Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 17:44

Jésus attribue et associe cette fausse doctrine à ce faux prophète. Nous ne pouvons pas avoir une bonne compréhension du danger qu’elle représente aujourd’hui sans intégrer l’histoire même de ce faux prophète à notre réflexion.

De l’histoire de cet homme reste la «  voie de Balaam »  dont les enseignements continuent à se répandre pour constituer aujourd’hui ce qu’on appelle la " doctrine de Balaam "
que la Bible réprouve en parlant de « l’égarement de Balaam ».
2 Pierre 2 :15 ; Jude 11 ; Apocalypse 2 :14

 Ce qui est sûr c’est que cette doctrine satanique aujourd’hui combat Christ et son Eglise. Elle le fait de la même façon que Balaam et Balak le firent autrefois pour séduire le peuple élu en tentant de contrarier ses plans divins pour lui.

Notre objectif dans cette étude est bien entendu d’appréhender ses actions d’autrefois pour s’en prémunir aujourd’hui dans l’Eglise.

Apocalypse 2 : 12- 17 : « 12   Écris aussi à l’ange de l’Église de PERGAME : Voici ce que dit celui qui a l’épée aiguë à deux tranchants : 13  Je connais tes oeuvres, et le lieu que tu habites, où Satan a son trône ; et tu retiens mon nom, et tu n’as point renié ma foi, même aux jours où Antipas, mon fidèle martyr, a été mis à mort au milieu de vous, où Satan habite. 14  Mais j’ai quelque peu de chose contre toi, c’est que tu as là des gens qui tiennent la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre un scandale devant les enfants d’Israël, pour qu’ils mangeassent des choses sacrifiées aux idoles, et qu’ils tombassent dans la fornication., .16  Repens–toi donc ; sinon je viendrai bientôt à toi, et je les combattrai avec l’épée de ma bouche

Jésus parle de son Eglise de Pergame infectée par cette « doctrine satanique de Balaam ». Il dit qu’il viendra la combattre par la Parole de vérité qui est matérialisée dans l’épître aux hébreux par l’épée à deux tranchants et dans le livre de l’Apocalypse par l’épée qui sort de sa bouche.

L’esprit de Balaam est un esprit de mensonge, de fourberie et de prostitution qui produit  mélange et confusion chez ceux qui en sont victimes.  L’enseignement de cette fausse doctrine s’oppose totalement à la saine doctrine qui est celle de Christ « la  Parole de Vérité ». Les personnes séduites et donc influencées par cet enseignement vont devenir idolâtres. Elles connaîtront une véritable prostitution spirituelle. Seule l’épée de la Parole pourra combattre cette fausse doctrine et ouvrir les yeux de ceux qui seront dévorés par cet enseignement destructeur. Nous retrouvons l’effet vertueux de cette épée à double tranchant qui sépare toutes les parties prenantes des nos pensées où le mélange aura pris place. Hébreux 4 : 12 : « Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles.. »

Il est intéressant avant de s’intéresser à l’histoire proprement dite de ce devin, de s’arrêter sur l’étymologie de certains noms et mots que nous rencontrerons dans les textes.

Moab qui signifie « issu d’un père » cf. . Dictionnaire Emmaüs. C’est aussi le nom du fils que Lot eut avec sa fille. Autrement dit, Moab est le fruit incestueux d’une union illicite. Voilà pourquoi lorsque à la source d’une chose, le mensonge, la fausseté, le mélange incestueux sont présents on peut dire que l’esprit de Balaam est à l’œuvre.

Balaam signifie : « celui qui dévore » (Dictionnaire Biblique Emmaüs 2002. Le nom Balaam est dérivé de Baal. Le mot « am  = peuple, cela veut dire qu’il est celui qui détruit le peuple, qui détruit le temple, qui avale.  Le nom de Baal se réfère à la nature de culte païen : « Ils abandonnèrent l’Eternel, et ils servirent Baal et les Astartés »  Juges 2 :13.

La tradition juive, parle de Bilam, qui est « celui qui a abîmé le peuple ».  Son association et ses conseils impies donnés à Balak, roi de Moab feront tomber les enfants d’Israël dans l’immoralité et l’idolâtrie. Il monnaya ses pouvoirs de voyant reçus de Dieu à cause se son  avidité et de sa cupidité bassement mercantiles. Il négociait ses dons pour s’enrichir. La tradition juive rapporte qu’il était craint dans son entourage pour ses accès de colère et ses menaces.

Baal-Peor  signifie « seigneur de la brèche » lieu de la chute, divinité adorée à Peor avec la pratique de rites que Dieu réprouve.

Balak  signifie ; « celui qui dévaste », « qui gaspille » car Baal (Satan) est le « seigneur de la brèche ». Ce roi était lié aux Madianites et aux Ammonites hostiles à Dieu.  Il est a noté que la signification des noms de Balaam et de Balak était assez similaire,  leur dénominateur commun était « la destruction ».

Pour bien comprendre les agissements de ce faux prophète, lisons attentivement son histoire dans Nombres 22 à 25

Les Juifs entrés dans le pays de Canaan, venaient de détruire les royaumes d'Og, roi de Basan, et Sihon, roi des Amoréens. Cela avait provoqué la peur chez Balak, roi de Moab. Il était terrorisé par la crainte que suscitait les enfants de d’Israël. Il se rendit donc à Pethor en Mésopotamie pour solliciter le service de Balaam le prophète. Il devait probablement avoir une certaine renommée pour qu’un roi fasse appel à lui pour maudire Israël. Balaam entre en scène dans l’histoire d’Israël alors que ce dernier campait dans les plaines de Moab. Nombres 22 : 6 Viens donc maintenant, je te prie ; maudis–moi ce peuple, car il est plus puissant que moi. ( Balak) Peut–être que je pourrai le battre, et que je le chasserai du pays ; car je sais que celui que tu bénis est béni, et que celui que tu maudis est maudit.

Balaam connaissez probablement les commandements de l’Eternel, mais accepta le compromis financier en parlant avec les chefs de Moab qui voulaient maudire Israël. Il est devenu un traître par ses agissements douteux et flous. C’est ainsi que l’apôtre Pierre le dépeint en disant qu’il « aima le salaire de l’iniquité « Ces gens-là sont des fontaines sans eau… l’obscurité des ténèbres leur sont réservée »  2 Pierre 2 :15-16.

Balak va une première fois tenter d’obtenir gain de cause avec Balaam en lui envoyant une délégation et des présents. Balaam ne le renvoya pas directement mais temporisa en leur disant qu’il leurs donnera une réponse après avoir consulté Dieu. Il leurs offrit l’hospitalité pour la nuit. Dieu interviendra directement pour lui interdire d’aller avec eux et de ne pas maudire Israël. Balaam suivit les instructions de l’Eternel.

Face à ce premier échec Balak réitéra l’invitation à suivre une nouvelle délégation de son royaume avec des présents encore plus importants et des promesses d’honneur en contre partie de la malédiction sur Israël.

Une deuxième fois Balaam tergiverse, négocie et temporise. Il n’obéit pas totalement et n’applique pas correctement les instructions de Dieu. V 18  Mais Balaam répondit aux serviteurs de Balak : quand Balak me donnerait sa maison pleine d’argent et d’or, je ne pourrais pas transgresser l’ordre de l’Éternel, mon Dieu, pour faire une chose petite ou grande.19  Toutefois, demeurez ici, je vous prie, vous aussi cette nuit, que je sache ce que l’Éternel continuera de me dire.

L’Eternel avait déjà dit ce qu’il devait faire. Il attendait de sa part une autre réponse. Dieu intervient pour la deuxième fois et lui donne cette fois-ci instruction de les suivre. Le prophète n’entend plus rien sinon sa propre voix et ses propres pensées.

La colère de Dieu s’enflamma contre lui et l’aveugle au point où il ne voit pas l’ange de l’Eternel qui lui barre le chemin.

Balaam brutalise sa pauvre ânesse terrorisée à la vue de l’ange de L’Eternel. Dieu va s’adresser à Balaam en faisant parler son ânesse. Il entretient une conversation avec l’animal sans se rendre compte de sa folie. Nombres 22:31  Alors l’Éternel ouvrit les yeux de Balaam, et il vit l’ange de l’Éternel qui se tenait dans le chemin, son épée nue dans la main ; et il s’inclina et se prosterna sur son visage. …34  Alors Balaam dit à l’ange de l’Éternel : j’ai péché ; car je ne savais point que tu te tinsses dans le chemin contre moi ; et maintenant, si cela te déplaît, je m’en retournerai.

La Parole de Dieu n’a pas suffit pour convaincre Balaam. Lorsque Dieu dit « oui ou non » cela devrait être suffisant.  Le « oui » de Dieu est alors permissif pour que Balaam qui va s’enliser dans son égarement. Nombres 22 : 20  Et Dieu vint à Balaam la nuit, et lui dit : si ces hommes sont venus pour t’appeler, lève–toi, va avec eux ; mais tu ne feras que ce que je te dirai. 21  Balaam se leva donc le matin, sella son ânesse, et s’en alla avec les seigneurs de Moab.

Dieu permet que de tels événements nous arrivent pour nous corriger et nous éduquer. Il a fallu que le Seigneur fasse parler un âne pour le stopper dans son entêtement ! C’est son ânesse terrifiée qui lui a sauvé la vie. Son œil exercé du prophète n’était plus opérationnel il était dans une cécité totale.

Balaam s’en alla avec les seigneurs de Balak. Balaam annonce à Balak qu’il ne pourra pas dire autre chose que ce que Dieu mettra dans sa bouche.

Balak prit Balaam, et le fit monter sur les hauts lieux de Baal. A plusieurs reprises Balaam demanda à Balak de construire sept autels, et de lui apprêter des taureaux et des béliers avant de prendre le conseil de Dieu. A chaque fois Dieu lui confirma sa bénédiction et sa protection pour son peuple Israël.  Balak se mis alors en colère contre Balaam, et lui dit : je  t’ai appelé pour maudire mes ennemis, et voici, tu les as bénis déjà trois fois !

Après ces différents échecs Balaam et Balak se séparèrent.

L’association aux ennemis d’Israël entraîna Balaam dans la compromission et l’égarement personnel. Tout en sachant ce que le peuple encourait en bafouant les commandements de Dieu, Balaam dispensa des conseils iniques à Balak  qui firent tomber Israël dans l’immoralité et l’idolâtrie. Seule, l’intervention de Phinées sauvera Israël, mais 24 000 israélites trouvèrent la mort à cause de leur désobéissance. Voila pourquoi Balaam sera une tâche dans l’histoire du peuple juif et surtout dans la mémoire collective des israélites.

Josué 24:9  Balak, fils de Tsippor, roi de Moab, se leva et fit la guerre à Israël. Il appela Balaam, fils de Béor, pour vous maudire. 10  Mais je ne voulus point écouter Balaam ; il vous bénit, et je vous délivrai de la main de Balak.

Néhémie 13:2  Parce qu’ils n’étaient point venus au–devant des enfants d’Israël avec du pain et de l’eau, mais qu’ils avaient soudoyé Balaam contre eux, pour les maudire ; mais notre Dieu changea la malédiction en bénédiction.

Michée 6:5  Mon peuple, rappelle–toi donc ce que projetait Balak, roi de Moab, et ce que lui répondit Balaam, fils de Béor, et ce que je fis depuis Sittim à Guilgal, afin que tu connaisses les justes voies de l’Éternel !

Que retirez de cette histoire ?

L’histoire de ce faux prophète est marquée par une progression constante de sa confusion et de son incapacité à se soumettre à Dieu. Sa désobéissance et ses fautes incessantes l’ont plongé dans une culpabilité de plus en plus grande. Il s’est ensuite, livré à des enchantements en faisant appel au monde des ténèbres pour entraver la marche d’Israël. Il s’est délibérément assujetti et allié aux forces maléfiques ce que Dieu interdit absolument : c’est la voie de l’égarement de Balaam. Après avoir échoué dans ses manipulations occultes, il a élaboré une stratégie démoniaque pour conduire Balak à détruire Israël par l’intérieur. C’est ce que Apocalypse 2 : 14 appelle l’enseignement  ou la doctrine de Balaam.

Balaam savait que Dieu protégerait toujours Israël si le peuple restait dans l’obéissance aux exigences de la loi et qu’en fin de compte il aurait la victoire sur ses ennemis. Fort de cette pensée, il savait que s’il le poussait à la désobéissance envers Dieu, il serait immédiatement exposé au jugement divin et serait vaincu. C’est ainsi que dans la perversion de ses pensées, il conçut un plan diabolique pour égarer les israélites. Il influença donc le roi Balak à organiser une fête avec les jeunes filles de Moab qui avaient pour objectif  de séduire les jeunes gens d’Israël à seule fin de les inciter à l’adoration de leurs idoles et de leur faire connaître le jugement de Dieu et la défaite.

Cette stratégie de Balaam réussit, il a vendu ses frères détournant Israël de son Dieu. Le peuple se livra d’abord à la débauche avec les moabites et ensuite participa aux sacrifices de leurs dieux moabites.  Nombres 25:3 

Il fût la principale pierre d’achoppement qui fit trébucher le peuple de Dieu sous l’Ancienne Alliance.

 Notre prochaine étude aura pour objectif de comprendre comment fonctionnent ceux qui enseignent cette fausse doctrine afin de l’identifier dans l’Eglise aujourd’hui et de mieux s’en prémunir. 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens