Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 09:54

Beaucoup de difficultés relationnelles dans le corps de Christ seraient résolues si nous avions bien compris le fait de renoncer à nous-mêmes ou à avoir raison.

 

Céder ou perdre est une grâce qui découle de notre relation avec Jésus où nous devons renoncer à nous-mêmes.

Nous qui sommes forts, nous devons supporter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas, et ne pas nous complaire en nous-même. Romains 15 : 1

 

La grâce de supporter les faiblesses des autres est possible dès lors que nous avons appris et décidé de renoncer à nous-mêmes.

Selon les saintes écritures : La force spirituelle d’un individu est directement liée à sa capacité à supporter les faiblesses de la part des autres. Nous sommes loin de l’esprit du monde et « du chacun pour soi ».

 

L’Esprit de Christ en nous est notre garantie du renoncement à nous-mêmes.

 

Pour le monde, Christ, la croix et son évangile sont une folie. 1 Corinthiens 1 25 Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes.

 

Dereck Prince dans un de ses livres écrit : « Dès lors que nous commençons à faire de ce qui nous arrange, le critère de ce qui est juste, nous sommes engagés sur la pente glissante qui aboutit au désastre ».

 

A chaque fois, que nous faisons une chose efficace acceptable pour Dieu, c'est que nous aurons préalablement renoncé à nous-mêmes. Par contre, à chaque fois que nous aurons entrepris une chose en nous complaisant en nous-mêmes, nous n'aurons rien fait qui ait de la valeur aux yeux de Dieu. C’est une règle incontournable.

Jean 15:5 Je suis le cep, et vous les sarments. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, porte beaucoup de fruit ; car sans moi, vous ne pouvez rien faire.

 

Le renoncement à soi est un principe totalement opposé à notre façon de pensée naturelle. Et pourtant, nous devons renoncer à nous-même si nous voulons plaire à Dieu et le servir.

Notre ego s’affirmera toujours en s’exprimant à la première personne  : « Je veux, je souhaite, je sens que, je pense... ».

 

Renoncer à soi, c’est dire « non » , c'est perdre sa vie...

 

Ceux et celles qui veulent suivre Jésus doiventporter chaque jour leur croix. C'est seulement après avoir pris la charge qu'on peut le suivre.

Luc 9 23 Puis il dit à tous: si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive.

 

Le texte qui suit est encore un peu plus explicite. On ne peut pas être disciple de Jésus si on n'a pas accompli chronologiquement 2 étapes préalables : 1 : porter sa croix 2 : le suivre.

 

Luc 14:26 Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. 27 Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple.

 

Dans l'optique de ce renoncement, il y a certes cette idée de perdre sa vie mais aussi la promesse de la retrouver.

Matthieu 10:38 … n’est pas digne de moi. 39 Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera.

Matthieu 16:24 Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. 25 Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.

DansMarc 8:34 il est dit la même chose mais il est précisé à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera. 36 Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme? 37 Que donnerait un homme en échange de son âme? 38 Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges.

Jean 12:25 Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. 26 Si quelqu’un me sert, qu’il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera.

 

Notre chair ne peut pas hériter les choses spirituelles

L’apôtre Paul exprime clairement cette pensée dans Romains 8:13 Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez.

 

Porter sa croix : c’est renoncer à agir seul en faisant mourir les actions de la chair et en prenant conscience de La vie de Christ en nous. C’est une action volontaire permanente et quotidienne où nous recherchons à nous positionner dans une totale dépendance de notre Dieu. C’est une action de mise à mort constante de notre moi. C’est ce que Paul nous incite à faire lorsqu’il dit : faites mourir les actions du corps. Quelqu’un a dit : « Notre croix, c’est là où notre volonté et celle de Dieu se croisent ».

Tout de suite une question s’impose à nous : permettons-nous à la volonté de Dieu de croiser la nôtre?

C’est encore le lieu du sacrifice volontaire où nous déposons notre vie sur l'autel.

Dès lors que nous faisons mourir notre chair, nous commençons à pouvoir coopérer avec Dieu. Notre processus de croissance commence dès que nous mourrons à nous-mêmes.

Beaucoup de personnes veulent faire la volonté de Dieu mais en sont incapables. Ils font ce qu’ils veulent dans de nombreux domaines de leur vie : études, mariage, travail, choix d’église, « c’est ma vie, ça me regarde, c’est mon problème ». Ils font les choses et demandent ensuite à Dieu de les encourager dans leurs projets vaseux.

Les épreuves pour eux perdureront jusqu’à ce qu’ils aient compris la leçon du renoncement à soi et de l’obéissance.

Puissions-nous comprendre que nous ne nous appartenons plus et que nous faisons partie d'un corps spirituel?

Cela peut-être une résolution nouvelle pour l'année 2011, pour chercher à vivre dans un esprit corporatif plus fort.

Lorsque Jésus est allé à la croix il a dit : « personne ne me prend ma vie, je peux la donner où la reprendre. Nous serons toujours maîtres de nos vies tant que nous n'aurons pas déposé volontairement et librement notre « moi » et « notre volonté propre ». Non pas que nous n'aurions plus jamais de volonté propre. Nous aurons une volonté soumise à Dieu et renouvelée qui nous permettra d'entreprendre librement.

 

Notre croix n’est pas non plus notre maladie, notre situation personnelle, notre mari ou notre femme qui ne croit pas en Dieu, etc ... A chaque fois que nous prendrons la décision de ne pas nous complaire en nous-mêmes dans nos situations difficiles, nous connaîtrons un combat intérieur dont l'issu sera la bénédiction..

 

Que la volonté de Dieu croise notre volonté pour que cette dernière se soumette à la sienne. Que Sa volonté soit faite Seigneur et non la notre.

 

Gardons à l'esprit la pensée du grain qui doit mourir pour porter du fruit !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens