Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 10:26

 

Après avoir aborder les 2 premiers piliers que sont  l’enseignement et la communion, nous abordons le 3ème qui est le partage des repas et des agapes fraternelles.

Nous avons vu que la communion n’était pas le partage de la cène mais un ensemble de choses dans la vie de l’Eglise naissante, le partage de l’enseignement, la recherche de la communion du Père et du fils mais aussi des membres.

Les termes « fraction du pain » ce 3ème pilier de la persévérance de Jésus était bien le fait de manger ensemble. Le repas est un élément clé de la convivialité de l’esprit de famille avec laquelle les assemblées locales doivent renouer.

Ce n’est pas une option c’est un élément constitutif de la force de l’Eglise .

Actes 2 : 46  Et ils étaient tous les jours assidus au temple d’un commun accord ; et rompant le pain dans leurs maisons, ils prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de cœur.

Nous voyons aujourd’hui dans le monde une sorte de préservation égoïste, un repli sur soi qui malheureusement se retrouve aussi dans l’Eglise. C’est ce qu’on appelle le « cocooning » , cette attitude qui consiste à se trouver si bien chez soi qu'on n'est guère poussé à en sortir excepté pour les nécessités vitales. C’est la pensée d’un comportement casanier, où après le travail, je me réserve le droit à mon repos, à mes loisirs, à ma famille et à ma maison. 

 

Dans la longue liste des traits de caractère que nous rencontrerons dans les derniers temps énumérés par Paul, il y en a 3 qui prennent de l’ampleur à notre insu dans l’Eglise. Ce sont l’égoïsme, l’amour de l’argent et l’engouement pour le plaisir. 

2 Timothée 3 : 2  Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, 3  insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, 4  traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu.

Ces tendances ne sont pas favorables à la communion fraternelle et à la fraction du pain.

La plupart du temps dans les grandes assemblées ces agapes ne sont pas propices à cette communion, car elles sont bien souvent rares et contraignantes au niveau de leurs organisations. Dans les maisons les repas ou les agapes sont plus simples à organiser et plus conviviales. Chacun peut y apporter sa contribution, et ainsi partager les frais et les charges. C’est l’esprit de ces repas partagés, accompagnés de moments de témoignage et d’édification. Ces moments ne sont pas initialement prévus pour le loisir et la distraction, mais la détente n’en est pas toutefois exclue.

Ces moments de communion lors des repas pris régulièrement dans les maisons doivent devenir des temps d’enseignements, des occasions de prières de louanges. Jésus était au centre de ces partages.

Amener les païens à l’assemblée locale est une erreur, de toutes les façons nous aurons toujours  du mal à le faire, car nos réunions n’intéressent pas les inconvertis pas plus que les réunions spectacles à tendances. Gospel. Certains chrétiens des assemblées  cultivent l’émotion et se font se fait plaisir.

La confrontation et le témoignage chrétien se passaient dans les maisons au cours de ses repas.

Dans le texte qui suit nous voyons que les premiers chrétiens commençaient la semaine avec un repas et ensuite l’occasion était donnée de partager une fois de plus un enseignement, non un service de louange, non une exhortation mutuelle, non une étude mais un discours au cour du quel Paul enseignait longuement.

Actes 20:7  Et le premier jour de la semaine, les disciples étant assemblés pour rompre le pain, Paul discourait avec eux, devant partir le lendemain, et il prolongea son discours jusqu’à minuit.

Actes 20:11  Puis étant remonté, et ayant rompu le pain, et mangé, il parla longtemps jusqu’au point du jour, après quoi il partit.

 

C’est aussi au  cours de ces repas que se prenait la cène.

Donc, il nous faut bien comprendre qu’ils ne prenaient pas la cène comme les assemblées le pratiquent bien souvent mais ils faisaient un vrai repas au cours duquel le pain et le vin étaient pris en mémoire du sacrifice de Jésus.

1 Corinthiens 10:16  La coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est–elle pas la communion au sang de Christ ? Le pain que nous rompons, n’est–il pas la communion au corps de Christ ? 17  Comme il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, ne sommes qu’un seul corps ; car nous participons tous au même pain.

1 Corinthiens 10:21  Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons ; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons. 20  Lors donc que vous vous assemblez dans un même lieu, ce n’est pas pour manger la Cène du Seigneur.

 

La vie était centrée autour de Jésus.

 

1 Corinthiens 11:21  Car au repas, chacun se hâte de prendre son souper particulier ; en sorte que l’un a faim, et l’autre est repu. 22  N’avez–vous pas des maisons pour manger et pour boire ? Ou méprisez–vous l’Église de Dieu, et faites–vous honte à ceux qui n’ont rien ? Que vous dirai–je ? Vous louerai–je ? Je ne vous loue point de cela. 23  Car pour moi, j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai aussi enseigné ; c’est que le Seigneur Jésus, la nuit qu’il fut livré, prit du pain ; 24  Et ayant rendu grâces, il le rompit, et dit : prenez, mangez ; ceci est mon corps, qui est rompu pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. 25  De même aussi, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi, toutes les fois que vous en boirez. 26  Car toutes les fois que vous mangez de ce pain, et que vous buvez de cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.

 

Prendre ces repas ensemble renforçait la vie communautaire des croyants. Chacun apportait son propre repas pour le partager avec ses frères et sœurs.

 

Il est évident que les repas pris de la sorte doivent aller avec les structures d’accueil de nos maisons. Mais même le célibataire ou la personne seule peut envisager d’accueillir quelques frère et sœurs.

 

Alors invitons à fraction du pain dans nos maisons !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens