des modèles et des cycles que Dieu avait établis pour une harmonie naturelle.

 

Le Christianisme moderne en grande majorité a très peu en commun sinon rien avec le Christianisme original. L’émergence de l’Islam et ses guerres subséquentes étaient sans doute le résultat direct du faux système chrétien établi en Europe et en Asie occidentale par les systèmes théologiques grecs qui utilisaient la théologie cappadocienne basée sur la doctrine d’un Dieu tripartite et qui tentaient une union mystique avec Dieu et comme Dieu.

 

Le système de la Trinité ne fonctionne tout simplement pas. Le résultat final de dix-sept siècles de cette doctrine erronée a été la presque destruction de la planète et la persécution des gens qui essayaient honnêtement d’obéir aux lois bibliques.

 

L’objet de cet ouvrage est d’isoler, de la façon la plus claire et simple possible, le message original de la Bible et de l’Église du Nouveau Testament sous la direction de Jésus Christ et des apôtres. Sans doute, des fables chères seront confrontées et démolies par ce qu’on déclare dans cet essai. Il a été écrit pour qu’il soit, autant que possible, une série de déclarations bibliques ou de paraphrases dont les textes à l’appui sont cités. De cette façon, on considère que l'ouvrage est moins ambigu finalement et son intention est claire. Dans la mesure du possible la gamme complète de textes sur un sujet est énumérée pour éviter la pratique bien trop répandue de citer hors contexte ou de citer des textes mal interprétés. Certains textes bibliques sont des falsifications évidentes (ex : 1Jean 5:7 KJV ; 1Tim. 3:16 KJV du Codex A), ou des erreurs de traduction (1Cor. 15:28 RSV etc. ; Apoc. 3:14 NIV parmi tant d’autres) conçues pour nier les textes contraires ou pour mal interpréter les textes afin de les faire apparaître comme supportant le système de la Trinité ou cappadocien quand vus isolément.

 

Lorsque le Messie reviendra, il introduira le système complet de la loi qu’il a donnée à Moïse au Sinaï. Chaque Chrétien a l’obligation d’identifier et d’adopter le système de vivre et le culte stipulé dans la Bible. Le Chrétien doit imiter la façon de vivre de Jésus-Christ et vivre par les systèmes que Christ a introduits et qu’il a suivis en tant qu’homme et avant son incarnation. Cette œuvre est dédiée à produire le système entier d’une façon cohérente et identifiable afin de se débarrasser des faux systèmes de dix-sept siècles, et dédiée à ce que le chemin original et véritable puisse être identifié et mis en œuvre dans la vie de tous les gens, peu importe ce qu’ils ont fait dans le passé. Notre tâche est d’appeler les gens au repentir et à la vie nouvelle.

 

Chapitre 1

 

La Divinité

 

1.1  Dieu le Père

 

La Déité Suprême de l’univers est Dieu. Il est le Tout-Puissant, le Créateur et le Souteneur des cieux, de la terre et de tout ce qu’ils renferment (Gen. 1:1 ; Néh. 9:6 ; Psaume 124:8 ; Ésaïe 40:26,28 ; 44:24 ; Actes 14:15 ; 17:24, 25 ; Apoc. 14:7). Lui seul est immortel (1Tim. 6:16). Il est notre Dieu et Père et le Dieu et le Père de Jésus Christ (Jean 20:17). Il est le Dieu Très-Haut (Gen. 14:18 ; Nombres 24:16 ; Deut. 32:8 ; Marc 5:7) et le Seul Vrai Dieu (Jean 17:3 ; 1Jean 5:20).

 

1.2  Jésus le Fils de Dieu

 

Jésus est le premier-engendré (prototokos) de toute la création (Col. 1:15) et, par conséquent, le commencement (archè) de la création de Dieu (Apoc. 3:14). Il est le seul Fils de Dieu qui soit né (monogenes) (Matt. 3:17 ; Jean 1:18 ; 1Jean 4:9), conçu par l’Esprit Saint et né de la vierge, Mariam (Luc 1:26-35). Il est le Christ ou le Messie (Matt. 16:16, Jean 1:41), envoyé de Dieu pour être notre Sauveur et Rédempteur (Matt. 14:33 ; Jean 8:42 ; Éphésiens 1:7 ; Tite 2:14). Il est appelé le Fils du Dieu Très-Haut (Marc 5:7). Il a été désigné Fils de Dieu avec puissance selon l’Esprit de sainteté par sa résurrection d’entre les morts (Romains 1:4). On lui a donné le trône de David pour régner sur la Maison de Jacob à toujours et son Règne n’aura point de fin (Luc 1:32).

 

1.3  L’Esprit Saint

 

L’Esprit Saint (Actes 2:4) est cette essence ou puissance de Dieu que Christ a promis d’envoyer aux élus (Jean 16:7). Ce n’est pas une personne mais l’extension de la puissance vivante de Dieu. C’est le moyen par lequel nous devenons participants de la Nature Divine (2Pierre 1:4), étant remplis par l’Esprit Saint (Actes 9:77 ; Éphésiens 5:18) et, par conséquent, tous Fils de Dieu (Job 38:7 ; Romains 8:14 ; 1Jean 3:1-2) et cohéritiers avec Christ (Romains 8:17 ; Galates 3:29 ; Tite 3:7 ; Hébreux 1:14, 6:17, 11:9 ; Jacques 2:5 ; 1Pierre 3:7). L’Esprit Saint est donné par Dieu à ceux qui lui demandent (Luc 11:9-13) et qui lui obéissent, habitant en ceux qui observent les commandements de Dieu (1Jean 3:24 ; Actes 5:32). L’Esprit Saint est le consolateur qui conduit les serviteurs de Dieu dans la vérité (Jean 14:16-17, 26). L’Esprit Saint confère la puissance de témoigner (Actes 1:8). Il administre des dons comme c’est écrit dans 1Corinthiens 12:7-11 et a des fruits tel que décrit dans Galates 5:22–23 n’étant pas donné par mesure (Jean 3:24 RSV ; Romains 12:6). C’est le moyen par lequel Dieu peut devenir finalement tout en tous (1Cor. 15:28 ; Éphésiens 4:6).

 

1.4  La relation de l’Esprit Saint avec Christ et l'humanité

 

L’Esprit Saint agit avant le baptême. L’Esprit attire l’individu à Dieu par l’intermédiaire de Christ (Hébreux 7:25).

 

Les premiers fruits de l’Esprit sont donnés à l’individu au moment du baptême ; voir Romains 8:23, qui dit clairement que l’adoption ne se produit qu’à et pas avant la rédemption du corps.

 

Ainsi, nous sommes nés de nouveau mais nous continuons à grandir dans l’Esprit chaque jour en Christ Jésus jusqu’à ce que nous entrions dans la gloire de Dieu. L’Esprit Saint est l’Esprit de Vérité (1Jean 4:6, 5:6) et, en professant la Vérité en toutes choses, nous grandissons en Christ notre chef à tous égards (Éphésiens 4:15). L’Esprit Saint est l’Esprit de Dieu (Romains 8:14) et l’Esprit de foi (2Cor. 4:13) qui sonde tout et connaît tout (1Cor. 2:10-11, 12:3 ff.).

 

Ainsi, l’Esprit Saint n’est pas un aspect indépendant d’un Dieu tripartite mais est le moyen par lequel nous devenons élohim. (Zacharie 12:8). L’Esprit transmet à Dieu une compréhension de nos pensées et nos êtres mêmes. Étant répandu à travers Jésus Christ comme notre médiateur et intermédiaire élohim ou theos (Ps. 45:6-7, Zacharie 12:8, Hébreux 1:8-9), l’Esprit permet à Christ de nous aider, enseigner et réconforter et nous permet d’exercer le pouvoir de Dieu. L’Esprit donne à chacun les attributs que Dieu désire pour le bénéfice du corps tel qu’exposé dans 1Cor. 12:7–11.

 

L’Esprit peut être éteint (1Thessaloniciens. 5:19) si on le néglige ou l’attriste (Éphésiens 4:30) et ainsi admet des gains et des pertes dans l’individu.

                                                                                                                                           

Le fruit de l’Esprit Saint est l’amour de Galates 5:22. Par conséquent, si nous ne nous aimons pas les uns les autres, l’Esprit Saint n’est pas évident.

 

L’Esprit est le moyen par lequel nous adorons Dieu tel que déclaré dans Philippiens 3:3. Ainsi, L’Esprit ne peut pas être Dieu comme objet d’adoration et, par conséquent, égal à Dieu le Père. L’Esprit est une force qui donne des pouvoirs à Christ. Le Christ est ainsi un Père Éternel (Ésaïe 9:6) duquel il y a plusieurs paternités aux cieux et sur la terre (Éphésiens 3:15). Christ devient Père Éternel par délégation.

 

Toutes ces paternités ou familles sont nommées d’après Dieu le Père et c’est pourquoi nous fléchissons les genoux devant Dieu le Père, en L’adorant (Éphésiens 3:14-15).

 

Christ fut le premier-né ou premier-engendré de la création. Pour lui toutes les choses ont été créées dans les cieux et sur la terre, visibles et invisibles, que ce soit les trônes, les dominations, les principautés ou les autorités ; toutes choses ont été créées par son entremise et pour lui. Il est avant toutes choses et toutes choses subsistent en lui (Col. 1:16-17). Mais c’est Dieu qui l’a générée et qui a voulu que la création existe et subsiste en Christ. Par conséquent, Christ n’est pas Dieu dans aucun sens que Dieu le Père est Dieu et qui seul est immortel (1Tim. 6:16) existant à perpétuité.

 

Les Chrétiens sont appelés hors de ce monde à une vie de service et de dévouement. Plusieurs sont appelés mais peu sont choisis (Matt. 20:16, 22:14). Les Chrétiens sont les choisis, de la même façon que Christ était le choisi par Dieu (Luc 23:35). Les élus ont été choisis par Christ (Jean 6:70, 15:16, 19), sous la direction de Dieu (1Pierre 2:4).

 

Pour aider l’Église, les élus qui sont l’Église, ou ecclesia, ont reçu la compréhension des mystères de Dieu. L’Esprit Saint a été le mécanisme par lequel la compréhension des mystères de Dieu et du Royaume de Dieu leur a été donnée (Marc 4:11). Car la sagesse de Dieu est énoncée dans un mystère (1Cor. 2:7), qui est expliqué par les serviteurs de Dieu (1Cor. 2:7, 15:51). Car la volonté de Dieu est expliquée comme un mystère (Éphésiens 1:9) que Dieu a donné à Ses serviteurs par révélation. De plus, Christ à travers les élus a l’intendance du mystère. Paul a écrit :

... si du moins vous avez appris quelle est la dispensation de la grâce de Dieu, qui m’a été donnée pour vous. C’est par révélation que j’ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d’écrire en peu de mots. En les lisant, vous pouvez percevoir la compréhension que j’ai du mystère de Christ. Il n’a pas été manifesté aux fils des hommes dans les autres générations, comme il a été maintenant révélé par l’esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ. Ce mystère, c’est que les païens sont cohéritiers, membres du même corps, et participent à la même promesse en Jésus Christ par l’Évangile (Éphésiens 3:2-6).

 

1.5  La relation de Christ, de Satan et des Armées Célestes avec Dieu

 

Dans la Bible, on fait référence à plusieurs entités appelées Élohim ou Theoi qui signifient dieux. Christ était une de ces entités subordonnées dont on fait référence dans l’Ancien Testament en tant qu’Élohim (Zacharie 12:8). Dans le Nouveau Testament, Christ est désigné comme la nouvelle Étoile du Matin à son retour sur terre. Il partagera ce rang avec ses élus (Apoc. 2:28, 22:16).

 

Dieu est reconnu dans la Bible comme le Dieu et Père de Christ (de Romains 15:6 ; 2Cor. 1:3, 11:31 ; Éphésiens 1:3, 17 ; Col. 1:3, Hébreux 1:1 ff. ; 1Pierre 1:3 ; 2Jean. 3 ; Apoc. 1:1,6 ; 15:3). Christ reçoit sa vie, sa puissance et autorité par l’ordre de Dieu le Père (Jean 10:17-18).

 

Christ subordonne sa volonté à celle de Dieu, qui est le Père (Matt. 21:31, 26:39 ; Marc 14:36 ; Jean 3:16, 4:34). Dieu a donné les élus à Christ, et Dieu est plus grand que Christ (Jean 14:28) et plus grand que tous (Jean 10:29). Par conséquent Dieu a envoyé son seul Fils  (monogenes) dans le monde afin que nous vivions par lui (1Jean 4:9). C’est Dieu qui honore ou qui glorifie Christ (Jean 8:54), Dieu étant plus grand que Christ (Jean 14:28).

 

Dieu est le Rocher (sur) comme une Carrière ou une Montagne, duquel tous les autres sont tirés, le silex de Josué qui circoncit Israël, la cause principale et efficace (Deut. 32:4). Dieu est le Rocher d'Israël, le Rocher de leur salut (Deut. 32:15), le Rocher qui les a portés (Deut. 32:18, 28-31). 1Samuel 2:2 montre que Notre Dieu est notre Rocher, un Rocher éternel (Ésaïe 26:4). De ce Rocher, tous les autres sont taillés comme aussi l’est toute la postérité d’Abraham dans la foi (Ésaïe 51:1-2). Le Messie est taillé de ce Rocher (Dan. 2:34, 45) pour subjuguer les empires du monde. Dieu est le Rocher ou la base sur laquelle la fondation est posée et sur lequel Christ va bâtir son Église (Matt. 16:18) et sur lequel il repose lui-même. Le Messie est laPierre Angulaire du Temple de Dieu, duquel les élus sont le Naos ou le Saint des Saints, le dépôt de l’Esprit Saint. Toutes les pierres du Temple sont taillées du Rocher qui est Dieu, comme Christ l’a été, et sont données à Christ, le rocher spirituel (1Cor. 10:4), la pierre d’achoppement et un rocher de scandale (Romains 9:33) pour former le Temple.

 

Christ construit le Temple de façon à ce que Dieu puisse être tout en tous (Éphésiens. 4:6). Dieu a donné Christ pour être tout et en tous (panta kai en pasin, Col. 3:11) en mettant tout sous ses pieds (1Cor. 15:27), lui donnant la position de chef suprême de l’Église qui est son Corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous (Éphésiens 1:22-23). Quand Dieu met toutes choses sous Christ, il est évident que Dieu est excepté, étant Celui qui met tout sous les pieds de Christ (1Cor. 15:27).

 

Quand le Christ aura soumis toutes choses, alors Christ lui-même sera soumis à Dieu qui a tout mis sous Christ, afin que Dieu soit tout en tous (panta en pasin, 1Cor. 15:28 pas en accord avec la RSV). Donc, les doctrines platoniques, qui cherchent à joindre Dieu et Christ dans la Trinité contredisent les Écritures Saintes. Christ va s’asseoir à la droite de Dieu, par l’ordre de Dieu (Hébreux 1:3,13, 8:1, 10:12, 12:2 ; 1Pierre 3:22), et partager le trône avec Dieu tout comme les élus partageront le trône donné à Christ (Apoc. 3:21). Ce trône est un trône de Dieu(Ps. 45:6-7 ; Hébreux 1:8) ou Dieu est ton Trône traduit Ton trône, Ô Dieu (voir la notation dans la RSV annotée).

 

Dieu, qui envoie, est plus grand que celui qui est envoyé (Jean 13:16), le serviteur n’étant pas plus grand que son Seigneur (Jean 15:20).

 

Satan a défié Christ dans le désert et, en fait, le procès de Satan a commencé. Satan, qui était l’Étoile du MatinLe Lucifer ou Porteur de Lumière de cette planète (Ésaïe 14:12) en tant que son gardien et enseignant, était, en effet, un des Élohim subordonné à Dieu le Père.

 

Christ devait être l’Étoile qui sortirait de Jacob (Nom. 24:17). Ainsi, il a été indiqué dans les Livres de Moïse qu’une des Étoiles du Matin qui sont mentionnées comme étant présentes à l’achèvement de la planète (Job 38:7), un des élohim, devait devenir un être humain de Jacob et naître de la postérité de David (Apoc. 22:16).

 

Cet élohim que nous connaissons en tant que Jésus Christ n’était pas encore l’Étoile du Matin de cette planète. Ce rang a été tenu par Satan (d’après Ésaïe 14:12 et Ézéchiel 28:2-10).

 

Le Christ avait été oint en tant que l’élohim d’Israël de Psaume 45:7 et oint au-dessus de ses compagnons ou partenaires. Cependant, Christ n’était pas en fait dans la position d’Étoile du Matin et n’assumera pas ces fonctions avant son deuxième avènement. Ce rang et ces fonctions seront partagés avec Christ par les élus, qui partagent sa nature en tant qu’Étoile du Matin dans leur cœur (traduit Étoile du Jour dans 2Pierre 1:19). Les élus ont la promesse de partager ce pouvoir selon Apoc. 2:28.

 

Satan, en tant qu’Étoile du Matin, a défié le Dieu Très-Haut ou Dieu le Père tel qu’il est dit dans Ésaïe 14:12. Il a essayé d’élever son trône, un trône de Dieu, au-dessus des Étoiles de Dieu ou du Conseil des Élohim. Ce Conseil est l’Assemblée des Élohim ou Dieux mentionnée dans Psaumes 82:1. On note avec intérêt qu’Irénée, le disciple de Polycarpe, le disciple de Jean, croyait que le Psaume 82:1 se rapportait aux Theoi ou dieux, qui incluaient aussi les élus, c’est-à-dire, ceux de l’adoption (Against Heresies, Livre 3, Chap. 6, ANF, Vol. 1, p 419).

 

Il y a plusieurs Fils de Dieu, (Job 1:6, 2:1, 38:7 ; Ps. 86:8-10, 95:3, 96:4, 135:5) qui sont identifiés comme les Bene Elyon ou Fils du Très-Haut. Les élus humains sont comptés aussi avec les Armées célestes comme Fils de Dieu (de Romains 8:14). Ainsi, Christ et les élus comme Fils de Dieu sont un avec Dieu par le moyen de l’Esprit Saint, prédestinés dès la fondation du monde. Christ a déposé sa puissance pour devenir un homme. Il devient avec tous les élus Fils en puissance selon l’Esprit de sainteté par la résurrection d’entre les morts (Romains 1:4).

 

D’après Actes 7:35-39, c’était un ange qui a parlé à Moïse au Sinaï et cet ange était Christ. Dans Galates 4:14, Paul dit qu’il a été vu comme un ange de Dieu, même Jésus Christ.

 

Nous deviendrons aussi comme des anges (Matt. 22:30), comme un ordre ou isaggelos (d’après Luc 20:36), étant cohéritiers avec Christ (Romains 8:17 ; Galates 3:29 ; Tite 3:7 ; Hébreux 1:14, 6:17, 11:9 ; Jacques 2:5 ; 1Pierre 3:7). L’Ancien Testament identifie l’Ange de YHVH à la fois comme Yahovah et Élohim (Exode 3:2, 4-6 où le Dieu ou élohim ici était un ange ; cf. Zacharie 12:8).

 

Psaumes 89:6-8 montre qu’il y a une Assemblée des Saints (qedosim ou qadoshim, utilisé aussi pour les êtres humains) comprise d’un conseil intérieur et d’un conseil extérieur. On comprend que c’est un Conseil céleste des Élohim de la Justice.

 

1.5.1        Christ en tant que Fils de Dieu

 

Satan a essayé de tenter Christ d’un certain nombre de façons. Tout d’abord, Satan a parlé de Christ comme étant le Fils de Dieu (dans Matt. 4:3, 4:6 ; Luc 4:3). Les démons aussi ont parlé de Christ comme étant le Fils de Dieu (dans Matt. 8:29 ; Luc 4:41 ; Marc 3:11). Satan a essayé d’inciter Christ à prouver sa position de Fils de Dieu par une démonstration de sa puissance, en ce que Dieu lui avait promis qu’Il donnerait Ses anges pour s’occuper de lui (Psaume 91:11-12). Satan a omis de te garder dans toutes tes voies et il a ajouté n’importe quand. Ainsi, en dénaturant les Écritures, Satan a essayé d’ôter la vie de Christ.

 

Christ n’a jamais corrigé à aucun moment ni Satan ni les démons en affirmant qu’il était Dieu au lieu du Fils de Dieu. En effet, aucun démon n’a essayé d’affirmer la tromperie que Christ était le Dieu Suprême sauf après sa mort, afin d’établir une doctrine disant que Christ était Dieu de la même façon que Dieu le Père était Dieu et ainsi d’accomplir, après sa mort, une tromperie que Christ aurait réfutée de son vivant. Dans chacune des tentations, le but était de saper l’obéissance de Christ à Dieu et, de ce fait, d’anéantir les Écritures. Satan a essayé d’inciter Christ à l’adorer. Il a promis à Christ le contrôle de la planète à ce moment-là si Christ l'adorait.

 

Le Christ n’a pas défié son droit de transférer son contrôle de la planète ni même le fait qu’il en était le dirigeant. Christ a plutôt répondu :

...il est écrit : tu adoreras le Seigneur ton Dieu et Lui seulement tu serviras.

 

Christ n’a pas dit à Satan qu’il revenait à Satan d’adorer Christ, mais il lui a plutôt fait rappeler la loi. Christ n’a jamais revendiqué, à aucun moment de son ministère, qu’il était Dieu. Il a dit qu’il était le Fils de Dieu. C’était pour cette raison qu’il a été jugé.

 

Comme c’est écrit dans Matthieu 27:43,

Il a confiance en Dieu ; que Dieu le délivre maintenant, s’Il l’aime car il a dit : “Je suis le Fils de Dieu.”

 

C’était ici que Christ a crié afin d’accomplir les Écritures dans Psaume 22:1

Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m’as-tu abandonné ?

C’est clair que Christ ne se considérait pas être Dieu. De suggérer qu’il faisait partie de l’entité à laquelle il faisait appel, dans une forme égale, dont une partie de laquelle était impossible, est aberrant.

 

1.5.2        La Doctrine de l’Antéchrist

 

La doctrine de l’Antéchrist est écrite dans 1Jean 4:1-2. L’ancien texte correct pour 1Jean 4:1-2 est reconstruit à partir d’Irénée Chapitre 16:8 (ANFVol. 1, note. p 443).

Connaissez par ceci l’Esprit de Dieu : Tout esprit qui confesse que Jésus Christ est venu dans la chair est de Dieu ; et tout esprit qui sépare Jésus Christ n’est pas de Dieu mais est de l’Antéchrist.

 

Socrate, l’historien, dit (VII, 32, p 381) que le passage avait été corrompu par ceux qui voulaient séparer l’humanité de Jésus Christ de sa divinité.

 

Christ en tant que Fils n’est pas le Seul Vrai Dieu (Jean 17:3).

 

Aussi dans Luc 22:70 ils ont tous dit : Tu es donc le Fils de Dieu ?

 

Il a répondu : Vous le dites, je le suis

 

Il a été reconnu comme le Fils de Dieu dans :*   Matthieu 27:54 où ils ont dit : Assurément, cet homme était le Fils de Dieu.*   Marc 1:1 affirme que l’Évangile est de Jésus-Christ, le Fils de Dieu.
*   Luc 1:35 dit que le Saint enfant qui naîtra sera appelé le Fils de Dieu.

 

De comprendre que Christ est le Fils de Dieu est une révélation qui vient de Dieu.

Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est MON PÈRE qui est dans les cieux (Matt. 16:16-17).

 

Aussi, Matthieu 11:27 dit :

Toutes choses m’ont été données par MON PÈRE et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père ; personne non plus connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.

 

Par conséquent le Père révèle des choses aux individus et les donne à Christ qui, par la suite, leur révèle le Père.

 

1.5.3        Le Nom et la Souveraineté de Dieu

 

Il n’y a aucun doute que Dieu est singulier et souverain. Proverbes 30:4-6 montre le nom de Dieu et qu’Il a un fils. 

Qui est monté aux cieux, et qui en est descendu ?

Qui a recueilli le vent dans ses mains ?

Qui a enveloppé les eaux dans son vêtement ?

Qui a établi les extrémités de la terre ?

Quel est Son nom, et le nom de Son fils ? Dis le moi, si tu le sais ?

Toute parole de Dieu [ÉLOAH] est éprouvée : Il est un bouclier pour ceux qui cherchent refuge en Lui.

N’ajoute rien à Ses paroles, de peur qu’Il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur.

 

La Bible s’interprète elle-même, et le nom de Dieu est directement donné à la suite de la question. Il est clair que cette entité n’est pas un composite du Père et du Fils mais plutôt qu’Il a un Fils.

 

De plus, le Nouveau Testament dit avec clarté que c’est le Père qui est l’objet de l’adoration. Christ a averti la femme Samaritaine dans Jean 4:21 que le temps s’approchait quand ils ne pourraient pas adorer le Père ni sur sa montagne (la Samarie) ni à Jérusalem. Mais il dit définitivement dans Jean 4:23 :

Mais l’heure vient, et c’est maintenant, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont de tels adorateurs que le Père recherche.

 

Ici, le Christ identifie l’objet de l’adoration comme étant le Père, pas lui-même. Il est tout à fait blasphématoire ainsi d’affirmer que l’on doit adorer le Christ élevé d’une perversion de Jean 3:14 où le Fils de l’homme devait être élevé comme Moïse avait élevé le serpent dans le désert.

Le but de la crucifixion était pour que les hommes puissent avoir la vie éternelle, pas que Christ devienne un objet d’adoration, comme on l’affirme faussement.

De cette fausse prémisse, il est aussi affirmé faussement que les Chrétiens adorent le corps et le sang de Christ dans l’Eucharistie.

 

Éloah est le Dieu de l’Ancien Testament et du Temple et le Dieu de Jésus-Christ du Nouveau Testament. Le Temple à Jérusalem était la Maison d'Éloah. (Esdras 4:24 ; 5:2,13,15, 16,17 ; 6:3,5,7,8,16,17 ; 7:23). Il était l’Éloah d’Israël (Esdras 5:1 ; 7:15), le Grand Éloah des Cieux (Esdras 5:8,12). Il était l’objet du sacrifice au Temple (Esdras 6:10) où Il a fait résider Son nom (Esdras 6:12). Il a commandé la construction du Temple (Esdras 6:14) et le sacerdoce est à Son service (Esdras. 6:18 ; 7:24) et fait Sa volonté (Esdras 7:18). La loi est la loi de l’Éloah des Cieux (Esdras 7:12,14). Ceux qui connaissent les lois d'Éloah doivent les enseigner à ceux qui ne les connaissent pas (Esdras 7:25) et le jugement doit être basé sur les lois d'Éloah (Esdras 7:26).

 

Cet être est le Père qui est l’Éloah singulier et Dieu Très-Haut, le Père du Messie et de tous les fils de Dieu.

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

 

(Copyright ã 2000 Wade Cox)

Tr. 2003

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Luc B 17/02/2012 12:07

.
Bonsoir Nicolas,

Il est exact que les disputes sur Dieu, sa Parole et son Esprit ont entaché la réputation de l'église, au point qu'il a malheureusement fallu qu'un empereur païen intervienne pour calmer les
conflits entre chrétiens. Personnellement, je pense que ce n'était pas les débats en eux-mêmes qui posaient problèmes, mais bien plus la conception tyrannique que les « belligérants »
avaient de ces partages. Ils ne parlaient pas en effet, pour approfondir ensemble leur réflexion, mais simplement pour avoir raison et essayer de damer le pion à ceux qui voyaient les choses
différemment d'eux. J'espère vraiment que ce n'est pas dans cet esprit que nous en parlons. Mon propos n'est pas de tenter « d'expliquer la Divinité », mais simplement de proclamer ce que
les Écritures en disent.

Ne crois pas que je te reproches « de mettre l'accent sur l'humanité de Jésus », car puisque la Bible le fait, je n'y vois moi-même aucun problème. Non, ce que je trouves regrettable,
c'est d'agir comme les témoins de Jéhovah en mettant l'accent UNIQUEMENT sur cet aspect, alors qu'il y a des quantités d'autres Écrits tout autant Inspirés qui pointent de façon aussi évidente la
réalité de sa Nature Divine.

Le problème des penseurs chrétiens, c'est qu'ils ont beaucoup de difficultés à ne pas tomber dans les ornières d'une pensée unique, qui n'est pas un fruit de l'Esprit mais simplement une rigidité
intellectuelle devant la réalité difficile à concevoir d'un Dieu qui est venu habiter dans une chair semblable à la nôtre pour nous exprimer de façon compréhensible - par des Actes autant que par
des Paroles – sa Nature de Dieu Sauveur.

Jésus-Christ est la démonstration de la vérité de cette Incarnation. Cette réalité ne pourra jamais s'apprendre correctement dans les écoles de théologie ou dans des discussions sur les blogs, mais
seulement dans une vie partagée, une communion de vie avec Celui qui est venu nous sauver pour nous appeler à participer à sa Nature Divine.

Contrairement à ce que tu écris, il y a beaucoup plus que « un ou deux passages où il est parlé de l'adoration » du Fils de Dieu. Mais scripturairement, il suffit de deux témoins pour que
la déclaration soit prise en compte. T'es-tu déjà posé la question de savoir pourquoi tu n'arrives pas à tenir compte de ces témoignages ?

Admettre les deux aspects scripturaires de Jésus-Christ (nature humaine et nature divine) est la seule façon de ne pas être obligé de mettre de côté une partie des Textes Inspirés. Oui, Dieu est
venu « planter sa tente parmi nous » et ce mystère ne pourra jamais se transmettre dans des cours de théologie, ni dans des dogmes, mais uniquement dans une communion vécu dans la foi.
Lorsque tu dis que « Jésus est un homme qui a eu un commencement de vie.. et qui est mort », tu ne dis malheureusement qu'une petite moitié de la vérité : celle concernant sa nature
humaine. Car l’Écriture en nous parlant de sa Nature Divine nous indique également qu'Il n'a « ni commencement de jours, ni fin de vie » (Heb. 7 : 3.). Une demi-vérité n'est déjà
plus la vérité... mais simplement un point de vue orienté qui peut empêcher un regard plus large et plus englobant...

Dans un autre ordre d'idée, lorsque Dieu « engendre » sa Parole, Il le fait dans l'éternité, dans « l'aujourd'hui » de Dieu, c'est à dire hors du temps tel que nous le
connaissons sur terre, puisque cette Parole est déjà présente « avant les temps éternels », car « TOUT a été créé par Elle ». Et cependant, le Christ est « déclaré Fils de
Dieu avec puissance selon l'Esprit de sainteté par sa résurrection d'entre les morts » (Rom. 1 : 4.)... Le Christ-Jésus est la Parole Éternelle de Dieu venu habiter un corps humain
né, mort et ressuscité à un moment précis de l'histoire. Il n'est donc pas selon ton expression « un ambassadeur de Dieu », puisqu'Il est l'expression même de Dieu, venue en chair. Il ne
parle pas « de la part » de Dieu, Il est « Emmanuel, Dieu au milieu de nous » qui nous parle et agit pour nous sauver et nous ouvrir le chemin qui mène au Père. Il est de la
même Nature que le Père, mais Il lui est soumis comme la Parole est sujette de Celui qui l'exprime. L'Esprit qui anime le Père est le même qui anime le Fils, Ils sont distincts mais inséparables,
au point que lorsque le Fils annonce la venue de l'Esprit dans les disciples, il conclut en disant que le Père et le Fils viendront eux-mêmes les habiter (Jean 14 : 23.). Ils sont UN. Unis,
inséparables, selon ce qu'en témoigne l’Écriture.

Je n'ai jamais dit que Jésus était « moitié homme et moitié Dieu », car Il est pleinement les deux.

L'exemple que tu donnes sur la nature de l'eau est une démonstration de ce que j'appelle « la Réalité Trine de Dieu » que tu as de la difficulté à saisir. Car dans cet exemple, la nature
de l'eau est toujours la même (H²O), il n'y a que son apparence qui change en trois aspects différents. Mais H²O est toujours là ! C'est exactement la même chose concernant Dieu. Il est UN en
trois Réalités différentes (les orientaux disent « trois hypostases », c'est à dire trois « fondements », trois « socles » sur lesquels la Nature de Dieu est appuyée)
mais ce n'est encore que des pauvres mots humains pour parler d'une Réalité qui les transcende...

Parler de « réalité bine » concernant Jean 17 : 3, c'est oublier que la connaissance de Dieu ne peut se faire que par l'Esprit (1 Cor. 2 : 10-11.). On en revient donc toujours à
une « Réalité Trine » : le Père et le Fils révélés par l'Esprit...

Considérer que la Parole est sujette de Celui qui l'a engendrée, ce n'est pas rabaisser le Christ, puisque la Bible en rend témoignage. Mais par contre, contester la Nature Divine de cette Parole
venue en chair, ce n'est pas lui donner la place glorieuse qui lui revient sur le Trône. Aussi bien dans la Création de l'Univers, dans son soutien continuel, dans le salut qu'Elle est venue
apporter, et surtout dans la gloire et l'adoration qui seront son lot devant les créatures célestes rassemblées pour se prosterner devant Elle (Apoc. 5 : 12.).

Nous aussi, nous fléchirons les genoux devant Elle, car Elle le mérite puisqu'Elle nous révèle le Père et qu'au travers de sa mort et de sa résurrection Elle nous ouvre un accès jusqu'à Lui pour
une relation filiale.

Fraternellement.

Jean-Luc B

Jean-Luc B 13/02/2012 08:24

Bonjour,

Le fait que les dogmes soient effectivement une mauvaise façon d'aborder le Divin ne devrait cependant pas entraîner dans des excès théologiques aussi préjudiciables.

Vous semblez retomber dans les mêmes erreurs que les témoins de Jéhovah, en insistant tellement sur l'humanité de Jésus que vous en oubliez sa Divinité. Une Divinité qui est pourtant affirmée par
le fait qu'Il est assis sur le Trône dans les cieux et qu'Il y reçois l'adoration des êtres célestes (Apoc. 5: 12-14.). Adoration qui est réservée à Dieu seul!

Le Christ-Jésus est la Parole de Dieu venue habiter au milieu de nous pour nous sauver. Cette Expression Divine est éternelle et n'a donc ni commencement de jour, ni fin de vie (Heb. 7: 3.).

Il est possible de faire une distinction entre Dieu, sa Parole et son Esprit, mais il n'est pas possible de les séparer, car ils sont UN. Le terme de "Personne" employé dans le dogme concernant
cette Réalité Trine a perdu son sens grec original car il ne parle pas de trois "personnages", mais de trois aspects distincts de la Réalité Divine.

Il est possible de se débarrasser du dogme de la "Trinité" sans pour autant rejeter la Réalité Trine du Dieu révélé dans la Bible. Mais cela implique de ne pas remplacer une définition humaine par
une autre. Car ce n'est que dans une révélation personnelle par l'Esprit que nous pourrons réellement "connaitre" (dans tous les sens du terme)le seul vrai Dieu et son expression incarnée qu'Il a
envoyé sur terre : le Seigneur Jésus-Christ (Jean 17: 3.).

Jean-Luc B

Dokimos 16/02/2012 11:47




Merci pour votre commentaire, j'ai pris le temps de vous répondre avec mes propres
convictions, c'est un peu long mais


 


Comme vous le soulignez les dogmes sont une mauvaise manière d'aborder le caractère
divin de Dieu et de son Fils. L'histoire de l'Eglise relate de sombres moments où les évêques se sont divisés en essayant de définir Dieu. Tout le problèmedes dérives doctrinales est là. Vouloir
expliquer Dieu est un exercice difficile, où les créatures que nous sommes restent limitées, je pense que nous sommes d'accord sur ce point.


 


Vous semblez me faire le reproche de mettre l'accent sur l'humanité de Jésus.
J'aime me tenir sur ce que le maître nous dit de lui-même. Cela me semble plus important que tout ce que nous pouvons dire et tenter de trouver comme explications pour le
qualifier.


Il a été déclaré Fils de Dieu et Fils de l'Homme, pour quoi aller plus loin et
le faire devenir Dieu égal du Père. Cela est un excès thélogique péjudiciable à une foi saine. Ma foi repose sur Christ et non sur les témoins de Jéhovah. Je ne remets pas en cause le
fait que Jésus soit assis à la droite de Dieu sur un trône. L'adoration est réservé à Dieu seul. Dans toute le livre de la révélation, il n' y a aucune confusion possible entre le Père et le
Fils, l'adoration est clairement attribuée au Père sans l'ombre d'un doute. Jésus est l'Homme venu du Ciel et qui a été élévé en gloire par le Père.


1 Timothée 3:16 Et, de l’aveu de tous, le mystère de piété est grand : Dieu a
été manifesté en chair,( en grec : a été rendu visible ou connu), justifié par l’Esprit, vu des anges, prêché parmi les Gentils, cru dans le monde, et élevé dans la
gloire.


Il y a un ou deux passages où il est parlé de l'adoration ( prosternation ) à
l'agneau, mais un grand nombre de textes clairs faisant référence à l'adoration du Père seul...




Le Christ-Jésus est la Parole de Dieu venue habiter au milieu de nous pour nous sauver. Oui c'est Dieu qui est la Parole, en engendrant son Fils, il lui communique sa Parole et son esprit. Jésus
devient en queque sorte son représentant son ambassadeur pour accomplir son dessein.


Jésus de Nazareth est un homme qui a eu un commencement de vie en venant sur terre et
qui est mort. Dieu qui est Esprit et ne peut pas mourir. Voir Jésus à moitié Dieu et à moitié homme est une hérésie complète. Il était pleinement Homme. Un Homme nouveau sans péché capable de
vaincre Satan.


L'antichrist est selon Jean celui qui ne croit pas en Jésus homme venu en
chair.


1 Jean 2:22 Qui est menteur, si ce n’est celui qui nie que Jésus est le
Christ ? Celui–là est l’antichrist, qui nie le Père et le Fils.


1 Jean 4:3 Et tout esprit qui ne confesse pas Jésus–Christ venu en chair, n’est
point de Dieu. Or, c’est là celui de l’antichrist, dont vous avez entendu dire qu’il vient, et qui est déjà à présent dans le monde.


2 Jean 1:7 Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent
point que Jésus–Christ est venu en chair. Un tel homme est le séducteur et l’antichrist.

Vous dites qu'il est possible de faire une distinction entre Dieu, sa Parole et son Esprit, mais il n'est pas possible de les séparer, car ils sont UN. Pour moi je ne cherche pas trop à dissocier
Dieu quiu est Esprit de Sa Parole. Je pense qu'on se rejoint ici. Mais je ne vous suis plus en ce qui concerne ,cette Réalité Trine dont vous parlez qui est pour moi est un subterfuge de
théologiens. Jésus est bien un homme venu et engendré de Dieu mais il n'est pas Dieu. Lui-même n'a jamais ouvertement dit qu'il était Dieu.


la réalité trine dont vous parlez ne me semble pas plus fiable que le dogme nicéen. J'ai
déjà entendu cela de façon imagée pour expliquer cette réalité trine, avec l'image de la vapeur, de l'eau et de la glace qui sont des manifestations de la même nature. La vapeur reste de la
vapeur, de l'eau reste de l'eau, et la glace reste de la glace. La meilleure façon de se rendre à l'évidence de la chose et que si je vous balance sur le visage un trait de vapeur, une tasse
d'eau ou un bloc de glace, je crois que vous vous rendrez vite compte que ce n'est pas la même chose.


 


Je vais vous essayer de vous dire ce que je crois avoir compris en toute humilité et
respect des autres vues que je ne partage pas. Pour moi Jésus reste un mystère de Dieu. Il est en Dieu mais n'est pas Dieu de toute éternité. Il est engendré du Père qui est Esprit et revêt un
corps totalement semblable au notre mais avec une nature sans péché. Il a reçu de Dieu son Père son Esprit sans limite, il n'est pas moitié Dieu et moitié homme. Il est pleinement Homme sans
péché. Il a accompli sa mission de rachat de l'humanité. Il a connu la mort et est resuscité par la vonoté de Dieu.


Actes 17:31 Parce qu’il a fixé un jour, où il doit juger le monde avec justice, par
l’Homme qu’il a établi, ce dont il a donné à tous une preuve certaine, en le ressuscitant des morts.


 


1 Timothée 2:5 Car il y a un seul Dieu, et un seul
Médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus–Christ, homme,


Par ailleurs, si Jésus a été rendu pour l'éternité Souverain sacrificateur pour
toujours, c'est qu'il ne peut pas être Dieu de toute éternité. Cela me semble clair et irréfutable. Jésus a été fait de part Dieu Souverain sacrificateur pour l'éternité : Hébreux 8:1
Or, le point capital de ce que nous avons dit, c’est que nous avons un tel souverain Sacrificateur, qui est
assis à la droite du trône de la Majesté dans les cieux,


 


Pourquoi vouloir associer cette pensée trine à ce texte où nous devrions plutôt
parler de « réalité bine) Jean 17:3 Or, c’est ici la vie éternelle, qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, etJésus–Christque tuas envoyé.



Il n'est pas question de ne remplacer une définition humaine par une autre. Je n'ai jamais eu l'intention de le faire. Pour moi, Dieu ne s'explique pas il se reçoit par révélation. ( ce fût le
cas d'Abraham et de beaucoup autres personnages de la Bible )


 


Oui bien d'accord, ce fût le cas de Saul de Tarse Car ce n'est que dans une révélation
personnelle par l'Esprit que nous pourrons réellement "connaitre" (dans tous les sens du terme) le seul vrai Dieu et son expression incarnée qu'Il a envoyé sur terre : le
Seigneur Jésus-Christ (Jean 17:3 Or, c’est ici la vie éternelle, qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et Jésus–Christ que tu as envoyé.


1 Corinthien 15 20 Mais maintenant, Christ est ressuscité, et il est devenu les
prémices de ceux qui sont morts. 21 En effet, puisque la mort est venue par un
homme, la résurrection des morts est venue aussi par un
homme. 22 Car, comme tous meurent en Adam, de même tous revivront en Christ ;...


24 Après cela viendra la fin, quand il remettra le royaume à Dieu
le Père, après avoir détruit tout empire, toute domination et toute puissance ; 25 Car il doit régner jusqu’à ce qu’il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. 26 L’ennemi
qui sera détruit le dernier, c’est la mort ; 27 Car Dieu a mis toutes choses sous ses pieds.Or, quand il dit que toutes choses lui sont
assujetties, il est évident que celui qui lui a assujetti toutes choses, est excepté.


28 Et après que toutes choses lui auront été assujetties, alors aussi
le Fils même sera assujetti à celui qui lui a assujetti toutes choses,( Jésus Dieu afin que Dieu soit tout en tous.


 


On me fait parfois le reproche d'abaisser Christ à un rang inférieur, comment
pourrait-il en être ainsi, car le Père l'a élévé au plus haut rang dans l'univers et la glorifié. C'est me faire le reproche de ne pas croire à ce que Dieu dit de son Fils et cela n'est pas le
cas.


Hébreux 7:26 Or, il nous fallait un tel souverain Sacrificateur, saint, innocent,
sans souillure, séparé des pécheurs, et élevé au–dessus des cieux ;


Jean 12:28 Père, glorifie ton nom. Alors il vint une voix du ciel, qui dit :
Et je l‘ai glorifié, et je le glorifierai encore.


Jean 1:14 Et la Parole a été faite chair, et a habité parmi nous, pleine de grâce et
de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du
Père.


Jean 17:24 Père, je désire que ceux que tu m’as donnés soient avec moi, où je serai,
afin qu’ils contemplent la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.



Merci pour l'échange fraternel Nicolas.



Watier 05/02/2012 20:35

Si le mot "commencement" de Jean 1/1 exprime que Jésus (la Parole) a eu un commencement, comment concilier cela avec la fin du verset: "la Parole( Jésus) était Dieu" ? Cela voudrait alors dire que
Dieu a eu un commencement ? N'est-il pas éternel, sans commencement ni fin ?

Watier 04/02/2012 15:23

Excusez_moi, mais il n'est pas possible de donner un même sens au mot "commencement" des premiers versets des Evangiles.

Dans Jn 1/1,"au commencement" est le pendant du "au commencement" de Gen 1/1. On pourrait le traduire par "à l'origine" (et même au delà !).Jean continue: "était la Parole". Dieu n'a pas de
commencement par définition. L'imparfait "était" signifie que la Parole (Jésus) aussi n'a pas de commencement. Enfin "la Parole" était Dieu. Donc Jésus est Dieu. C'est vrai que toute la divinité
n'est pas incluse en Jésus et que Jésus se distingue toujours du Père; admettons que c'est un mystère insaisissable pour notre intelligence limitée (enfin..., peut-être la mienne!)
Quant aux "commencements" de Marc (1/1) et Luc (1/2), ils veulent simplement dire: départ, début, de l'annonce de l' Evangile, en gros l'an zéro.

Dokimos 04/02/2012 20:31



Vous avez raison de parler d'origine de départ mais d'est de la vie de Jésus comme cela est compréhensible dans Marc 1/1 et Luc 1/2 .Ce n'est pas le commencement de la création comme on vous l'a
fait comprendre.


Oui il y a une partie encore de mystère, comme vous le dites nous sommes bien limité pour appréhender Dieu dans toute sa grandeur.Dieu nous a donné son Esprit pour aller à l'essenstiel: à savoir
de croire en Jésus sans lequel il nous est impossible de connaître le Père et de partiquer ses instructions.   merci pour votre commentaire...  Nicolas 



David 02/02/2012 22:10

"De plus, le Nouveau Testament dit avec clarté que c’est le Père qui est l’objet de l’adoration"

Oui, et ce même NT nous dit aussi que le Père a ordonné aux anges d'adorer le Christ (Hébreux 1 v6-7)

Alors qu'Il est bien "Tu adoreras le Seigneur Ton Dieu et tu le serviras Lui seul"

Si Christ, n'était pas Dieu, comment le Père aurait-il pu demander aux anges de l'adorer ? Cela voudrait dire qu'Il aurait laissé le choix aux anges entre désobéir à Dieu ou commettre un péché
d'idolâtrie.

Dokimos 04/02/2012 21:09



Voir mon article http://nikkos.over-blog.fr/article-encouragements-a-prier-selon-la-parole-de-dieu-96062467.html


L'article qui suit parle du mot ange utilisé dans Hébtreux 1  6-7


Psaume 8 est un texte important dans la structure prophétique. Il est utilisé en relation au Messie et il est critique dans la compréhension de la Nature de Dieu, de l'Armée céleste et de sa
relation avec le Messie et l'Humanité, en général.


Christian Churches of God PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA


 


Courriel: secretary@ccg.org   (Copyright ã 2000 Wade Cox)


Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des
droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir
aux droits d'auteur.


Psaume 8 [014]


Dans Jean 5:18, nous voyons un texte intéressant.


Jean 5:18 À cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu'il violait le sabbat, mais parce qu'il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même
égal à Dieu. (LSG)


Les commentaires faits à Christ par les autorités juives de son temps montrent qu'ils comprenaient que l'Élohim, mentionné dans l'Ancien Testament et qui a donné la Loi à Moïse, était le Grand
Ange, qui était aussi un des fils de Dieu.


Ils comprenaient que le texte de Psaume 45:6-7, "C'est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t'a oint d'une huile de joie, par privilège sur tes collègues" faisait référence au Messie, qui devait être le
Fils de Dieu. Cela est ultérieurement soutenu par l'épître aux Hébreux. Hébreux 1:8-9 identifie aussi l'élohim subalterne avec Christ.


Proverbes 30:4-5 demande quel est le nom de Dieu et quel est le nom de Son fils et donne ensuite, au verset 5, le nom du Seul Vrai Dieu au singulier, à savoir Éloah.


En chaldéen, c'était Elahh. Le pluriel était Élohim et Elahhin en chaldéen. Cette version orientale de la langue, qui est devenue l'araméen oriental et ensuite l'arabe, est la raison pour
laquelle l'Islam dit que le nom de Dieu est Allah'; le double h devenant h', comme un aspirant.


Là où l'hébreu utilise le mot élohim pour les fils de Dieu, le grec utilise le mot 'aggelos', traduit par ange en français. Il est ainsi utilisé dans le grec de la Septante (LXX) et dans le
Nouveau Testament aussi.


Cet aspect est très bien vérifié par Psaume 8 et son utilisation dans le texte d'Hébreux et dans la LXX.


Psaume 8:1-9 1 Au chef des chantres. Sur la guitthith. Psaume de David. Éternel, notre Seigneur! Que ton nom est magnifique sur toute la terre! Ta majesté s'élève au-dessus des cieux. 2 Par la
bouche des enfants et de ceux qui sont à la mamelle Tu as fondé ta gloire, pour confondre tes adversaires, pour imposer silence à l'ennemi et au vindicatif. 3 Quand je contemple les cieux,
ouvrage de tes mains, la lune et les étoiles que tu as créées: 4 Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te souviennes de lui? Et le fils de l'homme, pour que tu prennes garde à lui? 5 Tu l'as fait de
peu inférieur aux anges, et tu l'as couronné de gloire et de magnificence. 6 Tu lui as donné la domination sur les œuvres de tes mains, Tu as tout mis sous ses pieds, 7 Les brebis comme les
bœufs, et les animaux des champs, 8 les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, tout ce qui parcourt les sentiers des mers. 9 Éternel, notre Seigneur! Que ton nom est magnifique sur toute la
terre! (LSG)


Le Psaume 8:2a est cité dans Matthieu 21:16. Le terme enfants est probablement une référence à sa propre jeunesse et peut-être aussi à 1Samuel 17:14,33,42,55,56.


Psaume 8:4-6 est cité dans Hébreux 2:6-8 comme "Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te souviennes de lui, ou le fils de l'homme, pour que tu prennes soin de lui? Tu l'as abaissé [pour] un peu de
[temps] au-dessous des anges (dieux ou élohim), Tu l'as couronné de gloire et d'honneur, Tu as mis toutes choses sous ses pieds."


Le texte au verset 4 se réfère à l'homme mortel ‘enosh’ et ‘adam’ en hébreu.


Nous voyons dans Hébreux 2:9 que c'était pour la souffrance de la mort qu'il a été abaissé au-dessous d'eux pour un peu de temps. Bullinger note la mention "pour un peu de temps" dans les notes
au texte. Cela s'accorde avec Philippiens 2:5-8.


Philippiens 2:5-8 5 Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, 6 lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé l'égalité avec Dieu comme une proie à arracher, 7 mais s'est
dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, 8 il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort,
même jusqu'à la mort de la croix....


Il n'a donc pas essayé de saisir l'égalité avec Dieu ou de se rebeller, mais il est devenu un homme et il s'est humilié jusqu'à la mort. Il est devenu un fils de Dieu avec puissance par sa
résurrection d'entre les morts (Romains 1:4), comme nous le voyons:


Phillipiens 2:9 C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, (LSG)


Ce mot rendu anges dans Psaume 8 et Hébreux est, comme nous le voyons dans l'hébreu, élohim et il signifie dieux. Il a été traduit par ‘aggelos’ (messagers) dans la Septante et, suite à cela,
dans le texte grec de l'épître aux Hébreux et conservé dans ce sens dans la Vulgate, le syriaque et l'arabe. Il a été traduit par anges en français. Il a été conservé dans ce sens parce que cela
faisait l'affaire des traducteurs originaux de l'hébreu de le rendre par messagers, parce qu'il traitait de la pluralité des fils de Dieu, comme élohim, plutôt que d'Éloah. Les Trinitaires ont
gardé le terme "anges" et omis le "pour un peu de temps" dans certains cas; le syriaque postérieur et l'arabe ont aussi gardé ce sens. La raison semble être qu'aucun d'eux ne voulait reconnaître
que les élohim étaient un ordre étendu d'êtres.


Cependant, le terme est certainement élohim dans l'hébreu original et Bullinger en fait la remarque dans la note au verset dans la Companion Bible. Les sacrificateurs savaient que le fils de
l'homme était un élohim, qui est devenu Fils de Dieu et ce, en tant que le monogene theos ou seul Dieu né, d'après Jean 1:18 (voir Greek English Interlinear RSV de Marshall). Les notes dans la
Companion Bible, qui accompagnent les textes, examinent ces aspects.


Ils disaient qu'il se faisait égal aux élohim et, comme la conversation n'était pas en grec mais en araméen, le terme utilisé était élohi, qui a ensuite été rendu par anges.


Les fils de Dieu étaient tous des élohim, comme les textes de l'Ancien Testament le démontrent par leur utilisation. Ces élohim étaient compris comme 'aggelos' ou messagers et ont été traduits
par anges en français et dans d'autres textes. Cependant, les sacrificateurs du Temple de l'époque n'avaient pas été gênés par les traditions des Païens romains qui se sont fait passer pour des
Chrétiens et ce, pendant quelques siècles; ils ont donc parfaitement bien compris les implications.


Le terme fils de l'homme (aucun article), utilisé dans le Psaume 8, est utilisé trois fois avant ce texte, à savoir dans Nombres 23:19, Job 25:6 et 35:8. Il est 111 fois au singulier et 39 fois
au pluriel dans l'Ancien Testament. Les autres occurrences dans les Psaumes (Psaume 49:2; 144:3) sont des mots différents. Dans Psaume 8:4, le titre a rapport à la domination de la terre et il
est utilisé dans ce sens dans le texte d'Hébreux qui a rapport au Messie.


6 C’est celui qui est venu par |l’ eau et par |le| sang à savoir Jésus Christ; non seulement par eau, mais par |l’ eau et |le| sang. Et c’est l’Esprit qui rend témoignage, parce que l’Esprit est
vérité.


7 Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, la Parole, et l’Esprit Saint, et ces trois-là sont un.


8 Il y en a aussi trois qui rendent témoignage sur la terre; l’Esprit, l’eau, et le sang; et ces trois-là sont d’accord en un |seul témoignage.


Le texte dans 8:6 se réfère à la domination donnée au premier homme, Adam, et qui a été perdue dans la chute. La domination et la restauration sont le but du salut auquel nous devons être
attentifs et prendre garde. Les nombres dans les versets 7 et 8 sont six articles qui sont le chiffre de l'homme.


Hébreux 2:1-17 1 C'est pourquoi nous devons d'autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d'elles. 2 Car, si la parole annoncée par des
anges a eu son effet, et si toute transgression et toute désobéissance a reçu une juste rétribution, 3 comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut, qui, annoncé d'abord par le
Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l'ont entendu, 4 Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint Esprit distribués selon sa
volonté. 5 En effet, ce n'est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir dont nous parlons. 6 Or quelqu'un a rendu quelque part ce témoignage: Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te
souviennes de lui, Ou le fils de l'homme, pour que tu prennes soin de lui? 7 Tu l'as abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Tu l'as couronné de gloire et d'honneur, 8 Tu as mis toutes
choses sous ses pieds. En effet, en lui soumettant toutes choses, Dieu n'a rien laissé qui ne lui fût soumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient
soumises. 9 Mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d'honneur à cause de la mort qu'il a soufferte, afin que, par la
grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous....


Il est donc devenu humain et il est mort pour réconcilier tous les fils avec Dieu.


10 Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur
salut. 11 Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d'un seul. C'est pourquoi il n'a pas honte de les appeler frères, 12 lorsqu'il dit: J'annoncerai ton nom à mes
frères, Je te célébrerai au milieu de l'assemblée. 13 Et encore: Je me confierai en toi. Et encore: Me voici, moi et les enfants que Dieu m'a donnés....


Il proclame nos noms dans la congrégation des élohim et il n'a pas honte de nous appeler frères.14 Ainsi donc, puis


que les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c'est à dire le diable, 15 et qu'il
délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude. 16 Car assurément ce n'est pas à des anges qu'il vient en aide, mais c'est à la postérité
d'Abraham. 17 En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu'il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire
l'expiation des péchés du peuple; 18 car, ayant été tenté lui-même dans ce qu'il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés. (LSG)


La raison pour laquelle Dieu n'est pas concerné par les élohim, appelés anges ici, mais par les descendants d'Abraham est qu'Il a choisi de faire de nous un sacerdoce. Il se fait du souci afin de
nous amener à ce point par l'entremise de Christ.


Nous voyons que le texte d'Hébreux parle aussi de la loi livrée par les anges. Cet être qui a livré la loi à Moïse était Christ et la première église l'a aussi compris.


Ce changement pour le meilleur a donc été effectué pour prendre soin d'un plus grand salut que ce qui était possible sous la Loi sans l'Esprit Saint.


Christ est alors venu pour déclarer ce grand salut. Les apôtres, qui étaient des témoins oculaires, l'ont attesté. Cela a été aussi attesté par l'Esprit Saint de Dieu et ce, par le moyen de
signes et de prodiges dont nous tirons le terme miracles.


Dans ce texte, nous voyons maintenant que la soumission du monde à venir n'a pas été donnée aux élohim comme anges. Il a été soumis à Christ, comme le Fils de l'Homme, et à l'humanité, pour que
nous puissions démontrer notre capacité d'entrer dans le salut sous Christ.


Personne ne peut venir au Père, sauf par Christ.


Christ a dû devenir humain et démontrer son obéissance et qu'il était digne de nous conduire à travers la mort. En effet, afin de pouvoir hériter avec lui comme cohéritiers, la mort de celui qui
est capable de conférer cet avantage ou cet état, qui lui a été donné par le créateur, en tant qu'autorité plus grande, était nécessaire.


Nous jugerons les anges (1Corinthiens 6:3). Les démons doivent être jugés par nous à la fin de l'âge. Ils seront ensuite réconciliés à travers Christ.


C'est ce qu'ils espéraient éviter par l'entremise des purgations pour réconcilier les Démons dans chaque homme qu'on retrouve dans les cultes du mystère et, particulièrement, dans les systèmes
Orphiques. Ils ont fait ainsi pour qu'ils puissent retourner au ciel sans le jugement.


C'est aussi dans ce sens que celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont d'une seule origine. Un des élohim a donc dû devenir un homme et mourir pour permettre la sanctification autant
de l'homme que des élohim ou permettre que les hommes et les anges soient réconciliés avec Éloah, qui doit devenir la source de tous et tout en tous (Éphésiens 4:6).



Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens