Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 07:16

Article de Léopold Guyot http://www.pasteurweb.org



Aimer ou craindre Dieu

Dans un précédent article de pasteurweb, je vous ai parlé de "La crainte de Dieu". Ce sujet donne lieu à des  interprétations diverses dont certaines créent  la peur de Dieu.

Les religions ont toujours utilisé la peur et l'ignorance pour dominer sur leurs fidèles. Des foules apportent à leurs dieux, enfin à leurs prêtres,  toutes sortes d'offrandes et de sacrifices pour  gagner la faveur des divinités, échapper à leur courroux et  obtenir leur protection.

Des personnes entendant ou lisant ça et la des enseignements  souvent contradictoires  à ce sujet m'ont fait part de leur perplexité. C'est pourquoi  je reprends et complète l'article déjà paru afin  d'aider à mieux comprendre ce qu'il en est  en examinant les Ecritures et en comparant les différents passages qui  semblent s'opposer.

Comme je le disais à un ami qui visite régulièrement notre site : Un seul verset ne suffit  pas pour établir une doctrine. Il faut toujours replacer les passages de la Bible dans leur contexte, les confronter et les associer les uns aux autres afin d'en bien comprendre le sens. C'est la méthode utilisée par pasteurweb dans toutes ses études et réflexions.

Il y a plusieurs sortes de craintes :

La crainte du gendarme, qui se rapporte plus à la peur de la contravention, c'est à dire du châtiment de la faute commise. Cela peut-être une crainte salutaire en ce sens qu'elle modère nos excès de conduite sur la route.

On rencontre aussi cette même crainte du châtiment au regard des lois d'un pays, des magistrats et des juges qui sont établis pour les faire respecter. Cette crainte est légitime, mais il est aussi précisé que notre soumission aux autorités doit  être plus un motif de conscience que de crainte :

Ce n’est pas pour une bonne action, c’est pour une mauvaise, que les magistrats sont à redouter. Veux-tu ne pas craindre l’autorité? Fais-le bien, et tu auras son approbation.
Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains; car ce n’est pas en vain qu’il porte l’épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal.
Il est donc nécessaire d’être soumis, non seulement par crainte de la punition, mais encore par motif de conscience. Romains 13:3-5

Dans cette étude je vous parlerai uniquement de la "crainte de Dieu". Un autre article sera consacré à la crainte en général, aux peurs et aux frayeurs, aux inquiétudes, que nous pouvons éprouver face à des situations, des circonstances ou des hommes.

Dans le domaine religieux  beaucoup servent leurs dieux par peur de leur colère. Cet état d'esprit se rencontre aussi, hélas, parmi les chrétiens qui vivent souvent dans la crainte du châtiment plutôt  que dans une relation de foi et d'amour avec leur Père céleste ...

Ceux qui sont devenus enfants de Dieu par la foi en Jésus-Christ découvrent en lui un Père compatissant, bon et miséricordieux. Ils le servent alors par amour, reconnaissance et joie.

La "crainte de Dieu" n'est plus la peur ou la frayeur que la sévérité de ses jugements inspire, mais un saint respect pour le Dieu Tout Puissant, très saint, infiniment grand, qui est devenu notre Dieu Sauveur par le don de son Fils bien-aimé.

En fonction de ce que nous pouvons observer à partir des Ecritures Saintes, la Bible, il existe trois formes de crainte à l'égard de Dieu.

. la crainte ou  frayeur devant certaines manifestations de sa gloire.

. la crainte ou la  peur du châtiment éprouvée à cause d'une faute, péché ou transgression.

. la crainte respectueuse envers Dieu,  comme le respect d'un enfant à l'égard de son père.

Bien comprendre cette différence est fondamental si nous voulons établir avec Dieu notre Père céleste une relation sereine, paisible, confiante et heureuse.

Dieu reproche aux incrédules de ne pas le craindre, c'est à dire de ne pas lui rendre l'honneur respectueux qui lui est dû.  En général les gens impies méprisent Dieu.

La parole impie du méchant est au fond de son cœur; La crainte de Dieu n’est pas devant ses yeux. Psaumes 36:1

Cependant, lorsque les jugements de Dieu s'exercent, les incrédules et les blasphémateurs sont effrayés.

Les rois de la terre, les dignitaires, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous, esclaves et hommes libres, allèrent se cacher dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, cachez–nous de celui qui est assis sur le trône et de la colère de l’agneau,  car le grand jour de leur colère est venu, et qui pourrait tenir debout ?  Apocalypse6:15-17

La révélation du Dieu saint  dans ses jugements est terrible et effrayante pour les impies. Le diable et les anges déchus qui  le connaissent  tremblent de frayeur devant Lui

Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien; les démons le croient aussi, et ils tremblent. Jacques 2:19 



La frayeur de Dieu

Elle est  mentionnée à plusieurs reprises dans la Bible, lorsque Dieu se manifeste sous des aspects terrifiants.

C'est la frayeur que les Israélites éprouvèrent au mont Sinaï lorsque l'Eternel vint à la rencontre de son peuple avant de remettre à Moïse les tables de la loi.

La montagne de Sinaï était toute en fumée, parce que l’Eternel y était descendu au milieu du feu; cette fumée s’élevait comme la fumée d’une fournaise, et toute la montagne tremblait avec violence. Le son de la trompette retentissait de plus en plus fortement. Moïse parlait, et Dieu lui répondait à haute voix... Exode 19.18

... Tout le peuple entendait les tonnerres et le son de la trompette; il voyait les flammes de la montagne fumante. A ce spectacle, le peuple tremblait, et se tenait dans l’éloignement.
Ils dirent à Moïse: Parle-nous toi-même, et nous écouterons; mais que Dieu ne nous parle point, de peur que nous ne mourions.


Moïse dit au peuple: Ne vous effrayez pas; car c’est pour vous mettre à l’épreuve que Dieu est venu, et c’est pour que vous ayez sa crainte devant les yeux, afin que vous ne péchiez point. Exode 20.18

Dans d'autres circonstances des personnes qui se trouvaient avec le prophète Daniel lors d'une de ses visions furent aussi très effrayés.

Le vingt-quatrième jour du premier mois, j’étais au bord du grand fleuve qui est Hiddékel.
Je levai les yeux, je regardai, et voici, il y avait un homme vêtu de lin, et ayant sur les reins une ceinture d’or d’Uphaz. Son corps était comme de chrysolithe, son visage brillait comme l’éclair, ses yeux étaient comme des flammes de feu, ses bras et ses pieds ressemblaient à de l’airain poli, et le son de sa voix était comme le bruit d’une multitude. Moi, Daniel, je vis seul la vision, et les hommes qui étaient avec moi ne la virent point, mais ils furent saisis d’une grande frayeur, et ils prirent la fuite pour se cacher. Daniel 10:7

Nous retrouvons ce même sentiment de frayeur dans les Evangiles devant certains miracles du Seigneur Jésus.

Comme Pierre parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection: écoutez-le! Lorsqu’ils entendirent cette voix, les disciples tombèrent sur leur face, et furent saisis d’une grande frayeur. Mais Jésus, s’approchant, les toucha, et dit: Levez-vous, n’ayez pas peur! Ils levèrent les yeux, et ne virent que Jésus seul. Matthieu 17.5

Remarquons que Jésus a dissipé cette frayeur et a rassuré ses disciples  par sa parole et un geste d'affection.

Vous pouvez lire dans la Bible d'autres récits qui décrivent comment des interventions divines ou la visitation de certains anges causent un grand effroi à ceux qui en sont les témoins.

Comme Saul  était en chemin, et qu’il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui.Il tomba par terre, et il entendit une voix qui lui disait: Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?Il répondit: Qui es-tu, Seigneur? Et le Seigneur dit: Je suis Jésus que tu persécutes. Il te serait dur de regimber contre les aiguillons. Tremblant et saisi d’effroi, il dit: Seigneur, que veux-tu que je fasse? Et le Seigneur lui dit: Lève-toi, entre dans la ville, et on te dira ce que tu dois faire. Actes 9.3

Il y avait à Césarée un homme nommé Corneille, centenier dans la cohorte dite italienne.
Cet homme était pieux et craignait Dieu, avec toute sa maison; il faisait beaucoup d’aumônes au peuple, et priait Dieu continuellement.Vers la neuvième heure du jour, il vit clairement dans une vision un ange de Dieu qui entra chez lui, et qui lui dit: Corneille! Les regards fixés sur lui, et saisi d’effroi, il répondit: Qu’est-ce, Seigneur? Et l’ange lui dit: Tes prières et tes aumônes sont montées devant Dieu, et il s’en est souvenu. Actes 10.1

La lecture de ces récits nous fait mieux prendre conscience de  la grandeur, la puissance, la gloire et la sainteté du seul vrai Dieu, le Créateur du ciel et de la terre, le Tout Puissant.

Je suis toujours perplexe lorsque j'entends des personnes parler avec légèreté des grandes visions ou miracles dont elles auraient  été témoins.

Dans la Bible, certains miracles ou  manifestations de la gloire de Dieu impressionnent très fortement ceux qui en sont les témoins directs.

"Car l’épouvante l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, à cause de la pêche qu’ils avaient faite." Luc 5:9

La crainte s’emparait de chacun, et il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les apôtres." Actes 2:43 "

"Cela fut connu de tous les Juifs et de tous les Grecs qui demeuraient à Éphèse, et la crainte s’empara d’eux tous, et le nom du Seigneur Jésus était glorifié." Actes 19:17

"Une grande crainte s’empara de toute l’assemblée et de tous ceux qui apprirent ces choses." Actes 5:11

La crainte du Dieu saint

Dieu est saint.

En lisant les Ecritures nous observons que tous les vrais croyants, les prophètes et les hommes de Dieu auxquels il s'est révélé  éprouvaient un saint respect à son égard. Ils ont fait l'expérience de sa grandeur. Ils le connaissaient et l'honoraient comme le Dieu Très Haut.

Dieu est grand et saint. Ce n'est pas parce qu'il nous aime que cela lui enlève la plus petite parcelle de sa  sainteté. Lorsque la Bible parle de la gloire de Dieu, il s'agit de sa sainteté.

C’était l’année où le roi Ozias est mort. Un jour, j’ai eu une vision. Le Seigneur était assis sur un siège royal très élevé. Son vêtement remplissait le temple. Des anges de feu se tenaient au–dessus de lui. Ils avaient chacun six ailes : deux ailes pour se cacher le visage, deux ailes pour se couvrir le bas du corps, deux ailes pour voler. Ils criaient l’un à l’autre : « Saint, saint, saint le SEIGNEUR de l’univers ! Sa gloire remplit toute la terre ! » Leur voix faisait trembler les portes sur leurs gonds, le temple se remplissait de fumée. Alors j’ai dit : « Malheur à moi ! Je suis perdu ! Je suis un homme aux lèvres impures, j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures, et mes yeux ont vu le Roi, le SEIGNEUR de l’univers ! » Mais l’un des anges brillants a volé vers moi. Il tenait dans sa main un charbon brûlant qu’il avait pris avec des pinces sur l’autel. Il m’a touché la bouche avec ce charbon brûlant et m’a dit : « Maintenant que ce charbon a touché tes lèvres, ta faute est enlevée, ton péché est pardonné. » Esaïe 6.1-7

Le prophète Esaïe a vu  la gloire de Dieu.  Jean 12.41

Il est intéressant d'observer les chérubins, ces créatures célestes glorieuses qui entourent le trône  de Dieu :

·  Deux ailes pour se couvrir le visage et le corps.

·   Deux ailes pour voler, pour servir Dieu

·   Leur voix qui crient comme des trompettes la sainteté du Dieu unique, Tout Puissant et Souverain

Nous retrouvons dans d'autres passages de la Bible et notamment dans l'Apocalypse la même attitude de ceux qui entourent ou qui sont devant le trône de Dieu.

Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont pleins d’yeux tout autour et au dedans. Jour et nuit, ils ne cessent de dire : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout–Puissant, celui qui était, qui est et qui vient  Et chaque fois que les êtres vivants donnent gloire, honneur et actions de grâces à celui qui est assis sur le trône, à celui qui vit à tout jamais,  les vingt–quatre anciens tombent aux pieds de celui qui est assis sur le trône, se prosternent devant celui qui vit à tout jamais et jettent leurs couronnes devant le trône, en disant : Tu es digne, notre Seigneur, notre Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance, car c’est toi qui as tout créé, c’est par ta volonté que tout était et que tout a été créé. ! Apocalypse 4:8-11

Lorsque Dieu se révèle, l'être humain prend conscience à la fois de la grandeur du Seigneur et de sa propre petitesse. La vraie connaissance de Dieu engendre l'humilité, la repentance, l'adoration et la foi. Plus nous entrons dans l'intimité de Dieu plus nous devenons respectueux de sa sainte et glorieuse présence, mais aussi confiants en son amour et sa miséricorde.

Puissions nous grandir dans la connaissance du Dieu très saint, le Seigneur du ciel et de la terre et de son Fils Jésus-Christ, afin que notre adoration ait la même inspiration que les créatures célestes et ceux qui ont eu la révélation de sa gloire.

C'est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec piété et avec crainte. Hébreux 12:28

La peur du châtiment

C'est le deuxième point de cette étude.  La crainte ou la peur que l'être humain éprouve  lorsqu'il prend conscience de sa nature pécheresse et souillée.

Nous lisons dans un passage de la première épitre de Jean que  "La crainte suppose un châtiment". 1 Jean 4.18 

En fait, on a peur quand on s'attend à  être puni. La peur, en ce qui concerne la relation avec Dieu, est donc le résultat d'une mauvaise conscience. C'est parce que Adam et Eve avaient enfreint l'ordre de l'Eternel Dieu qu'ils ont eu peur de Lui.

Alors ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.
Mais l’Eternel Dieu appela l’homme, et lui dit: Où es-tu? Il répondit: J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. Genèse 3.8

C'est ce sentiment de peur que David a aussi éprouvé :

Car je reconnais mon iniquité, Je suis dans la crainte à cause de mon péché. Psaumes 38:18

Le péché produit la peur du châtiment, surtout lorsque  notre conscience est éveillée par le Saint-Esprit.

Beaucoup de gens ont peur de Dieu. Ils ont mauvaise conscience et sont courbés sous le poids de leur culpabilité. L'apôtre Jean a écrit que "si notre cœur ne nous condamne pas nous avons de l'assurance devant Dieu".  Nous comprenons que si notre cœur nous condamne nous sommes sans assurance devant Lui. Nous n'osons pas nous approcher de Lui.

C'est parce qu'ils ont peur de Dieu et de son jugement  que beaucoup de personnes  religieuses offrent des sacrifices de compensation.

Les religions païennes ont établi tout une gamme d'offrandes pour apaiser la colère de leurs divinités. Mais nous connaissons aussi que dans le christianisme beaucoup pratiquent des œuvres, font des prières et des offrandes, s'imposent des abstinences et des sacrifices pour obtenir le pardon de leurs fautes et échapper ainsi au châtiment et  à la peur qu'il inspire.

Ils sont hélas très éloignés de la Bonne Nouvelle de l'Evangile de Jésus-Christ qui tient un tout autre langage.

Tes péchés sont pardonnés

C'est la réponse du Seigneur à  tous ceux qui sont malheureux et dans la peur à cause de leurs fautes.

Et voici, on lui amena un paralytique couché sur un lit. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique: Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés. Matthieu 9:2

Trop souvent les gens restent dans une situation de peur et d'éloignement de Dieu en ressentant leur indignité et leur souillure. La solution est dans une démarche de repentance et de foi.

Le publicain, se tenant à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant: O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur.
Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l’autre. Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé. Luc 18.13

Jésus donne un merveilleux exemple de cette réalité dans le récit  du fils prodigue  :

Etant rentré en lui-même, il se dit: Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai: Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils; traite-moi comme l’un de tes mercenaires.20 Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa.
Le fils lui dit: Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Mais le père dit à ses serviteurs: Apportez vite la plus belle robe, et l’en revêtez; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds. 23 Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous;24 car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils commencèrent à se réjouir.

Il retrouva alors sa place dans la maison de son père.

L'apôtre Jacques  enseigne la vraie repentance qui va permettre de trouver ou de retrouver une relation exempte de peur avec Dieu  :

Croyez-vous que l’Ecriture parle en vain? C’est avec jalousie que Dieu chérit l’esprit qu’il a fait habiter en nousIl accorde, au contraire, une grâce plus excellente; c’est pourquoi l’Ecriture dit: Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous.Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs; purifiez vos cœurs, hommes irrésolus.Sentez votre misère; soyez dans le deuil et dans les larmes; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse.Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera. Jacques 4.5

Nous ne devons avoir aucune illusion, il n'y a que trois  choses qui font que nous pouvons nous approcher de Dieu sans en avoir peur : Une vraie repentance, une vraie foi et une conduite honnête, c'est à dire un cœur intègre, sincère.

Approchons–nous donc de Dieu avec un cœur droit, avec la pleine assurance que donne la foi, le cœur purifié de toute mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. Hébreux 10:22

Recevoir le pardon de Dieu avec confiance.

Voici trois passages et il y en a beaucoup d'autres qui affirment que nous pouvons être libérés du poids d'une mauvaise conscience :

Le premier c'est la ferme déclaration  de l'apôtre Pierre :

Et Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple et d’attester que c’est lui qui a été établi par Dieu juge des vivants et des morts.Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés. Actes 10.47

Les deux autres sont écrits par l'apôtre Jean

Nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de sa chair, et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. Hébreux 10.19

Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et lavérité n’est point en nous.Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous.Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste.


Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. 1 Jean 1.8

Lorsque nous recevons le pardon de nos péchés par la foi en Jésus-Christ la peur disparait pour faire place à des sentiments de paix , de joie, de reconnaissance et d'amour envers Dieu et envers Jésus.

C’est pourquoi, je te le déclare : le grand amour qu’elle a manifesté prouve que ses nombreux péchés ont été pardonnés. Mais celui à qui l’on a peu pardonné ne manifeste que peu d’amour.
Jésus dit alors à la femme : Tes péchés sont pardonnés.  Luc 7.47

Le pardon de nos péchés par la foi en Jésus-Christ nous conduit dans une relation exempte de peur avec Dieu, comme l'écrit l'apôtre Paul :

Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba! Père!


L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Romains 8.15

Comme il est encore écrit : Il n'y a plus de condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui et par le sang de sa croix il nous a réconciliés avec Dieu.

L'amour parfait bannit la crainte

Si les religions enseignent leurs fidèles à servir Dieu  ou des dieux par devoir ou par peur du châtiment, nous savons qu'il n'en est pas ainsi de l'enseignement du   Seigneur Jésus-Christ. 

Revenons au passage de 1 Jean 4.18. Voici la version de la Bible en  français courant :

Il n’y a pas de crainte dans l’amour ; l’amour parfait exclut la crainte. La crainte est liée à l’attente d’un châtiment et, ainsi, celui qui craint ne connaît pas l’amour dans sa perfection. 1 Jean 4:18

Arrêtons nous un instant sur ce passage :  celui qui craint ne connaît pas l’amour dans sa perfection.

J'aime particulièrement  cette version car elle fait ressortir la première partie du principe d'une relation d'amour avec Dieu notre Père céleste : l'amour qu'il a pour nous.

Dieu est amour et son amour est parfait.

La première raison par laquelle la crainte est bannie, c'est que Dieu nous aime et que nous le croyons, comme l'écrit  l'apôtre Jean  :

Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. 1 Jean 4:16

Lorsque nous connaissons l'amour que  Dieu a pour nous et que  nous le croyons tout devient limpide, calme et tranquille. La peur s'évanouit et la paix remplit notre cœur. Alors s'accomplit la seconde partie du principe divin : Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. 1 Jean 4:19

Aux pharisiens qui lui tendaient un piège en lui demandant quel était le plus grand commandement, le Seigneur a répondu :

Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.
C’est le premier et le plus grand commandement.


Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. Matthieu 22.34

Selon la Volonté de Dieu son Père, Jésus est venu dans le monde pour établir entre Dieu et quiconque croit en lui une relation fondée sur l'amour et non sur la peur.

Déjà nous remarquons qu'il y a une différence entre craindre et avoir peur. C'est important de le noter pour la suite de notre réflexion.

Cependant à la lecture d'autres passages des Ecritures nous pourrions penser qu'il y a contradiction entre les textes bibliques comme ces versets suivants :

Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba! Père! Romains 8:15

Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 7:1

Nous comprenons qu'il ne s'agit pas de la peur dans ce dernier verset, mais d'un comportement réfléchi qui tient compte sérieusement de la situation privilégiée que Dieu nous a accordée en son Fils Jésus-Christ.

Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant. 2 Corinthiens 6:18

L'apôtre Jean a écrit à ce sujet une parole merveilleuse :

Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu. 1 Jean 3:1

Dieu a fait sa part. Il a  rempli la première partie du programme : Il nous aime d'un amour parfait !

Nous entrons  alors dans le processus divin de l'amour réciproque :

Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. 1 Jean 4:19

Nous acceptons donc l'alliance avec Dieu d'être aimés et de l'aimer. Mais nous sommes aussi conscients de notre vulnérabilité et de notre fragilité dans  notre amour pour Lui. Nous avons besoin chaque jour de l'aide indispensable du Saint-Esprit.

Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu.


Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance.
Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. Romains 5.1



Une crainte respectueuse

"C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille; c’est par elle qu’il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi." Hébreux 11:7

Noé a été saisi dans son cœur par la solennité de la Parole que l'Éternel lui a annoncée et il s'est mis au travail.

Le psalmiste inspiré par le Saint-Esprit donne un enseignement sur la crainte de Dieu :

"Venez, mes fils, écoutez-moi! Je vous enseignerai la crainte de l’Éternel. Quel est l’homme qui aime la vie, qui désire la prolonger pour jouir du bonheur ? Préserve ta langue du mal, et tes lèvres des paroles trompeuses. Éloigne-toi du mal, et fais le bien. Recherche et poursuis la paix." Psaume 34.11/14.

Nous retrouvons la même pensée dans les écrits de l'apôtre Pierre :

Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l’ignorance.


Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit: Vous serez saints, car je suis saint.


Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l’œuvre de chacun, sans acception de personnes, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre pèlerinage, sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache ... 1 Pierre 1.14

Dans ces passages et d'autres, il s'agit de notre manière de vivre, de notre conduite dans le monde depuis que nous sommes devenus enfants de Dieu et que nos péchés ont été effacés par le sang de Christ.

Si nous  invoquons Dieu  comme Père nous devons nous conduire en conséquence. Par le prophète Malachie, l'Eternel reprochait à son peuple Israël leur manque de considération à son égard :

Un fils honore son père, et un serviteur son maître. Si je suis père, où est l’honneur qui m’est dû? Si je suis maître, où est la crainte qu’on a de moi? Dit l’Eternel des armées à vous, sacrificateurs, Qui méprisez mon nom, Et qui dites: En quoi avons-nous méprisé ton nom? Malachie 1:6

Etre enfants de Dieu implique que nous honorions et fassions honorer le nom de notre Père céleste.

Vous devez donc prier de cette façon : “Notre Père qui es dans les cieux, ton nom est saint. Fais que tout le monde le connaisse ! Matthieu 6:9

Par notre manière de vivre nous pouvons  faire connaitre et glorifier Dieu.

Ayez au milieu des païens une bonne conduite, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ils remarquent vos bonnes œuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera. 1 Pierre 2:12

L'expression "la crainte de Dieu", est donc une attitude de respect, de confiance, d'amour, d'honneur et d'obéissance, à l'égard de Celui qui est devenu notre Père lorsque nous avons cru en son fils Jésus.

Je lis et j'entends ça et là que l'on cultive une certaine peur de Dieu, une forme de piété craintive et tremblante, en invoquant quelques versets mal compris et sortis de leur contexte, comme celui-ci :

Servez l’Eternel avec crainte, Et réjouissez-vous avec tremblement. Psaumes 2:11

La version du Semeur dit : Dans la crainte, servez l’Eternel ! Et, tout en tremblant, exultez de joie !

Alors je pose la question comment être tremblant et exulter de joie ?

En lisant attentivement les Ecritures nous remarquons que pour ceux ou celles qui ont été les plus proches de Dieu leur relation avec lui était empreinte d'un profond sentiment de respect appelé une "crainte respectueuse" à cause de sa sainteté, de son élévation et de sa gloire, mais ils éprouvaient aussi pour Lui beaucoup d'amour. ils lui obéissaient et le servaient avec une grande joie, sans contrainte, avec zèle, c'est la signification de "avec tremblement", soit "un zèle empressé".

Le respect

Nous vivons une époque d'irrespect généralisé et cela se ressent jusque dans l'Eglise.  C'est le temps dont parle l'apôtre Paul :

Sache que dans les derniers jours surgiront des temps difficiles. Car les gens seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles envers leurs parents, ingrats, sacrilèges,  insensibles, implacables, médisants, sans maîtrise de soi, cruels, ennemis du bien,  traîtres, emportés, aveuglés par l’orgueil, amis du plaisir plus que de Dieu … 1 Timothée 3:1-5

C'est le temps des "casquettes rebelles"

Certains veulent s'affranchir de toute autorité, des règles du civisme, de la bonne éducation et en général de toute contrainte. Alors souvent pour manifester leur refus des autorités parentales, sociales et spirituelles, ils ont une manière bien à eux de mettre leur casquette la visière en arrière ou de ne jamais l'enlever.  Malheureusement, des jeunes chrétiens se conforment à la mentalité d'une génération incrédule et rebelle, d'un monde sans Dieu.

fanfarons, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles  … La crainte de Dieu n’est pas devant leurs yeux.

Je me pose parfois des questions devant le comportement de certaines personnes. Je me demande quelle est leur intimité avec Dieu et le niveau de leur connaissance de sa personne.

Ni Dieu, ni Jésus, ni le Saint-Esprit ne sont des copains. Nos parents, les aînés, nos supérieurs, ceux qui exercent des ministères dans les églises, nos frères et sœurs en Christ, méritent notre considération et notre respect. De nombreux passages des Ecritures nous l'enseignent. Éphésiens 6:2; 1 Pierre 2:13; 2:18; 5:5;  1 Thessaloniciens 5:12

Ne méprisons pas non plus "la correction du Seigneur". Il arrive que notre Père céleste  nous corrige, selon ce qui est écrit dans l'épitre aux Hébreux :

Vous avez oublié l’exhortation qui vous est adressée comme à des fils: Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, Et ne perds pas courage lorsqu’il te reprend; Car le Seigneur châtie celui qu’il aime, Et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils. Supportez le châtiment: c’est comme des fils que Dieu vous traite; car quel est le fils qu’un père ne châtie pas? Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils. D’ailleurs, puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés, et que nous les avons respectés, ne devons-nous pas à bien plus forte raison nous soumettre au Père des esprits, pour avoir la vie? Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté. Il est vrai que tout châtiment semble d’abord un sujet de tristesse, et non de joie; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice.Fortifiez donc vos mains languissantes Et vos genoux affaiblis;  et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse.

Nous savons bien que notre vigilance se relâche parfois et que nous n'avons pas encore atteint "l'amour parfait". C'est pourquoi Dieu  nous corrige. Cependant lorsque nous nous jugeons nous-mêmes et confessons nos fautes Il nous fait la grâce de nous pardonner. 1 Jean 1.9

Je disais: Si du moins tu voulais me craindre, Avoir égard à la correction, Ta demeure ne serait pas détruite, Tous les châtiments dont je t’ai menacée n’arriveraient pas; Mais ils se sont hâtés de pervertir toutes leurs actions. Sophonie 3:7 

Parfois nous ne discernons pas la correction du Seigneur et pensons que nos épreuves sont le fait de l'agression du diable ou de quelque mauvais esprit ou encore qu'elles font partie de la vie normale des humains.

Or les Ecritures nous enseignent à examiner notre conduite attentivement afin de rectifier ce qui déplait à Dieu.

Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière!


Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. Examinez ce qui est agréable au Seigneur; et ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les. Ephésiens 5.8

La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres.


6 Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité.


Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.
Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous.


Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. 1 Jean 1.5

Conclusion

Si donc nous mettons notre confiance en Jésus-Christ pour le pardon de nos péchés, si nous demeurons en Lui, attachés à Lui et dans la foi en la grâce de Dieu, la peur disparait et nous pouvons nous tenir auprès de Dieu avec assurance.

Quelque soit la raison qui produit la crainte ou la peur ou la frayeur, une réelle relation d'amour avec le Seigneur Jésus-Christ et notre Père céleste par le Saint-Esprit, fait retrouver la sérénité et la paix.

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Dokimos de la foi
  • Dokimos de la foi
  • : Mes recherches personnelles dans les saintes écritures pour persévérer dans la saine doctrine. "Christ en moi" la vraie vie.
  • Contact

Profil

  • Nicolas Papaïconomou
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.
  • Je vis ma foi en Yeshoua ( Jésus) au quotidien. Je fuis la religion des hommes et cherche la présence de Dieu-Elohim comme un trésor. Je m'attends aux directives de l'Esprit de Dieu-Elohim qui est l'Esprit de vie.

Recherche

Archives

Liens