Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 18:04

 

Suite 2 / 6

 

Nous connaissons bien ce que Paul dit lorsqu’il parle de l’assurance du salut.

Dans l’épître aux Ephésiens Paul explique tout ce que nous avons reçu en héritage en Jésus-Christ. Il explique que Dieu nous a choisis avant la fondation du monde dans le but de mener une vie sainte et irrépréhensible devant lui, Il nous a destinés à être ses enfants adoptifs. Il est le maître absolu de tout ce processus de vie et agit selon sa volonté. Il nous a scellé de son Esprit. C’est un peu comme une alliance ou une assurance qu’il nous a donnée en gage de sa fidélité. Cela nécessite en retour un engagement fidèle de notre part.

 

Notre fidélité peut faiblir mais la fidélité de Dieu ne nous fera jamais défaut.

2 Timothée 2 : 11  Cette parole est certaine : Si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui ; 12  si nous persévérons, nous régnerons aussi avec lui ; si nous le renions, lui aussi nous reniera ; 13  si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui–même.

Apocalypse 2 : 10  …. Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie  Lettre à l’église de Sardes

Je vous propose vous attarder sur le fait que nous sommes sauvés en espérance et que notre foi s’y rattache. Notre salut est un processus et la course de toute une vie.

Romains 4: 18  Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu’il devint père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité.

Romains 8: 24  Car c’est en espérance que nous sommes sauvés. Or, l’espérance qu’on voit n’est plus espérance : ce qu’on voit, peut–on l’espérer encore ?

Romains 12: 12  Réjouissez–vous en espérance. Soyez patients dans l’affliction. Persévérez dans la prière.

Romains 15: 13  Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint–Esprit !

1 Thessaloniciens  1:3  nous rappelant sans cesse l’œuvre de votre foi, le travail de votre charité, et la fermeté de votre espérance en notre Seigneur Jésus–Christ, devant Dieu notre Père.

1 Timothée 4: 10  Nous travaillons, en effet, et nous combattons, parce que nous mettons notre espérance dans le Dieu vivant, qui est le Sauveur de tous les hommes, principalement des croyants.

Tite 3: 7  afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle.

1 Pierre 1: 21  qui par lui croyez en Dieu, lequel l’a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu.

 

1 Pierre 3: 15  Mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous,

1 Jean 3: 3  Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui–même est pur.

Philippiens 2: 12  Ainsi, mes bien–aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent ;

N’avez-vous pas remarqué qu’il arrive encore à des chrétiens après des années de conversion et pécher malgré le fait qu’ils aient été scellés de l’Esprit de la promesse ?

 

Dans  Jean 10 Jésus s’adresse aux Juifs qui ne croient pas en Lui. Il leur dit : « vous ne croyez pas parce que vous n’êtes pas de mes brebis ». Il faut en fait lui appartenir avant de croire ! Jésus explique qu’il donne la vie éternelle à ses brebis, et qu’elles ne périront jamais. Il leurs promet la vie éternelle et leurs dit bien qu’elles ne périront jamais. Ceci est conforme à cette vie éternelle promise qu’on ne peut pas perdre si on reste une brebis en communion avec le berger. Notre protection dépend de nous si nous demeurerons en Lui.

C’est aussi la volonté du Père pour les brebis données au Fils, qu’elles reçoivent la vie éternelle  et qu’elles ne se perdent pas. Ces brebis reçoivent la vie éternelle en croyant la Parole de Dieu et l’Évangile du salut de Jésus-Christ.

Jésus confirme cette vérité en priant son Père dans Jean 17 pour qu’aucune de ces brebis qui lui appartiennent ne se perde. Or, Jésus n’est-il pas toujours exaucé ?

Dieu est l’instigateur de notre salut, il nous choisit librement pour nous faire hériter du salut. Il fait tout pour que nous croyons en sa Parole et pour que nous soyons sauvés jusqu’au terme de notre vie ici-bas. Il nous donne son Esprit pour nous aider et nous enseigner afin que le caractère de Christ soit formé en nous. Il pourra le faire tant que nous resterons dans la dépendance de Son Esprit pour être régénéré et transformé à l’image du Christ.

Nous pouvons voir le récit d’hommes justes qui sont tombés pour des fautes que nous pourrions juger de graves qui se sont repentis. De là à conclure qu’il est possible de pécher, même de manière grave, sans toutefois perdre son salut serait une grossière erreur.

L’apôtre Jean nous parle lui-même de personnes qui appartenaient à l’assemblée locale  mais qui n’étaient pas de vrais croyants. 1 Jean 2 : 19  Ils sont sortis d’entre nous, mais ils n’étaient pas des nôtres ; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous ; mais c’est afin qu’il fût manifesté que tous ne sont pas des nôtres. Il dit que s’ils avaient vraiment été des enfants de Dieu, ils seraient restés avec nous.

 

Ces nombreux passages nous encouragent à persévérer pour être sauvés ? L’homme est acteur dans son salut après avoir été gracié. Cela ne contredit pas que Dieu nous garde. Dieu veut que l’homme lui obéisse et le serve volontairement en toute conscience.Il est donc normal qu’il lui communique ses commandements.

Dieu veut que les hommes aient une foi personnelle pour tenir jusqu’au bout.

A travers ces commandements, je crois que nous pouvons nous faire une idée de ce qu’est la véritable foi qui sauve.

Lorsque Jésus dit: « tout arbre qui ne porte de bons fruits sera abattu et jeté au feu ».

Nos oeuvres n’ont point vocation de nous conduire au salut. Le salut par contre a vocation de  nous amener à produire de bonnes oeuvres.

Le salut nous est acquis dès lors que nous acceptons Jésus dans notre vie ; mais après il nous appartient de le conserver et de porter de bons fruits. Refuser de porter de bons fruits c’est refuser son salut et ses conditions. C’est rompre le contrat.

Une fois que nous sommes assurés de notre salut Dieu ne nous oblige pas à continuer de le suivre. Nous le faisons parce que nous lui sommes redevable et que nous voulons l’honorer et l’aimer en faisant tout simplement ce qu’il nous commande. Dieu ne nous contraindra jamais de lui rester fidèles pour rester sauvés.

 

Ephésiens 2 : 8  Car vous êtes sauvés par la grâce, par le moyen de la foi ; et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu ; 9  Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.

L'apôtre Jacques nous parle de la foi et des œuvres.

Jacques 2 : 22  Ne vois–tu pas que la foi agissait avec ses oeuvres, et que par les oeuvres la foi fut rendue parfaite ?...24  Vous voyez donc que l’homme est justifié par les oeuvres, et non par la foi seulement…26  Car comme le corps sans âme est mort, de même, la foi sans les oeuvres est morte.

Si ces œuvres sont totalement absentes, notre foi est morte.

Galates 2 : 16  Sachant que l’homme est justifié non par les oeuvres de la loi, mais par la foi en Jésus–Christ, nous avons nous–mêmes cru en Jésus–Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ, et non par les oeuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les oeuvres de la loi.

 

La leçon est simple : Seule une foi vivante en Jésus-Christ nous justifie. Elle doit nous accompagner dans les œuvres que Dieu a préparées d'avance pour nous. La coopération de la foi et des œuvres assurera notre croissance et notre fermeté.

Notre foi doit nécessairement être accompagnée d'œuvres bonnes.

Ephésiens 2 : 10  Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus–Christ pour les bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous y marchions.

 

Dieu connaît nos limites et nos faiblesses,  il reste miséricordieux, et prêt à pardonner dès lors que nous nous repentons

 Galates 3 : 1  O Galates dépourvus de sens ! qui vous a fascinés pour que vous n’obéissiez plus à la vérité ? Vous, aux yeux de qui Jésus–Christ a été vivement dépeint, et comme crucifié en vous ? 2  Je veux savoir de vous cette seule chose : avez–vous reçu l’Esprit par les oeuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? 3  Avez–vous tellement perdu le sens, qu’après avoir commencé par l’Esprit, vous finissiez maintenant par la chair ?                                               

 

A suivre… 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens