Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 21:28

 

 

 Article de  E.M. Bounds

 Recherchez la sainteté de votre vie. Toute votre utilité dépend de cela; car vos prédications ne durent qu'une heure ou deux, mais votre vie prêche tout au long de la semaine. Si Satan peut seulement trouver un ministre cupide et ramener à rechercher la louange, le plaisir et la bonne nourriture, il a complètement ruiné son ministère. Donnez-vous entièrement à la prière et recevez vos textes, vos pensées et vos paroles de Dieu Lui-même. Luther passait ses trois meilleures heures de la journée dans la prière. - Robert MURRAY Mc CHEYNE.

 

Nous sommes dans une tension perpétuelle pour trouver de nouvelles méthodes, de nouveaux plans, de nouvelles organisations pour faire avancer l'Eglise de Christ et assurer une multiplication et une efficacité plus grandes à l'Evangile. Cette tendance actuelle a le terrible penchant de perdre de vue l'homme, ou de le noyer dans la masse d'un plan ou d'une organisation. Le plan de Dieu, lui, est de faire beaucoup plus de l'homme, beaucoup plus de lui que de quoi que ce soit d'autre.

 

Les Hommes sont la méthode de Dieu.

 

L'Eglise cherche de meilleures méthodes; Dieu recherche de meilleurs hommes. " Il y eut un homme envoyé de Dieu: son nom était Jean ". La dispensation qui annonça et prépara le chemin au Christ de Dieu était liée à cet homme, Jean. " Un enfant nous est né, un Fils nous est donné ". Le salut du monde vient de ce Fils dans une crèche. Lorsque Paul en appelle au caractère personnel des hommes qui ont planté l'Evangile dans le monde, il résout ainsi le mystère de leur succès. La gloire et l'efficacité de l'Evangile sont liées aux hommes qui l'ont proclamé. Quand Dieu déclare que "les yeux de l'Eternel se promènent par toute la terre pour se montrer fort en faveur de ceux dont le cœur est entier (parfait) à Son égard", il proclame la nécessité de l'homme dans Son plan, et Sa nécessaire dépendance de cet instrument qui est le canal au travers duquel il peut exercer son pouvoir dans le monde.

 

Cette vérité urgente et vitale est l'une de celles que cet âge électronique oublie très facilement. Son oubli est aussi pernicieux pour l' œuvre de Dieu que le serait le déplacement du soleil de son orbite: les ténèbres, la confusion et la mort s'en suivraient.

 

Ce dont l'Eglise a besoin aujourd'hui n'est pas plus de technique ou de meilleurs outils, plus de nouvelles organisations ou de nouvelles méthodes, mais d'hommes dont le Saint-Esprit puisse se servir, hommes de prière, puissants dans la prière. Le Saint-Esprit ne se répand pas au travers des méthodes mais au travers des hommes. Il ne vient pas faire des miracles avec les ordinateurs, mais avec les hommes. Il ne revêt pas les plans, mais les hommes, les hommes de prière.

 

Un éminent historien a dit que les traits dominants du caractère des grands hommes ont eu beaucoup plus d'influence sur les révolutions nationales que les philosophes, historiens ou politiciens veulent bien en convenir. Cette vérité a sa pleine application dans la proclamation de l'Evangile de Jésus-Christ: le caractère et la conduite de Ses disciples ont christianisé le monde, transfiguré les nations et les individus. Des prédicateurs de l'Evangile, cette caractéristique est éminemment vraie.

 

Le caractère aussi bien que la force de l'Evangile sont confiés au prédicateur. Il façonne ou défigure le message de Dieu aux hommes. Le racheté est le tuyau d'or par lequel l'Huile divine se répand. Le tuyau doit non seulement être d'or, mais ouvert et non obstrué, afin que l'huile puisse s'écouler pleinement, sans empêchement, ni perte.

 

 

L 'homme fait le prédicateur et Dieu doit façonner l'homme.

 

Le messager est, si possible, plus que le message. Le prédicateur est plus que le sermon; c'est lui qui le " fait" ! Comme le lait qui donne la vie coule du sein de la mère et se trouve être la vie même de sa mère pour l'enfant, de même tout ce que dit le prédicateur est coloré ou imprégné par ce qu'il est. Le trésor est dans un vase de terre; le goût du vase l'imprègne et peut le dénaturer. L'homme, l'homme tout entier se tient derrière le sermon. Le sermon n'est pas l'affaire d'une seule heure: c'est l'abondance de la vie qui s'écoule. Il faut vingt années pour faire un sermon car il faut vingt ans pour faire un homme. La vraie prédication est une affaire de vie. Le sermon progresse parce que l'homme progresse; il devient puissant parce que l'homme le devient. Il est saint, parce que l'homme est saint. Il est rempli de l'Onction divine parce que l'homme est plein de cette Onction d’en-haut.

 

Paul l'appelait "Mon Evangile" ; non parce qu'il l'avait dégradé par ses excentricités personnelles, ou distrait de sa forme initiale par des appropriations égoïstes; mais cet Evangile était profondément ancré dans le cœur et le sang de l'homme Paul. C'était comme un dépôt, à lui confié, afin d'être exécuté par lui, d'être enflammé et développé par l'énergie brûlante de son âme allumée au Feu d’en-haut.

 

Le sermon ne peut donner plus de vie que l'homme n'en a. Des hommes morts, étrangers à la Vie de Dieu, ne peuvent donner que des sermons morts; et ces sermons tuent. Presque tout dépend du caractère spirituel du messager.

 

Sous l'ancienne Alliance, le front du souverain sacrificateur portait en lettres gravées sur une lame d'or pur : " Sainteté à l'Eternel ". Il en est de même avec chaque serviteur de Christ: Il doit être pénétré et dominé par ce saint mot d'ordre. C'est une criante honte pour le ministère chrétien de tomber plus bas en sainteté de caractère et de but que sous la prêtrise juive. Un saint de Dieu disait: " Je continuai mon chemin dans cette ardente poursuite de plus de sainteté et de conformité à Christ. Le ciel auquel j'aspirais était un ciel de sainteté ".

 

L'Evangile de Christ n'avance pas par de grandes vagues populaires. Il n'a pas la puissance de se propager tout seul. Il avance lorsque les hommes qui l'ont en charge avancent aussi. Le chrétien doit personnifier l'Evangile. Sa divine origine et ses traits dominants doivent être faits chair dans le serviteur. Sa puissance contraignante d'amour doit être dans le disciple comme une force qui se projette, annihile l'égoïsme et balaie tout dans sa marche triomphante. L'énergie du complet oubli de soi doit être sa vie, son cœur, son sang et ses os.

 

Le messager doit marcher comme un homme parmi les hommes, revêtu d'humilité, demeurant dans la douceur, sage comme le serpent, sans défense comme la colombe; il a les liens du serviteur terrestre avec l'Esprit du Roi dans le Ciel, le longanime support d'un roi indépendant, avec la simplicité et le naturel d'un enfant.

 

Le prédicateur doit se jeter à corps perdu et à genoux meurtris, de tout l'abandon d'une foi qui l'a vidé de lui-même et d'un zèle qui le dévore, dans l'œuvre du salut des hommes.

 

Un canal pour la puissance divine : Le cœur débordant, pleins d'héroïsme et de compassion, doivent être les hommes qui se saisissent et transforment une génération pour leur Dieu. S'ils sont asservis au temps, s'ils aiment la première place, s'ils craignent les hommes ou cherchent à leur plaire, si leur foi ne se saisit que peu de Dieu et de Sa Parole, si leur abnégation est parfois teintée de vie personnelle ou mondaine, ils ne pourront pas plus se saisir de l'Eglise que du monde pour leur Maître.

 

La prédication la plus sévère et la plus forte du prédicateur doit être pour lui-même. Son œuvre la plus difficile, délicate, laborieuse et complète doit être avec lui-même. La préparation des douze disciples fut le travail de Christ le plus grand, le plus difficile et le plus dur à supporter. Les ministres de l'Evangile ne doivent pas être des faiseurs de sermons, mais des faiseurs d'hommes, des faiseurs de saints, et celui-là est compétent pour ce travail qui est d'abord devenu lui-même un homme et un saint. Ce n'est pas de grands talents, de grandes instructions ou de grands orateurs que Dieu a besoin, mais d'hommes grands en sainteté, grands en foi, grands en amour, grands en fidélité, grands pour Dieu; d'hommes prêchant toujours des sermons saints, et par des vies saintes. Ceux-là pourront former une génération pour Dieu.

 

C'est de cette sorte qu'étaient les premiers chrétiens, des hommes au caractère solide, des prédicateurs suivant le modèle divin, héroïques, vaillants, saints, comme des soldats qui ne s'embarrassent pas des affaires de la vie. La prédication pour eux signifiait: ne pas se complaire en soi-même, la crucifixion de la vieille nature qui se corrompt par les convoitises trompeuses; c'était quelque chose de très sérieux, un labeur exténuant, un témoignage de martyr. Ils s'y appliquaient de façon à impressionner profondément leur génération. Ils formaient dans leur communion avec les souffrances de Jésus, une nouvelle humanité pour Dieu.

 

Plus que tout, l'homme des sermons doit être l'homme de la prière. La prière est l'arme la plus puissante du chrétien. C'est une force en elle-même, donnant la vie et les capacités à tous, parce que son objet est le Tout-Puissant Lui-même, son inspiration la Bible tout entière.

 

L 'homme de Dieu est formé dans le secret

 

Sa vie et ses convictions les plus profondes sont nées dans sa communion secrète avec le Dieu/Parole. Le fardeau et l'agonie pleine de larmes de son esprit, ses messages les plus durs à délivrer comme les plus doux, furent reçus lorsqu'il était seul avec son Dieu. La prière forme l'homme, la prière forme le serviteur, la prière forme le pasteur.

 

La chaire ( la prédication ) de nos jours est faible en prière. L'orgueil de l'instruction milite contre l'humble dépendance de la Parole. Sur l'estrade, la prière est trop souvent et seulement officielle, une performance pour la routine du service. La prière n'est plus, pour la chaire moderne, la force qu'elle était dans la vie ou le ministère de l'apôtre Paul. Tout prédicateur qui ne fait pas de la prière le puissant facteur de sa vie autant que de son ministère est faible comme facteur dans l'œuvre de Dieu, impuissant et aveugle pour faire avancer la cause du Seigneur dans ce inonde.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

milliearuna 21/05/2011 09:49


Je suis d'accord avec l'auteur surtout quand il dit : la prédication pour eux (les premiers chrétiens) signifiait ne pas se complaire en soi-même. La crucifixion de la vieille nature qui se
corrompt par les convoitises trompeuses ; c'était quelque chose de très sérieux, un labeur exténuant, un témoignage de martyr.
Combien le fait de se complaire en soi-même disqualifie celui qui prêche ! Se complaire en soi-même est tout bonnement une malédiction qui tombe sur celui qui "oeuvre dans le ministère". Malheur à
l'homme qui se confie en l'homme ! Se confier dans ses aptitudes intellectuelles, ses diplômes, ses richesses, sa positions sociale, (je parle de serviteurs de Dieu), fait qu'un jour où l'autre
Dieu va réagir et demander des comptes. J'ai une pensée : Dieu est en train de juger un homme du monde qui s'est confié dans toutes ces valeurs humaines, j'y vois là la chute d'un symbole ; et ce
qui se passe dans le naturel, se passe aussi dans le spirituel. Alors, voilà exactement ce qui se passe dans la vie spirituelle de soi-disants "serviteurs dans le ministère". L'orgueil précède la
chute. Où est le témoignage de martyr ? C'est une question qui peut être élargie à l'ensemble de l'église de Laodicée. Merci Nicolas, que le Seigneur t'accompagne de sa grâce et de sa paix, ainsi
que tous les saints qui sont autour de toi ! milliearuna


Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens