Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 22:14

Dans le monde et aussi dans l’Église, nous subissons des influences invisibles :cellesdes puissances de l’air. Toutes sortes d’influences sont mentionnées dans les écritures avec des appellations différentes : l’esprit d’antichrist, l’esprit du siècle présent, l’esprit d’iniquité, l’esprit de ce monde, l’esprit de Mammon, le chef de l’autorité de l’air, l’esprit de mensonge, abbadon, appolyon etc.…

L’apôtre Paul nous en parle dans Ephésiens 2: 1 Vous, lorsque vous étiez morts dans vos fautes et dans vos péchés, 2 dans lesquels vous avez marché autrefois, selon le train de ce monde, selon le chef de l’autorité de l’air, de l’esprit qui opère maintenant dans les fils de la désobéissance. Mais  aussi dans le chapitre 6 : 12 Car ce n’est pas contre la chair et le sang que nous avons à combattre, mais contre les principautés, contre les puissances, contre les princes des ténèbres de ce siècle, contre les puissances spirituelles de la méchanceté dans les lieux célestes.

Ces influences démoniaques nous assaillent inlassablement pour tenter de nous faire déchoir de notre salut.

Jacques 3:6 en parlant d’elle il dit :c’est un monde d’iniquité, établie parmi nos membres ; c’est elle qui souille tout le corps, et enflamme tout le cours de la nature, et est enflammée par la géhenne

Ce que j’ai lu ou appris de cet esprit babylonien pourrait très bien être comparé à une pieuvre à cause de ses principales caractéristiques physiques et son mode de vie. Cet animal laid et mystérieux vit dans les profondeurs marines, le parallèle avec les actions cachées de cette influence Babylonienne est aisé.

Sans faire un cours de sciences naturelles, je vais parler de quelques aspects de sa nature qui nous aideront à mieux comprendre l’influence de cette puissance de l’air sur le monde, l’Église et sur le peuple de Dieu.

Le corps de la pieuvre est inconsistant et mou. Elle peut fuir à tout moment avec rapidité et se dissimuler en se cachant facilement dans tous les environnements. Elle est sourde et muette mais possède une excellente vue et des papilles gustatives incorporées dans les ventouses de ses bras qui lui permettent de repérer ses proies dans les eaux sombres. Elle dispose de 8 tentacules avec 2 rangées de puissantes ventouses articulées (240). Ses terminaisons nerveuses lui assurent un sens tactile développé. Ses tentacules ont le pouvoir de se régénérer, même coupées. Elles secicatrisent et repoussent. C'est la caractéristique des principautés. La force des ses ventouses mesurée en laboratoire est exceptionnelle. Une pieuvre de 1,3 / 2,5 kg peut emporter une proie de 18 kg !

Cet étrange animal primitif, et adepte des profondeurs possède aussi une remarquable intelligence. Enfermée dans un aquarium transparent, la pieuvre peut s'échapper par un orifice de 8 cm en 12’ en adaptant son corps de 2,50 m d'envergure. Ici nous retiendrons sa capacité d'infiltration dans un groupe ou une assemblée. Replacée dans les mêmes conditions, quelque temps après il lui faudra seulement une minute pour retrouver la sortie, donc à revenir à la charge en peu de temps. Sa capacité à se métamorphoser est exceptionnelle, elle est capable de changer radicalement d’aspect en quelques secondes. Disparaître et se cacher sont deux des tactiques préférées avant de revenir à l'assaut.

Les pieuvres de grande taille s'attaquent sans problème à de grosses proies. Sa technique est simple et bien rodée. Elle repère sa proie, devient invisible dans le fond marin, pour enfin l’enlacer soudainement. Sa victime est prisonnière de ses huit bras et va être progressivement paralysée par un poison, puis prédigérée par une enzyme. Elle ne mange que la chair et rejette hors de son trou les restes.

Elle dispose aussi d’une poche « d’encre noire » pour se défendre en cas d’attaque, en faisant un écran qui lui sert de diversion. Dans un groupe les effets de Babylone conduit aux divisions et à l'aveuglement spirituel dans l’Église, c'est la confusion, même parmi les croyants qui ont l'habitude de bien s'entendre.

Dans le livre de l'Apocalypse, les chapitres 18 et 19 décrivent le jugement et la destruction de Babylone. Plus particulièrement dans Apocalypse 18, aux versets 4 et 5, Dieu nous ordonne de sortir de son influence: « Sors du milieu d'elle mon peuple, que vous ne soyez pas participants de ses péchés et que vous ne subissiez pas ses plaies ; car ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel, et Dieu s'est souvenu de ses iniquités ».

Si nous ne savons pas ce que Babel ou Babylone représente, nous ne pourrons pas obéir à cet ordre divin.

« Vous êtes dans le monde sans être du monde » nous dit Jésus, nous savons tous aussi que ce monde est au pouvoir d'un prince inique et que Notre Seigneur justement est venu sur cette terre pour nous en libérer afin que nous en sortions.

Sortir de quoi ? De son influence mystérieuse insatiable et invisible qui agit dans l'air et donc sur nous.

Nous devons chercher à connaître et à être attentif à ce que Dieu met en avant dans sa Parole.

Lecture rapide de Genèse 11 : 1 à 9

Nous retiendrons 6 idées tirées du récit de la construction de la tour de Babel

En résumé : Babel : c’est l’orgueil la religion humaine qui opère sans Dieu.  Elle conduit ne conduit pas à l’unité voulue et attendue par Dieu mais à la dispersion et le confusion.

1 - Les briques fabriquées en terre symbolisent la nature humaine et ses initiatives sans Dieu

2 : Les briques produites en série représentent lastandardisation de la construction de l’Église babylonienne uniformisation des individus. Dans le corps de Christ nous sommes tous différents mais complémentaires.

: Les briques fortement cuites représentent la dureté des cœurs de chacun : carapace, du péché et individualisme

4 : Des briques assemblées entre-elles avec un goudron en guise de colle: c’est la fausse unité

5 : Devenir grand se rassembler pour être fort et dominer ensemble les autres nous défendons nos propres organisations que nous avons fabriquées.

6 : Se faire un nom : l’orgueil des dénominations et des titres : pasteur, chef, apôtres, directeur Père papa, prophète.

L’Église véritable est composée de pierres vivantes différentes assemblées par un maître

 bâtisseur expérimenté : Jésus. Il est aussi le rocher, la pierre angulaire et le fondement de cet édifice

qui lui appartient et qui est indestructible.

L'identité babylonienne : la ville de babylonne a son pendant, son opposé : l’identité du royaume de Dieu et de sa cité céleste Jérusalem qui est l’Église de Jésus.

Jérémie 55 : 1 Ainsi a dit l’Éternel : Je fais lever un vent de destruction contre Babylone, et contre les habitants de ce pays, qui est le cœur de mes adversaires. 2 Et j’envoie contre Babylone des vanneurs qui la vanneront, et qui videront son pays ; car ils viendront sur elle de tous côtés, au jour du malheur. 3 Qu’on bande l’arc contre celui qui bande son arc, et contre celui qui est fier dans sa cuirasse ! Et n’épargnez pas ses gens d’élite ; vouez à l’interdit toute son armée.

Dans ces églises construites par la religion des hommes, nous avons des pierres mortes certes assemblées mais séparées par le goudron (le péché l'orgueil de la connaissance). Ils forment un mur apparent d'unité mais sans véritable communion. Nous sommes alors dans l'œcuménisme. Il faut alors des leaders charismatiques forts pour maintenir les membres dans ces bâtiments qu'on appelle église. Dans ces réunions d'église on affermit les divergences doctrinales en utilisant toutes sortes de pressions et de manipulations pour maintenir les membres captifs tout en cherchant à ce que des membres d'autres groupes rejoignent le groupe.

Combien différents sont les véritables enfants de Dieu. Ils sont dans l'unité. Ils sont tenus ensemble par l'amour de Dieu dans leurs cœurs, unis par un seul Esprit. Ni la couleur de peau, ni les cultures différentes, ni les rangs et les classes sociales, ni l’âge, ni le sexe ne pourraient être un sujet de division entre eux. Dans toutes leurs différences, ils réalisent qu’ils sont « un » qu’ils sont liés les uns aux autres par un même ciment : l'Esprit du Père qui est en nous et qui nous sellent à Christ le cep et la tête de l’Église. Ils sont enseignés et abreuvés par un même et seul Esprit et peuvent s'aimer les uns les autres sans avoir à chercher vivre l'unité.

Avant d'apprendre de nouvelles choses, il nous faut désapprendre ce que l'on sait.

Il a fallu toute une vie à Abram pour devenir Abraham le Père de tous les croyants. Pour Moïse 40 ans de préparation pour être radicalement changé afin de recevoir des directives divines nouvelles et devenir le libérateur de son peuple.

Jérémie 1 : 6 Je répondis : Ah ! Seigneur Éternel, voici, je ne sais point parler ; car je suis un enfant ! 7 Et l’Éternel me dit : Ne dis pas : je suis un enfant ; car tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrai, et tu diras tout ce que je te commanderai. 8 Ne les crains point, car je suis avec toi pour te délivrer, dit l’Éternel. 9 Puis l’Éternel étendit sa main et toucha ma bouche. Et l’Éternel me dit : Voici, j’ai mis mes paroles dans ta bouche. 10 Regarde, je t’ai établi aujourd’hui sur les nations et sur les royaumes, pour que tu arraches et que tu démolisses, pour que tu ruines et que tu détruises, pour que tu bâtisses et que tu plantes. Notez au passage qu'il nous faut faire 4 fois plus d'efforts pour détruire quelque chose que pour rebâtir( 2 seulement ).

C'est Jésus qui fait grandir et qui assure la croissance de son corps qui est l’Église, ce n'est pas les hommes avec leurs stratégies humaines et babyloniennes.

Plus on aime le nom de Jésus, plus on va haïr les noms des groupes et des dénominations. Plus vous aimez, plus votre relation avec les autres sera fondée sur Son amour. Dieu est amour.

« Il n'y a pas d'autre nom sous les cieux qui a été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12). Plus son Nom sera précieux pour vous, plus tous les autres noms deviendront insignifiants pour vous. « Je suis de Paul » et « Je suis d'Apollos » ces prises de position ne peuvent plus prendre racine en ceux qui aiment Jésus.

Le jugement viendra sur ce monde comme pour Babel...

Comment Dieu a-t-il réagi à l’œuvre des hommes de Babel ? « Le Seigneur vient voir la ville et la tour que les enfants des hommes avaient construites ». Il descendit parce qu'ils étaient en bas. Dieu vint sur le terre à Babel et vit ce que les hommes avaient bâti. L'unité construite était une unité charnelle, il la détruisit car ce n'était pas le type d'unité qu’il désirait.

Dieu apparut aussi à Abraham avant de détruire Sodome, à Moïse d'intervenir parmi le peuple en Égypte, à Josué ensuite lorsque le peuple déviait. A chaque fois, nous lisons que Dieu descendit pour agir.

Jésus pria « Qu'ils soient Un, comme Je suis Un avec Toi, qu'ils puissent aussi être Un en Moi, afin que le monde croit que tu m'as envoyé ». (Jean 17:21). Il ne pria pas pour l'unité d'une organisation humaine. Nous ne nous unirons jamais en nous assemblantpour parler de Lui mais seulement en venant à Lui et en Le laissant vivre en nous.

Toute plante que mon père céleste n'aura pas planté sera déracinée.

Babel fut le commencement d'une grande contrefaçon des desseins et des projets de Dieu. « Moi, le Seigneur votre Dieu, Je suis un Dieu jaloux » C'est ce que nous lisons dans le deuxième commandement. Dieu ne tolérera jamais de rival.

Que représente Babel ou Babylone aujourd'hui pour nous?

C'est le monde qui entre ou qui est déjà rentré dans nos assemblées. Donc dans nos cœurs...

Nous devons examiner nos propres cœurs et nous demander si Babel en nous ?

Cela nécessite une prise de conscience collective. Est-ce que l'histoire écrite dans Genèse 11 nous parle ? dans Genèse 12 ou Abram voulait donner sa femme Sara pour avoir la vie sauve. Solution humaine... Le salut vient de Dieu

Sommes-nous conduits par l'Esprit de Dieu comme Abraham ? Ou faisons-nous nos propres plans en espérant que Dieu les agrée et nous bénisse ?

Essayons-nous de bâtir notre propre construction avec des briques faites par l'homme ?

Sommes-nous devenus une pierre vivante dans le Temple de notre Dieu ? Où sommes-nous une pierre morte qui va dans un bâtiment qu'on appelle : Église. ?

Ou cherchons-nous notre propre sécurité dans les systèmes humains ? Où cherchons-nous à apprendre à faire confiance à notre Père Céleste ?

Chacun d'entre-nous dois chercher à prendre conscience de notre aveuglement et de notre ignorance concernant Babylone afin de pouvoir s'en libérer.

Psaume 137 : Sur les bords des fleuves de Babylone, nous étions assis et nous pleurions, en nous souvenant de Sion. Aux saules de la contrée nous avions suspendu nos harpes... Comment chanterions-nous les cantiques de l'Éternel sur une terre étrangère? Si je t'oublie, Jérusalem, que ma droite m'oublie! Que ma langue s'attache à mon palais, si je ne me souviens de toi, si je ne fais de Jérusalem le principal sujet de ma joie!

Les exilés assis pleurent abattus avec leur harpe à la main, sur une terre étrangère, incapables de chanter. Babylone, avec toutes ses richesses et son opulence n’a jamais pu satisfaire leurs cœurs. Leurs rêves, comme le rêve de beaucoup de leurs descendants, depuis ce temps, étaient Sion, la Cité de Dieu. Ils pleuraient pour Jérusalem, la Ville Sainte, désolée et en ruines, pendant que l'orgueilleux roi Nebucadnetsar se vantait au sujet de la grande Babylone qu'il avait construite.

Dans la Babylone contemporaine nous sommes un peu comme ces juifs en captivité sur cette terre influencée par le mal, il nous est difficile de chanter les louanges du Seigneur en exil sur une terre étrangère où le mal progresse. Si vous aimez le monde vous vous sentirez bien dans Babylone.

Nous comprenons aisément l’attitude et le comportement de ces Juifs en exil. Captifs de la puissance babylonienne, il rêvait d’un retour dans leur patrie, ils subissait la cruelle domination de cette nation orgueilleuse.

Combien devrions-nous aspirer à la Jérusalem céleste ? Notre ignorance relative à la Babylone spirituelle, la grande prostituée du livre de l’apocalypse doit nous être révélée par le Seigneur car elle n’a jamais cessé son combat contre l'authentique Église de Dieu en captivité. Nous devons peu à peu prendre conscience que nous sommes comme Abraham des voyageurs sur cette terre, nous sommes sur un territoire étranger. Nous sommes dans ce monde sans être de ce monde.

Tout commence en Genèse 3 : 15 « Et je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle–ci t’écrasera la tête, et toi tu la blesseras au talon ».

Tout commence ici, après la désobéissance d’Adam et de sa femme Ève, Dieu leur annonça des malédictions qui allaient les frapper. Il déclara qu’il y aurait une inimitié ou haine entre la femme et le serpent, entre la descendance de la femme et celle du serpent. La guerre entre les deux camps a commencé depuis le jardin d’Éden.

C’est aussi la guerre entre les deux villes Jérusalem et Babylone, la guerre entre 2 camps.  La guerre entre le royaume de Jésus le prince de la vie et du prince de ce monde

Le camp de Dieu avec la postérité de la femme  qui est l’Église sainte dont Jésus est la tête mais symbolisée par la Jérusalem spirituelle. L’autre camp et la postérité du serpent qui est Babylone dont le chef est Satan : le dieu de ce monde.

Une autre illustration de cette dualité se trouve dans Matthieu 13 : 25-36 où la postérité de la femme

est imagée par le blé et celle du serpent par l’ivraie.

La postérité de la femme est premièrement représentée par Ève la mère de l’humanité dont le nom signifie « vie ». Elle est aussi identifiée par Marie mère de Jésus de Nazareth « C’est pourquoi le Seigneur lui–même vous donnera un signe : Voici, la vierge sera enceinte ; elle enfantera un fils, et lui donnera le nom d’Emmanuel (Dieu avec nous) Esaie 7 :14».Jésus est aussi cette postérité ainsi que ceux qui lui appartiennent : c'est à dire l’Église Apocalypse 12 : 17 .. Israël est aussi cette postérité cf Apocalypse 12 : 1-18 ) le soleil, la lune et les douze étoiles représentent Jacob, Rebecca et les douze tributs d’Israël Genèse 37 :5-11

La postérité du serpent est bien entendu le diable et Satan l’accusateur des chrétiens, le dieu de ce siècle. Apocalypse 12 : 7-12. Sa postérité englobe la Bête, l’homme impie ou l’antichrist : postérité par excellence du serpent. Cette bête décrite dans Apocalypse 13 :1-10. et Daniel 7 est l’antéchrist , le personnage clé de cette postérité qui représente le système babylonien un royaume ou encore le 4ème empire dépeint dans Daniel 7 :23 .

Le mot antichrist ne signifie pas seulement « contre Christ » mais aussi « à la place de Christ ». Son objectif est de prendre la place de Christ.      à Suivre...

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens