Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 06:51

Le dieu des chrétiens devient un « deus otiosus »....

 

Emprunté à J-Y Hamon : http://jyhamon.eklablog.com

Ecrit de François G sur son Blog: http://yhwh-jesus-leshommes.eklablog.com/le-dieu-des-chretiens-devient-un-deus-otiosus-a61940351

 

 

En préambule à cet excellent article je vous joins ce passage de 1 Pierre 1 : 3 Béni soitle Dieu et Père de notre Seigneur Jésus–Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a fait renaître, pour une espérance vivante par la résurrection de Jésus–Christ d’entre les morts, 4 Pour un héritage incorruptible, sans tache, inaltérable, et réservé dans les cieux pour nous, 5 Qui, dans la puissance de Dieu,sommes gardés par la foi, pour le salut, qui est prêt à être manifesté dans les derniers temps.6 En cela vous vous réjouissez, quoique vous soyez maintenant attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, puisqu’il le faut, 7 Afin que l’épreuve de votre foi,plus précieuse que l’or périssable, qui pourtant est éprouvé par le feu, vous tourne à louange, à honneur et à gloire, lors de l’avènement de Jésus–Christ, 8 Que vous aimez, sans l’avoir connu, en qui vous croyez, sans le voir encore, et vous vous réjouissez d’une joie ineffable et glorieuse, 9 Remportant le prix de votre foi, le salut de vos âmes. 10 C’est de ce salut que se sont informés et enquis les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui est en vous ; 11 Recherchant, pour quel temps et quelles conjonctures l’Esprit de Christ qui était en eux, et qui rendait témoignage d’avance, leur révélait les souffrances de Christ, et la gloire dont elles seraient suivies. 12 Et il leur fut révélé que ce n’était pas pour eux–mêmes, mais pour nous, qu’ils étaient dispensateurs de ces choses, qui vous ont été annoncées maintenant par ceux qui vous ont prêché l’Évangile, par le Saint–Esprit envoyé du ciel, et dans lesquelles les anges désirent plonger leurs regards. 13 C’est pourquoi, ayant ceint les reins de votre entendement, et étant sobres, attendez avec une parfaite espérance la grâce qui vous sera apportée à la manifestation de Jésus–Christ ; 14 Comme des enfants obéissants, ne vous conformez point aux convoitises de votre ignorance d’autrefois. 15 Mais comme Celui qui vous a appelés, est saint, soyez vous–mêmes saints dans toute votre conduite. 16 En effet il est écrit : Soyez saints, car je suis saint. 17 Et si vous invoquez comme votre Père Celui qui, sans faire acception de personnes, juge selon l’œuvre de chacun, conduisez–vous avec crainte durant le temps de votre habitation passagère ici–bas ; 18 Sachant que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, non par des choses périssables, comme l’argent et l’or, 19 Mais par un précieux sang, comme d’un Agneau sans défaut et sans tache, 20 Christ, destiné déjà avant la création du monde, et manifesté dans les derniers temps à cause de vous, 21 Qui, par lui, croyez en Dieu, qui l’a ressuscité des morts, et l’a glorifié, afin que votre foi et votre espérance fussent en Dieu. 22 Ayant purifié vos âmes, en obéissant à la vérité, par l’Esprit, pour avoir un amour fraternel et sans hypocrisie, aimez–vous avec constance les uns les autres d’un cœur pur, 23 Étant régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole de Dieu, qui vit et qui demeure éternellement.

 

Ce passage est en phase le contenu de cet article : retour à Dieu pour une foi saine. Bonne lecture. Nicolas

 

Le dieu des chrétiens devient un « deus otiosus », ...... lorsqu'il ne l'est pas déjà.

 

Selon Wikipedia, un deus otiosus (du latin "dieu neutre") est un dieu créateur qui n'agit plus ensuite sur le destin de ce qu'il a créé. Ces divinités sont présentes dans de nombreuses traditions (Brahma, An, la divinité baltique Dievas, divinités africaines,...)

 

Le terme "otiosius" fut inventé par les historiens des religions pour décrire un dieu créateur passif, oisif et qui n'intervient plus dans l'histoire des hommes. Ce type de « dieux » est fréquent dans de nombreuses mythologies, et il tend logiquement, au vu de son inactivité, à être oublié dans d'autres.

 

Un phénomène donc universel : le dieu créateur devient d'abord secondaire, puis il est mis à distance pour finir par être oublié.

 

Cette tension vers l'oubli est aussi caractéristique du christianisme depuis ses débuts, depuis que des «docteurs» d'origine grecque païenne ont énoncé une doctrine. Il s'agit bien entendu du dogme de la «trinité».

 

Il faut affirmer haut et fort que ce dogme est une aberration. Aucun juif, du temps des origines de la foi en Yeshoua, n'aurait pu formuler cela, considérant le Fils comme Messie et comme créé, dernier Adam, ainé de plusieurs frères et soeurs qui forment la communauté de ses disciples.

 

Le but de cet article n'est pas de répondre point par point aux torsions des Ecritures nécessaires pour la faire cadrer avec une doctrine trinitaire, mais de montrer par l'histoire que YHWH, le dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob fut progressivement abaissé au profit de la fausse représentation du Fils, instillée culturellement.

 

« Jésus » est devenu un dieu qui a pris le pas sur Elohim.

 

Oter tout ce qui était « juif » dans la foi « chrétienne » fut l'effort, des siècles durant, de l'église qui s'instituait progressivement. Prenons deux exemples :

 

1 - Le dogme de la trinité : il mettait sur un pied d'égalité le Père, le Fils et le saint-esprit.

 

a. Brièvement sur le saint-esprit car ce n'est pas le sujet : comment imaginer que « l'esprit » de qui que ce soit puisse se différencier de la personne qui possède cet esprit? Le Ruah Hakkodesh est l'esprit de YHWH. Point. Les grecs qui sont renommés pour leur rationalisme ont séparé l'esprit de la personne. Comme tour de passe-passe irrationaliste, on ne fait pas mieux.

 

b. Le Fils est devenu l'égal du Père en contradiction avec les Ecritures. Citons :

 

Paul parle de Yeshoua :

 

"Dieu (Elohim), en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu’il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté. Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous." (I Cor 15 : 27-28)

 

Cela paraissait évident pour Paul mais dans les faits modernes, cela ne l'est plus du tout.

 

L'auteur de l'épitre aux Hébreux :

 

"Car auquel des anges Dieu a-t-il jamais dit: Tu es mon Fils, Je t’ai engendré aujourd’hui? Et encore: Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils?

 

Et lorsqu’il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit: Que tous les anges de Dieu l’adorent!

 

De plus, il dit des anges: Celui qui fait de ses anges des vents, Et de ses serviteurs une flamme de feu.

 

Mais il a dit au Fils: Ton trône, ô Dieu, est éternel; Le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité;

 

Tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité; C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint D’une huile de joie au-dessus de tes égaux." (Hébreux 1 : 5-9)

 

Sans entrer sur le fait que le Fils est nommé « dieu » (pas de majuscule en grec !), sujet d'une autre étude qui devrait être développée, il est clair que le Fils est engendré et qu'il a un statut supérieur à tout être créé parce que le Père l'a voulu ainsi. Il n'en demeure pas moins que le Fils est une création du Père au même titre que toutes les autres créations.

 

Entrer dans des polémiques à ce sujet serait inutile : toutes les Ecritures marquent pour le Fils le statut le plus élevé qui soit sans que jamais, que ce soit dans le temps qu'il a vécu sur terre ou dans l'éternité, jamais il ne soit mentionné qu'il soit YHWH. Jamais il ne se fait lui-même l'égal de son Père, au contraire il Lui est soumis en toutes choses.

 

2. Fêtes chrétiennes et fêtes de l'Eternel (YHWH)

 

Sans pratiquement aucune exception, les fêtes chrétiennes ne sont pas dédiées au Père mais aux autres soi-disant personnes de la trinité.

 

Toutes les fêtes de l'Eternel furent éliminées. On a eu de la difficulté avec la Pâque et la Pentecôte. Mais pour éliminer le problème, on en changea le système de datation et donc les moments de ces fêtes.

 

Pour rappel, l'action de « changer les temps et la loi » (Daniel 7:25), ne provient pas du Ruah Hakodesk.

 

Les fêtes chrétiennes élèvent le Fils et accessoirement l'esprit (pentecôte). Pire, dans certains courants, elles élèvent Marie et les saints, de même que les morts. Le Père est oublié, il est absent, neutre (otiosus).

 

Même la « fête-dieu », malgré son nom, commémore, chez les catholiques une cérémonies essentiellement d'origine païenne : le saint sacrement, répétition des anciens sacrifices où l'on s'imagine répéter le sacrifice de Yeshoua.

 

Et il existe une fête de la « trinité »....

 

Rien pour le Père, le YHWH de la torah, celui que Yeshoua et les apôtres servaient et honoraient.

 

Faut-il citer ces fêtes chrétiennes de A à Z ? Non.

 

Noël nous donne un aperçu de la paganisation de la bonne nouvelle. Fête commerciale où l'on offre des cadeaux. Dérive d'une fête inexistante dont on a guère de moyen de vérifier l'exactitude de la date, reprise d'une fête romaine : le jour, pour les romains (ils se trompaient de 4 jours pour le solstice d'hiver), où le soleil recommençait à briller davantage, le jour s'accroissant dans leur durée.

 

Et ces cadeaux ! Perversité enseignée à nos enfants... YHWH, rabaissé au rang de « père noël » , un pourvoyeur de cadeaux auquel on pourrait demander n'importe quoi, et le Fils à un paquet que l'on ouvre pour en découvrir la teneur.

 

Mais cela n'est pas grave, dira-t-on ! On peut compenser par un bon enseignement. NON : pas tant que cet enseignement sera compromis par la pensée naturelle, païenne.

 

C'est oublier que nous sommes tous façonnés par ce qui nous entoure et par ce qui est véhiculé d'abord par nos parents. Les observateurs des sciences humaines modernes s'accordent tous sur ce point, sans exception.

 

Dire que cela n'a pas d'impact est une rêverie gentille et naïve.

 

Quand comprendra-t-on que le christianisme tel qu'il est aujourd'hui est porteur d'un sens dévoyé de la vérité transmise par les Ecritures à un tel point qu'on ne peut les lire qu'au travers de ce filtre culturel et pécheur ?

 

Cela ne sert à rien de relever la paganisation du catholicisme ou de l'orthodoxie. La pensée réformée et évangélique, avec moins de formes extérieures, est très grossièrement encore emprunte de ce paganisme. On parle bien ici de la pensée.

 

Il est très difficile de faire comprendre cela. Seul le Ruah Hakkodesh le peut.

 

Débarrassé de cette boue culturelle, l'eau sur laquelle est assise la « grande prostitué », les Ecritures peuvent réellement s'ouvrir : pas avant !

 

On en est où ?

 

Non seulement le Père est absent, non seulement le Fils a pris la place du Père dans l'âme du plus grand nombre, mais, puisque le Fils « n'est pas resté à sa place » dans l'économie de la Création, il est devenu une idole. Ce n'est plus le Yeshoua des évangiles et des apôtres.

 

En ce sens la dérive idolâtrique a enfanté un monstre qui est bien décrit dans cet article : http://www.blogdei.com/3693/l-idole-qui-vient-d-amerique-par-david-kirkwood/

 

Sans aller dans l'excès du « jésus américain », l'idolâtrie est imprégnée profondément chez beaucoup et personnellement, je reconnais qu'il est très difficile de se dépêtrer de ce tissu de fausses représentations concernant l'ordre de la création.

 

Où j'en suis ?

 

A constater que ce faux « jésus » est, dans nos pensées et dans nos coeurs, la base sur laquelle un faux messie pourra se faire passer pour le vrai. Et il sera difficile d'y échapper parce que, sans préparation, nous pourrions bien rester confus, percevant avec difficulté le "vrai et le faux", voire nous tromper sans espoir de retour en arrière.

 

Sans conteste, YHWH est le dieu "otiosus" des chrétiens.

 

Il donne de l'urticaire à plus d'un. DANGER !

 

Notes personnelles de F G :

1- Suis pas affilié à une religion unitariste, témoin de jéhovah ou autres, pas même arien. Juste un chercheur qui a tenté de s'approcher de ce à quoi un juif disciple de Yeshua du temps de sa vie pouvait avoir comme représentation de l'objet de sa foi.

 

2- Un grand déclic pour moi (pas le seul) s'est fait paradoxalement lors d'une fête de noël pour les enfants dans une église évangélique. A la fin, on distribuait des bonbons aux enfants, on en jetait dans l'assemblée et le conducteur de ce moment disait en gros: "Vous recevez des bonbons, recevez jésus puisqu'il est le cadeau de dieu". Mon échine fut parcourue de frissons, puis de colère, puis d'une réflexion -> "Eh oui, c'est bien là le rang minable auquel on a ramené le Fils".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Didier Sion 14/12/2012 09:53

Jean-Yves écrit :
"Tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité; C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint D’une huile de joie au-dessus de tes égaux." (Hébreux 1 : 5-9)
Sans entrer sur le fait que le Fils est nommé « dieu » (pas de majuscule en grec !)"

Le Fils n'est pas appelé "dieu": il y a une erreur flagrante de traduction, car l'expression "Ô Dieu" n'est pas dans le texte hébreu, qui est "Elohim Eloheih'a" c'est à dire : Dieu ton Dieu.
La version traduit correctement ce verset Hébreux 1:9 = Psaume 45:7

"tu as aimé la justice et haï l'iniquité; c'est pourquoi Dieu, ton Dieu, t'a oint d'une huile de joie au-dessus de tes compagnons".
"

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens