Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 07:44

 

J’ai longtemps hésité à publier ce texte de Rick Johnston, mais je le fais volontiers car si nous nous taisons les pierres crieront. Il ne s’agit pas nous saborder et de détruire l’Eglise de Jésus ou d’œuvrer contre elle. D’ailleurs tout le monde sait que Son Eglise, celle qu’il bâtit lui-même personne ne pourra la détruire.

« Matthieu 16:18  Et moi, je te dis aussi que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l‘enfer ne prévaudront point contre elle. »

La diffusion de cet écrit provoquera dans certains milieux s’il parvient jusqu’à eux de vives réactions, je les assumerai sachant que tous ceux et celles qui veulent la vérité s’exposeront en priorité aux rayons de la Parole de Dieu pour connaître ce que chacun doit réformer ou changer dans son propre cœur. Bien entendu, j’espère qu’il suscitera un bon impact en nous et être parmi les premiers concernés.

Que la grâce et la paix de notre Seigneur soient avec vous.    Nicolas

 

Source : http://www.latrompette.net/post/A193.confrontation.htm

Source:officielle : http://www.gotosimpletruth.com/needforopenconfrontation.htmlns

 

 

Trop de faux apôtres et de faux prophètes circulent aujourd'hui impunément. Le Saint-Esprit appelle tous ceux qui ont l'amour de la vérité à se lever pour les confronter publiquement!

Notre nation et notre culture* traversent une crise morale majeure, que nous ne pouvons pas ignorer, en tant que Chrétiens. Notre génération semble se précipiter à toute allure dans une décadence sans précédent dans l'histoire de l'humanité.

 

Quelle doit être notre position ?

 

Rick Johnston parle pour les Etats Unis, mais nous en sommes strictement au même point !

Je ne veux pas perdre votre précieux temps en vous faisant entendre mes plaintes sur la condition morale lamentable de notre nation et du monde. Beaucoup d'autres l'ont fait, notamment du haut d'une estrade, en exposant les horreurs qui se commettent partout dans le monde. Toutefois, je voudrais vous présenter une réponse sérieuse à ce problème. Je vous demande simplement de réfléchir.

 

Croyez-vous réellement que le gouvernement, ou n'importe quel organisme officiel, pourra résoudre les problèmes de la drogue, des divorces ou de la criminalité ?

 

Tout ce dont nous prenons connaissance, à la radio, à la télé ou dans les médias, ne représente que les symptômes de la décadence morale de notre société. Ce ne sont, en quelque sorte, que les feuilles de l'arbre. Mais les racines de cet arbre s'enfoncent profondément dans le terreau de l'immoralité.

 

Cet arbre ne peut pas s'empêcher de produire les fruits de son espèce.

Dans toute l'histoire de l'humanité, aucun gouvernement n'a jamais été capable de trouver la solution de sa propre immoralité.

On ne pourra jamais voter une loi qui soit capable de transformer le cœur d'un homme en le rendant meilleur !

Aucun gouvernement n'a jamais eu le pouvoir de transformer le cœur des hommes. Il ne faut pas attendre cela des gouvernements.

Dans quel état réel se trouve le monde qui nous entoure ? Jusqu'à quel point est-il malade ? Réfléchissez un moment à cela. Il est triste de constater que c'est au moment où la destruction de la famille est tellement évidente, que la famille devient un argument intéressant dans les programmes des hommes politiques !

Lorsque les gens commencent à se tourner vers le gouvernement pour trouver des solutions,

et lorsque le gouvernement croit qu'il est capable de trouver ces solutions, c'est alors que la fin est proche !

 

De nombreuses nations, tout au long de l'histoire, ont été complètement détruites par ce virus de l'immoralité. Pourtant, il existe un vrai remède.

 

Je le répète, je vous demande simplement de réfléchir. Je vous promets que je ne vous donnerai pas une vague réponse religieuse, alors que ce monde a désespérément besoin de Dieu. Ce serait vous donner un moyen facile d'éviter de recevoir la solution réelle à ce problème. Faire de belles phrases sur le besoin de l'homme de connaître Dieu n'a jamais guéri personne ! Il est évident que l'homme a besoin de Dieu. S'intéresser aux feuilles d'un arbre n'est rien. Il faut s'attaquer aux racines du problème.

 

Quand on entend dire qu'une maladie mortelle se répand, sans que l'on puisse la contrôler, tout le monde craint naturellement d'en être infecté. Tous ceux qui en sont infectés n'ont qu'un seul espoir : que quelqu'un découvre un traitement. Presque tous les hommes pourraient confesser qu'ils sont de plus en plus atteints par tous les effets secondaires de l'immoralité et de la rébellion ambiantes.

 

Cette immoralité se répand tellement que tous finiront par en être contaminés, même s'ils n'en constatent pas encore les symptômes. Beaucoup d'êtres innocents ont toujours souffert d'une indifférence généralisée face à la corruption de l'immoralité.

Je ne fais pas partie des nations de cette terre, puisque je suis un enfant de Dieu, né dans Son Royaume, Sa nation sainte.

Je suis le citoyen d'un autre Gouvernement, qui est céleste.

Je crois cependant que nous pouvons beaucoup apprendre de l'Histoire, puisque Dieu en est l'auteur et le Père. J'aimerais vous lancer un avertissement, selon la connaissance que j'ai de Dieu, et de la manière dont Il a traité les nations tout au long de l'Histoire. La nation chrétienne, comme tout autre nation, sera détruite si nous n'agissons pas rapidement.

 

Oui, il existe un vrai remède ! Si vous êtes Chrétien, votre rôle est vital. Vous n'aimez peut-être pas les piqûres, mais vous n'avez pas le choix !

 

C'est du Corps de Christ lui-même que doit venir la réforme !

 

Frères, il faut que nous fassions trois choses : Repérer le virus, définir le traitement, et soigner les victimes. Réfléchissez avec moi.

 

Depuis la croix du Calvaire, Dieu a voulu que ce soit l'Église qui s'intéresse à l'immoralité de l'humanité tout entière. L'Église doit être la Voix morale de Dieu sur la terre. Cette voix est aussi comparée au sel, et à la lumière. Cette voix doit résonner clairement. La lumière doit briller dans les ténèbres pour guider les âmes troublées.

L'Église doit les appeler à rejoindre un endroit sûr et tranquille, quelle que soit la tempête qu'elles viennent de traverser. Toutes ces âmes doivent pouvoir entendre clairement la voix de l'Eglise, même en plein milieu des tempêtes de la vie. "Voici le chemin !" Les portes de l'espoir doivent être grandes ouvertes pour tous ceux qui veulent quitter le chemin du péché, sur lequel ils marchaient, pour s'engager dans les voies de Dieu.

 

Beaucoup de Chrétiens aimeraient voir l'Eglise fonctionner comme cela, mais rien ne pourrait plus être éloigné de la réalité aujourd'hui.

Notre Père a prévu un chemin pour que l'humanité abandonne son immoralité et se revête de la sainteté, pour que les cœurs mauvais fonctionnent selon la morale divine.

 

C'est le chemin de la repentance et de l'humiliation devant Dieu. Il n'y a aucun autre chemin.

 

Aucun effort humain ne pourra jamais produire un changement moral réel dans le cœur des hommes, si ce n'est la repentance devant un Dieu saint. Que tous ceux qui sont sages le reconnaissent, ou alors montrez-moi une autre voie !

L'Église a donc l'énorme responsabilité d'être la voix morale de Dieu sur la terre.

Sa voix ne doit pas émettre un son confus. Sa lumière doit briller clairement et constamment, sans aucune variation d'intensité ni de luminosité.

 

Nous devons constamment lancer un clair appel à la sainteté, tout en faisant puissamment résonner la trompette de l'alarme. Cette trompette doit avertir tous ceux qui refusent de déchirer leur cœur et de se détourner de toutes leurs mauvaises voies, pour leur dire qu'ils vont au-devant d'un jugement imminent.

 

Ce grand danger devrait pousser tout homme à ouvrir la bouche, au nom du Seigneur, en éprouvant une grande frayeur ! La voix de l'Eglise devrait pleinement exprimer l'intégrité, l'honneur, la vertu, la sainteté, la justice et la vérité. La vérité la plus pure, qui doit inspirer toutes les paroles de celui qui parle. Sans cette pure vérité, tous les autres fruits ne pourront pas être produits !

Tout ce qui n'est pas le fruit de la pure vérité ne vient pas de Dieu. La voix de l'Église doit exprimer la pure vérité !

 

Est-ce la société qui est responsable de l'immoralité à laquelle nous assistons aujourd'hui ? Non, mille fois non ! La faute en revient à l'institution chargée d'exercer la responsabilité divine d'exprimer la voix morale de Dieu.

 

C'est l'Église qui est malade !

 

Sa voix n'émet plus de son clair, les voies qu'elle indique sont confuses et mal tracées, sa lumière ne brille plus, et il n'y a plus de sel dans son message !

 

C'est l'Église qui est entièrement responsable de la corruption morale de notre nation et du monde.

Ceux qui prêchent sur les estrades, dimanche après dimanche, émettent un son confus et impur. Même si l'orateur embouche la trompette, sa vie est remplie d'hypocrisie, de péché, d'hérésie et de mensonges.  Propos de Paul dans ses épîtres aux Corinthiens

 

Nous devons reconnaître que, sans exception, la corruption morale de notre nation est directement proportionnelle à la corruption morale des dirigeants de nos églises.

Si nous continuons à nier cette vérité, tout en accusant le gouvernement et la société de tous nos maux, nous mentons à Dieu et aux hommes. Nous prétendons avoir les réponses et les solutions de tous nos problèmes. Mais si c'était réellement le cas, pourquoi sommes-nous toujours incapables de détruire ce virus de l'immoralité, qui ne fait que se répandre dans notre société ? Médecin, guéris-toi toi-même !

 

Il est très facile de repérer le virus, bien qu'il soit presque indétectable dans certains cas.

Aujourd'hui, la plupart des sermons que nous entendons sont plus proches du "one man show" que de la Parole de Dieu ! Ces sermons amusent peut-être la galerie, avec leurs plaisanteries et leurs bons mots. Mais ils n'ont que peu d'effet sur la vie des auditeurs. Ceux-ci seraient sans doute très étonnés d'apprendre que cette parole qu'ils croient venir de Dieu n'est en fait qu'un discours préparé à l'avance par un professionnel !

 

Aujourd'hui, les prédicateurs peuvent commander leur CD de prédications toutes prêtes, plaisanteries comprises, pour toute une année à l'avance ! N'avez-vous jamais remarqué qu'un sermon qui vous avait semblé bon était repris par quelqu'un d'autre, quelques jours ou quelques semaines plus tard, presque mot pour mot ? Ce n'est pas l'Esprit qui parlait ! Les beaux parleurs émasculés d'aujourd'hui ne font que répéter ce que leur dicte leur source de sermons tout préparés !

 

Ces hommes ne sont plus que les échos les uns des autres. Ils ont oublié que Dieu les avait appelés (à supposer qu'Il les ait jamais appelés) à être Sa voix, et non un écho. J'ai eu, à plusieurs occasions, le privilège de donner une réelle Parole de Dieu et, croyez-moi, il n'y avait aucune place pour la frivolité et les plaisanteries ! Mais on ressentait une crainte solennelle, un profond silence, et la gravité de ce moment.

J'ai même vu des gens frappés d'une stupeur silencieuse pendant de longs moments.

Certains se couvraient la tête de leur manteau, d'autres tombaient à genoux ou allaient d'asseoir tranquillement dans un coin de la pièce.

 

La plupart quittaient la salle en se demandant sérieusement s'ils connaissaient réellement le Seigneur.

Je ne me suis jamais senti poussé à rassurer les gens, en leur affirmant que tout allait bien entre Dieu et eux.

Malheur à l'homme qui croit bon d'ajouter quelque chose, quand Dieu a parlé au cœur !

Pour bien comprendre ce que je veux dire, réfléchissez un moment avec moi.

 

Il n'y a pas encore si longtemps, la plus grande partie de la société écoutait la voix morale de l'Église. Dans les années 40 et 50, l'Église exerçait encore une puissante influence morale, au point que les magasins et les bars étaient fermés le dimanche. Bien que je n'aie aucune certitude que ces mesures aient exercé une influence positive sur la morale individuelle des citoyens.

 

Mais cela prouvait tout au moins que la société acceptait d'écouter ce que lui disait l'Église.

Aujourd'hui, la voix morale de l'Église est presque inaudible, et l'Eglise elle-même est tellement malade, que je ne connais aucune autre période de l'Histoire où la situation ait été semblable.

Jamais auparavant la société ne s'était autant dressée contre l'Église, dans une attitude aussi railleuse et arrogante. On se moque de l'Église, on ridiculise et l'on profane tout ce qui est chrétien, à tous les niveaux de la société.

Le mot même de "Chrétien" est devenu un mot abject. Ne croyez pas que tout cela ne soit qu'une forme de la persécution du monde. Il n'en est rien !

Il ne s'agit que de la juste réaction d'une société qui est en train de vomir une Église engluée dans l'hypocrisie, l'esprit du monde, l'hérésie et le péché.

Une Église impuissante, incapable de montrer le chemin à une génération qui se demande désespérément où est la vérité. S'il y a quelque chose que j'apprécie dans la génération actuelle, c'est son refus de se laisser impressionner par des paroles. Elle veut des actes, et une réelle démonstration !

 

Mais l'Église n'exerce plus la moindre influence, malgré toutes ses belles paroles. Cette impuissance est due à l'hypocrisie et aux péchés manifestes de ses membres et de ses conducteurs.

 

Comment l'Église pourrait-elle offrir un remède efficace à la société, lorsqu'elle s'abreuve elle-même à la même source d'immoralité ?

La société ne peut que crier à l'Église : "Arrête de pointer ton doigt desséché vers mon visage ! Espèce d'hypocrite, tu oses encore me parler de mes péchés et de mon amour de l'argent ! Toi qui devrais me montrer le chemin, va te regarder dans la glace !"

 

Une telle attitude nous prouve que cette génération a réellement faim d'authenticité.

C'est pourquoi les téléphones des voyants et des guérisseurs sont si encombrés !

Je le répète, réfléchissez ! Si vous êtes Chrétien, votre rôle est vital pour soigner ceux qui sont infectés !

 

Nous avons repéré la source de ce virus, et étudié ses effets sur la société.

Il me semble que nous devrions à présent étudier un autre problème, avant d'appliquer un traitement réellement efficace.

Je l'ai dit, la corruption de notre nation est directement proportionnelle à la corruption des pasteurs de l'Église.

Il ne faut pas chercher la cause du problème à la Maison-Blanche, au Sénat, au Congrès, ou à la Cour Suprême, comme beaucoup de télé-évangélistes voudraient nous le faire croire.

C'est la voix morale de l'instrument choisi par Dieu qui ne fonctionne plus !

 

Nous devons répondre à deux questions.

1) Comment en sommes-nous arrivés là ?

2) Que faudrait-il faire pour que les choses changent ?

 

Aujourd'hui, presque toutes les églises enseignent au moins une erreur doctrinale majeure, ou sont dans une forme ou une autre de séduction spirituelle.

Ecoutez-moi bien ! Je peux vous dire que, quelle que soit l'église que vous pouvez fréquenter, vous trouverez qu'elle enseigne au moins une fausse doctrine quelconque.

Dès le début de l'histoire de l'Église, nous pouvons voir que certains conducteurs spirituels, parce qu'ils voulaient dominer sur le Corps de Christ, se sont organisés pour ôter de l'Église les principales doctrines et pratiques fondamentales enseignées par Christ et les apôtres.

 

Pourtant, au début de l'Église primitive, l'hypocrisie, l'hérésie et le péché étaient publiquement dénoncés et réprimés.

 

On n'agit plus ainsi aujourd'hui, sans doute parce que nous sommes devenus plus "civilisés" ! Aujourd'hui, quand un prédicateur se trouve dévoilé, parce qu'il est pédophile ou qu'il fréquente des prostituées, tous ceux qui prétendent appartenir à Christ, tout en étant eux-mêmes malades, ne pensent qu'à restaurer ce prédicateur déchu !

Ce n'est qu'une perversion de l'amour véritable.

Quelle Bible aurions-nous aujourd'hui, si nous y apprenions que l'apôtre Paul voyageait avec une prostituée ? Ou que l'apôtre Pierre faisait étalage d'une grande prospérité et d'un style de vie luxueux, parce qu'il s'était rendu compte que son ombre même guérissait les malades, et qu'il en avait profité pour organiser des "Croisades de Miracles" pour satisfaire ses appétits charnels et sa cupidité ?

 

Le grand apôtre Pierre a dit : « Je n'ai ni argent ni or. Mais ce que j'ai, je te le donne… »

 

Pouvez-vous trouver dans la Bible une seule personne qui ait réussi à vendre l'Esprit pour un dollar ? Combien notre vocation est grande ! Quel grand danger courent aujourd'hui tous ceux qui se sont laissé prendre par ces loups déguisés en brebis !

 

Nous avons dans la Bible des pères fondateurs qui nous ont montré l'exemple que nous devons suivre.

Des pères fondateurs qui suivaient eux-mêmes l'exemple de Jésus, et qui nous ont lancé un appel à la sainteté, à la vertu, à l'honneur, à l'intégrité, et à la justice ; à tout ce qui procédait de la vérité pure. Paul ne cessait de répéter : "Que ces choses ne soient même pas mentionnées parmi vous… ! Ne vous y trompez pas, tous ceux qui pratiquent de telles choses n'hériteront pas le royaume de Dieu… Sortez du milieu d'eux… !"

 

Ne mangez même pas avec quelqu'un qui se dit votre frère, et qui est un fornicateur !

Paul a pu même s'écrier : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ ! »

 

Soyez honnêtes ! Auriez-vous suivi Paul, si vous aviez appris qu'il voyageait avec une prostituée ? Et vous persistez à vouloir comprendre pourquoi les perdus ne se tournent pas vers l'Église aujourd'hui, mais préfèrent fréquenter les occultistes et les devins ?

 

Quelle est donc cette doctrine, qui était pratiquée dans l'église primitive, et qu'il était urgent pour certains de ne plus pratiquer ? C'est celle de la confrontation publique ! Il fallait absolument dépouiller les Chrétiens du discernement spirituel que Dieu leur avait donné ! Il fallait empêcher le Saint-Esprit de parler par leur bouche !

C'est cette pratique de la confrontation publique qui a empêché les loups ravisseurs d'instaurer la fonction de « l'Oint de l'Éternel » ou de « l'homme de Dieu » ! Ils voulaient rétablir un "souverain sacrificateur", un homme qui serait reconnu comme étant "plus près de Dieu" que le Chrétien ordinaire.

 

Il fallait mettre en place des hommes auxquels tous devraient rendre compte, mais qui ne rendraient eux-mêmes compte à personne, et certainement pas à un groupe de Chrétiens !

Cela permettrait à ces hommes de définir impunément les fausses doctrines qui leur profiteraient, et qui permettraient de couvrir leur hypocrisie, leur hérésie, et leur péché. Comme vous le voyez, le problème n'est pas nouveau, mais il est très ancien !

 

Avant de montrer du doigt le Pape de Rome et toutes les fausses doctrines que l'on peut trouver dans cette fausse institution chrétienne qu'est l'Église Catholique, vous devriez vous rappeler que toutes les églises Protestantes ont leur propre "pape" qui s'exprime du haut de leur estrade, et que ce "pape" répand chaque dimanche toutes sortes de doctrines étranges.

Ces fausses doctrines peuvent trouver leur source dans le Catholicisme, mais elles sont aussi largement enseignées dans le Protestantisme ! En fait, ce sont même les Protestants qui les ont perfectionnées !

Il fallait donc absolument empêcher toute confrontation publique, pour que l'on puisse mettre en place les "oints" et leurs fausses doctrines, et que ces derniers n'aient à rendre des comptes à personne pour leurs actions.

 

Il suffisait de convaincre les Chrétiens que ces "oints" étaient plus saints et plus proches de Dieu qu'eux.

Il fallait faire croire au peuple que tout ce que ces "oints" disaient venait de Dieu, même si cela s'écartait un peu de la Bible.

Il fallait que tout le monde pense que les paroles prononcées par ces "oints" leur étaient données par une sorte de sagesse divine toute particulière, grâce à leurs jeûnes, à leurs prières et à leur célibat.

 

C'est pourquoi on parle tant « d'onction » aujourd'hui !

 

Il fallait aussi créer un groupe d'hommes soigneusement choisis par ces « oints », pour donner l'impression qu'ils ont bien des gens à qui ils rendent des comptes. Tout en veillant à leur enseigner qu'il ne fallait pas « toucher à l'oint de l'Éternel » !

À partir de là, la voie était libre pour donner aux Chrétiens un « bon enseignement ». Il fallait surtout leur apprendre :

Qu'il ne fallait jamais remettre en question le « saint homme », l'oint. « Ne touchez pas à mes oints ! »

Qu'ils devaient assister à toutes les réunions, s'asseoir calmement sans rien dire, payer la dîme, se lever pour louer Dieu, puis rentrer chez eux.

Que les affaires de l'église se traitent toujours en privé, et jamais en public.

Que les affaires de l'église ne doivent être discutées que dans le plus strict huis clos.

Que les péchés personnels font aussi partie des questions privées, dont on ne doit jamais parler en public.

Qu'il faut toujours rester silencieux, et ne jamais se laisser aller à des réprimandes et des reproches publics, en aucune façon.

Qu'il ne faut jamais « laver le linge sale » de l'église en public.

Que ce n'est pas une marque d'amour que d'aborder tous ces problèmes en public.

Tout ce qu'il fallait faire, c'était enseigner ces choses à toute une génération, qui pourrait alors les transmettre à la génération suivante, en croyant qu'il s'agissait de la Vérité de l'Église.

 

Mais ces choses ne sont que des mensonges. L'Église primitive ne pratiquait rien de tout cela.

C'est pour cela que tant de Réformateurs se sont levés tout au long de l'Histoire de l'Église. Ils ont été suscités par l'Esprit de Dieu, depuis Étienne et les apôtres, en passant par Luther, Huss, Wycliff, Wesley et George Fox.

 

Tous ont suivi l'exemple de leur Maître, le Seigneur Jésus Lui-même.

 

L'Histoire de l'Église est tachée du sang des millions de martyrs qui se sont levés pour dénoncer les mauvaises œuvres de leurs dirigeants. Ces martyrs étaient des hommes et des femmes de Dieu qui ont refusé de rester passifs et de se taire, alors qu'ils voyaient se répandre au milieu de l'Église et de leurs dirigeants l'hypocrisie, l'hérésie, le péché, et toutes les fausses doctrines et pratiques.

L'Histoire de l'Église prouve que la confrontation publique a toujours été le moyen choisi par Dieu pour régler les problèmes internes d'une institution censée être l'agent moral de Dieu.

Le Seigneur nous a toujours demandé de dénoncer publiquement les péchés, devant tous, pour que le monde entier en soit témoin.

Depuis l'époque de Jésus jusqu'à Jimmy Swaggart, nous voyons que la dénonciation publique de l'hypocrisie, de l'hérésie et du péché a toujours été la méthode de Dieu. Tant que nous refuserons d'évoquer publiquement les problèmes de l'Église, Dieu continuera à utiliser les médias pour nous les révéler !

 

Amis Chrétiens, si nous étudions le ministère de Jésus, et la manière dont Il se comportait dans le temple et vis-à-vis des Pharisiens, nous apprendrons beaucoup de choses ! Réfléchissez avec moi.

Réalisez-vous que Jésus incarnait la volonté de Dieu, quand Il condamnait ouvertement et publiquement le système religieux qui avait pourtant été institué par Dieu Lui-même.

En fait, Il s'adressait avec une telle hardiesse aux Pharisiens qu'Il les appelait publiquement des « hypocrites », des « vipères », des « sépulcres blanchis », et des « conducteurs aveugles ». Il mettait continuellement les Juifs en garde contre eux. Lisez la déclaration publique la plus profonde jamais faite par Jésus aux Pharisiens. Pouvez-vous imaginer le Fils de Dieu S'adressant aux dirigeants du Temple, pour leur dire publiquement :

 

« Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père » (Jean 8 :44).

Peut-être direz-vous : « Oui, mais c'était Jésus, et je ne suis pas Jésus ! »

« Jésus, ne sais-Tu pas qu'il s'agit des sacrificateurs choisis et oints par Dieu ? Ne sais-Tu pas que la Bible demande de ne pas toucher les oints de Dieu ? Jésus, si Tu continues, tout le monde va penser que le Grand Dieu d'Israël n'est pas le seul Chemin, et que la nation d'Israël se trompe. Jésus, Tu vas avoir des problèmes, Tu vas T'attirer une malédiction ! N'as-Tu pas entendu parler de l'autorité spirituelle ? Pourquoi ne vas-Tu pas leur parler en privé ? Il y a sûrement un moyen de régler tout cela avec plus d'amour ! »

 

Les conducteurs de l'Église primitive suivaient le modèle de Jésus. Ils avaient compris qu'il était essentiel de ne tolérer aucune hérésie, aucune hypocrisie, ni aucun péché dans la vie des Chrétiens et de tous les conducteurs du troupeau.

Ils avaient choisi de régler publiquement ces problèmes, comme Jésus l'avait fait. Pourquoi ? Parce qu'ils savaient que s'ils avaient traité ces sérieux problèmes à huis clos, ils n'auraient pas pu éradiquer de l'église l'hérésie, l'hypocrisie et le péché. Ils savaient que si ces choses n'étaient pas constamment éradiquées de l'Église, celle-ci cesserait d'être la voix morale de Dieu, et n'aurait jamais pu montrer à tous une voie « plus excellente ».

C'est pour cela que Paul reprit publiquement Pierre, devant tous les frères, au sujet de son hypocrisie, parce qu'il forçait les Gentils à judaïser en présence des Juifs.

 

Entendez-vous aujourd'hui la voix des dirigeants de l'Église ?

« Paul, pourrions-nous parler de cette affaire en privé ? Après tout, ce n'est pas si sérieux ! Pourquoi embarrasser publiquement Pierre ?

Paul, ne réalises-tu pas que tu as affaire à l'oint de Dieu, à celui qui a parlé le jour de la Pentecôte ? Il a même parlé à Jésus et marché avec Lui ! Jésus l'a personnellement formé pendant plus de trois ans ! Ce n'est pas ton cas ! Paul, tu manques de tact et d'amour ! Tu n'es sans doute pas parfait dans l'amour ! »

 

C'est aussi pour cela que Paul, devant toute l'église, a publiquement évoqué dans son épître aux Corinthiens le péché grossier de cet homme qui couchait avec la femme de son père.

C'est pour cela que Pierre a repris publiquement Ananias et Saphira pour leur mensonge et leur hypocrisie, parce qu'ils cherchaient à paraître devant le Corps de Christ ce qu'ils n'étaient pas. Leur hypocrisie leur a coûté la vie.

 

C'est pour cela que Paul allait chaque jour au Temple pour enseigner publiquement les Écritures, et combattre pour la foi.

C'est pour cela qu'il fut battu et roué de coups, et qu'ils ont fini par le tuer. Ce système religieux, dont Dieu S'était pourtant servi pendant un temps, a fini par se corrompre au point de faire mettre à mort Jésus, ainsi que les apôtres, et les millions de martyrs qui les ont suivis.

 

Le ministère de Jésus, comme toute l'Histoire de l'Église, nous apprennent deux choses.

Tout d'abord, le système religieux en place vous mettra à mort si vous le dénoncez publiquement.

Ensuite, il s'agit du champ de bataille de tout vrai combat spirituel. Jésus n'a pas seulement payé le prix du rachat des perdus. Il a aussi démontré tout ce que ce système religieux corrompu pouvait faire à ceux qui proclament la vérité.

Cette bataille n'est pas faite pour les lâches !

 

Lisez soigneusement les passages suivants de l'Ecriture : « Ceux qui pèchent, reprends-les devant tous, afin que les autres aussi éprouvent de la crainte. Je te conjure devant Dieu, devant Jésus-Christ, et devant les anges élus, d'observer ces choses sans prévention, et de ne rien faire par faveur » (1 Timothée 5 :20-21).

 

« Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu'il était répréhensible. En effet, avant l'arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens ; et, quand elles furent venues, il s'esquiva et se tint à l'écart, par crainte des circoncis. Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie. Voyant qu'ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l'Evangile, je dis à Céphas, en présence de tous : Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser ? » (Galates 2 :11-14).

 

« Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j'aime. Aie donc du zèle, et repens-toi » (Apocalypse. 3 :19).

 

« On entend dire généralement qu'il y a parmi vous de l'impudicité, et une impudicité telle qu'elle ne se rencontre pas même chez les païens ; c'est au point que l'un de vous a la femme de son père. Et vous êtes enflés d'orgueil ! Et vous n'avez pas été plutôt dans l'affliction, afin que celui qui a commis cet acte fût ôté du milieu de vous ! Pour moi, absent de corps, mais présent d'esprit, j'ai déjà jugé, comme si j'étais présent, celui qui a commis un tel acte. Au nom du Seigneur Jésus, vous et mon esprit étant assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus, qu'un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l'esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus » (1 Corinthiens. 5 :1-5).

 

« Maintenant, ce que je vous ai écrit, c'est de ne pas avoir des relations avec quelqu'un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme » (verset 11).

 

« Je t'en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume, prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l'œuvre d'un évangéliste, remplis bien ton ministère » (2 Timothée. 4 :1-5).

 

C'est le diable qui a conçu le plan visant à empêcher les Chrétiens d'exercer le discernement que Dieu leur a donné.

Si le Corps de Christ ne peut plus exercer ce discernement divin, la société n'entendra plus la voix morale de Dieu. C'est parce que les Chrétiens acceptent de détourner le regard et de rester silencieux, que nous voyons l'hypocrisie, l'hérésie et le péché se répandre dans l'Eglise. Au point que même la voix morale de Dieu finit par paraître à ceux qu'elle devrait toucher comme une voix hypocrite, peine de péché et dépourvue de toute vérité.

 

L'Église a grandement besoin de revenir à la pratique des confrontations et des débats publics ! Elle doit réapprendre à combattre réellement pour la foi, afin de pouvoir accrocher à nouveau son ancre sur le Roc !

 

Votre action est vitale, si nous voulons appliquer le bon traitement !

Combien de fois avez-vous assisté à une réunion dans une église, et avez-vous senti se déclencher en vous « l'alarme divine » du Saint-Esprit, quand vous avez entendu prêcher ou dire quelque chose qui n'était pas juste ? Normalement, cette alarme se présente sous la forme d'un passage de l'Ecriture, qui vous vient instantanément à l'esprit pour contredire ce que vous venez d'entendre.

Combien de fois avez-vous aussi choisi d'ignorer la voix du Saint-Esprit et le discernement que Dieu vous donnait, par crainte d'offenser l'orateur, ou d'être classé parmi les fauteurs de trouble ? Quand vous entendez sonner cette alarme, réagissez-vous tout d'abord en décidant de traiter cette question en privé ?

Après tout, Matthieu 18 nous dit bien de commencer par aller demander un entretien privé à un frère qui a péché. Oui, c'est vrai, mais ce passage désigne clairement le cas d'une offense personnelle ou d'un péché personnel (« si ton frère a péché »). Je veux parler de toutes les fois où vous avez sacrifié sur l'autel de la crainte le discernement divin et la voix du Saint-Esprit en vous !

 

Tout cela parce que vous aviez peur d'offenser l'orateur !

 

Lorsque la vérité est souvent sacrifiée sur les autels de la crainte et du compromis dans votre cœur, vous ne faites que vous livrer à l'apathie et à la complaisance. Si vous étouffez continuellement l'alarme du Saint-Esprit et la voix du discernement divin, vous finirez par être aveuglé et par accueillir la séduction !

Votre église s'enfoncera alors de plus en plus dans le piège des vaines traditions des hommes. Si vous, et d'autres membres de votre église, continuez à rester silencieux, vous en viendrez progressivement à tolérer et à croire tous les mensonges contre lesquels le Saint-Esprit vous avait mis en garde !

Je ne parle pas ici de questions de détail ou d'erreurs minimes. Je parle des alarmes qui retentissent pour des problèmes majeurs. Par exemple lorsque les conducteurs présentent à l'assemblée, comme étant inspirés par l'Esprit de Dieu, des projets de construction de nouveaux bâtiments qui entraîneront des dettes.

Ou encore lorsqu'un prédicateur introduit des enseignements nouveaux qui violent la saine doctrine.

 

Ce sont des alarmes qui retentissent dans notre âme et notre conscience, lorsque nous nous rendons compte que l'hypocrisie, l'hérésie et le péché manifeste s'introduisent dans le cœur des dirigeants ou des membres de l'église.

 

Rappelez-vous bien ceci : seule la Vérité détient l'autorité suprême ! « Ta Parole est la Vérité ».

Toute autorité qui nous est donnée par Dieu ne peut être fondée que sur notre respect de la Vérité.

Peu importe qui parle, qu'il soit reconnu comme apôtre, prophète, évangéliste, pasteur ou docteur, rappelez-vous toujours ce que Dieu pense de lui : « S'il ne parle pas selon Ma Parole, c'est parce qu'il n'y a aucune lumière en lui ! »

En d'autres termes, Dieu ne mettra jamais Son approbation sur la moindre fausse doctrine, la moindre séduction, ni même la moindre erreur. Je vous assure que le Saint-Esprit continue à parler à beaucoup de cœurs chaque dimanche, devant la multitude des erreurs sérieuses qui sont commises dans l'Eglise. Et c'est là que réside le problème ! Ceux à qui Dieu parle refusent de se lever publiquement pour exprimer leur désaccord !

 

Ils préfèrent rester assis sans rien dire, ce qui revient à éteindre l'alarme. Est-ce votre cas ?

Aujourd'hui, la tolérance envers le péché, l'hypocrisie, l'hérésie et les fausses doctrines se parent d'un faux amour qui est bien loin de la vérité biblique ! Bien souvent, je me suis demandé si les brebis du Seigneur n'étaient pas prisonnières d'une sorte de malédiction ! Le véritable amour ne peut rester silencieux lorsqu'il voit l'injustice, les fausses doctrines, l'erreur, l'hypocrisie et le péché se manifester ouvertement. Le véritable amour choisira toujours de parler !

Il est très facile de comprendre cela. Si vous voyez un jeune enfant en train d'être molesté par un pédophile, devant vous, resteriez-vous silencieux ? Pourquoi donc restez-vous silencieux quand vous êtes témoin de l'introduction de la séduction et des fausses doctrines dans votre église ? D'après vous, qui est en train de vous donner le discernement et de sonner l'alarme dans votre cœur ? Et qui décide d'éteindre l'alarme ?

 

Permettez-moi d'ajouter que nous devons juger tout ce qui se passe dans le Corps de Christ. Jésus n'a jamais dit que nous ne devions pas juger, comme on nous a lavé le cerveau pour finir par nous en persuader ! Mais Il a dit dans Matthieu 7 (vérifiez vous-mêmes), que nous ne devions pas juger comme le font les hypocrites. Ne demandez pas à quelqu'un de ne plus fumer, si vous continuez à le faire ! Jésus nous a demandé d'enlever d'abord la poutre qui est dans nos yeux, pour pouvoir ensuite aider notre frère à enlever la paille qui est dans les siens.

 

Quand quelqu'un annonce publiquement la Parole de Dieu, ou diffuse publiquement des articles ou des livres, il doit accepter d'en rendre compte publiquement.

Toute société humaine accepte et pratique ce principe. Pourquoi donc les responsables de l'Église ont-ils décidé qu'ils n'auraient de comptes à rendre à personne pour leurs actes et leurs paroles ?

 

Comment sont-ils parvenus à vous faire éteindre l'alarme de Dieu dans votre cœur ? Même les critiques de cinéma ne se privent pas de dire publiquement ce qu'ils pensent d'un mauvais film…

Pensez à tous les mauvais sermons que vous avez pu entendre, ou les sermons qui étaient à côté de la plaque, ennuyeux, sans vie ou répétitifs…

Il est temps de se lever pour les dénoncer ! Il est temps d'arrêter de se taire !

L'Eglise doit cesser d'être ce qu'elle est devenue ! Réveillez-vous ! Réagissez à l'alarme !

L'Église a besoin aujourd'hui d'une bonne dose de débats publics et ouverts. Nous devons vraiment lutter pour la foi, pour que notre ancre soit à nouveau accrochée au Roc !

 

Le discernement divin a été systématiquement et délibérément éteint, chez les brebis du Seigneur, par des conducteurs qui ont appliqué une politique simple : "Assieds-toi, tais-toi ! Je suis l'oint de Dieu, et j'ai une parole de Dieu pour toi…" Si nous ne les avions pas laissé faire, nous ne verrions pas autant de charlatans vendre l'Evangile pour "se faire du fric", comme nous le voyons chaque fois que nous ouvrons la télévision !

 

Nous avons repéré le virus. Nous avons examiné ses symptômes. Nous avons étudié ses effets sur l'Église et la société. Nous avons mis au point le traitement, qui s'appelle "la Vérité". A présent, c'est à vous d'agir !

 

Il est temps d'appliquer le traitement aux victimes !

 

Pourquoi avons-nous tant besoin de ces confrontations ouvertes et publiques ? Nous en avons désespérément besoin pour produire un réel changement dans l'Église. La Bible et l'Histoire sont remplies de telles confrontations.

 

Chaque fois que les choses se sont écartées trop loin de la vérité du véritable Évangile, notre Père a toujours envoyé un réformateur ou deux, pour prendre publiquement parti contre les conducteurs religieux égarés.

 

Depuis Jean-Baptiste jusqu'à John Wesley, c'est toujours ainsi que notre Père a choisi de réformer réellement de nombreux systèmes religieux morts.

 

C'est notre Père qui a conçu cette méthode de changement, aussi sûrement qu'Il a réglé le cours du soleil, de la lune et des étoiles, ou la composition de l'air que nous respirons.

 

C'est de cette manière qu'Il veut procéder. Si un changement doit se produire, il ne se produira qu'à la suite d'une confrontation publique. Réfléchissez bien à cela.

 

Vous avez commencé à changer lorsque le Saint-Esprit vous a clairement confronté à votre vie de péché et à votre besoin d'être sauvé.

 

C'est aussi ce qui se passe quand un mari ou une femme décident de confronter leur conjoint à propos d'un problème important dans leur couple. C'est quand on est directement confronté à la réalité que les choses commencent à changer. Un changement doit alors se produire, d'une manière ou d'une autre.

 

Si l'Église doit être débarrassée de toutes les fausses doctrines, des hérésies, de l'hypocrisie, du péché, et de tout ce qui est condamnable, nous devons remettre en vigueur les confrontations publiques directes. Nous devons nous nettoyer de toutes ces impuretés, sinon le monde continuera à se moquer de nous et à nous ridiculiser, en nous traitant d'hypocrites. Certes, nous commettrons quelques erreurs, mais elles ne devront pas nous arrêter.

 

Ce que pratiquaient nos pères fondateurs a été éliminé par les faux évangiles de la prospérité, par la politique au sens large, et par notre fuite devant la réalité. Tout cela a été emballé dans une grâce à bon marché et un amour filandreux, pour faire croire que nous pouvons tous continuer à porter des haillons crasseux et entrer quand même dans le Royaume de Dieu ! Des millions de Chrétiens ont été violemment battus, lapidés, jetés aux lions, brûlés vifs, privés de leurs enfants assassinés sous leurs yeux, parce qu'ils avaient osé se lever pour contester publiquement les erreurs et les hérésies d'un faux système religieux.

 

Nos pères savaient que s'ils ne dénonçaient pas les mensonges et les erreurs de ces faux systèmes religieux, cela entraînerait des morts bien plus graves que de simples morts physiques. Ils savaient que ces faux systèmes religieux pouvaient entraîner de précieuses âmes dans la mort spirituelle.

 

Ils ont refusé d'étouffer le discernement divin qu'ils avaient reçu, par crainte d'offenser quelqu'un. Ils se sont levés hardiment, refusant de se compromettre, même pour la plus petite question de doctrine, comme celle de la circoncision. Dans leur cœur, ils ont soigneusement détruit tout autel secret sur lequel ils auraient pu sacrifier une parcelle de vérité. Au lieu de cela, ils ont préféré s'offrir eux-mêmes sans crainte comme un sacrifice vivant.

 

Pour que la vérité et le discernement divin puissent être transmis aux générations suivantes, qui les observaient de près pour voir si le Dieu qu'ils servaient était réel. Une génération désespérée nous observe !

Nous sommes entourés par une grande nuée de témoins.

Aujourd'hui, je pourrais dire qu'ils sont nombreux, ceux qui se penchent au balcon du Ciel, pour voir si, au sein de cette génération, des hommes vont se lever pour parler !

Il ne s'agit pas de savoir si nous allons nous lever et parler, c'est un devoir ! Cela prendra peut-être plus d'une génération, mais si nous commençons maintenant, nos enfants pourront éventuellement recevoir sans honte leur héritage chrétien !

 

Ne restons plus assis, mais levons-nous pour dénoncer sans répit tout ce qui est une contrefaçon de la vérité ! Si nous nous repentons, et si nous nous levons pour parler d'un cœur fervent, je sais que Dieu enverra Son Esprit, d'une manière profonde, dans une Eglise glorieuse. Ce n'est qu'à ce prix que la société pourra observer une réelle démonstration de la vérité de l'Evangile de Christ. Le monde verra alors que le Christ que nous servons possède la puissance de produire la sainteté, l'intégrité, l'honneur, la vertu, la justice et la vérité dans le cœur et la vie de Ses enfants.

 

La société écoutera alors à nouveau la voix morale de Dieu, et la guérison pourra se répandre dans notre nation.

 

Note de Parole de Vie : Nous ne nous faisons aucune illusion sur les changements profonds que nous devons attendre dans notre société corrompue. La Parole de Dieu est claire : dans les derniers temps, l'amour du plus grand nombre se refroidira, l'iniquité grandira, et la foi véritable diminuera. Nous entrons dans les temps d'une apostasie irrémédiable, qui se terminera par les terribles jugements de l'Apocalypse.

Malgré les nombreuses âmes que le Seigneur va encore attirer à Lui, ce n'est donc pas dans l'espoir de voir guérir toute notre société que nous devons répondre à l'appel que Dieu nous lance pour mener une vie chrétienne intègre et sans compromis, dans la vérité de Sa Parole et de Son Esprit. C'est uniquement pour satisfaire le cœur de notre Dieu, pour Lui obéir par amour, et pour Sa gloire seule.

Même si, là où nous sommes, nous sommes les seuls à proclamer et à vivre la vérité, n'hésitons jamais à le faire avec hardiesse, sans crainte de la persécution, du rejet et de l'isolement. Dieu nous justifiera au Jour du Seigneur. Et nous pourrons continuer à être des sources d'eau vive dans le désert qui nous environne !

Que Dieu vous aide et vous bénisse !

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens