Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 21:18

Les 5 preuves d’une foi Christocentrée, par Chip Brogden

 

(Traduit par N.Pierre)

Introduction

Il y a  seulement 400 ans,  il était communément admis que tout dans l’univers, y compris le soleil, la lune et les étoiles, tout tournait autour d’une terre stationnaire. Non seulement cela semblait évident pour ceux qui vivaient sur la terre, mais cela semblait être confirmé par les Écritures.

Aussi, lorsque l’astronome Galilée a commencé à répandre l’idée que la terre et tout le reste tournent autour du soleil stationnaire, il s’est attiré l’ire de l’Église Catholique Romaine. Galilée a fourni une base scientifique solide pour ses idées, et a essayé de montrer que ses théories ne contredisaient en rien les Écritures. Néanmoins, Galilée a été accusé d’être un hérétique, a été forcé de se rétracter, et obligé de vivre le reste de sa vie comme un prisonnier dans sa propre maison. Aujourd’hui, nous savons que l’Église Catholique Romaine a eu tort, et que Galilée avait raison.

De la même façon, la religion chrétienne a, depuis plus de 1700 ans, réussi à convaincre de millions de personnes d’adopter une foi centrée sur l’église. Les Écritures sont utilisées pour justifier une vue de l’univers spirituel qui est erronée. Il s’agit d’une façon de penser selon laquelle toute personne et tout ce qui est en lien avec Dieu sont censés graviter autour de l’église: construire, soutenir, fréquenter, évangéliser. On a à tort attribué à Christ le mérite d’avoir fondé l’Église Institutionnelle, et de ce fait il est tenu de la protéger, la défendre, l’aimer, l’honorer, la chérir, la bénir et subvenir à ses besoins. Ceux qui contestent ce point de vue sont également considérés comme des hérétiques rebelles.

La vérité est que Dieu ne nous a jamais appelés à une foi centrée sur l’église. Dès le début, Dieu a appelé les disciples de Jésus à une foi centrée sur Christ : une manière de vivre qui gravite autour de Christ, Christ qui occupe la place centrale, une place prééminente et la plus importante place dans le cœur d’une personne. L’Assemblée des Appelés (l’ekklesia) était destinée à être à la fois une communauté pratique et spirituelle de disciples de Christ qui sont entrés dans une nouvelle alliance avec Dieu et les uns avec les autres pour chérir, croire, enseigner, pratiquer et expérimenter une foi centrée sur Christ.

C’est tout simplement une autre manière d’affirmer que la foi et la pratique du Nouveau Testament étaient fondées et centrées autour d’une relation avec une Personne. Cela n’avait rien à voir avec la théologie méthodique d’un nouveau groupe religieux, ni la doctrine particulière d’un groupe dissident au sein du judaïsme. La foi et la pratique du Nouveau Testament étaient uniques en ce sens qu’elles étaient centrées sur un homme qui a vécu, est mort, est revenu à la vie, et règne maintenant dans les cœurs des hommes et des femmes jusqu’à ce qu’Il revienne. On pourrait dire que dans l’univers du Nouveau Testament, Dieu a clairement établi que tout devait graviter autour du FILS.

L’apôtre Paul est normalement dépeint par les historiens comme celui qui est le responsable en chef de la « mise en place du christianisme» dans le monde gréco-romain. Par conséquent, il est important de noter que Paul, en tant que principal porte-parole de cette nouvelle foi dans le monde non-juif, n’avait pas l’intention d’établir un cadre doctrinal complexe ou une théologie méthodique. A l’origine, il n’était pas appelé à être apologiste, théologien, ou professeur de religion. Bien au contraire, en fait  il finira par répudier son ancienne fascination de la religion et s’engager dans un appel tout à fait différent. Mais «établir le christianisme» était la chose la plus éloignée de son esprit.

Qu’est-il arrivé à Paul? La direction de sa vie a été changée en un instant, et nous connaissons le moment exact où son destin a été changé pour toujours. Quelque chose est arrivé à Paul sur le chemin de Damas. Qu’est-il arrivé? Pas une simple révélation. Pas juste une épiphanie. Pas seulement une prise de conscience. Certainement pas la découverte d’une doctrine particulière ou d’écrits bibliques auparavant négligés, destinés à se manifester à lui dans un moment de révélation. Non pas une ampoule qui s’allume dans sa tête alors qu’il s’exclame : «Eurêka, je crois que j’ai compris! ». Tout cela appartient au domaine de l’esprit rationnel, des pensées, du fonctionnement du processus intellectuel que tout le monde expérimente de temps en temps.

Il est important de comprendre que ce qui est arrivé à Paul allait bien au-delà du domaine de l’appréhension intellectuelle et de la pensée rationnelle. Ce qui est arrivé à Paul n’était pas le résultat d’un calcul, d’une préméditation, ou d’une longue période d’étude à travers laquelle il est arrivé à de nouvelles conclusions et fait quelques changements esthétiques à son système de croyance personnelle. Paul n’a pas trébuché sur une idée, une pensée, un argument, ou une doctrine, sur la route de Damas. Paul n’a pas réagi à un message persuasif ou émouvant de quelqu’un d’autre.

Qu’est-il arrivé à Paul? Simplement ceci: Paul a rencontré un Homme. Paul a rencontré une Personne. Et une fois que Paul a rencontré le Seigneur Jésus, Paul a adopté un nouvel ensemble de valeurs, de croyances, d’enseignements et de pratiques, qui ont remplacé les anciennes habitudes de la religion juive. Christ se tient maintenant au centre de l’univers de Paul, et tout le reste (y compris Paul lui-même) gravite autour de cet Homme.

Bien sûr, nous sommes tentés de soutenir que Paul est  un exemple particulier, unique. En réalité, l’expérience de Paul avec Christ, le bouleversement qui en a résulté ainsi que la réorganisation de toutes choses dans la vie de Paul dans le but que toutes choses gravitent autour de Christ, c’est ce genre de révolution spirituelle que chaque vrai disciple de Jésus aurait déjà dû expérimenter. Si votre venue à Christ n’a pas entraîné de bouleversement spirituel dans l’état actuel des choses, alors vous n’êtes pas vraiment entrés en contact avec le Seigneur Lui-même. Vous êtes (comme beaucoup de chrétiens de nom) simplement entrés en contact avec une idée, un enseignement ou une croyance. Vous êtes tout simplement entrés en contact avec le Christianisme, ou plus probablement, l’Eglisianisme ; mais ces choses sont de simples ombres de la substance, et le plus souvent, elles agissent plus pour vous détourner de Christ que pour vous aider à Le trouver.

Non, vous n’avez pas besoin d’avoir une vision de Jésus et d’entendre une voix audible (comme Paul) pour entrer en contact avec la Personne de Christ, mais vous devez vous mettre en relation, dès le départ, avec la Personne qui  est si souvent cachée derrière tout ce qui est dit et fait en Son Nom et qui n’a vraiment rien à voir avec Lui. Ceux qui sont en contact avec des choses concernant Jésus expérimentent la religion, ceux qui sont en contact avec Christ Lui-même font l’expérience de la révélation. Ceux qui entrent en contact avec la religion finissent par une foi centrée sur l’église ; ceux qui se mettent en relation avec le Christ Vivant adoptent une foi centrée sur Christ.

Comment pouvons-nous faire la différence ? Jésus a dit que l’on reconnaît l’arbre par le fruit qu’il produit. Il y a quelques indices, quelques évidences, d’une foi centrée sur Christ. Il y a un fruit  visible, tangible. Lorsque l’on compare le fruit d’une foi centrée sur Christ avec le fruit d’une foi centrée sur l’église, l’on voit clairement les différences.



Preuve n ° 1 – Un engagement total envers la Prééminence de Christ

«Prééminence» signifie avoir la première place, la place la plus élevée, avoir la place principale, la meilleure place à travers une position de dominance sur toutes choses. En termes militaires, avoir la prééminence, signifie être capable d’aller n’importe où et faire  toutes choses, sans opposition. C’est une autorité et une puissance débordantes, absolues et sans restriction.

Bien que chacun cherche la prééminence, une seule Personne en est digne, et l’on ne peut se confier qu’en Lui en ce qui concerne la prééminence. Les Écritures révèlent que Dieu veut que Jésus-Christ  ait ce genre d’autorité et de puissance illimitées à travers une position de suprématie spirituelle sur toutes choses : «afin d’être en tout le premier» (Col. 1:18).

Cette prééminence est révélée à travers quelques-uns des titres de Christ. Il n’est pas seulement un roi parmi une quantité de rois, mais il est le «Roi des rois». Il n’est pas seulement un seigneur parmi une quantité de seigneurs, mais Il est « le Seigneur des seigneurs. ». Il n’est pas simplement un chemin qui mène à Dieu parmi tant d’autres chemins d’égale importance et pertinence, mais Jésus est Le Chemin, La Vérité et La Vie et Il déclare sans se justifier que «nul ne vient au Père que par Moi» (Jean 14:6). De nombreuses personnes estiment aujourd’hui que l’exclusivité est synonyme d’intolérance et d’étroitesse d’esprit. Les Écritures appellent l’exclusivité  la prééminence de Christ.

La Prééminence est liée à la centralité. L’acte même de donner à quelque chose une position centrale, cela revient à lui donner une position prééminente. Le soleil occupe la place prééminente dans notre système solaire (le centre en fait) et tout le reste gravite autour de lui. De même, Christ occupe la place centrale dans le grand plan et le dessein de Dieu. Le centre est stratégiquement important car il ne peut y avoir qu’un seul centre. Par exemple, le temple dans sa totalité était saint et pourtant en son centre se trouvait un lieu spécial appelé le Saint des Saints. Cela signifie la même chose que Roi des rois et Seigneur des seigneurs ; par rapport aux autres « saints », le Saint des Saints est le plus saint de tous et il occupe une place centrale en rapport avec la prééminence. Telle est la position de Christ dans les pensées, le cœur, la volonté et le dessein de Dieu.

Si nous apprenions cette leçon de base concernant la prééminence, cela simplifierait grandement notre marche chrétienne. De nombreuses personnes sont frustrées car elles tentent en vain d’amener Dieu à se conformer à leur propre idée de la manière dont leur vie devrait être. Elles veulent l’amour sans l’obéissance; la bénédiction sans le brisement; les dons sans le Fruit (ndt : le Fruit de l’Esprit); les promesses de la Parole sans les commandements de la Parole; le salut sans le discipulat ; une couronne sans la Croix. Selon Jésus, ces personnes ne sont pas dignes de Lui. Il les rejette leur refusant la qualité de disciples. Pendant ce temps, l’Eglisianisme les accepte à bras ouverts, d’où : « C’est en vain qu’ils (me) rendent un culte » (Mt 15:9, ndt :version annotée Neuchâtel).

Certains ont affirmé que nous ne devions pas «donner» la prééminence à Jésus parce qu’Il l’a déjà. Cela démontre un manque de compréhension. Christ, le Fils de Dieu, a sans discussion toute la puissance et l’autorité du fait de sa nature divine. Mais les Écritures déclarent que la prééminence de Christ est une promesse non encore effective mais à venir – la fin des temps, un travail en cours qui commence avec de vrais disciples de Jésus et avant l’expression ultime de sa prééminence sur toute la création. La Bible insiste sur le fait que bien que «toutes choses» soient sous Ses pieds, «nous ne voyons pas encore que toutes choses lui sont soumises.» (Hébreux 2:8).

Donc, la réalité est la suivante: il y a de nombreuses choses qui entrent en concurrence avec Christ concernant la prééminence et il y a de nombreuses options que nous  pouvons choisir en tant que centre de notre vie. Dans la mesure où quelque chose ou quelqu’un  demeure insoumis et n’a pas capitulé devant Christ, dans ce cas, Christ n’a pas la pleine mesure de prééminence que Dieu exige. D’où le conflit et la tension spirituelle de notre époque.

Pour combler ce fossé entre ce que Dieu veut et ce qui se fait aujourd’hui, Christ ordonne à Ses disciples : «Cherchez d’abord le Royaume de Dieu. ». Pendant ce temps, le monde offre d’innombrables choses à poursuivre à la place de Christ et de Son Royaume. Le nombre de « centres » potentiels que nous pouvons choisir est trop nombreux pour le nommer. Nous pouvons mettre de bonnes choses au centre de notre vie – des choses telles que la carrière, la famille, les affaires, la santé, le ministère ou les relations – et nous concentrer sur elles afin d’être accomplis ou de réussir dans ces domaines. Ou nous pouvons mettre des choses négatives au centre de notre vie et nous concentrer sur elles au point qu’elles deviennent des addictions – par exemple, les drogues, l’alcool, le sexe, ou la nourriture. Nous pourrions même centrer notre vie autour de choses qui sont neutres, ni bonnes ni mauvaises en soi lorsqu’elles sont utilisées avec modération, mais nocives quand elles sont poussées à l’extrême : la télévision, le sport, l’entraînement, les dépenses d’argent concernant ​​des choses dont nous n’avons pas besoin, ou le trop plein de temps passé en ligne.

Mais pour faire simple, la plupart de ces choses peuvent être regroupées en une catégorie nommée «auto-centrisme». Les Dépendances sont sans aucun doute considérées comme appartenant à cette classe de l’auto-centrisme. Les addictions alimentaires encouragent et renforcent les pensées et les comportements auto-centrés, ce qui a souvent des conséquences très destructrices. On les nomme « life-controlling problems » (ndt : pas d’équivalent en français, traduction littérale : « les problèmes qui contrôlent une vie ») parce que ces dépendances prennent la prééminence sur toutes choses dans la vie d’une personne. Ces dépendances n’ont pas besoin d’être illégales ou immorales pour être effectives. La chasse, la pêche et le golf sont des dépendances légales pour certains hommes. Pratiquées avec modération, ces activités peuvent être amusantes et gratifiantes. Mais quand elles occupent illégitimement le centre de vie d’une personne, à l’exclusion de toutes autres choses, nous pouvons dire à juste titre que cela correspond à l’expression d’une vie auto-centrée. C’est une prééminence qui travaille contre vous.

Qu’en est-il des « bonnes » choses, telles que le mariage, la famille, la carrière, ou le ministère? Pouvez-vous légitimement organiser votre vie autour de ces choses ? Sont-elles des centres acceptables ? Pas pour le disciple de Jésus qui comprend le principe de la prééminence: «Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi. Et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi. Et celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi » (Mt 10:37,38).
Donc, une des preuves d’une foi centrée sur Christ est l’engagement total à la prééminence de Christ. Rien ni personne ne peut occuper cette place centrale de prééminence: elle est réservée à Christ et Christ seul. Pas à la famille, aux amis, à l’église, au  ministère. Même pas à vous-même.

Preuve n ° 2 – La Poursuite de l’Appel Céleste de Dieu

Florence Chadwick a été la première femme à traverser la Manche à la nage dans les deux sens. Peu de temps après cet exploit, elle a entrepris de devenir la première femme à nager depuis l’île de Catalina jusqu’à la côte de Californie. Après avoir nagé des heures dans l’eau glacée, échappé aux requins et lutté contre un brouillard dissuasif, elle a renoncé à seulement un demi-mile (ndt : 800 mètres) de son but. « Si seulement j’avais pu apercevoir la terre», a-t-elle dit plus tard: «J’y serais  peut-être arrivée. »

Apercevoir le but de notre voyage spirituel est essentiel. Dieu a un objectif pour nous, mais cet objectif est souvent obscurci par le brouillard de la religion. Si nous n’apercevons pas cet objectif, nous allons renoncer et nous contenter de quelque chose de bien moindre valeur, de quelque chose de bien plus facile. C’est précisément le problème avec l’Église Institutionnelle. Ceux qui ont une foi centrée sur eux-mêmes ou une foi centrée sur l’église ont essentiellement opté pour quelque chose de bien en deçà de la pleine perspective de Dieu pour eux. Ils se contentent  d’atteindre l’objectif minimal avec le minimum d’effort, mais ne sont pas disposés à aller plus loin.

Aussi, les paroles de Paul doivent paraître étranges à leurs oreilles: «Je cours vers le but pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ » (Phl. 3:14). Étranges, car les membres de l’Eglisianisme d’aujourd’hui, membres modernes, progressistes, et apparemment éclairés, ne courent pas vers quoi que ce soit. Dans leur esprit, il n’y a aucune raison pour eux de courir vers  quoi que ce soit parce qu’ils ont déjà ce qu’ils voulaient. Leur but, leur prix est bien différent de celui de Paul. Ils ont déjà atteint leur objectif, tandis que Paul (qui les surpasse en termes de sagesse spirituelle et de révélation) s’acharne encore et court vers son but.

Soyons francs. Quel est l’objectif minimum de la plupart des chrétiens ? Sans aucun doute, leur espérance minimale, c’est l’assurance qu’ils iront au ciel lors de leur mort. Bien sûr, ils ne veulent pas aller en enfer. Aussi, ayant le choix entre le ciel et l’enfer, la plupart choisissent tout naturellement le ciel.

Et qu’est-ce qu’on exige au minimum d’une personne pour qu’elle aille au ciel après son décès ? On lui dit qu’elle doit «recevoir Jésus comme son Sauveur personnel. » Comment cela se passe-t-il ? Il suffit de prononcer une simple prière. Après avoir prié (ou après avoir simplement répété une prière qui lui a été suggérée), son nom est inscrit dans le livre céleste. La personne est maintenant considérée comme «sauvée» et est assurée de sa destinée éternelle. Mission accomplie … Mais est-elle réellement accomplie?

Un Évangile à l’eau de rose  requiert  de gentils croyants qui veulent offrir de gentilles prières à un gentil Jésus. Courir vers quelque chose qui va au-delà de cela est une réalité qui leur est inconnue. Cela ressemble trop à du travail.

Comparée à la «faible vocation » de l’Eglisianisme, il existe « une haute vocation » de Dieu. Quelle est-elle? Paul, qui a compris la dynamique d’une foi centrée sur Christ, dit que Dieu nous a appelés à connaître Christ: « Que je puisse le connaître, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances …» (Phl. 3: 10). C’est le but qu’il poursuit.

Ce chemin qui mène à la connaissance de Christ est progressif. Il est assez évident qu’une personne ne « le connaît » pas pleinement dès le moment où elle commence à le suivre. Prier afin de Le recevoir en tant que Sauveur (si cela est fait avec sincérité) n’est pas l’accomplissement de l’objectif, mais seulement la première étape qui mène à la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Le connaitre implique une relation profonde qui se développe sur plusieurs saisons. Après avoir suivi Jésus pendant des décennies, Paul proclame encore que sa plus haute aspiration est de «Le connaître.» Il court vers le but. Il ne se contente pas de rester sur la côte et de se prélasser dans la sécurité et la garantie de son salut. Il existe un plus grand appel, un objectif plus élevé vers lequel il court.

Paul avait un but qui transcendait tout le reste. Ce but donnait un sens et une importance à tout ce qu’il faisait. Ce n’était pas l’existence perpétuellement passive de tant de personnes qui sont peut-être disposées à aller à l’église, mais ne sont pas prêtes à courir vers le but.

Pourquoi courir? Courir signifie faire des progrès, avancer, grandir, apprendre, réduire  la distance entre le point de départ et le point d’arrivée. Courir implique la présence et le déploiement de  forces, au sein de cet univers, qui rendent le voyage difficile et rude. Certains obstacles vous entravent de l’extérieur, d’autres vous entravent de l’intérieur. Mais il y a  quelque chose sur le chemin qui mène au but. Vous ne pouvez pas tout simplement glisser et progresser sans effort sur ​​le chemin étroit. Les personnes qui sont passives, paresseuses, apathiques, nonchalantes, sans conviction, et tièdes, ne réussiront jamais. L’attrait du monde est trop fort. L’attrait d’une vie autocentrée est bien trop enraciné. L’attrait d’une foi centrée sur l’église est bien trop plaisant. Oh, je peux agir comme si  je connaissais Jésus sans avoir à courir vers quoi que ce soit ! C’est là que réside la tromperie.

Oui, vous pouvez y arriver et vous pouvez surmonter toute chose, mais courir vers le but exige quelque chose de vous. Il vous faut  payer le prix. « Jésus a tout accompli, donc je n’ai rien à faire ! », déclare le serviteur paresseux, irresponsable, inutile, ignorant, inculte et non averti quant aux voies et moyens de Dieu. En Paul, nous voyons l’objet et le but d’une foi centrée sur Christ: c’est Christ Lui-même. Cela va exiger un certain effort. Cela va demander un certain engagement. Cela va s’accompagner de quelques tentatives, quelques échecs, et puis de nouvelles tentatives. Celui qui vous dit quoi que ce soit d’autre est soit désespérément naïf soit délibérément menteur. Pourquoi Jésus dirait-il aux personnes de calculer la dépense avant de Le suivre ? Parce que Le suivre a un coût. Ce qui est obtenu à moindre coût a une moindre valeur.

A suivre…

 

Partager cet article

commentaires

vivi 23/09/2012 21:29

merci pour ce beau texte qui nous montre aussi que la transformation interieure ne peut venir que de jesus lui même par sa personne vivante et la vie de paule est un bel exemple, paul n'a jamais
dit j'aime dieu car je fais des guerisons et des miracles ou que je remplis des eglises ou que je manifeste la puissance d'en haut mais il a dit ma vie est centree sur christ, que sur christ
uniquement sur christ et c'est en cela que nous comprenons l'importance d'avoir une intimité profonde avec jesus pour connaitre et ceux malgré les persécussions comment faire comment être, merci
pour cet exemple vivi

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens